GR 54 - Tour de l’Oisans et des Ecrins

Auteur : - [ Alpes, Himalaya, Andes… Montagnes du monde ]

Le GR 54 figure parmi les GR les plus difficiles d'Europe. Long de 176 km, il contourne le massif de l'Oisans et des Ecrins à travers les départements de l'Isère et des Hautes Alpes.

| Avertissements et © Droits d'auteur |

  • Difficulté :

    Difficile

  • Dénivelé :

    12800 mètres

  • Durée :

    plus de 4 jours

Itinéraire

J’ai effectué ce trek en solo et en tente fin juin 2005, j’ai eu de la chance car il n’est pas rare qu’à cette époque de larges névés bloquent encore l’accès aux cols les plus hauts (col de l’Aup Martin et col de la Muzelle en particulier).

Point culminant : Col de l’Aup Martin à 2761m.

Durée : 10 à 12 jours. Je n’ai pas fait les 2 derniers jours (de Bourg d’Oisans à La Grave) par manque de temps, et aussi parce que je m’étais fait une bonne entorse à la cheville.

Dénivelée : 12800m positifs sur la totalité du trek, et 14 cols traversés !

Carte / Topo : Carte 1/50 000 Ecrins, Oisans, Cerces de chez Didier RICHARD (je ne crois pas qu’elle soit toujours publiée) et le guide de la FFRP Tour de l’Oisans et des Ecrins (très utile pour savoir où se ravitailler etc.)

Description : Le GR54 traverse une des régions les plus spectaculaires des Alpes. En une douzaine de jours, il parcourt 176 km et grimpe plus de 12800m pour traverser une série de cols séparant de profondes vallées. Les paysages sont très variés, et de nombreux villages et hameaux ne font qu’enrichir l’expérience du trekkeur. Il est possible de bivouaquer tout le long (ce que j’ai fait), ou bien de dormir dans des hôtels ou gites, et dans les refuges.

L’itinéraire décrit ci-dessous suit le parcourt que j’ai moi-même effectué et n’est qu’un exemple. Il est en effet souvent possible de faire des variantes, ou bien de rallonger ou raccourcir les étapes.

1er jour : La Grave au Casset par le col d’Arsine. Durée 8h.

Longue journée (une bonne vingtaine de km) au départ de la Grave à 1474m, jusqu’au col d’Arsine à 2340m et descente au Casset à 1512m.

De la Grave, prendre le sentier en contrebas de la route qui permet de rejoindre le village de Villar d’Arêne. De là, descendre sur les rives de la Romanche et suivre le GR en direction du Refuge de l’Alpe de Villar d’Arêne (2077m). Poursuivre en direction du col d’Arsine que l’on atteint après 5 bonnes heures de marches. Ne pas hésiter à faire un détour jusqu’au lac d’Arsine une centaine de mètres au dessus du col. Un bon chemin remonte la moraine jusqu’au cirque glaciaire formé par les crêtes du Pic de Neige Cordier et la Montagne des Agneaux.

Le GR descend ensuite le long de la vallée de la Guisane en passant par le Lac de la Douche (1901m), avec le glacier suspendu du Casset au dessus. J’ai bivouaqué à la sortie de la forêt juste au dessus du village du Casset, le long du ruisseau.

2ème jour : Le Casset à Vallouise par le col de l’Eychauda. Durée 8h.

Une deuxième longue journée (environ 25km) jusqu’à Vallouise en passant par le col de l’Eychauda à 2425m. Du Casset, continuer sur Monêtier les Bains que l’on atteint en 1h. De là, attaquer la longue montée vers le col (qui contrairement à ce que son nom pourrait laisser penser n’est pas le col situé au dessus du lac de l’Eychauda) où l’on retrouve les remontées mécaniques de la station de Serre-Chevalier.

La descente est raide et longue sur Vallouise et les derniers km sont pénibles car sur la route (mais j’ai pu les éviter en faisant su stop !). Nuit au camping à Vallouise (1200m d’altitude).

3ème jour : Vallouise au refuge du Pré de la Chaumette par le col de l’Aup Martin et le Pas des Cavales. Durée 10h.

Pour ne pas changer, encore une longue journée (environ 25km) ! Petite astuce, pour éviter les premiers km sur la route, il y a généralement une navette qui part tous les matins vers 7h30 et vous conduit jusqu’au terminus à Entre-les-Aygues (1604m).

Cette étape traverse deux cols successifs à plus de 2700m d’altitude, au milieu de nulle part ! Les derniers mètres avant d’atteindre le col de l’Aup Martin à 2761m sont raides dans une pente schisteuse qui peut s’avérer glissante par temps de pluie. C’est l’un des passages les plus alpins du GR. Bâtons recommandés, et en cas de névé, piolet indispensable. La traversée sur le Pas des Cavales à 2735m est courte, et la descente sur le refuge du Pré de la Chaumette (1800m), bien que raide, est magnifique. Bivouac sur le replat au dessus du refuge.

4ème jour : Refuge du Pré de la Chaumette au refuge de Vallonpierre par les col de la Valette, de Gouiran, et de Vallonpierre. Durée 6h30.

Bon, je me répète, mais oui, c’est encore une longue journée ! Au programme aujourd’hui, pas moins de trois cols : col de la Vallette (2668m), col de Gouiran (2597m) et col de Vallonpierre (2620m). Ce dernier est tellement étroit qu’on peut même s’asseoir à cheval dessus, avec les pieds de chaque côté du col ! Comme pour le col de l’Aup Martin, ces trois cols sont composés de pentes schisteuses pouvant devenir extrêmement glissantes par temps pluvieux.

Bivouac à proximité du refuge et du lac de Vallonpierre (2271m). Faire attention cependant, les renards ont l’habitude de fréquenter l’endroit en quête de nourriture.

5ème jour : Refuge de Vallonpierre à Villar-Loubière par le refuge de Chabournéou. Durée 6h.

Descente dans la Vallée du Valgaudemar en passant sous les raides glaciers du Sirac par le refuge de Chabournéou (1998m). Il est possible de descendre de façon plus directe à partir de Vallonpierre, mais je pense que le détour vaut le coup.

On rejoint alors la route qui descend vers la Chapelle en Valgaudemar. Là encore j’ai fait du stop pour éviter le bitume et raccourcir la journée ! Nuit au camping à Villar-Loubière (1017m).

6ème jour : Villar-Loubière au refuge des Souffles. Durée 3h30.

Réveil sous la pluie ce matin. Pas motivée, je reste dans mon duvet jusqu’à midi (ça fait du bien une grasse mat de temps en temps !). Finalement le temps se dégage et je décide de monter au refuge des Souffles (1975m). Quand j’arrive c’est le grand ciel bleu et j’ai le droit à un coucher de soleil magnifique depuis mon bivouac !

7ème jour : Refuge des Souffles au Désert en Valjouffrey par le col de la Vaurze. Durée 5h.

Montée jusqu’au Col de la Vaurze à 2490m. Certains passages exposés sont équipés de câbles. Du col, la descente jusqu’au hameau du Désert en Valjouffrey à 1260m est raide (c’est le moins qu’on puisse dire !) et parait interminable. On en voit déjà les toits depuis le col ! La plupart des gens font l’ascension du col de Vaurze en une journée depuis Villar-Loubière.

8ème jour : Désert en Valjouffrey à Valsenestre par le col de Côte Belle. Durée 6h30.

Montée au col de Côte Belle (2290m) par de nombreux lacets serrés. Du haut du col, vue sur le col de la Muzelle (qui parait très raide !) au programme du lendemain. Descente agréable jusqu’au hameau de Valsenestre (1294m). Malheureusement, j’arrive sous la pluie ! Je fais donc une exception et je dors au gite ce soir (avec un vrai bon repas aussi tant qu’à faire !).

9ème jour : Valsenestre au refuge de la Muzelle par le col de la Muzelle. Durée 5h.

Départ sous la pluie pour le col de la Muzelle à 2625m. Mais le temps de monter (et c’est long !), le ciel se dégage et on peut enfin voir le col de Côte Belle en se retournant ! La dernière partie avant le col est très raide (pire que le col de l’Aup Martin), là aussi sur des schistes instables, et je suis bien contente d’avoir mes bâtons de marche (car c’est d’autant plus difficile de garder l’équilibre avec le gros sac que je porte !).

Du col, vue splendide sur le lac de Muzelle au dessous et la station des Deux Alpes au loin. Descente rapide à travers des pierriers jusqu’au lac et refuge de la Muzelle à 2130m. J’installe mon bivouac et je vais faire un tour au dessus du refuge, et là je me fais une entorse terrible en marchant entre les touffes d’herbes ! Vraiment très con je sais, après tous les cols exposés que je viens de traverser sans problèmes !

10ème jour : Refuge de la Muzelle à Bourg d’Oisans. Durée 7h.

Ce matin, malgré la crème anti-inflammatoire, ma cheville est énorme ! Je descends donc direct sur Venosc. Les 1200m de dénivelée sont un véritable calvaire. Je décide donc de mettre un terme à mon trek et de faire du stop jusqu’à la Grave pour récupérer ma voiture.

Le GR monte normalement au col du Vallon (2541m) avant de d’attaquer la longue descente par le lac Lauvitel (1530m) et la Danchère (992m). J’y suis retournée depuis, et c’est un endroit à ne pas manquer.

11ème jour : Bourg d’Oisans à Besse en Oisans par le col de Sarenne. Durée 7h30.

Bien que je n’aie donc pas fait les deux derniers jours de trek, j’en donne ici une description sommaire d’après ce que j’ai pu lire dans mon topo guide.

Depuis Bourg d’Oisans, montée par un sentier raide équipé de main courante qui traverse ensuite une série de petits hameaux. Le GR descend alors dans les gorges boisées de Sarenne, avant de remonter jusqu’au col de Sarenne (1999m). Descente raide dans la vallée du Ferrand, puis remontée jusqu’à Besse en Oisans (1550m).

12ème jour : Besse en Oisans à la Grave par le plateau d’Emparis. Durée 7h.

De Besse, le sentier monte au Col Nazié, continue le long de la crête jusqu’au col Bichet à 2245m, puis traverse les pâtures du Plateau d’Emparis jusqu’au col du Souchet (2365m). Vue spectaculaire sur la Meije et ses voisins. Puis longue, et parfois raide, descente jusqu’au village de la Grave (1474m) dans la vallée de la Romanche.

Accès

La Grave à 1474m sur la route Grenoble - Briançon (traditionnellement, le départ se fait de Bourg d’Oisans).

Commentaires

  • par le 4 août 2008 à 17h14

    J’ai mis en ligne ton article, mais une petite remarque pour la photo du logo ne pas dépasser 85 pixels de large.
    Biz, à pouêt.

  • par le 4 août 2008 à 22h04

    Merci Mich ! Desolee pour le logo, je ne savais pas.

  • par le 12 août 2008 à 12h33

    Superbe trek au long court !
    Ca donne envie tout ça ! avec des paysages sublimes ...
    Le top serait d’avoir une carte du parcours sous Google Map ! Arf ....

  • par Laurent Maillardle 16 juillet 2011 à 12h12

    Merci pour ce descriptif complet !!
    Est t’il possible de faire ce trek jusqu’à la mi-septembre ?
    Merci

  • par marcle 6 juin 2012 à 10h28

    Bonjour, je pense faire le GR54 aussi ; et cherche les "bon endroit" pour bivouacer et les points d’eau potable ; est ce que quelqu’un aurais ces infos ? Merci d’avance.

  • par le 6 juin 2012 à 11h08

    Bonjour Marc, tu peux bivouaquer pres de refuges sans problemes, ou bien ou bon te semble ! Pas de probleme pour l’eau les ruisseaux sont frequents, pense juste a traiter l’eau avec du micropur ou de l’hydroclonazone par precaution. Bon trek !

  • par le 7 juin 2012 à 23h19

    Un superbe trek qui donne vraiment envie de faire toutes ces étapes. Merci pour toutes ces photos.

  • par geff18le 8 juillet 2012 à 17h58

    j’ai fait 2 fois le gr54 il y a 30 ans !la vue sur la meige du plateau d’emparis est superbe !
    à l’aube de mes 52 ans est il raisonnable de le refaire ?
    à l’époque on buvait l’eau des torrents sans ajouts !la traversée des petits villages,l’odeur du pain !
    que des bons souvenirs !vraiment une boucle a faire

  • par isa37le 17 juillet 2012 à 18h41

    peut on faire ce GR avec un chien ?

  • par le 18 juillet 2012 à 00h46

    Pour le chien, il faut verifier les regulations du Parc National des Ecrins pour voir si les chiens sont autorises.

  • par le 18 juillet 2012 à 08h51

    Bonjour,

    Ayant moi même un compagnon de randonnée à 4 pattes, je confirme que les chiens sont interdits dans tous les parcs nationaux aisni que dans les réserves naturelles (ex : haut plateaux du vercors, Ristolas-Mont viso...etc).

    Un parc national est un territoire naturel, ouvert à tous, mais soumis à une réglementation très stricte :
    - pas de chien, même tenu en laisse, pour la tranquillité des animaux sauvages et domestiques (seuls les chiens des bergers sont autorisés). Vous pouvez être condamné à une forte amende , en cas de non respect de la règle.

  • par isa37le 18 juillet 2012 à 22h54

    merci, j’espérais que le Gr soit à la limite du parc.

  • par dylanle 15 août 2012 à 16h26

    salut jveu me faire le GR54 avec des amies et j aurai voulu savoir un truc copbien faut il prevoit d argent par personne pour manger et dormir ?

  • par le 15 août 2012 à 16h55

    Salut dylan, en changeant de refuge tous les soirs, en sachant qu’un refuge ou gîte coute en moyenne 40 £ par nuitée comprenant le repas du soir et le ptit’dèj, plus le repas à emporté pour le midi à peu près 8£, alors 40+8=48x12=576£.

    Bien sûr, ces prix sont approximatif.

  • par le 15 août 2012 à 17h13

    C’est encore moi, voilà les tarifs du refuge de vallonpierre.
    http://www.vallonpierre.fr/m1.html

  • par Mariannele 9 janvier 2013 à 17h16

    Compliments pour votre récit en même temps éclairantes et posées, nous avons effectué aussi se circuit mais avec la variante du GR54 C en plus.

    http://www.nos-sentiers.fr/spip.php...

  • par Patrickle 9 février 2013 à 01h54

    Pour le passage entre Vallouise et la vallée du Valgaudemard (avec deux bivouacs à côté des refuges), est il facile d’avoir accès à de l’eau ou faut-il s’adresser aux refuges concernés ?)

  • par Angeliquele 15 février 2013 à 21h28

    Bonjour Patrick, pour le refuge du Pré de la Chaumette, ruisseau / torrent a proximite donc pas de probleme. Pour le refuge de Vallonpierre, je ne me rappelle plus (il y a le lac) mais il n’y a pas de probleme a aller demander de l’eau au refuge.

  • par le 17 mars 2013 à 17h07

    Bonjour,

    Est-ce possible de parcourir une partie du tour de l’Oisans fin mai ? Neige restante, précipitation, etc.
    Y-a-t-il des sites fréquents pour se ravitailler (je compte partir avec ma tente mais aimerais ne pas trop me charger en nourriture) ?

    Je vous remercie par avance pour vos réponses.

  • par Stephilismele 12 août 2013 à 16h34

    Laulk, il y a de nombreux ravitaillement (La Grave, Monnetier, Vallouise ; Bourg D’oisans).
    Grosse précision, depuis ce topo, le col de Muzelle a entierrement été refait avec bien une soixantaine de lacets tracés dans le schiste qui le rend franchissable très aisément (bien qu’impressionant de loin)

  • par Jérômele 2 octobre 2013 à 15h00

    Bonjour, je souhaite faire un trek a la fin du mois d’octobre et le gr34 me plaît bien. Est-ce qu’il est praticable fin octobre généralement en bivouacant pres des refuges ?

  • par le 2 octobre 2013 à 16h21

    Je ne connais personne capable de prédire si fin octobre il y aura 0 cm de neige aux cols, ou 10 cm ou 1m.

  • par Bertrandle 5 janvier à 14h35

    Bonjour ! Je prévois de faire le GR 54 mi-juin 2014. Dans le cas d’un enneigement assez important, que pense-tu de la nécessité de crampons semi-automatiques, ou d’un piolet, ou bien des deux ?

  • par le 5 janvier à 16h02

    Le GR.54 passe à des altitudes importantes. Je pense par exemple au Col de la Muzelle qui peut être encombré de neige tardivement.
    Le piolet me semble indispensable au mois de juin.
    Le passage de névé est une cause importante d’accident pour les randonneurs et l’usage d’un piolet même en plein été, peut être le bienvenu. Beaucoup de randonneurs ne connaissent pas les techniques de progression sur la neige et sous-estime le danger des névés.
    Le passage de névé en dévers est particulièrement dangereux et la confusion entre la difficulté et l’exposition est responsable de la plupart des accidents. (surtout sur glacier)
    Avec un piolet on peut tailler la marche et s’assurer. Avoir des crampons c’est pouvoir faire face à tous types d’imprévus mais c’est aussi une surcharge relativement importante. Pour les randonneurs qui voudraient se confronter à la haute montagne, le mieux c’est de faire une école de glace.

  • par Laurentle 15 avril à 15h56

    Hola Angélique,
    Bravo pour ce CR de ton trek ;)
    Quel était le poids de ton sac ? Pour la nourriture tu as emporté quoi ? Tu faisais le plein à chaque village rencontré ou refuge ?
    Cdlt

  • par le 15 avril à 19h00

    Bonjour Laurent,

    Pour le sac, je ne sais pas trop, je dirais une quinzaine de kg avec eau et nourriture. On peut se ravitailler dans les villages (la Grave, Monetier, Vallouise etc... et j’ai aussi de temps en temps pris des repas dans les refuges pour éviter de porter plusieurs jours de nourriture. Je suis partie sans réchaud, je préférais manger froid mais ne pas m’encombrer de popote et gaz etc... Bonne rando !

  • par JérémieB.le 19 juillet à 12h22

    Magnifique GR ! Bonne idée pour le départ de la Grave, j’ai trouvé la finale sur le plateau d’Emparis, avec la vue sur la Meije, beaucoup plus gratifiante que l’arrivée à Bourg d’Oisans. Merci beaucoup pour le topo et les conseils, très utile :) !

  • par fombonne jean-paul et marie-christine 07le 21 juillet à 13h49

    nous avons réalisé ce tour des écrins du 10 au 20 juillet 2014. Nous avions consulté et bien étudié votre descriptif qui nous a été bien utile et nous vous en remercions. Le plus dur reste pour moi le col de l’aup martin qui était encore bien enneigé. Sur cette étape là nous avons fait la connaissance d’un jeune québécois fort sympathique que nous espérions retrouver un peu plus tard dans l’étape du refuge du pré de la chaumette au refuge de vallonpierre, mais nous pensons qu’il a du descendre dans la vallée du valgaudemard, de ce faite il a du prendre une étape d’avance sur nous. En discutant avec lui, je sais qu’il avait aussi consulté votre topo. En espérant qu’il revienne consulter votre site, nous lui adressons ce petit message pour savoir comment s’est passé son périple ?

  • par Tintinadele 23 août à 16h06

    Je la i fait en 1978 !!! J vais 15 ou 16 ans !! Le premier !! Dur mais genial !!!

  • par le 24 août à 23h14

    Délicieux !! Se rappeler l’année exacte de la rando mais pas son âge !

Poster un nouveau commentaire ?
Nous vous conseillons de vous connecter !     pourquoi ?

Sorties associées

Vous pourrez trouver dans cette section les derniers récits et photos de celles et ceux qui ont fait cette randonnée.
Il n'y en a pas pour le moment. Si vous venez de la faire, n'hésitez pas à venir l'épingler ici !

→ Ajoutez votre sortie...

Topos en relation

  • GR 54 - Tour de l’Oisans

    consulter le topo : GR 54 - Tour de l'Oisans

    Rando de 4 jours sur le parcours du tour de l’Oisans (GR 54). Grosses étapes : 7 à 8 heures de marches avec D+ 1500 à 2000 (...)