Ski de rando : Changer de matériel pour 1000€ ?

Après quelques années de résistance face au dictat du matos "up to date", je suis prêt à céder... En bon skieur moyen, et vu le prix effarant des skis de rando, je me suis longtemps résigné à utiliser un matériel vieillissant mais fonctionnel. C’est en repoussant peu à peu à mes limites, que j’ai eu envie de skis plus portants, plus faciles et moins lourds...

Ceci dit, je ne voulais pas abdiquer complètement. Étant d’une génération qui a débuté dans le minimalisme matériel en ce qui concerne le matos de montagne, un sacrifice total sur l’autel de la consommation était hors de question. Aussi me suis-je donné un objectif, une utopie : changer mon matériel de ski de rando pour 1000€.

JPEG - 95.2 ko
Au Pic Blanc du Galibier avec l’ancien matos

Première étape : les chaussures de ski de rando

PNG - 237.2 ko

Durant des années je suis resté scotché à mes Nordica TR12, confortables, lourdes, solides, thermiques, mais affreusement difficiles à enfiler au petit matin. Malgré un chaussant un peu large, je m’en accommodais tant bien que mal, me disant que vu mon niveau de ski, elles feraient bien l’affaire...

J’ai finalement succombé à l’attrait des nouveaux modèles, surtout pour gagner en légèreté et en facilité de chaussage. J’ai largué mes Nordica pour une polyvalente plus légère et facile à gérer : la Scarpa Maestrale.

Une chaussure finalement pas trop chère, car située au mitan du marché, avec un bon compromis montée descente et surtout un confort de chaussage et général très réussi pour une technicité satisfaisante. >>> SCARPA MAESTRALE ? VOIR LE TEST COMPLET

S’équiper en matériel de ski de rando pour moins de 1000 euros : une utopie ?

L’impact financier du renouvellement de chaussure est plus que conséquent, mais c’est peut-être aussi le plus conséquent en terme de modernité. J’y gagne à la fois en légèreté, en confort et en technicité. Pour mon style de ski qui passe à côté de l’extrême, mais qui aime les longs parcours sauvages en autonomie, ce changement est une réussite, et un plaisir que j’espère amortir sur de nombreuses années.

Impact du changement de chaussures : déjà 450€ ! Dur, dur, il reste 550€ pour les planches et les fix...

Les planches

JPEG - 18.5 ko

Pour le choix des planches, je regarde chez Hagan, je passe dans le Zig et le Zag, et rien au-dessous de 450€... Comme je veux du neuf, et que je reste fidèle à mon objectif, je vais finalement vers les Bionnassay 700, fabriqués et commercialisés par Décathlon. Sauf erreur de ma part, leur prix (300€ voire moins) est introuvable par ailleurs et le ski semble correct : 85mm au patin avec un rayon de courbe de 19m en 177 cm.

C’est un pari un peu risqué car on ne peut pas dire que Décathlon se soit forgé une véritable expérience en ski de rando. De plus si l’on n’habite pas les zones de montagne les vendeurs ne connaissent pas l’existence de ce matériel !! A bouc Bel Air, peut être le plus grand magasin de France, le responsable du rayon ski ne sait même pas qu’il existe. Je me dis que je suis mal tombé, mais un coup de fil le lendemain à un autre "responsable", me replonge dans le même dialogue de sourd que la veille... Pour la pose des fixations, l’atelier me fait les gros yeux. Ils avaient un gabarit un jour mais va savoir où il est...Bon...ça commence bien cette affaire, j’espère que je ne le regretterai pas...

Sous total 1 : chaussures+planches : 750€

Les fixations

JPEG - 22.1 ko

Des planches sans fixations, c’est plutôt insuffisant, et il ne me reste que 250€ !. Le choix de la Dynafit TLT Speed Turn 2.0 s’impose tout de suite. Ce sont les moins chères de la dernière génération. Données pour 690g, je les pèse à 790g sur ma balance avec les attaches et les vis de fixation.

Les Speed Turn 2.0 ont la réputation d’un bon rapport qualité/prix, même si elles n’ont pas les butées avant des "radical". Ces butées aident énormément pour chausser, en accueillant l’avant de la chaussure et en facilitant l’alignement des opercules avec les inserts. Je verrai à l’utilisation si c’était une erreur de ne pas les prendre pour 50€ de plus. Prix du matos : 220/250€ mais on arrive à les trouver à moins de 200€ + port, c’est moins cher que les Diamir qui sont deux fois plus lourdes (deux technologies différentes).

Sous total 2 : Chaussures+planches + fix : 1000€

Peaux, couteaux

Malheureusement je ne suis pas au bout de mes peines. Il va falloir me résoudre à dépasser mon budget pour une paire de peaux neuves et des couteaux, mais avant cela, il y a la pose des fixations. Je bricole un peu mais je ne prendrai pas le risque de le faire moi-même. Comme le D4 de Bouc Bel Air n’a pas le gabarit (sic) et que je n’ai pas envie de monter au D4 de Digne, il me reste la solution Approach (40€) le Vieux à Marseille (55€) ou la Montagne /Alpina à Marseille (40€). Sous total 3 : chaussures, skis et fixations posées : 1040€

Pour les couteaux, je n’ai pas le choix : seuls les Dynafit iront sur les fix.. Ces petites bêtes en alu reviennent tout de même à 50€ et des brocs...

Sous total 4 : chaussures, skis et fixations posées et couteaux : 1090€

Pour les peaux, je ne prendrais pas les moins chères car je veux un étrier devant et une attache arrière, à mon avis indispensables pour les sorties de plusieurs jours où l’adhérence des peaux est mise à contributions en ambiance froide. Je joue donc la sécurité et j’achète des High Trail, des peaux fabriquées en Suisse. Pour le coup, j’achète sans connaître, parce qu’on me les conseille chez Alpina et parce qu’elles sont taillées pour mes skis. À tester... Prix : 150€

TOTAL : en prix affichés, chaussures, skis et fixations posées et peaux adaptées : 1190€

En prix affichés,on dépasse donc l’objectif initial, mais les prix que j’ai indiqués sont souvent remisés (fix notamment). Avec les promos, les soldes, ou en négociant, on doit pouvoir recoller les mille ; n’hésitez pas à négocier pour un pack !

Et... la sécurité

JPEG - 24 ko

J’en resterais là s’il n’y avait pas une chose trop oubliée : le matériel de sécurité. Combien de vieux briscards se trimbalent encore avec un DVA des premières générations, même pas révisé... A avoir un détecteur de recherche, autant qu’il soit détectable par ceux des copains !!

Faut-il rappeler que l’année dernière (2014/15), nous avons eu le record de mort en avalanche ?... Et cet hiver les spécialistes commencent à dire que les conditions se présentent de façon similaire... Alors si vous possédez un détecteur de victime analogique, peut-être faut-il réfléchir à 2 fois... ou plutôt à 250 € (prix d’un bon numérique) ? Question sécurité je ne conseille pas d’acheter le meilleur marché mais du matériel de marque éprouvée. Mon choix : le DSP Sport de PIEPS qui est à 244€. Il a 3 antennes offrant une bonne portée et une utilisation simplifiée avec son bouton unique. Une portée de réception circulaire digitale, toute direction. Un capteur de mouvement. Une fonction marquage pour la recherche multi-victimes. Un autocontrôle : toutes les fonctions principales sont testées à l’allumage. Un émetteur intelligent, une bascule automatique de l’antenne d’émission, et la possibilité de vérifier les mises à jour sur votre PC ou Mac.

Je rappelle qu’un D.V.A. (détecteur de victime d’avalanche) seul ne sert pas à grand chose. Une fois la victime localisée, la sonde, et surtout une bonne pelle sont absolument nécessaires pour sortir quelqu’un de la neige vivant ! Essayez un jour avec vos gants ou un ski et vous verrez ce que vous serez capable de faire...

JPEG - 2.3 ko

Pour être complet, voici le Kit Pieps, qui propose une pelle alu, au manche ergonomique avec rallonge, grip et poignée. Pesée 648g sur ma balance. Bonne prise en main. Rallonge facile. Très efficace en recherche de victime (testée en exercice). En neige dure, passer du plastique à l’aluminium est assez parlant. J’aurais même tendance à dire que la pelle en plastique n’est pas une vraie pelle voire une sous-pelle. L’efficacité d’une pelle alu comme la Tour T pour tailler un abri, et bien évidemment pour sortir une victime ensevelie sous de la neige tassée sera véritablement supérieure et confortera le sauveteur dans son effort.

JPEG - 7 ko

Pour finir, la sonde iProbe 220. Une sonde électronique numérique dotée d’un indicateur optique et sonore pouvant détecter n’importe quel DVA répondant à la norme EN 300718 et désactiver un DVA PIEPS à la demande. Poids : 370g sur ma balance. En 5 brins pour 220 cm, elle se rigidifie très rapidement et se vérouille automatiquement. Mise en fonction du système de recherche optique en appuyant 3 fois sur le gros bouton jaune de la poignée : signal biiip de mise en route, puis signal de recherche. Une seule pile dans la poignée.

Cette sonde électronique permet de localiser le DVA d’une victime d’avalanche en 3 phases :

  • A1- pas d’émetteur à proximité : signal sonore permanent (tschip...tschip...tschip)
  • A2- émetteur actif à proximité ; environ de 0.5 à 2m (données fabricants vérifiées en indoor) : les signaux sonores et lumineux augmentent pour préciser la proximité de la cible.
  • A3- émetteur actif à proximité immédiate (vers 50 cm) : émission d’un signal sonore et d’un signal optique continu (piiiiiiiiiep !)

Démonstration de la sonde électronique Pieps

Après tout ça, il reste à tester tout ce beau matériel. Pour les chaussures et le kit de sécurité, c’est déjà fait. Pour le reste, cela ne saurait tarder. J’ajouterai ici les conclusions sur ce changement.

Gain de poids : Une différence de 600 grammes sur l’ensemble ski/fixations. C’est moins bien que ce que j’espérais au départ. La différence se faisant essentiellement au niveau des fixations. Les skis nus sont donc aussi lourds avec 3 cm de moins mais une surface de planche nettement supérieure : 85 au patin contre 71...

Commentaires

  • par Julienle 31 janvier 2016 à 20h06

    Hello,
    Merci pour ce dossier... Effectivement, en profitant des promos astucieusement, je suis parvenu sous la fameuse barre des 1000 en utilisant des sites connus de vente en ligne (Ekosport, Glisshop), pas de beaucoup, 949 euros exactement avec cet équipement : Scarpa Rush (310), Volkl Amak + Look Alti 12 + peaux Gecko (639). Bonne glisse !

  • par Marionle 1er février 2016 à 22h14

    Bonjour Paul,
    Une petite question de néophyte. Tu es parti sur la fixation Dynafit TLT Speed Turn 2.0 qui coute 250€. J’ai vu que la plupart des fixations en magasins étaient proches de 400 - 450 €. C’est quoi la grosse différence entre ces 2 gammes ? Plus fragiles ?

  • par le 3 février 2016 à 09h26

    Bonjour Marion,
    On trouve actuellement la Speed Turn 2.0 à 190€. C’est l’évolution de la speed turn qui a fait ses preuves car c’est le modèle le plus vendu. Je ne crois pas qu’elles soient fragiles, mais elles sont par contre limitées à un patin de 85 mm max et ne sont pas indiquées pour les gros gabarits qui envoient du lourd. De plus elles n’ont pas de cales sur la butée avant qui facilite le chaussage.

    @ Julien : pourrais tu éventuellement nous faire un retour sur l’Alti 12, qui est plus chère en prix tarif.

  • par Francoisle 3 février 2016 à 14h18

    Bonjour,
    Très intéressants, vos tests. Voici ma question : une sonde électronique ne fait-elle pas double emploi avec un DVA ? Finalement, c’est le même principe. Quel est le + ?

  • par le 3 février 2016 à 15h46

    Merci François. Oui la sonde électronique Pieps est un peu "en dehors du sujet" car c’est un petit luxe si l’on cherche à rester le moins cher possible. Cependant j’ai trouvé cette nouveauté intéressante à présenter. Cela peut effectivement faire "double emploi" avec un DVA en cas de recherche "simple". En multi victimes, ou lorsqu’il y a beaucoup de skieurs ensevelis, elle permet de gagner du temps.

  • par Julienle 4 février 2016 à 11h48

    @Paul,
    La Look Alti 12 est fabriquée par Plum. C’est quasi la meme si ce n’est exactement la meme que la Plum guide M. Pas de souci avec. Je la trouve facile d’utilisation. Je ne peux pas comparer avec une TLT, jamais utilisée. Elle a déchaussé une fois, quand il fallait ! C’est vrai qu’elle est plus chère en théorie, mais en prix package, je l’ai eue à un prix assez attractif avec des skis polyvalents pas forcément top pour la grosse poudre mais je suis plus dans une utilisation rando que grosse descente !
    Les peaux Gecko sont pas mal aussi. Bonne accroche sur pas mal de conditions de neige. Par contre les fixations sont pas terribles je trouve. Elles ont tendance à se décrocher à l’arrière et à glisser sur le coté devant. Je suis tout le temps en train de les surveiller... Je les ai raccourcies d’un cran pour la prochaine sortie... à suivre !

  • par le 4 février 2016 à 12h22

    merci Julien. La pose des fix a été offerte ?

  • par Ceciliale 6 février 2016 à 17h28

    Bonjour
    Je débute en ski de rando mais j’ai un bon niveau de ski. Pouvez vous m’indiquer qu’elle taille de ski prendre (10 cm de moins que sa taille ?)

  • par le 6 février 2016 à 18h09

    En général, c’est ça. Mais cela dépend de ton niveau de ski, de ton poids, et des caractéristiques du ski en question.

Poster un nouveau commentaire ?
Nous vous conseillons de vous connecter !     pourquoi ?

Publicité

  • Soldes jusque -80%

    Tentes de rando

  • Raquettes

  • Chaussures de rando

  • Sacs à dos

Les dossiers conseils :

Les tests matériels :