Veste de montagne softshell : bien choisir sa veste de randonnée.

Vous connaissez le principe des trois couches en montagne ? Les vestes softshell ont un objectif simple et compliqué à la fois : remplacer les 2° et 3° couches lorsque les conditions ne sont pas « extrêmes ».

La traduction littérale de « Softshell » est « Coquille douce ». Tout est dit. Vous aurez une bonne protection contre le vent et un sentiment de confort (vous n’avez pas cet aspect rêche que présentent les vestes hardshell – mais une grande maniabilité due aux tissus stretch).

Vous partez à la journée et vous vous êtes bien renseigné sur la météo ? Aucune grosse averse à prévoir ? Une bonne veste Sofshell fera l’affaire. Choisissez de préférence un modèle avec capuche, ce qui vous permettra d’avoir une protection totale en cas de vent fort ou de pluie fine.

Avantages des vestes softshell :

  • Légères, confortables,
  • Maniables dans les mouvements (tissu stretch)
  • Gain de place dans le sac par rapport au duo « polaire + veste hardshell »
  • Auront un effet imperméable lors d’une pluie fine et intermittente.
  • Le prix peu élevé (entre 100 et 200€ contre 300 à 700€ pour les veste de montagne Hardshell)

Inconvénients des vestes softshell :

  • Ne résistent pas à de fortes pluies. Les qualités d’imperméabilité sont souvent limités dans le temps (30 minutes)
  • Beaucoup moins chaudes que le duo « polaire + veste hardshell »
  • Effet coupe-vent beaucoup moins efficace qu’une veste hardshell .

Méfiez-vous des vendeurs approximatifs ! Une veste dite « déperlante » n’est pas imperméable (un tissu déperlant ne résiste pas à de fortes pluies).

Utilisation de la veste softshell

Conseillée

  • Rando à la journée printemps / été / automne.
  • Trek en altitude avec temps sec ou pluie légère occasionnelle.
  • Ski de rando de printemps avec bonnes conditions climatiques.

Non conseillée :

  • Alpinisme engagé
  • Rando à la journée avec un temps pluvieux
  • Trek dans un pays humide/pluvieux
  • Trek Hivernal avec des température froides.

Une veste idéale pour des treks en altitude avec temps sec ou une pluie légère occasionnelle.

Les détails à ne pas négliger sur une veste softshell :

  • Le serrage autour de la taille : primordial pour assurer une isolation optimale. Fini le petit vent frais dans le dos. (photo1)
  • Le serrage poignet : essentiel surtout en hiver. Vous desserrez, vous enfilez vos gants et vous resserrez. Isolation garantie. (photo2)
  • Attention à ne pas prendre une veste avec une fermeture éclair difficile à saisir. La fermeture est souvent prolongée par un bout de cordelette pour une meilleure prise en main (notamment avec des gants) - (photo3)
  • La protection du menton : pour ne pas irriter votre menton sur la fermeture éclair, celle-ci doit être protégée par une matère douce (photo5)
  • Les grips » de protections sur le dos : stabilisent votre sac à dos et permettent d’éviter l’usure prononcée de la veste au niveau des épaules. Quelques fabricants en proposent.
  • La capuche  : essentielle quand il y a un petit vent frais ou une petite averse > protection de la tête mais aussi du coup, très sensible aux variations de températures.

L’entretien de la veste de trek softshell :

L’entretien d’une veste sofshell est assez simple : laver à très basse température (éviter absolument les adoucissants) et faire sécher de préférence au soleil (et en plus c’est plus écolo).

Vestes softshell proposées par notre partenaires Barrabes

Vestes softshell pour homme

Vestes softshell pour femme

Vestes pour enfants

Commentaires

  • par Lokile 12 novembre 2012 à 22h03

    Un autre inconvénient à noter, la semaine dernière j’ai prit une averse alors que je portais ma veste softshell, elle a bien résisté les premières minutes puis ça a été un véritable enfer, la veste était imbibée d’eau et ne séchait pas, après avoir passé une nuit épouvantable (je n’utilise ni abri, ni sac de couchage, j’ai donc dut dormir en t-shirt en plein mois de novembre), je me suis aperçu, le lendemain matin qu’elle était toujours aussi trempée, il aura fallut 24h pour que je puisse réutiliser cette veste et encore, le bout des manches était toujours mouillé...
    Bref, si comme moi, vous voyagez sans sac ni abri, prévoyez tout de même une petite veste imperméable, le softshell est une véritable merveille mais pas pour la flotte...

  • par le 12 novembre 2012 à 22h39

    Oui effectivement Loki ! Une veste softshell résiste difficilement à un orage ou à une grosse pluie. Rien ne vaut une veste dite "hardshell" pour cela ! La nuit a du être dure :-)

  • par artle 11 avril 2013 à 20h25

    assez explicatif votre article !

  • par Karlle 26 mai à 18h48

    Article sympa en effet. Le poids de a veste doit être essentiel et la place qu’elle tient dans le sac sont hyper importants !
    http://www.wanarun.net/blog/lafuma-...

  • par Cuble 12 août à 11h51

    Perso j’ai une softshell avec intérieur merino de chez MacPac. C’est donc léger et chaud, mais en effet pas du tout adapté pour une grosse averse. Ca ne fait que perler un temps (10 min sous averse normale je dirais). Quant au budget 100/200 €, ça dépend vraiment des marques. Le top, c’est chez Arc’teryx qu’on le trouve en général, et le budget est doublé. Ce site est le top niveau reviews : http://www.outdoorgearlab.com/ même s’il se concentre sur des marques américaines et européennes, et ignore la qualité qui se fait du côté des marques australiennes et néo-zélandaises.

    A noter que les Softshell sont aussi en général plus à même d’être portées en ville, certaines sont assez sobres et servent donc de veste de tous les jours.

  • par le 12 août à 12h59

    Pour un retour d’expérience, j’ai une veste softshell de chez Millet que j’ai aussi utilisée en alpinisme facile de 1 à 3 jours (nuits en refuge), protection parfaite contre le vent et contre un temps maussade (pluie fine en continu, neige et grésil). Je l’ai aussi testée en ville sous forte pluie, elle résiste plutôt bien (environ 30min à 1h), j’ai été agréablement surpris.

Poster un nouveau commentaire ?
Nous vous conseillons de vous connecter !     pourquoi ?

Les dossiers conseils :

Les tests matériels :