4 jours sur les Hauts Plateaux du Vercors en rando-raquette autour du Grand Veymont – à raquettes

Difficulté :
Difficile
Dénivelé :
1698m
Durée :
3 jours et plus

4 jours en Rando-Raquettes autour du Grand Veymont, en plein hiver. Brouillard à couper au couteau, paysages grandioses dignes des grands espaces américains, nuit glaciale par -15°C, de la neige fraîche en quantité. Attention GPS obligatoire ! – Auteur :

Accès

Départ de Chichilianne.
Nous sommes arrivés de Paris par le dernier train-couchette en fonction, la ligne Paris -> Briançon.
Départ à 20h50 de Paris. Arrêt à Veynes-Dévoluy à 06h22, puis arrivée à Clelles à 08h44.
Le bourg de Clelles se situe à 15 mn à pied de la gare. Il y a une boulangerie, 2 épiceries et un bar fort sympathique.
La gare de Clelles se trouve à moins de 5 km de Chichilianne.
Le stop fonctionne très bien même en pleine hiver pour aller de Clelles à Chichilianne.

Précisions sur la difficulté

  • La difficulté est surtout liée à l’orientation en fonction de la météo.
  • Nous avons passé deux 1/2 journées en plein brouillard (visibilité moins de 10 m). Et même en condition claire et dégagée, vu que nous n’avons pas suivi d’itinéraires tracés (GR, etc...), c’est compliqué de se diriger sans GPS.
  • La seconde difficulté est liée à l’enneigement. Les Pas peuvent être très enneigés et venteux. (création de corniches, etc...)
  • Nous avons utilisé les crampons pour descendre le Pas de la Ville le dernier jour.

Les infos essentielles

  • Carte IGN : TOP 25 - 3237OT - Glandasse/Col de la Croix-Haute/Pnr du Vercors + TOP 25 - 3236OT - Villard-De-Lans/Mont Aiguille/Pnr du Vercors
  • Distance : 36,74 km
  • Horaires : comptez 8 h par jour
  • Dénivelé + : 1,698 m
  • Dénivelé - : 1,431 m
  • Altitude maximum : 1,957 m
  • Altitude minimum : 981 m
  • Balisage : Freeride, puis GR / PR

Itinéraire

Ouvrir en grand !

Chargement de la carte en cours

Jour 1 : Chichilianne -> Pas de L’Essaure -> Cabane de Chaumailloux

Distance : 10,5 km
Temps : 7h04
Dénivelé + : 1007 m
Dénivelé - : 416 m
Alt max : 1847 m
Alt min : 981 m

Départ du bourg de Chichilianne puis montée vers le Pas de l’Essaure.
Nous chaussons les raquettes sur le dernier 1/3 du parcours.
Arrivée au Pas de l’Essaure dans un brouillard total (visibilité quasi nulle).
On trouve difficilement la cabane du même nom, mais surprise à notre arrivée, 2 personnes ont laissé toutes leurs affaires et le poêle est en train de chauffer... bonheur !

Nous passons le reste de la journée dans la purée de pois. Navigation au GPS et "à vue".

Expérience presque psychédélique, perte complète de repères, de distances, de volumes, de dénivelés... nous avançons dans un univers exclusivement Blanc.
Au cours de l’après midi, nous aurons la surprise de voir apparaitre deux silhouettes qui se rapprochent de nous, seul tache de couleur dans se monde immaculé. Il s’agira des locataires de la cabane de l’Essaure. Ils y sont depuis deux jours... : )

Le brouillard se lève en toute fin d’après midi nous permettant enfin d’apprécier les magnifiques paysages au coucher du soleil.

Nous rejoignons la Cabane de Chaumailloux fraîchement rénovée à la tombée de la nuit. Le grand luxe : double vitrage, poêle très efficace. Une première nuit confortable s’offre à nous.

Jour 2 : Cabane de Chaumailloux -> Cabane des Aiguillette

Distance : 9,5 km
Temps : 6h30
Dénivelé + : 619 m
Dénivelé - : 373 m
Alt max : 1957 m
Alt min : 1626 m

Matinée passée dans le brouillard qui daigne se lever vers 11H00 avec l’arrivée d’un blizzard violent qui nous accompagnera tout au long de la journée... et de la nuit... Rafales prévues à + de 60 km. Températures glaciales, -10/-15°C prévues, ressenties....?

Une fois le brouillard dissipé, des paysages grandioses nous apparaissent comme sortis d’un rêve, mais un rêve giflé par le vent.

Nous faisons une pause déjeuner à l’étage de la Bergerie de Peyre Rouge. Pied et mains gelés par le froid et le vent qui s’immiscent dans chaque interstice.

L’après-midi se poursuit dans un sentiment d’extrême liberté, nous sommes seuls, perdus dans ce monde sauvage de neige, de glace, de vent et de sapin. Les conditions sont rudes, mais les paysages extraordinaires.

Nous arrivons au coucher du soleil à la cabane des Aiguillettes. 1,50 m de neige bloque la porte. Nous devrons la déblayer à l’aide de la pelle prévue à cette effet.

La cabane des Aiguillettes est sommaire. Pas de poêle, une paillasse en bois à 2 étages, une table, 2 bancs. Il fait aussi froid que dehors, mais au moins, on est protégé du vent.
Difficile dans ces conditions de se réchauffer.

Nous expédions le dîner, seul source de chaleur de la journée, et sautons dans nos sacs de couchage... Nous décidons de dormir sur la même paillasse (120 cm de large ?!?) pour ne pas perdre 1 degré...

La nuit ne sera pas de tout repos. Tempête à l’extérieur, glacière à l’intérieur. :)

Jour 3 : Cabane des Aiguillette -> Cabane de la Jasse de Play

Distance : 8,3 km
Temps : 4h55
Dénivelé + : 175 m
Dénivelé - : 442 m
Alt max : 1891 m
Alt min : 1598 m

Difficile de sortir du sac de couchage ce matin. Nous faisons tourner les réchauds pour faire fondre de la neige pour le petit déjeuner et préparer nos provisions d’eau pour la journée.

Le temps de prendre le petit déjeuner, nos pieds et mains sont gelés, les chaussures n’ont pas séchées. Vite, remettons-nous en marche pour nous réchauffer.

Nous souhaitions faire l’ascension du Grand Veymont (sommet le plus haut du Vercors 2341 m) mais le vent violent toujours présent au réveil nous empêchera de la faire.

Matinée magnifique : traversée de forêts splendides qui nous font penser à la taïga sibérienne, familles de bouquetins (15/20 bêtes) sur les pentes du grand Veymont, les barres rocheuses du massifs nous évoquent les grands parcs naturels américains...
Toujours seuls au monde, nous marchons le sourire au lèvres, les yeux pétillants de bonheur. Notre environnement continuellement changeant et toujours aussi grandiose nous fais oublier les douleurs dues aux engelures et à trois jours les pieds engoncés dans nos SnowPlak (www.snowplak.com) pas vraiment adaptés au profil de notre itinéraire...

Pause déjeuner à la Jasse de la Chau sous un soleil radieux. Le vent a complètement disparu, laissant place à des températures un peu plus clémentes.
Nous croiserons un groupe d’une vingtaine de personnes (raquettes et ski de rando). La moitié du groupe se dirige vers le Pas de la Ville.

1h30 plus tard, nous atteindrons la Jasse de Play.
Petite journée, mais pour un troisième jour nous n’allons pas nous plaindre. Ça nous laisse du temps pour préparer notre dernière journée.
Par où allons nous passer pour rejoindre Gresse-En-Vercors ?
Par le Pas de Berrièves en face de notre abris, ou bien rebrousser chemin vers le Pas de la Ville ? La nuit porte conseil !

Nous partageons la cabane avec un ermite marseillais qui la squatte depuis plusieurs jours. Nous avons donc du bois en quantité plus qu’en qualité (trop vert). Le poêle est inefficace, mais donne une impression de chaleur. On décide de dormir à même le sol prêt du poêle, car à l’étage on perd au moins 4/5°C. Nous dormons au moins dans un endroit sec et les températures ont bien "augmenté", donc la nuit est "reposante".

Jour 4 : Cabane de la Jasse de Play -> Pas de la Ville -> Gresse-en-Vercors

Distance : 8,5 km
Temps : 4h56
Dénivelé + : 438 m
Dénivelé - : 798 m
Alt max : 1939 m
Alt min : 1241 m

Réveil avant le lever du soleil pour profiter à fond de cette dernière journée.
Il a neigé toute la nuit et les 3 jours précédents. Il y a donc pas mal de neige fraîche, du brouillard et du vent. L’option Pas de Berrièves nous semble trop dangereuse au vu de la topographie et au risque de corniches instables dues au vent des derniers jours...

On décide alors de rebrousser chemin et de rejoindre Gresse-en-Vercors par le Pas de la Ville. Nous connaissons le chemin jusqu’à la Jasse de la Chau. Les sacs nous paraissent légers vidés de toutes provisions. Nous voilà donc prêt à s’attaquer au 300 m de D+ qui nous mènera au Pas de la Ville.

La montée est raide et s’effectue dans 50/70 cm de poudreuse bien épaisse... Le brouillard est revenu. Il neige... Tout ce qu’on aime, hahahah !

L’ascension est finalement plus rapide que l’on ne pensait. Arrivés au col, le vent est violent, et la visibilité nulle. Nous ne nous attardons pas. La pente Est du Pas est bien verglacée, nous enlevons alors les SowPlak pour ne garder que les crampons.

Nous croisons un groupe de skieurs qui arrive au col. La descente, raide, se poursuit tranquillement jusque Gresses-en-Vercors. Nous retrouvons alors la civilisation au pied des pistes de ski... C’est sans transitions que nous troquons les raquettes contre les skis pour cramer les dernières cartouches qu’il nous restait encore sous le pied...

Puis viendra enfin le temps de la première pinte et de la raclette tant attendue.

#rando-raclette !

Dernière modification : 23 janvier 2019
Réserve naturelle des Hauts Plateaux du Vercors

Sensibilisation

Pour une montagne plus propreLe milieu que vous allez traverser durant cette randonnée est fragile. Faites attention à la flore et ne dérangez pas la faune locale. Rapportez vos déchets chez vous et ramassez aussi ceux que vous trouverez. Vous soutiendrez ainsi le mouvement KeepTheMountainsClean

A propos

Auteur de ce topo :

Crédits : Olivier Le Fur et Benoit Loisel

Randonnée réalisée le 10 janvier

Topo publié le 23 janvier

(Avertissements et Droits d'auteur)

Commentaires

Chargement en cours Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Astuce : Si votre commentaire est long, aérez-le en créant des paragraphes. Pour cela, il suffit de laissez une ligne vide entre ceux-ci !