Abonnez-vous à notre newsletter !

À travers les Bauges : d’Albertville à Saint-Pierre-d’Albigny

Difficulté :
Difficile
Dénivelé :
5170m
Durée :
3 jours et plus

4 jours à travers les Bauges : des crêtes, du ciel bleu, pas grand monde, bref une belle randonnée ! – Auteur :

Accès

Randonnée réalisée en transports en commun :

  • Départ de la gare d’Albertville
  • Arrivée à la gare de Saint-Pierre-d’Albigny

Précisions sur la difficulté

  • En autonomie : sac à dos assez lourd
  • Des passages où il faut poser les mains et chute interdite : descente du Trélod, et dent d’Arclusaz
  • Attention aux accès à l’eau : en cette période de sécheresse, de nombreuses fontaines/sources ne coulaient pas.

Les infos essentielles

  • Cartes IGN :
    — TOP 25 - 3432 ET "Albertville
    — TOP 25 - 3432 OT "Bauges"
  • Distance : 66 km
  • Dénivelée  : 5170m D+
  • Durée : 4 jours pleins (départ le samedi 15h, arrivée le mercredi 10h), 9h/jour

Itinéraire

Ouvrir en grand !

Chargement de la carte en cours

Jour 1 : Distance : 14km - D+ 1430m
Descente du train à Albertville (339m) en milieu d’après-midi, la randonnée peut commencer. On sort rapidement de la ville en suivant la route qui va à Perthuis (345m), le Villard (421m) et Mercury (550m). Le trafic est faible, puis la route laisse place à des chemins.
À partir de Mercury (550m), ça commence à monter plus sérieusement jusqu’à l’abbaye de Tamié (905m).
Au niveau de l’abbaye, on s’enfonce dans la forêt, entre sentiers et chemins forestiers (des sentiers étaient barrés suite à des travaux forestiers).
Arrivée au chalet du Drison (1639m) où je passe la nuit en tente sous le chalet, avec une vue panoramique sur la vallée.

Jour 2 : Distance : 15,5km - D+1460m
Mise en jambe directe en montant au col du Drison (1756m), puis on enchaîne sur la pointe de Chaurionde (2173m) où le panorama à 360° est magnifique.
On redescend sur la crête jusqu’au col d’Orgeval (1732m) puis on descend vers le chalet de Bonverdan pour remonter vers la Pointe des Auges (1538m) et le Pas de l’Ours.
Descente vers le Plan de France (1535m) puis arrivée au bas de la combe d’Ire (1025m). On remonte au Planay (1510m) avec ses vaches, puis direction le Rosay (1613m) pour finir à l’abri du Charbon (1636m) avec son confort *** (matelas, couvertures,...), mais avec sa source à sec...

Jour 3 : Distance : 18,5km - D+1100m
Le matin, départ pour la Pointe de Banc Plat (1907m) pour cheminer le long des crêtes jusqu’à la Dent des Portes (1932m). Mais une fois arrivé là-haut, les crêtes sont prises dans le brouillard et le cheminement est difficile à voir. S’agissant d’un itinéraire engagé, je décide de rebrousser chemin pour atteindre l’autre vallon. Descente au Planay (1510m) en croisant des chamois, puis direction le pas de l’Ours.
Attention au marquage au Planay qui est léger et à la présence de multiples sentiers créés par les vaches qui sont en alpage.
Montée au chalet des Gardes (1833m), puis j’attaque les 350m pour monter au Trélod (2181m). Une fois là-haut, je bifurque sur le sentier en direction du Chalet de Pleuven dessous. Le cheminement est clair, mais il faut poser les mains à de nombreuses reprises et les falaises peuvent impressionner.
Descente par les cascades (1556m) et arrivée à Doucy dessous (910m). Poursuite le long de la route jusqu’à Jarsy (850m) où je passe la nuit sur les hauteurs du village.
Nota : La descente du Trélod par le chalet de Pleuven dessous n’est à entreprendre que par temps sec.

Jour 4 : Distance : 12km - D+1180m
Un membre de ma famille m’ayant rejoint, je "triche" un peu et me fait récupérer en voiture à Jarsy pour rejoindre le parking au-dessus de la source des Chaudannes (862m). L’itinéraire est largement faisable à pied également et ne prend que quelques kilomètres de plus.
Direction la Dent d’Arclusaz (2041m) en passant par la Chapelle Notre-Dame de Bellevaux (950m), et les nombreux chalets d’alpage.
Au point 1691 juste en dessous du col d’Arclusaz (1770m), on bifurque à droite direction la Dent d’Arclusaz (2041m). Ça grimpe bien, il faut poser les mains, les kilomètres passés et le poids du sac se font sentir.
Arrivée en haut de la dent, puis descente de l’autre côté par le sentier équipé de mains courantes bien utiles. Le sentier est impressionnant, le sac à dos ne facilite pas non plus le cheminement. Une fois passé de l’autre côté de la crête et après les premières centaines de mètres de descente, le cheminement est plus facile. Descente jusqu’à l’abri sommaire du Gros Fayard (1110m) en passant par Pierre Besse (1684m) puis à travers la forêt.
Nota :
- La montée et la descente de la Dent d’Arclusaz ne sont à entreprendre que par temps sec et dégagé, et par des personnes ayant une bonne expérience de la randonnée. Cela peut se transformer en véritable galère (voire pire) avec des personnes impressionnables par les passages exposés.
- En cette période de sécheresse, il n’y avait pas d’eau à partir des différents chalets et ce jusqu’à l’abri du Gros Fayard inclus.

Jour 5 : Distance : 6km - D+:0m
Après l’orage et le déluge toute la nuit (l’abri est bien étanche, testé et approuvé), descente matinale sur les sentiers jusqu’à Saint-Pierre-d’Albigny. La pluie et les feuilles mortes rendent le sentier glissant, à prendre avec prudence car les pentes sont tout de même conséquentes. De bon matin, les salamandres étaient de sortie !
Descente pendant 1 heure de demi jusqu’à la gare de Saint-Pierre-d’Albigny (295m).

Dernière modification : 6 octobre 2019
Dent d’Arclusaz (2041m) en boucle par Ecole (parking des Jarses)

Sensibilisation

Pour une montagne plus propreLe milieu que vous allez traverser durant cette randonnée est fragile. Faites attention à la flore et ne dérangez pas la faune locale. Rapportez vos déchets chez vous et ramassez aussi ceux que vous trouverez. Vous soutiendrez ainsi le mouvement KeepTheMountainsClean

A propos

Auteur de ce topo :

Randonnée réalisée le 1er octobre

Topo publié le 6 octobre

(Avertissements et Droits d'auteur)

Commentaires

  • par balouLe 8 octobre à 15h22

    bravo pour le circuit je connais les bauges et votre descente sous la cascade apres pleuven il ne faut pas se rater sentier en falaise du devers et souvent mouillé pour l’eau c’est vrai avec cette secheresse c’est difficile quand vous etes descendu apres pierre besse plus bas il y a le chalet de l’epion une source juste a coté elle doit normalement débiter
    je ne suis jamais allé a l’abri du gros fayard et pourtant pas trop loin de chez moi la rochette

Chargement en cours Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Astuce : Si votre commentaire est long, aérez-le en créant des paragraphes. Pour cela, il suffit de laissez une ligne vide entre ceux-ci !