Aiguille de Chambeyron (3412m) par sa face sud et la brèche Nérot-Vernet

Difficulté :
Alpinisme PD
Dénivelé :
1600m
Durée :
1 jour

L'ascension délicate et complexe du point culminant des Alpes de Haute-Provence.

Accès

De Barcelonnette dans la vallée de l’Ubaye, rejoindre la Haute Vallée en passant par Saint-Paul-sur-Ubaye, puis traverser les hameaux de Petite et Grande Serenne.

Plus loin, bifurquer à droite en empruntant le magnifique Pont du Châtelet afin de rejoindre le parking obligatoire du petit village de Fouillouse.

Itinéraire

Ouvrir en grand !

Chargement de la carte en cours

Informations

  • Carte : IGN TOP25 3538 ET - Aiguille de Chambeyron
  • Départ : Parking obligatoire de Fouillouse (1900m)
  • Point culminant : Aiguille de Chambeyron (3412m)
  • Dénivelé cumulé approximatif : 1600m
  • Distance : environ 16km
  • Temps de montée : entre 5h30 et 6h30

Difficultés

Alpinisme PD avec passages d’escalade en II+.

L’ascension d’un tas d’éboulis demande toujours une extrême prudence dans les montées autant que dans les descentes.

La difficulté principale de cette course est l’orientation puisqu’on ne suit qu’une partie du couloir principal, après avoir gravi l’infâme cône d’éboulis pour l’atteindre.

Ensuite, il faut emprunter une évidente et large vire d’éboulis à droite du couloir et suivre une sente assez bien tracée.
L’itinéraire se poursuit par une succession d’autres vires en balcon dont une, munie d’une corde fixe faisant office de main courante (passage exposé).

Le parcours est néanmoins "cairné" mais certains cairns ne sont pas toujours très faciles à repérer, surtout à la montée.

Présence de passages rocheux (II+) à plusieurs endroits du parcours ainsi que dans l’ascension de la partie sommitale qui demandent vigilance et aisance sur le rocher.

Après la brèche Nérot-Vernet, on repart vers la gauche (ouest) pour un parcours en crêtes pas très technique, mais exposé et à négocier avec prudence (encorder les personnes mal à l’aise).

  • Passage clé : la vire orientée d’est en ouest qui passe au-dessus du haut du couloir central de l’Aiguille de Chambeyron, que l’on a quitté quelques "étages" plus bas. Ce passage, que je considère "clé" consiste à désescalader un boyau rocheux et pierreux très glissant, afin d’atteindre cette vire, qui doit également se négocier avec prudence, et de préférence encordé. Assurage recommandé, avec éventuellement la mise en place d’une main courante. (voir photos n°42, 43, 44, 74, 75, 76, 77).

Matériel utile

  • corde de 30 mètres
  • baudrier
  • mousquetons
  • casque (obligatoire)
  • dégaines (une ou deux)
  • longe
  • sangles (une courte et une longue)
  • descendeur

Itinéraire d’ascension

Du parking de Fouillouse, suivre le G.R de Pays vers l’est (marque à la peinture rouge et jaune), passer le village et emprunter 200 mètres plus loin, un bon sentier à gauche, en direction du refuge de Chambeyron (panneau).

Suivre le sentier balisé et rejoindre le refuge (2626m) (environ 2h00).

Du refuge, prendre la direction du Lac des 9 couleurs (sentier balisé et panneaux).

Atteindre et passer le magnifique Lac Long (2783m), puis quitter le sentier balisé à l’altitude 2810m pour bifurquer en direction nord-est à travers des pentes herbeuses, puis de gros blocs de pierre.

L’ itinéraire passe entre le Lac Noir (gauche) et le Lac de l’Etoile (droite).

Viser ensuite le cône d’éboulis situé sous le grand et évident couloir vertical de l’ Aiguille de Chambeyron.

Effectuer l’ascension du cône d’éboulis par sa gauche afin d’entrer dans le couloir, puis rester plutôt à main droite de celui-ci pendant une bonne partie de son ascension.

Remonter le couloir sur environ 100 mètres de dénivelé, puis bifurquer à droite dans une grande vire d’éboulis (est).

La bifurcation se situe sous la partie du couloir où l’on peut facilement apercevoir une corde fixe prévue pour la descente en rappel de celui-ci.
(ne pas essayer de l’emprunter à la montée, c’est évident, mais je précise quand même...)

Poursuivre sur la vire, vers l’est, et continuer sur une succession de vires en balcon où l’on trouve bon nombre de cairns.

Contourner un ressaut rocheux équipé d’une main courante et poursuivre sur la sente bien marquée.

On arrive ensuite à la Brèche Nérot-Vernet qui permet d’admirer les Lacs de Marinet au nord ainsi que le Couloir Nérot et le reste du Glacier du Marinet.

De la brèche, partir plein ouest et suivre l’arête par de l’escalade facile mais assez exposée (cairns).

Du haut de l’arête deux options possibles :

  • Passage par l’est (Couloir Nérot) : Traverser le couloir d’éboulis raides et remonter un couloir secondaire pour rejoindre l’arête au niveau d’une brèche et à droite d’un gendarme noir caractéristique.
  • Passage par les vires ouest : Finir l’arête et atteindre une brèche à gauche du gendarme et ensuite gravir un système de vires et de murets rocheux qui ramènene au même niveau que l’option précédente.

De ce point on traverse à plat afin d’arriver en face d’un boyau rocheux. (passage clé - voir photos n°42, 43, 44, 74, 75, 76, 77)

Désescalader prudemment ce boyau sur environ 10 mètres (encordement recommandé) afin d’atteindre une vire étroite qui passe au-dessus du couloir central de l’Aiguille de Chambeyron.

  • C’est le même couloir qu’on a laissé plusieurs "étages" en dessous, au niveau de la corde fixe pour le rappel, afin de bifurquer à droite.

Passer la vire et remonter la sente en face (encordement recommandé).

Poursuivre l’ascension vers l’ouest en suivant les cairns, et bifurquer ensuite vers le nord-est lorsqu’on aperçoit le Col de Chauvet (photos n°47 et 48)

  • Il s’agit là, d’un autre itinéraire d’ascension de l’Aiguille de Chambeyron). Cette ascension s’effectue au départ du Pont Voûté dans la Haute Vallée (route de Maljasset) et emprunte le Vallon de Chauvet et le Couloir Coolidge.

Poursuivre sur les pentes d’éboulis et plusieurs vires en suivant les cairns. On aperçoit alors la croix sommitale.

Se diriger vers le bastion sommital et remonter un couloir rocheux à gauche de celui-ci par une escalade prudente (II) afin de rejoindre le sommet et sa croix.

  • Cette superbe croix sur laquelle se trouve une plaque métallique a été installé le 23 juin 2006 par une cordée de militaires du C.I.E.C.M (centre d’instruction et d’entrainement au combat en montagne) basé à Barcelonnette et appartenant au complexe d’aguerrissement des Alpes...Malheureusement dissous en juillet 2009.

Par temps clair, le panorama est immense :
au nord : le Massif des Ecrins, les Aiguilles d’Arves, Thabor, Vanoise, Haute Maurienne, Mont Blanc, Grand Paradis, Mont Rose, ainsi que le Mont Viso
au sud le Mercantour, les Préalpes de Dignes, Pelat, Haut Verdon
à l’ouest : Gapençais, Champsaur et Dévoluy
C’est mythique !!!

Descente

Par le même itinéraire.

Information

Dernière modification : 18 octobre 2018
Tour du Chambeyron

A propos

Auteurs de ce topo : , , ,

Topo publié le 27 août 2016

(Avertissements et Droits d'auteur)

Commentaires

Afficher les commentaires précédents (10).
  • par gripLe 30 août 2016 à 08h07

    Sublime ! Topo super complet avec photos à l’appui des passages clés, sur LE premier sommet qui m’a fait rêver,rien qu’en regardant les cartes IGN et curieusement absent du site (j’ai toujours été étonné qu’il n’ait pas été tenté par Michel) ! Avec l’aiguille de Scolette, un de mes rêves, mais quand je vois la difficulté paumatoire de la "bête" , moi qui n’ai jamais pris de guide, se sera l’occasion ! Ne manque plus que l’ascension par le glacier, ou ce qu’il en reste et on sera complet. Cyril, une question, plus ou moins difficile que la Tête de Moise, au niveau technique ?

  • par Le 30 août 2016 à 09h34

    Salut Grip,
    La raison est simple, j’ai toujours eu pour projet de faire la traversée des Arêtes (Voie AD-VI)
    Mais cet itinéraire n’étant pas raisonnable en solo, je l’ai donc remis à plus tard.
    Le jour ou j’ai fais le Brec, j’ai fortement hésité entre les deux car la personne qui m’accompagnait été assez expérimentée pour qu’on y aille. Mais j’avais à cœur de ramener des photos du Brec pour cet ami qui m’a fait découvrir le secteur (voir mon topo).
    On va essayé de ne pas ranimer ce débat sur les niveaux de difficulté. La Tête de Moïse est un sommet assez exposé mais techniquement facile.
    Bravo à l’Equipe ! J’apprécie de voir des topos de cet acabit.

  • par Le 30 août 2016 à 09h54

    Coucou Grip et merci pour ton commentaire ! la comparaison entre la Tête de Moïse et l’Aiguille de Chambeyron est, je trouve, judicieuse. Effectivement, après avoir gravi le cône d’éboulis et m’être retrouvé dans le grand couloir de l’Aiguille de Chambeyron, j’ai de suite pensé à la configuration de montée de la Tête de Moïse, et ce début d’ascension y ressemblait étrangement. Mais si je devais comparer les deux ascensions, hormis le début, pour moi, il n’y a pas photo : l’ascension de l’Aiguille est bien plus difficile, de par la complexité de son cheminement et de par la longueur bien pus importante de son itinéraire. Personnellement, je n’avais pas trouvé l’ascension de la Tête de Moïse très difficile et je n’ai jamais ressenti, à aucun moment le besoin de m’encorder et d’être assuré sur certains passages, ce qui a été le cas lors de l’ascension de l’Aiguille de Chambeyron, notamment sur le passage "clé" que j’ai décris dans le topo.

  • par Le 30 août 2016 à 10h02

    L’ascension par le vallon de Chauvet au départ du Pont Voûté comprenant la remontée de ce qu’il reste du glacier de Chauvet et l’escalade rocheuse du couloir Coolidge débouchant au Col de Chauvet, je l’avais tenté en 2013, et nous avions renoncé aux environs de 3100m d’altitude, car le reste du glacier était très glissant et nous n’avions pas de crampons. J’aimerai un jour re-tenter l’ascension de l’Aiguille de Chambeyron par cet itinéraire, mais je ne connais pas la configuration et la qualité du rocher dans le couloir Coolidge. Le Col de Chauvet atteint, le final est maintenant pur moi queleque chose de facile à appréhender. Par contre, cette ascension au départ du Pont Voûté par le vallon de Chauvet reste une BAVANTE ! je m’en souviens comme si c’était hier !!!!!

  • par Le 30 août 2016 à 10h54

    Je suis en accord avec Cyril, petite rectification c’était voie AD IV... bien sûr !
    J’ai mis la barre du mauvais côté :)

  • par gripLe 30 août 2016 à 14h38

    Merci pour ces précisions. Michel, loin de moi l’idée de ranimer ce sujet (qui d’ailleurs me plaît beaucoup) sur le niveau de difficulté. C’est plus un niveau de ressenti. J’ai tenté la Tête de Moise avec mon oncle il y a quelques années mais nous nous étions trompés d’itinéraire et pris le couloir plus à droite. Lors de cet essai, j’avais trouvé cette montagne oppressante et en raison de son rocher pourri vraiment dangereuse. J’imagine alors l’aiguille de Chambeyron !
    couloir

  • par kldLe 20 mai 2017 à 22h42

    un immense merci pour tous ces précieux renseignements

  • par Le 21 mai 2017 à 09h22

    Kld, tu as le projet d’y monter ?

  • par Le 21 mai 2017 à 11h48

    Autant j’aime bien ce genre de balade, autant j’avoue que là, c’est un peu trop "chaud" pour moi...

    Photo 44 : Ce montage de cordes est-il judicieux ? J’ai du mal à imaginer la traction démultipliée sur la corde blanche si quelqu’un devait se retrouver "pendu" à la main courante...

  • par HadrienLe 30 octobre à 16h38

    Bonjour, avant tout bravo pour cette ascension et ce super topo ! J’aurais voulu savoir si il était possible pour la descente de poser un rappel depuis le passage clé décrit dans votre topo, afin de descendre le couloir centrale facilement et le rejoindre là où on le quitte à la montée ?

  • par Le 30 octobre à 16h46

    Hello, Hadrien.

    Il y a une corde fixe en place dans le gros ressaut. Il faut cependant emmener une corde de 50m pour doubler, c’est plus prudent lorsque l’on fait un rappel !

    En espérant t’avoir aidé !
    Cordialement, Rapha06

  • par HadrienLe 2 novembre à 19h52

    Nickel, merci beaucoup pour cette réponse rapide : )

Chargement en cours Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Astuce : Si votre commentaire est long, aérez-le en créant des paragraphes. Pour cela, il suffit de laissez une ligne vide entre ceux-ci !