Aiguille de Scolette (3506m)

Difficulté :
Alpinisme PD
Dénivelé :
1700m
Durée :
1 jour

Pyramide rocheuse méconnue et pointue dépassant les 3500m. C'est le 2ème sommet des Alpes Cottiennes après le Mont Viso (3841m).

Accès

De Bardonnecchia, prendre la direction de l’A32 (Tunnel du Fréjus) et au dernier rond-point avant d’entrer sur l’autoroute, prendre une petite route à la 3ème sortie menant à Rochemolles. La route est goudronnée jusqu’au village puis terreuse jusqu’à la retenue de Rochemolles. Continuer jusqu’au fond du Lac et prendre une piste passant en rive droite orographique du Lac jusqu’à arriver à un petit parking.

Itinéraire

Ouvrir en grand !

Chargement de la carte en cours

Introduction

La Scolette (Pierre Menue en Italien) est en effet un sommet dépassant les 3500m d’altitude et du coup se remarque de partout. Cependant, pour y accéder il faut de la patience, du courage et une EXCELLENTE forme physique.

  • Altitude départ : 1979m.
  • Altitude arrivée : 3506m.
  • Dénivelé : 1550m relatif et 1700m au total.
  • Période : de mi-juillet à début octobre.
  • Horaire : de 5h30 à 6h30 pour le sommet et 11h00 pour l’AR

L’itinéraire (1ère partie)

De Rochemolles au Col Pelouse

Du parking (1979m), continuer la piste sur 800m environ puis arriver à un panneau rouge/blanc indiquant la direction du Col Pelouse. S’élever d’une traite vers le Col Pelouse (2797m).
Dans la montée, on traverse à 3 reprises le torrent de Pelouse.
Sur le chemin, des câbles ont été mis par les Italiens mais ne servent à rien.

Après 2h00 de montée, on arrive au Col Pelouse (2797m), orné d’une croix et d’un autre panneau indiquant la direction Pierre Menue (Scolette) et aussi la direction Cima Gardoria.
On peut alors se reposer, s’alimenter et observer la suite de l’itinéraire attentivement.

Du Col Pelouse à l’antécime Sud-ouest (3312m)

Du Col, repérer le sentier suivant l’arête sud-ouest qui contourne premièrement un petit ressaut par la gauche.
On arrive alors à un collu.

Continuer alors l’arête pour arriver à un petit sommet (point 2884m), puis redescendre sur le Passage Balapore (2851m). Monter ensuite sur la pente pierreuse suivante en passant un peu où l’on veut en restant bien à côté de l’arête (sente et cairns).

A l’altitude 3050m, on arrive à un 1er replat où l’on peut s’octroyer une petite pause.

Après, on continue encore sur l’arête en contournant par une cheminée à droite le sommet 3146m. Continuer sur le grand replat puis remonter par des pierriers vers le point 3221m.

Viser alors une barre rocheuse (dalles) que l’on franchit par la gauche par un mur (5m,3b) contournable par la gauche. On arrive alors à un grand replat où l’on pourrait y construire un terrain de foot...

Viser ainsi une autre barre rocheuse de 10m contournable aussi par la gauche. Là, prendre par la droite (petit passage de 2b un peu exposé sur du rocher très délité). Atteindre alors l’antécime 3312m.

L’antécime constitue déjà une très belle course (1350m D+).

L’itinéraire (2ème partie)

La traversée de la face Ouest

De l’antécime 3312m, prendre plein nord en prenant au mieux une (grande vire pierreuse). Ce passage est le plus pénible de la montée car il n’y a pas de sente ni de cairns.

Arriver alors au pied d’un grand pierrier sous l’épaule 3345m à remonter très péniblement. L’arrivée à cette épaule marque l’arrivée sur la Voie Normale française et aussi le début des difficultés techniques.

Les difficultés : 1ère partie

De cette épaule, remonter un pierrier sur 50m aboutissant à une large vire (cairns). De ce point, s’équiper.

Traverser cette vire plus ou moins commode pour atteindre un petit replat précédant une dalle avec un cairn au-dessus de celle-ci.
Atteindre-alors ce cairn en remontant la dalle (4m,2c).

Le petit replat suivant est vertigineux !.

Descendre alors sur 2m pour atteindre le grand couloir qu’il faudra grimper plus tard. Quelques pitons et câbles indiquent la voie et facilitent la grimpée. Ensuite, atteindre le premier câble par une grande dalle (6m,3a). Puis s’aider du câble pour franchir un mur (3m,3b) puis atterrir sur un petit replat. Franchir ensuite un grand mur (5m,4a, ce passage pose vraiment problème : on ne peut pas se protéger et il est surplombant. Ensuite, monter un petit pierrier pourri sur 10m pour arriver à une brèche : on atteint enfin l’Arête Nord-ouest.

Les difficultés : Dernière partie

Prendre légèrement l’arête sur 20m environ pour atteindre une vire (face Nord) peu engageante qu’il faut remonter jusqu’à l’aplomb du sommet (passages de 2b sur des dalles glissantes et exposées). Le sommet est alors à portée de main : passer une vire menant à celui-ci (2a).

Ça y’est, on peut souffler, on a atteint l’Aiguille de Scolette tant attendue.

Panorama

Magnifique vue sur :

  • La Vanoise : Dent Parrachée (3697m), le Groupe Péclet-Polset (3564m), le Dôme de l’Arpont (3601m), le Dôme de Chasseforêt (3586m), le Grand Roc Noir (3582m), les Pointes du Châtelard (3479m),la Pointe de Méan Martin (3330m)
  • La Haute Maurienne : L’Albaron (3637m), la Pointe de Charbonnel (3752m), la Pointe de Ronce (3612m), le Mont Ciusalet (3312m), les Dents d’Ambin (3372m), le Rognosa d’Etache (3383m), la Pointe Sommeiller (3332m), la Pointe de Paumont (3171m).
  • Les Cerces : Roche Bernaude (3222m), Mont Thabor (3178m), Pic du Thabor (3207m), Le Grand Galibier (3228m), les Aiguilles d’Arves (3513m,3514m,3358m), l’Aiguille du Goléon (3427m).
  • Les Ecrins : Le Mont Pelvoux (3943m), l’Ailefroide (3954m), la Meije (3983m), les Agneaux (3664m), la Barre et le Dôme des Ecrins (4102m et 4015m).
  • Les Alpes du Sud : Le Mont Viso (3841m), le Pic de Rochebrune (3324m), le Bric Froid (3302m), le Grand Glaiza (3293m), la Tête des Toillies (3175m), le Brec de Chambeyron (3389m), l’Aiguille de Chambeyron (3412m) et la Font Sancte (3385m).
  • Les Alpes du Nord : Le Mont Blanc (4810m), le Grand Combin (4314m), le Grand Paradis (4061m), la Grivola (3969m), le Cervin (4478m) et la Pointe Dufour (4634m).

Descente

Par le même itinéraire en faisant 2 rappels de 10m sur les passages délicats (équipés de relais). Ensuite, plus besoin d’équipement, on peut le ranger dans le sac.
Cependant, ne pas relâcher la pression car la Scolette se mérite et le parking aussi, d’ailleurs. À la descente surtout, c’est toujours des pierriers pénibles jusqu’au Col de Pelouse puis les pentes raides du sentier jusqu’à la retenue de Rochemolles n’arrangent pas la situation.

Matériel

Randonnée Classique + Casque, baudrier, corde 35m,4 dégaines, sangle, descendeur, cordelette, mousquetons à vis.

Autres Remarques

Sommet très méconnu à cause de l’accès complexe et du dénivelé très élevé.
Sinon, le rocher « pourri » de cette masse rocheuse peut en bloquer plus d’un.
Pourri entre parenthèses car le rocher, contrairement à ce que les gens pensent n’est pas si pourri que ça. Je n’irais pas dire qu’il est excellent mais assez solide si l’on le regarde de plus prés.

Finalement, j’espère que ce topo pourra ENFIN donner envie et mieux faire connaître ce sommet si peu couru.

Informations

Vidéo

  • Panorama de la Scolette
Dernière modification : 16 mai 2018
Pointe Sommeiller (3332m) par le Col Sommeiller

A propos

Auteur de ce topo :

Site web : Altitude Sans Frontière

Jeune passionné de 17 ans, à 1000% de haute montagne, de rando et d'alpinisme. J'ai découvert la montagne en 2014, avec mon père, je n'avais jamais fait de marche avant et j'ai pris le virus tout de suite : la découverte de la montagne, les arêtes, les couloirs, les glaciers, les pierriers sont mon terrain de jeu. Je suis un amateur de sommets oubliés ou très peu fréquentés (tout ce qui touche au (...)

Topo publié le 6 août 2016

(Avertissements et Droits d'auteur)

Commentaires

Afficher les commentaires précédents (5).
  • par Le 8 août 2016 à 21h08

    Ce sommet c’est un peu un de mes rêves ! Qu’est ce que j’ai pu chercher comme topo avant de tomber sur celui de P Col puis sur celui de camp to camp. Cependant, le tien finit de me décider que ce sommet incroyablement esthétique n’est pas pour moi : trop difficile techniquement (surtout si on décide de s’y lancer en solitaire...), sans parler de la longueur. Bref je me contenterai d’en rêver !

  • par Le 8 août 2016 à 21h31

    il faut pas lacher l’affaire, fait le avec une personne plus à l’aise techniquement et ca passera, on a ressenti un trés belle satisfaction au sommet bien plus que sur le Viso car seul et trés isolé

  • par Le 8 août 2016 à 22h41

    Merci pour tes encouragements ! Avec un partenaire audacieux pourquoi pas ! Au fait qui écrit de vous deux ?

  • par Le 9 août 2016 à 08h40

    C’est le fils qui écrit car le père fait des fautes d’orthographe

  • par Le 9 août 2016 à 09h00

    Il est dur avec moi ce petit, il est la pour me corriger uniquement et c’est lui qui fait les topos

  • par Le 9 août 2016 à 13h47

    Merci de la réponse. En tous cas, j’espère que le fils se rend compte de la chance qu’il a de parcourir tous ses sommets "en famille" ! Et encore bravo pour ce sommet mythique (pour moi) peut être un des plus beaux des alpes cottienes.

  • par Le 9 août 2016 à 16h23

    Merci, grip. Tu as raison, c’est le plus beau sommet des Alpes Cottienes mais aussi un des plus difficiles.

Chargement en cours Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Astuce : Si votre commentaire est long, aérez-le en créant des paragraphes. Pour cela, il suffit de laissez une ligne vide entre ceux-ci !