Archipel des Ébihens

Difficulté :
Moyen
Dénivelé :
200m
Durée :
1 jour

Situé au large de la presqu'île de Saint-Jacut, l'archipel des Ébihens se compose d'une île principale et de plusieurs îlots accessibles. excepté celui de la Colombière (réserve ornithologique). Cette randonnée dépaysante s'effectue uniquement à basse mer et permet de découvrir des plages et criques isolées, de crapahuter sur des rochers entre les parcs à huîtres et les bouchots.

Accès

Rejoindre le village de Saint-Jacut-de-la-Mer via la route D62, traverser l’intégralité du centre-bourg en empruntant la Grande Rue et suivre ensuite les indications pour le parking de la plage des Haas.

Précisions sur la difficulté

  • L’archipel se visite à basse mer uniquement, le coefficient doit être supérieur à 50 pour accéder à l’îlot de la Petite Roche et à l’île principale des Ébihens, supérieur à 90 pour accéder aux îlots de la Nellière et de la Grande Roche.
  • Important : partir de la pointe du Chevet environ 2 heures avant l’étale de basse mer et quitter l’île des Ébihens au plus tard 1 heure 30 après l’étale de basse mer (consulter les horaires et les coefficients des marées pour les Ébihens).
  • Quelques passages rocheux escarpés sur les ilots de la Petite Roche, de la Nellière et de la Grande Roche.

Les infos essentielles

Carnet de route

  • Carte : IGN TOP25 1016ET Saint-Cast-le-Guildo - Cap Fréhel
  • Tracé IGN : Archipel des Ébihens
  • Altitude de départ : 15m
  • Altitude du point bas : -2m
  • Altitude du point haut : 33m
  • Dénivelé cumulé : 200m
  • Distance : 14,3km

Balisage

  • Blanc-rouge (GR34) : de la plage des Haas à la pointe du Chevet.
  • Aucun : sur le circuit de l’archipel des Ébihens.
  • Blanc-rouge (GR34) : de la plage du Rougeret à la rue des Fresches.
  • Aucun : de la rue des Fresches à l’abbaye de Saint-Jacut-de-la-Mer.
  • Blanc-rouge (GR34) : de l’abbaye à la plage des Haas.

Remarque

Sur l’estran sableux ou parfois rocheux, le tracé cartographique n’est donné qu’à titre indicatif et correspond à l’itinéraire effectué dans le cadre de ce topo. Le cheminement peut donc être modifié à volonté et adapté aux conditions du jour, tout en gardant à l’esprit que la plage horaire est suffisante mais limitée pour réaliser le circuit complet, entre le départ de la pointe du Chevet et le retour par la plage du Rougeret.

Itinéraire

Ouvrir en grand !

Chargement de la carte en cours

Du parking, descendre vers la plage des Haas, le sentier des douaniers (GR34) débute sur la droite au bas de la cale. Le sentier longe la côte ouest de la presqu’île de Saint-Jacut et parvient à la pointe du Chevet, située à l’extrémité nord de la presqu’île. Cette pointe abrite un ancien corps de garde restauré.

Avant de partir à l’aventure, commencer par un repérage visuel des composants de l’archipel : Petite Roche à l’ouest, Grande Roche à l’ouest-nord-ouest, Nellière au nord, Ébihens au nord-nord-est. Si nécessaire, les horaires des pleines et basses mers sont affichés sur l’escalier d’accès à l’estran. Aussi, tenir compte du panneau d’avertissement et ne jamais tenter un retour lorsque le cordon sableux est immergé, les courants peuvent être très forts.

Bien avant que le cordon sableux principal n’émerge (celui qui permet d’accéder à l’île des Ébihens), il est possible d’entamer le circuit par un premier rocher. Il s’agit de l’îlot de la Petite Roche, situé environ 400 mètres à l’ouest de la pointe du Chevet. Le rocher se prête bien à la grimpette, son flanc ouest abrite par ailleurs les vestiges d’un ancien cabanon destiné à la surveillance des parcs à huîtres.

De la Petite Roche, traverser au nord-est l’estran sableux en direction de l’île des Ébihens. Juste avant l’île se trouve l’îlot de la Loge qui peut être contourné selon l’horaire de passage. Sinon, une sente le traverse en passant par son sommet, ici 15 mètres suffisent à changer la vue !

Le point d’entrée sur l’île des Ébihens se situe à son extrémité sud, un message peint sur un rocher rappelle que l’île est privée, et qu’un sentier est gracieusement mis à disposition des visiteurs par les propriétaires, sentier à partir duquel il est prié de ne pas s’écarter. Ce sentier traverse l’île du sud au nord et comporte un accès vers la plage de la côte ouest. Au centre de l’île se dresse la tour d’observation des Ébihens, achevée en 1696 par l’ingénieur Garangeau sur les plans de Vauban. Belle ambiance au nord de l’île, il est possible de continuer au-delà de la plage pour atteindre le point haut d’un rocher et bénéficier d’une vue inhabituelle sur l’île des Ébihens.

Ensuite, cheminer en sens inverse jusqu’au niveau de la plage de la côte est où se trouve une bifurcation sur le sentier. Virer à droite puis encore à droite au bout de 60 mètres, un sentier permet d’accéder à la plage de la côte ouest. À partir de cette plage, il s’agit de traverser l’estran (sableux puis rocheux) pour rejoindre au nord-ouest et à 650 mètres, l’îlot de la Nellière.

Grimper sur l’îlot au niveau de son extrémité sud, une sente assez facile à suivre le traverse intégralement jusqu’à son extrémité nord. Au centre de l’îlot, quelques passages escarpés nécessitent une vigilance accrue. Par le même itinéraire, gagner l’île des Ébihens et poursuivre la traversée vers le sud.

Au point de sortie de l’île des Ébihens, partir à l’ouest-sud-ouest en direction de l’îlot de la Grande Roche situé à un peu plus d’1 kilomètre. Sur cette traversée de l’estran, contourner par la gauche l’îlot de la Margatière puis viser l’extrémité nord de l’îlot de la Grande Roche en passant entre les alignements des parcs à huîtres.

Là encore, une sente discrète effectue la traversée nord/sud de l’îlot, et là encore, le parcours requiert quelques pas d’escalade faciles (bon rocher). La particularité de cet îlot est d’être bordé de bouchots (moules) à l’ouest et de parcs à huîtres à l’est. Quitter l’îlot par le sud et continuer au sud-est le long d’un chenal, entre les bouchots (à droite) et les parcs à huîtres (à gauche), afin de retrouver l’îlot de la Petite Roche.

Vers l’est, passer au pied de la pointe du Chevet pour basculer sur la côte est de la presqu’île de Saint-Jacut, réaliser ensuite une traversée intégrale de la plage du Rougeret jusqu’aux rochers de la pointe de Sainte-Awawa. Près de la pointe et sur la plage, un escalier permet de revenir sur le sentier des douaniers. Après la pointe de Sainte-Awawa, le GR arrive au petit port de la Houle Causseul et quitte la côte en empruntant la rue de la Houle Causseul puis à gauche la rue des Fresches.

À la première intersection sur cette dernière rue, quitter l’itinéraire balisé du GR34 en virant à droite, plein ouest. Au croisement d’une route, poursuivre en face en passant le long de l’église, descendre ensuite à droite pour pénétrer dans l’enceinte de l’abbaye de Saint-Jacut (toujours accessible). L’endroit, très calme et bien entretenu, vaut le coup d’œil.

Arpenter enfin le parc de l’abbaye (statue de Saint-Jacut), au bout duquel un portail permet d’accéder au GR34 sur la côte ouest de la presqu’île. Prendre alors à gauche pour rejoindre le parking de la plage des Haas.

Dernière modification : 20 octobre 2018
Château du Guildo et Pointe du Château Parlant

A propos

Auteur de ce topo :

Randonnée réalisée le 4 décembre 2017

Topo publié le 19 octobre

(Avertissements et Droits d'auteur)

Commentaires

Afficher les commentaires précédents (6).
  • par Le 20 octobre à 10h17

    Très belle, comme toute la série.
    Une rando où il faut savoir tenir un horaire. Les boissons salées n’étant pas très bonne pour la santé.
    Photo 71, c’est une sorte d’agave semble-t-il. Beschornéria peut-être

  • par Le 20 octobre à 12h40

    Merci Alain.

    Effectivement, il faut tenir un horaire mais cette randonnée se déroule très sereinement dès lors que l’heure de départ est respectée et que le coefficient est suffisamment fort. Je suis retourné aux Ébihens en mode exploration avec un coefficient de 110, j’aurais pu m’attarder davantage. Du coup, j’ai observé la mi-marée montante à la pointe du Chevet, la vitesse à laquelle la mer recouvre le cordon sableux est impressionnante. Basse mer à 15h16, cordon totalement immergé à 17h32.

    Un bon indicateur : lorsque les personnes qui pratiquent la pêche à pied se pressent pour rejoindre le continent, c’est qu’il est temps de lever l’ancre et de mettre les voiles !

    La plante grasse que tu évoques ressemble bien à celle de la photo mais je ne saurais le confirmer.

  • par Le 20 octobre à 14h39

    J’ai stocké dans mes archives (à usage strictement personnel) de photos parues sur AR la n°3 en tant que tableau impressionniste.
    Plante : La couleur des feuilles, leur relative souplesse, et dont l’attache des plus basses ne semblent pas proches du sol me font plutôt penser à une variété de yucca comme celui-ci :
    https://www.youtube.com/watch?v=Ms-ZnsGMJO4
    A 4min 2", une magnifique inflorescence qui semble correspondre.

  • par Le 20 octobre à 22h22

    Merci pour la vidéo, hereme.

  • par Le 21 octobre à 17h02

    18 août 2009 : une cinquantaine de personnes bloquées par la marée (Ouest France du 19/08/2009).
    Mais ils n’avaient pas lu le topo à l’époque.

  • par Le 21 octobre à 23h05

    Eh bien ! Ce n’est certainement pas la première fois, ni la dernière. Et si le "naufrage" ne dure qu’environ 7 à 8 heures selon le coefficient, il est possible que la traversée retour s’effectue en nocturne. Prévoir éventuellement une lampe frontale dans le sac à dos, finalement peu encombrante.

  • par Le 22 octobre à 21h01

    Hum que très belles images qui sentent bon la marée, l’iode et les fruits de mer, me taperais bien des bouchots moi !

    photo 71 c’est bien un Yucca, il y en a tous près du jardin, les fleurs sont belles sur ces plantes, il y a de nombreuses variétés c’est vrai.

  • par Le 25 octobre à 10h40

    Superbe et original ! Une rando à la sauce bien Bretonne... Tout ce que j’aime. Merci pour ce partage, je la mets de côté celle-là aussi !

Chargement en cours Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Astuce : Si votre commentaire est long, aérez-le en créant des paragraphes. Pour cela, il suffit de laissez une ligne vide entre ceux-ci !