Argentera, cime Sud (3297m) par le col Guilié

Difficulté :
Alpinisme
Dénivelé :
2830m
Durée :
2 jours

Le point culminant du massif Mercantour - Argentera situé en Italie, se rallie facilement depuis le Boréon, en deux jours, par un magnifique itinéraire. – Auteur :

Accès

Depuis Nice, remonter la vallée de la Vésubie jusqu’au bout. Prendre à gauche (route du col de Salèze) juste après le Parc Alpha et garer sa voiture près du gite d’étape.

Itinéraire

Ouvrir en grand !

Chargement de la carte en cours

  • Carte : IGN TOP25 3741 OT + carte italienne IGC n°113 (pas indispensable)
  • Monte Argentera
  • Dénivelés :
    • Jour 1 : +1300 -400 (env. 7h de marche)
    • Jour 2 : +870 -1350 +660 -1000 (env. 10h de marche)

Jour 1 : Gîte du Boréon - refuge Remondino, par le col Guilié

Du gîte du Boréon, on continue de remonter la piste cimentée, après les derniers chalets, le sentier démarre directement en forêt, il y aura bientôt une bifurcation : prendre à gauche vers la Vacherie de Erps et remonter ainsi le vallon des Erps. La forêt s’éclaircit ensuite pour arriver à une bifurcation indiquant : refuge de la Cougourde vers la droite et col de la Cerise vers la gauche (balise 378). Ici il faut continuer tout droit, le sentier est bien apparent.

On remonte ainsi toute la vallée, au delà du caïre des Erps, le sentier est moins marqué et on le perdra assez facilement si l’on n’est pas attentif, mais ce n’est pas grave car il suffit de progresser plus ou moins le long du ruisseau jusqu’à ce que l’on aperçoive en haut les cols du Mercantour et Guilié séparés par un petit sommet bien triangulaire. On visera le col Guilié, le plus à l’est (à droite en montant donc) en suivant les petits cairns épars.
Photo

Arrivé au col Guilié (2690m), on repèrera les marques de peinture rouge un peu plus haut sur la droite. Il y a même une indication sur une pierre plate : "argentera, refugio remondino, ps. brocan". On suivra ces points rouges qui nous mènent à flanc de rocher avec une succession de petites montées et de descentes en direction lu lac de Nasta. Cette partie de l’itinéraire est moyennement confortable car l’on progresse souvent dans des gros rochers mais le panorama est superbe tout le long.
Photo

On dépasse une bifurcation vers le col Brocan, puis une autre qui monte vers le lac de Nasta. On arrive ensuite en vue du refuge Remondino (2430m) en contrebas. Il faudra s’aider un peu des mains au début de la descente vers le refuge.

Jour 2 : refuge Remondino - cime sud de l’Argentera - le Boréon, par le col du Mercantour

Du refuge on aperçoit bien l’itinéraire à prendre : c’est de la caillasse, plus un long couloir d’éboulis, très pentu. On suivra donc les marques rouges et les cairns qui nous mènent au début entre de gros blocs rocheux jusqu’au pied du fameux couloir où se dessinent plusieurs sentes. C’est la partie la plus pénible de cette randonnée, qui nous mène au paso dei Detriti (le collet des Éboulis, 3122m).
Photo

Là on peut souffler et certainement admirer une vue grandiose sur deux versants (le ciel était bouché quand nous y étions...). Le sommet se rejoint par une vire naturelle creusée dans la paroi est abrupte de l’Argentera. Un équipement de sécurité (baudrier et longe) n’est pas obligatoire mais vivement conseillé afin de s’assurer pour deux passages très étroits et une petite escalade à la fin. Ces passages sont équipés d’une corde, mais il convient d’utiliser la plus grande prudence, car la moindre chute serait fatale.
Photo

Redescendre par le même itinéraire jusqu’au refuge. Ensuite, on a la possibilité de rentrer par le même itinéraire qu’à l’aller, ce qui est l’option la plus rapide.
Mais si l’on désire un itinéraire plus confortable (un peu plus long aussi) il faudra redescendre à partir du refuge, par son sentier d’accès principal, en direction du piano della Casa del Re.

Une petite heure de descente sur l’adret jusqu’à un replat où l’on traverse le ruisseau. Il y a une bifurcation. Prendre à gauche un chemin qui remonte assez sec en zigzag dans la végétation. On arrive assez vite en haut, le sentier est très bien marqué, et devient plat, à flanc de montagne. On passe un ancien reste de ruine et l’on continue par cet agréable sentier jusqu’au fond de la vallée. On rejoint le sentier principal au niveau du torrent puis on monte jusqu’au panneau de séparation des deux cols. À droite : col du Mercantour (mais on peut aussi bien continuer vers le Guilié) indiqué à 10mn.

Arrivé au col du Mercantour (2611m), on aperçoit bien la combe Guilié qu’il faut rallier en longeant le pierrier par la gauche, jusqu’en bas. Là il faudra retrouver le ruisseau et le sentier et redescendre par le même chemin que la veille, jusqu’au point de départ de notre randonnée.

D’autres photos

Dernière modification : 2 mai 2018
Lac de Trécolpas (2170m) dans le vallon du Boréon

A propos

Auteur de ce topo :

Topo publié le 25 septembre 2015

(Avertissements et Droits d'auteur)

Commentaires

Afficher les commentaires précédents (10).
  • par Le 26 septembre 2015 à 08h42

    très intéressant, merci !
    Aurais-tu une idée sur la faisabilité de cet itinéraire en ski de rando, avec la fin à pied evidemment ?

  • par Le 26 septembre 2015 à 17h01

    Ouahh ! super ! enfin le topo de sommet de l’Argentera ! merci !

  • par tristoahLe 27 septembre 2015 à 11h55

    ben oui ça manquait quand même ! après ça se fait aussi en une journée depuis "il piano della casa del re" (2h de marche pour monter au refuge Remondino). mais faut compter 3h de route depuis Nice.

  • par Le 27 novembre 2015 à 17h05

    Coucou Tristoah ! si j’ai bien compris, le refuge Remondino se trouve en Italie côté OUEST ! on le rejoint de la France après avoir passé le col Guillé puis on descent (face OUEST de l’Argentera) 400 mètres de déniv ??. Pour le deuxième jour, on pars de Remondino (face OUEST) on monte le paso dei Detriti , là, on passe versant EST et on récupère la grande vire (côté EST) pour atteindre le sommet ? correct ?

  • par Le 28 novembre 2015 à 15h36

    Agarok, le refuge remondino est en Italie sur le flanc Ouest de la ligne de crête Guilié-Argentera (c’est une série de 3000 orientés N/S). Sur mon topo, à partir du col Guilié on marche presque à flanc sous cette ligne de crêtes. lorsqu’on finit par apercevoir le refuge il y aura à descendre un peu mais je ne pense pas 400m... j’ai du faire une erreur ds ce topo. je vais vérifier ça avec les cartes.
    Pour le deuxième jour tu as tout compris.

  • par Le 28 novembre 2015 à 19h35

    Ok alors c’est super ! Nouvel objectif pour l’année prochaine, mais je pense que j’ajouterai peu être 350m de déniv le premier jour pour gravir le Guillé (2999m) que je n’ai jamais fait. Merci pour ta réponse rapide

  • par Le 1er décembre 2015 à 22h35

    Agarok. à partir du col guilié j’ai dit qu’on marche + ou - à flanc, en réalité on monte une bonne centaine de mètres mais vu la distance on ne le sent pas. on doit se retrouver à un peu plus de 2800m d’altitude aux abords de la bifurcation du paso Brocan. donc effectivement quasi 400m plus haut que le Remondino. mais tu ne sentiras effectivement que la dernière descente (qd le refuge est en vue) environ -200m de mémoire à vue de nez =)

  • par Le 2 décembre 2015 à 09h53

    Ok c’est parfait ! merci TRISTOAH

  • par VickxLe 14 décembre 2015 à 16h28

    Superbe topo, il ne manque que tracer l’ascension directement sur la photo. Celle-ci en rouge sera parfait. Merci

  • par Le 17 janvier 2016 à 16h33

    Bonjour TRISTOAH ! J’ai deux questions supplémentaires ! j’ai des disponibilités mi-juin 2016 !

    1 - Est t’il envisageable d’effectuer l’ascension de la cime sud à cette période ? par rapport à l’éventuel enneigement de début de saison estivale sur la vire finale ? qu’en penses-tu ?

    2 - peut-on se "longer" facilement (avec longes de via-ferrata par exemple) sur les cordes présentes sur les 2 passages délicats de la vire, et progresser ?

    Merci !

  • par Le 19 avril 2016 à 12h52

    Agarok, nous l’avons fait en Septembre. Pour juin j’imagine qu’il faudra une paire de crampons pour monter ou traverser des névés trop pentus. Du-coup oui si présence de neige voire de gel dans la partie finale il faudra prévoir de se longer sur les 3 parties équipées de corde. Le reste de la vire, si présence de neige, nécessitera une extrême prudence ! Sans neige c’est cool, sauf pour ceux qui ont le vertige. une longe de via ferrata évidemment c’est bien si tu en as.

  • par Le 19 avril 2016 à 15h36

    Ok merci TRISTOAH ! je pense quand même, que je vais essayer de trouver un autre créneau pour l’Argentera !

Chargement en cours Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Astuce : Si votre commentaire est long, aérez-le en créant des paragraphes. Pour cela, il suffit de laissez une ligne vide entre ceux-ci !