Boucle St-Grat - Vallée des Merveilles - Refuge de Nice ou Victor de Cessole - St-Grat

Difficulté :
Difficile
Dénivelé :
1800m
Durée :
1 jour

Boucle d'une grosse journée (7h45-20h30) en passant par la Vallée des Merveilles, le lac du Basto, le Pas de la Fous et le Refuge de Nice. On y découvre la faune du Mercantour, entre autres les classiques marmottes-chamois-bouquetins, ainsi que les vestiges d'une autre époque avec les gravures préhistoriques (bien détaillées dans d'autres topos). – Auteur :

Accès

Accès en voiture uniquement, départ de Saint-Grat au niveau du Pont du Countet (1692m).

Itinéraire

Ouvrir en grand !

Chargement de la carte en cours

Descriptif

Départ du pont du Countet au niveau de la borne 412. Suivre le sentier qui part à l’Est et qui monte le vallon d’Empuonrame en direction de la Vallée des Merveilles (panneaux indicateurs).

Mise en jambe directe avec une montée sans difficulté particulière mais longue tout de même (+800m). Les premiers chamois et marmottes sont de sortie et profitent de la fraîcheur matinale.

Arrivée à la borne 402, possibilité de monter à la cime des Verrairiers pour profiter d’une meilleure vue sur les lacs de la Vallée des Merveilles.

Descente jusqu’au refuge des Merveilles pour faire un complément d’eau (fontaine juste au dessus du refuge). On entre dans la zone touristique, comme l’attestent les 4x4 du personnel du parc stationnés en contrebas du refuge des Merveilles... Malgré tout, l’itinéraire n’est pas trop fréquenté en milieu de matinée et il est possible de profiter de la beauté des différents lacs.

Marche arrière jusqu’à la borne 93 et bifurcation à droite pour entrer véritablement dans la vallée des Merveilles. Des personnels du parc sont présents pour vous rappeler de ne pas dégrader (!) les gravures et de ranger vos bâtons. Les gravures sont présentes sur environ 2 kilomètres en bordure de chemin et sont signalées par des panneaux explicatifs. Le chemin monte petit à petit, des névés commencent à apparaître dans la vallée, mais sont franchissables sans aucune difficulté vu la circulation sur cet axe ! Arrivée à la baisse de Valmasque, borne 94 (2549m). Malgré la présence de randonneurs, les chamois sont de sortie et ne sont pas bien farouches !

Descente vers le lac du Basto. Un assez gros névé est présent directement à la descente mais se franchit facilement. Descente hors sentier jusqu’à la borne 96 (2366m), juste avant le lac du Basto. A partir de là, les chamois pullulent ! Peu importe la direction dans laquelle vous regardez, des chamois, seuls ou en ballade familiale.

Poursuite du chemin le long de la rive Est du lac, encore quelques névés à franchir, pour arriver à l’extrémité Nord du lac Noir.

Franchir le cours d’eau juste sous le barrage en suivant le sentier qui part plein Ouest en direction du Pas de la Fous. La vue est quelque peu décourageante car la difficulté est bien visible : le sentier qui monte est bien raide ! Le sentier n’a pas l’air très fréquenté, mais des cairns existent. La montée est effectivement ardue. A partir de 2400/2500m, la neige fait son apparition mais ne gêne pas plus que cela la montée, en tout cas par temps clair !

Arrivée au lac de la Luisière, avec le lac gelé en contrebas qui mérite bien son nom. Attention où vous mettez les pieds car seul le centre du lac de la Luisière apparaît, le reste est masqué par une (fine) couche de neige/glace. La majeure partie de la zone est enneigée.
Petite boulette du jour : je n’ai pas regardé la carte pendant la montée et ai suivi les cairns sans réfléchir. J’arrive (sans le savoir) au collet de Charnaissière (non indiqué) et continue de suivre les traces (peu fraîches) dans la neige. En sortant la carte, le lac de l’Agnel me parâit bien trop près. Demi-tour et retour au lac de la Luisière. Une petite heure de perdue !

  • Il est possible de rejoindre le pas de l’Agnel pour passer de l’autre côté de la frontière ou rejoindre les sentiers qui longent le lac, mais attention aux névés et aux pentes importantes

Retour au lac de la Luisière pour rejoindre le bon chemin qui monte plein Ouest vers le Pas de la Fous. Le sentier est masqué par la neige, mais l’itinéraire est assez "naturel" car cerné par des montagnes infranchissables sans équipement.

Arrivée (finalement !) au Pas de la Fous, présence d’un gros cairn et de coupe-vents de fortune. La descente vers le refuge de Nice est enneigée.

Il est impératif de faire attention : il y a de nombreux torrents recouverts de neige, et la couche n’est pas forcément très importante en cette mi-juillet. Il est cependant possible de les contourner ou de marcher à des endroits sans danger. Juste avant d’arriver à la borne 418, une prairie bien humide permet d’observer un nombre impressionnants de chamois et de bouquetins, sortis en force en ce début de soirée.

Dépasser le refuge et suivre le chemin qui contourne le lac de la Fous.
A la borne 416 tirer à droite et suivre les panneaux indiquant le Pont du Countet. La descente jusqu’au parking se fait sans accrocs.

En conclusion, randonnée qui permet de découvrir la Vallée des Merveilles mais qui emprunte également des sentiers peu fréquentés. Je l’ai faite en une grosse journée de 13h de marche, mais il est possible de s’arrêter au refuge de Valmasque. J’ai profité d’une journée dans la région pour finalement voir la Vallée des Merveilles que je n’avais pas pu découvrir lors d’une randonnée précédente du fait d’une météo exécrable. J’ai été un peu déçu par la Vallée des Merveilles et le concept de sentiers interdits au public, mais c’est sûrement dû à mon manque d’intérêt à la dimension historique du site. Par contre, la nature y est vraiment splendide et la randonnée dans le Mercantour est un vrai plaisir !

Dernière modification : 16 mai 2018
Mont du Grand Capelet (2935m) par le Pont du Countet

A propos

Auteur de ce topo :

Topo publié le 27 juillet 2014

(Avertissements et Droits d'auteur)

Commentaires

Afficher les commentaires précédents (5).
  • par Le 11 août 2014 à 12h16

    Il est vrai que bon nombre de gravures sont interdites d’accès au public non accompagné de guide, mais de cela dépend leur conservation. Au final, la (sur)fréquentation de cette vallée est peut-être aussi le gage de la protection du site exceptionnel qu’elle abrite, le nombre de guides agrémentés et de gardes du Parc réduisant les possibles actes de malveillance... en tous cas et comme tu le dis Guillaume, un site vraiment à découvrir ! Je vous recommande également l’ascension du Bégo en traversée si vous en avez le temps et que les conditions météo s’y prêtent...

  • par Le 13 août 2014 à 19h15

    moi, j’ai adoré l’ascension du Grand Capelet ! avec le Bégo en face ! Le Caire des Conques et le rocher des Merveilles si atypiques, au sud ! une merveille, cet endroit

  • par saxifragaLe 31 mars à 20h13

    Bonsoir à vous. beaucoup de randonneurs nomment ce refuge ( de Nice ) alors que sa vraie appellation est en fait REFUGE NICE ... Le premier Refuge dans la Gordolasque est à l’initiative du Chevalier Spitalièri Victor de Cessole et qui se trouvait à proximité de la montée menant au Pas du Mont Colomb ( croisement barrage du lac de la Fous /Pas du Mt Colomb ) il se nommait Ref. de la Barma ( grotte ) il fut abandonné suite aux infiltrations d’eau ainsi qu’à divers pillages . perso. je préfère lorsque j’en parle le nommer De Cessole ... amitié à tous et toutes et bonne randos.

  • par Le 31 mars à 20h25

    Bonsoir saxifraga
    Dans tous les massifs de France et de Navarre il y a souvent des différences d’orthographe sur les noms des sommets /lieux-dits / refuges, etc...
    Sur ce site, seule la carte IGN fait foi, c’est plus simple pour la recherche des randos. Dans ce cas sur la carte IGN on trouvera "Refuge de Nice" ou "Victor de Cessole"

  • par SaxifragaLe 31 mars à 20h36

    Re bonsoir. Un oubli .. dans le secteur des lacs de la Valmasque ( val des masques ou des Sorcières ( Faire gaffe aux orages souvent violents même en été... le Dieu de l’orage est en son Royaume ) !!! de nbx boucs aux yeux d’or Ambré y ont élus domicile et il est possible entre la aisse de Valmasque et le lac Basto d’empruntant la continuité du GR 52. afin d’écourter la rando en passant par la Baisse du Basto 2693m balise 401 ( plus facile mais précautions d’usage en descente versant W. en basculant dans le vallon Niré la suite est très agréable - trois minuscule laquets + un caché sur la droite à l’abri des regards !!! une fois passé le LAC NIRE 2353m la descente sur le refuge ne pose aucun problème majeur.. Aller tous en piste... le Mercantour est un lieu qui éclaire l’esprit en vous rendant beaucoup plus fort car il sait apaiser bien des maux. Merci à Guillaume.

  • par saxifragaLe 31 mars à 21h03

    bonsoir Jicé. Je ne contesterai pas vos dires ce qui serait mal venu de ma part ... En fait mon commentaire comme le suivant avait pour but de faire faire quelques recherches à beaucoup de PROMENEURS qui ne connaissent pas l’histoire des Refuges édifiés par le CAF des A.-M. à l’initiative de DE CESSOLE qui en fut l’un des PRISIDENTS ... sachez aussi qu’en toutes modestie je randonne dans le massif depuis une bonne trentaine d’années . et depuis 20 années en autonomie complète entre 3 /5 jours ce qui me permet de partir hors des sentiers battus ( découvertes hors sentiers et photographies vidéos quand ça vous tient le cœur vous devenez un inconditionnel de ce massif merveille. Bonne continuation à vous.

  • par nanouLe 1er avril à 08h32

    oui tres beau secteur je me suis baladé vers la valmasque , la madonne de fenestre
    j’y retournerai bien

Chargement en cours Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Astuce : Si votre commentaire est long, aérez-le en créant des paragraphes. Pour cela, il suffit de laissez une ligne vide entre ceux-ci !