Brame-Farine (1195m) par le Vernay à Morêtel-de-Mailles

Difficulté :
Facile
Dénivelé :
400m
Durée :
demi-journée

Montée vers l’extrémité sud du chaînon de Brame-Farine et sa table d’orientation datée de 1914. – Auteur :

Accès

  • De Grenoble ou Chambéry, rejoindre Goncelin ou le Cheylas puis Morêtel-de-Mailles
  • Monter au Vernay, lieu-dit le plus haut sur le versant sud de Brame-Farine

    Coordonnées :

  • 45.378117 N
  • 006.016533 E

Les infos essentielles

  • Carte IGN : TOP25 n° 3433 OT Allevard – Belledonne nord
  • Altitude de départ : 850m
  • Altitude minimum : 850m
  • Altitude maximum : 1195m
  • Dénivelée : 400m
  • Distance : 8 km
  • Parcours sur fond de carte :
    — en bleu, à l’aller
    — en jaune, au retour
  • Balisage :
    — panneaux aux intersections à l’aller
    — marques jaunes au retour
  • Sortie du 03/10/2017

Itinéraire

Ouvrir en grand !

Chargement de la carte en cours

ALLER

La route se prolonge par une bonne piste forestière qui monte jusqu’à la Cochette puis poursuit jusqu’au Bossu (vue sur St-Pierre d’Allevard et le Bassin du Flumet).

Après une descente d’une cinquantaine de mètres de dénivelé, on rejoint la Chapelle St-Christophe.

Pour éviter d’emprunter la route goudronnée, monter sur le chemin de gauche.

Parvenu dans le pré, le chemin se perd. Rejoindre l’extrémité du pré en haut à droite pour retrouver un chemin dans le bois .

Suivre celui-ci jusqu’à retrouver une piste au lieu-dit le Plan Champ.

Monter cette piste à gauche et dans l’épingle, continuer tout droit sur le chemin qui monte.

On parvient ainsi à la table d’orientation qui donne en particulier sur le massif de Belledonne (quand la vue est dégagée !).

RETOUR

Revenir au panneau « table d’orientation » et descendre à gauche un chemin glissant par temps humide (vue sur la Chartreuse).

Le chemin entre en forêt et se transforme en sentier.

Vers une ruine, il oblique à gauche et fait une boucle pour retrouver plus bas la piste de l’aller (tracé IGN inexact).


  • Itinéraire décrit dans la vidéo d’Antoine Salvi :


Dernière modification : 16 mai 2018
Les coteaux de Brame-Farine à Saint-Maximin

A propos

Auteur de ce topo :

Crédits : Remerciement à Antoine Salvi pour sa vidéo

Randonnée réalisée le 3 octobre 2017

Topo publié le 10 octobre 2017

(Avertissements et Droits d'auteur)

Commentaires

Afficher les commentaires précédents (5).
  • par nanouLe 12 octobre 2017 à 14h29

    bonjour
    beau secteur en face le cret du poulet, la ferme du vernay évoque pour moi plein de souvenir j’y ai passé mon enfance

  • par HoldwiigLe 12 octobre 2017 à 18h27

    Dans mes souvenirs, la crête était quand même bien ravagé par les 4x4 ou autres engins, ce qui formait des énormes marres de boue sur les chemins. C’est toujours le cas ?

  • par Le 12 octobre 2017 à 18h28

    Bonjour,
    je connaissais le secteur pour y être allé il y a une dizaine d’années par beau temps.

    La table d’orientation était alors noyée dans la forêt, ce qui n’est plus le cas maintenant.

    La semaine dernière, surpris par la pluie vers le sommet, je n’ai pas pu apprécier le panorama sur Belledonne ou même la Chartreuse.

    Stan

  • par Le 12 octobre 2017 à 18h33

    Pour Holdwiig,

    les chemins que j’ai parcourus étaient en bon état excepté une énorme flaque d’eau sur toute la largeur peu avant d’arriver à la table d’orientation.

    Stan

  • par Le 10 novembre 2017 à 17h24

    Salut Stan. Curieux nom que celui de Bramefarine ; on voit mal une quelconque meunerie associée au chant de cerfs en rut.
    Bramefarine est le nom de la montagne qui sépare la vallée d’Allevard de la vallée du Grésivaudan.
    Entre les 11ème et 15ème siècles, la vallée du Grésivaudan est l’objet de luttes incessantes entre Dauphinois et Savoyards. Du côté dauphinois, la vallée est protégée par le bourg fortifié d’Avalon, situé sur Bramefarine, et le château de La Buissiere situé au pied du massif de Chartreuse.

    Le 28 septembre 1225, le chevalier Guiffrey Salvaing vend au Dauphin André le bourg et le mandement de la Buissière pour 200 livres viennoises. Les Rochat de Bramefarine s’associent alors avec les Gibolin de la Buissière (— Un souvenir de l’antagonisme guelfes vs gibelins des XII-XIIIèmes siècles ? —) pour développer leurs commerces dans les foires et marchés dans tout le Dauphiné.

    Un certain consensus semble s’être établi quant à la signification de ces termes (orthographe originale).

    • Extrait des procès-verbaux de la Société de Médecine de Lyon - Années 1839-1840 - Alphonse Dupasquier, rapporteur de la commission.

    "Montagne de Brâme-Farine. La vallée d’Allevard ; parallèle à la vallée du Graisivaudan ; en est séparée par une montagne facilement accessible ; qui a reçu le nom assez singulier de Brâme-Farine ... On croit généralement que ce nom provient d’un mélange de patois et de latin ’Brama farinae’ ; ’cri de la farine. Cette montagne cependant est la plus fertile du pays. M. Alfred Bougy le fait dériver de ’Mons bramantium fœrinarum’ ; montagnes des bêtes sauvages qui brâment."

    • Bulletin de la Société de Statistique des Sciences Naturelles et des Arts Industriels du Département de l’Isère ; tome 1, 1838.
      "... Qu’on nous permette de hasarder encore ici une étymologie : quelques personnes croient le nom de la montagne de ’Brame-Farine’ ... fait allusion à la fertilité de son sol. Il nous semble qu’on pourrait bien le faire dériver des ces mots en latin du Moyen-Âge : ’Mons bramantium ferinarum’ (montagne des bêtes bramantes)."
    • Guide du visiteur au payd d’Allevard ; et du Malade aux Thermes de cette contrée - P. A Rigollot Delavaquerie - 1843
      "Lorsque on arrive à Allevard ;la vue s’arrête sur deux versants qui forment la vallée ; l’un à droite c’est le Taillat ;l’autre à gauche c’est la montagne de Brame-Farine ;nom singulier que quelques-uns rapportent à l’idiome local et que d’autres font dériver du latin (mons Bramantium Fœrinarum) ; montagne des bêtes sauvages qui brâment."
  • par SylvianeLe 6 décembre à 00h13

    Bonjour, j’ai apprécié cette balade aujourd’hui, avec une vue superbe sur Belledonne nord enneigé, mais j’ai eu la surprise, en passant à l’aller devant la bergerie, d’avoir 5 chiens qui aboyaient et venaient me renifler puis se sont calmés (une voix de femme est intervenue). Au retour, malheureusement, deux patous se sont précipités avec les 5 autres chiens, et m’ont bien fait peur, car ils se rapprochaient de moi et aboyaient de plus en plus fort. Aucune personne n’est venue à la rescousse. Et quand j’ai vu un homme près du parking, et que je l’ai interpellé, il m’a simplement dit "ils ne vous ont pas mordue" !! aucune excuse ni parole de bienvenue. J’en suis encore bien secouée, car d’habitude, je n’ai pas peur des patous, et je fais bien ce qui est convenu de faire : se faire approcher et ne pas bouger, mais là, ils ont été bien menaçants, et je n’arrivais plus à continuer de marcher.

  • par Le 6 décembre à 10h00

    Bonjour Sylviane,

    je suis désolé de votre mésaventure. C’est surtout l’hiver qu’il y a plusieurs chiens vers la bergerie.

    Si on veut éviter ce passage, on peut effectuer ce circuit à partir de la Chapelle St-Christophe.

    Cordialement
    Stan

Chargement en cours Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Astuce : Si votre commentaire est long, aérez-le en créant des paragraphes. Pour cela, il suffit de laissez une ligne vide entre ceux-ci !