• Randonnée

Bric de Rubren ou Mongioia (3340m) et Mont de Salsa (3328m)

Au sommet du Bric de Rubren. A gauche, la Tête de Moïse et à droite le Brec de Chambeyron.

  • Difficulté Difficile
  • Dénivelé (en mètres) 1700
  • Durée 1 jour
Voir le tracé de l'itinéraire

Par sa longueur, son dénivelé, ses deux beaux sommets gravis le même jour, par la beauté de ses lacs et des paysages traversés, par l'austérité du vallon de Rubren et la sauvagerie de celui du Loup, par l'étrangeté des anciennes carrières de marbre, par le cadre grandiose du plateau de Mongioia et l'ampleur des panoramas offerts, on comprendra que cette randonnée exigeante, dont une partie se déroule sur le versant italien, est l'une des plus belles des Alpes du Sud.

Avertissements et Droits d'auteur

Accès

Remonter la vallée de l’Ubaye jusqu’au parking avant Maljasset. La traversée du hameau étant interdite.

Itinéraire

Carnet de route

  • Carte : IGN TOP25 3637OT
  • Tracé IGN
  • Distance : 30 Km
  • Altitude de départ : 1910m
  • Bric de Rubren : 3340m
  • Mont de Salsa : 3328m
  • Temps de montée au Bric de Rubren : 4h45
  • Départ parking : 4h30
  • Sommet : 9h15
  • Retour parking : 15h30

Pas de Mongioia

Du parking avant Maljasset, prendre la piste du hameau de Combe Brémond. Continuer par le sentier qui domine l’Ubaye. Passer le Plan de Parouart et traverser l’Ubaye par une passerelle.

Laisser à droite le ravin de Chabrière et s’engager dans le ravin de Salcette. On arrive au Plan de la Blave où l’on retraverse l’Ubaye par une passerelle.

Après la cabane de la Blave, bien visible de l’autre côté de la rivière, prendre le chemin qui traverse à nouveau l’Ubaye par une passerelle cotée 2196 m. Le sentier fait un grand lacet pour pénétrer dans le vallon de Rubren après avoir traversé d’étonnantes carrières de marbre abandonnées.

On passe près de la cabane de Rubren bergerie qui possède une pièce (avec matelas et couvertures) pouvant accueillir quelques randonneurs et permettant de faire l’ascension sur deux jours. Pour en savoir plus sur cette cabane cliquer ICI.

Le sentier descend légèrement et franchit le Béal de Rubren. Par une sente cairnée, remonter ce vallon austère et rectiligne jusqu’au pied des pentes du Pas de Mongioia, que l’on remonte par une raide sente dans les éboulis sur 160m de dénivelé.

On débouche sur le plateau de Mongioia occupé par le lac homonyme. En 1979, lors de ma première visite sur cette montagne, ce lac était connu pour être le plus haut des Alpes. Avec le fort recul glaciaire des deux dernières décennies, d’autres lacs plus élevés sont apparus.

Le récent "bivacco Franco Boerio", implanté sur le plateau, bien équipé, doit être génial pour assister au lever du Soleil depuis l’un des sommets.

Ascension du Bric de Rubren

Prendre une sente évidente un peu en contrebas de l’arête sud. La sente se divise, suivre celle qui porte de vieilles marques à la peinture sinon, on va rencontrer du rocher plus escarpé.

On atteint le sommet après un ultime ressaut où il faut poser les mains.

Panorama circulaire grandiose jusqu’au Mont-Blanc et au Mont Rose et bien sûr le Mont Viso qui domine le paysage.

Descente par le même itinéraire, mais à hauteur du lac, on peut couper dans les pentes de blocs pour rejoindre le vallon. Continuer en direction du Pas de Salsa.

Ascension du Mont de Salsa

Sous le Pas de Salsa, partir en traversée ascendante sur la droite pour gagner la face ouest du Mont de Salsa que l’on gravi par une large trace. Sommet étroit et très aérien.

Descente par le même itinéraire et gagner le Pas de Salsa.

  • L’ascension du Mont de Salsa est bien entendu facultative. On peut redescendre par l’itinéraire du Pas de Mongioia et du vallon de Rubren ou par le Pas de Salsa et le vallon du Loup, sans passer par le sommet.

Retour par le vallon du Loup

Le franchir et descendre dans le sauvage vallon du Loup. Un passage désagréable dans les blocs du glacier rocheux (on peut voir de la glace sous les pierres au pied de la paroi du Rubren) amène au lac du Loup.

Contourner le lac par la droite ou par la gauche. Le sentier se perd. Prendre au nord-ouest en contournant quelques barres rocheuses et atteindre le large sentier qui descend du Col de Longet.

Il ne reste plus qu’à suivre ce (très) long sentier balisé jusqu’au Plan de la Blave, où l’on retrouve l’itinéraire de montée. On le suit jusqu’à Maljasset puis jusqu’au parking après une succession de paysages magnifiques qui viennent clore en beauté cette randonnée extraordinaire.

Au cours de la descente, on rencontre une épave d’avion de tourisme. Le crash étant survenu en hiver, la neige a amorti l’impact et les occupants en sont sorti indemnes. D’après un habitant de la vallée, au printemps le curé de Saint-Paul a suscité la curiosité des habitants. Le siège conducteur de sa Citroën Dyane, était un... siège d’avion.

Le Marbre vert de Maurin

« Au hameau de Maurin, sur la frontière d’Italie, dans les Alpes, on rencontre un marbre de fragments vert, noirâtre, enveloppés par des veines vert-clair dont la nuance tire tantôt sur l’ivoire tantôt sur l’émeraude ; sa teinte générale rappelle celle du porphyre antique. Ce marbre est l’ophicalce de Brongniart, traversée par des veines de chaux carbonatée spathique, qui sont tantôt blanches, tantôt pénétrées par une espèce d’amiante qui leur donne la couleur vert-clair. ».

  • Source : Rapport sur les marbres et les machines à travailler le marbre (1879). Adolphe Violet, Société des ingénieurs civils de France, Société des ingénieurs civils, Société des ingénieurs civils Editeur : E. Lacroix.

Les pierres, travaillées et polies, se retrouvent à Paris, aux Invalides, à l’Opéra comme à Lyon, et même aux Amériques.

Ce marbre décoratif jadis très recherché (cheminées, pendules, vases, dessus de guéridon, socles en marbre de Maurin) comme le marbre vert de mer qui s’exploite aux environs de Gènes, était moins dur et moins difficile à travailler dans de grandes dimensions, vendu à un prix abordable à Marseille et importé jusqu’aux États-Unis. Il servit à Paris pour, entre autres, le soubassement de l’autel du tombeau de Napoléon Ier aux Invalides, pour la décoration de l’Opéra Garnier, et les médaillons des piédestaux des statues de la Place de la Concorde.

  • Source : Wikipédia

L’épopée des Barcelonnettes au Mexique

  • L’histoire de l’émigration, et du retour fortune faite, des habitants de la vallée au Mexique, mérite d’être connue
  • Lien ICI

Le refuge de Maljasset

[Nouveau] : Profitez de tarifs exceptionnels avec les ventes privées Allibert Trekking ! Jusqu'à 200€ offert !

Commentaires

  • par cricou_mrsle 6 juillet 2012 à 11h44

    Prévue le 14/15 juillet :)

  • par le 7 juillet 2012 à 14h41

    Eh bien bonne rando !
    Rapportez-nous des photos pour enrichir le topo.

  • par cricou_mrsle 10 juillet 2012 à 12h27

    oui... neige prévue a 2500m... on verra bien :)

  • par cricou_mrsle 16 juillet 2012 à 18h15

    bon finalement des températures négatives et un fort vent... mais superbe journée !

  • par le 18 juillet 2012 à 22h47

    Effectivemment cricou_mrs (je pense que c’est toi que nous avons rencontré au bord du lac).
    Il faisait frais .. on peut même dire froid au sommet ! Mais à l’abri du vent et en plein soleil face au Mont de Salsa on peut dire qu’il faisait bon nous y avons passé un peu de temps en contemplant les Alpes du côté italien : superbe ! L’autre côté étant un peu bouché..
    Pour nous la nuit s’est passée à la cabane de Rubren au coin du poele, s’endormir au chaud en entendant le vent dehors c’était pluôt une agréble sensation !
    A refaire !
    Bonnes randos à tous

  • par le 27 août 2012 à 19h28

    randonnée effectuée en un jour, mais "rincé" à l’arrivée ! mais un souvenir inoubliable ! bientôt, les photos de ma sortie !

  • par le 27 août 2012 à 23h44

    Rincé ? Oui pas mal ! Elle donne en un jour cette rando, n’est-ce-pas ?
    As-tu fait le Salsa ?

  • par le 28 août 2012 à 11h46

    heu ! non, on n’a pas fait le Salsa, même si j’en avais très envie, mais je n’étais pas seul lors de cette randonnée de 32 kms, et je n’ai pas voulu "charger la mule" ! En tout cas, c’est pour l’instant, le sommet le plus haut que j’ai franchi. De plus, on a eu une météo fantastique, pratiquement pas un nuage à l’horizon de toute la journée, bref, l’idéal !

  • par le 28 août 2012 à 15h34

    Il est vrai que le Salsa est facultatif. ayant déjà fait cette randonnée (en 2 jours), je n’ai pas voulu refaire tout à fait la même et c’est pourquoi, j’ai fait le Mont de Salsa au passage. Mont de Salsa qui s’est révélé être un sommet étroit et aérien, ce que l’on peut voir sur la photo avec la croix.

  • par le 29 août 2012 à 01h30

    Eh bien voilà ! Après le commentaire de hereme sur la sortie du 26/08/2012, le Rubren est bien le 3ème sommet de l’Ubaye.

  • par le 30 août 2012 à 14h58

    Merci pour cet éclaircissement !

  • par stevele 9 août 2013 à 18h55

    Bonjour,
    C’est mon 1er commentaire sur ce site, que je consulte néanmoins très régulièrement avec bonheur.
    Je me permets simplement une suggestion pour monter à ce magnifique sommet auquel je suis très attaché ; j’entends souvent dire que l’ascension est très longue en distance depuis Maljasset, ce qui est tout à fait vrai.
    Si vous avez la chance de loger dans le Queyras ou côté italien du col Agnel, n’hésitez pas à tenter l’ascension depuis Chianale, c’est un enchantement, on voit encore plus de lacs et la distance est beaucoup plus raisonnable (le dénivelé reste le même).
    Pour les courageux, une petite boucle est possible au-dessus du lac du Loup : monter au col de Cornascle par le couloir d’éboulis (raide mais sans danger) puis la pente sommitale du Rubren orientée ouest (plus facile que l’arête sud, pas besoin des mains !) et descente par le Pas de Salsa comme décrit dans le topo ci-dessus.
    Voilà, une idée pour ceux que la distance rebute !

  • par le 9 août 2013 à 19h07

    Bonjour Steve,
    Bien sûr, je connais cet itinéraire. Mais quand on est en vacance en Ubaye, soit on le fait sur 1 jour, soit on passe la nuit à la cabane de Rubren, équipée en couvertures, ou au refuge/bivouac italien près du lac de Rubren, à plus de 3000m, comme l’a fait Paul :
    https://www.altituderando.com/sortie339

  • par le 25 août 2013 à 12h25

    superbe randonnée, faite le 20 août par un temps superbe, vue sur les Alpes italiennes et même le Mont Rose...
    pas fait Salsa par contre, trop long

  • par le 26 août 2013 à 16h46

    Mazette, André, tu as bien vadrouillé.
    Le Salsa est vraiment facultatif. Je l’ai gravi car ayant déjà fait le Rubren, je ne voulais pas refaire exactement la même chose.

  • par le 27 août 2013 à 14h43

    J’ai gravi le Bric de Rubren le 18 Août 2013, je voulais le faire depuis belle lurette.... ( je voulais inscrire à mon tableau de chasse un deuxième "BRIC" : après le Bric Froid dans le Queyras).

    Je n’ai croisé AUCUN français allant le gravir (seulement deux français qui l’avaient fait le jour d’avant et qui avaient passé la nuit du côté italien).

    Une fois le Pas de Mongioia passé, je n’ai rencontré que des italiens.

    C’est vraiment une magnifique et longue randonnée depuis le village de Maljasset.

    La remontée du vallon de Rubren m’a donné l’impression d’être isolé de tout et de se trouver presque au "bout du monde".

    Mais je n’ai pas eu de chance... car la Nebbia et puis après les nuages ont fortement diminué le panorama depuis le sommet.

    Malgré tout j’ai pris beaucoup de plaisir à le gravir.

    C’est un sommet à faire.

  • par le 27 août 2013 à 15h32

    Bonjour jérémy,
    Ah la Nebbia !
    C’est la plaie de la région. Pour une randonnée aussi longue, je n’hésite pas à partir à la frontale pour essayer de prendre la Nebbia de vitesse. Sans garantie absolue de succès hélas.

  • par Laurentle 16 septembre 2013 à 18h10

    Cela fait longtemps que je regarde ce sommet. Mais faire 1h30 de voiture depuis Ceillac pour aller à Maljasset ou Chianale est au dessus de mes forces. J’adore le col Longet, sa sauvagerie de bout du monde, ses lacs qui se succèdent avec en toile de fond l’omniprésence du Viso. J’y vais régulièrement en passant le pas de la Cula, sur les traces de mon grand père qui allait faire "contre bande" à Chianale au début du siècle dernier. Il en revenait chargé de produits manufacturés des industries de la plaine du Pau voisine.... Personnellement, je ne passe pas la frontière. Les passages pour le retour sont multiples (Cristillan, Ugousse, col de la Noire et vallon de Marcel... ou, plus court, par le même chemin).
    Depuis quelques temps j’avais envie de gravir ce beau sommet, mais en partant de Ceillac et en faisant une boucle esthétique.
    Nous l’avons fait ce samedi avec mon frère et avons passé une superbe journée. L’itinéraire suivi n’a pas été très original (Bergerie de la Lavine, pas de la Culas, lac et vallon du Loup jusqu’au pas de Salsa, lac et sommet du "Mongoia" (Rubren), retour par le vallon de Rubren, puis remontée par le vallon des Hugues au col des Hugousses, et retour à la bergerie par les vallons des embuscades et Clausis).
    Le GPS du téléphone n’indiquait que 26,4km. La boucle réalisée semble donc plus courte en distance que depuis Maljasset... Pour le dénivelé le GPS indiquait 2880m, mais j’ai des doutes sur la précision de l’outil en montagne.
    Depuis Ceillac, il est sans doute possible d’économiser 400 ou 500m de dénivelé et plusieurs km en faisant le sommet en AR par le pas de Cornascle, mais personnellement,j’affectionne partir et revenir au même point sans marcher deux fois sur le sentier.
    Ce sommet est splendide tant pas ses paysages que la vue qu’il permet lorsqu’on atteint sa cime. Samedi nous touchions le Mont Rose et le Mont Blanc, nous avions envie de plonger dans la mer de nuage qui recouvrait les plaines Italiennes et les sommets voisins, y compris le Peouvou d’habitude impressionnant, semblaient tous petits...

  • par le 17 septembre 2013 à 18h40

    Beau périple Laurent.

  • par le 8 novembre 2013 à 10h20

    Merci Alain pour cette magnifique rando ! J’ai une petite question, une fois au pas de mongoie où il y a la cabane et le lac, il faut prendre quel chemin pour monter au Rubren ? Il se trouve où ? Car j’y suis aller au début de l’été tout été encore enneigé et je n’ai pas trouver le chemin, du coup je me suis rabattu sur l’ascension du salsa. Merci d’avance !

  • par le 8 novembre 2013 à 12h01

    Bonjour Binbin. Au pas de Mongioia, le Rubren se trouve dans le prolongement de l’arête à gauche, Nord. L’ascension s’effectuant par le versant Sud-Est et étant balisé par des marques à la peintures. J’ai rajouté un tracé IGN (zoomer sur la carte).

  • par le 8 novembre 2013 à 12h19

    Merci, donc en fait pour aller au sommet du rubren, il faut longer l’arrete du mongoia sur la gauche quand on arrive au pas de mongoia et passer sur la gauche du lac ? Il n’y a qu’un seul chemin pour y monter ?
    J’avais eu échos d’un chemin pour arriver au sommet qui passer par la pas de salsa..
    Merci Alain !

  • par le 8 novembre 2013 à 12h34

    Le meilleur itinéraire, il faut parfois mettre les mains, part du lac. Ce n’est pas l’Olan. On peut passer de partout. C’est plus ou moins raide, plus ou moins détritique. La voie balisée est celle où les chutes de pierres seront le moins à craindre.
    L’arête qui part du Pas de Salsa se voit à gauche sur la photo 13 ---> bien dentelé et pas évident !

  • par le 8 novembre 2013 à 13h36

    Il y a deux sentiers d’accès au Rubren depuis le Pas de Mongioia.

    Depuis le Pas, la sente est évidente (le sentier remonte la crête de la Mongioia).

    A un moment donné, il y a une intersection dotée d’un petit cairn avec un sentier facile (une inscription "facile" en violet sur une roche signale le départ de la voie facile) qui s’engage sur la gauche alors que tout droit la voie classique remonte le versant italien du Rubren (celui qui donne sur le lac de la Mongioia).

    Pour ma part, lors de la montée, j’ai remonté par le versant italien du Rubren, c’est une voie plus difficile sans être dangereuse (même si sur la dernière partie, il faut parfois sortir les mains).

    Quant à la descente.... il suffit de descendre depuis la croix sommitale et de se laisser porter par le sentier de la voie facile qui s’engage le long de la crête frontalière.... on revient à l’intersection initiale (bien repérer l’inscription en violet).

    Un sommet magnifique.

  • par le 8 novembre 2013 à 15h39

    Merci pour ces infos, je verrais bien l’été prochain si je trouve le bon chemin !!

  • par le 10 août 2014 à 17h36

    Bonjour, juste pour informer les randonneurs qui suive bien les explications des itinéraires. La passerelle juste en dessous la bergerie du plan de Balve a été importé durant l’hiver 2010-2011 et le chemin a changé. il longe l’Ubaye, on ne croise plus la rivière pour la montée sauf au départ de Salcette.
    Rando faite ce jour et aucun français sur le Rubren et Salsa.

  • par Mercantour06le 30 août 2014 à 13h04

    Hello. J’en rentre après une nuitée au bivouac Boerio jeudi. C’est vraiment un endroit exceptionnel qu’il faut avoir découvert sans faute. Voilà c’est donc fait. Y inclus la montée au Bric qui se fait même sans trouver le passage facile. Ca passe partout mais la descente est facilitée par le sentier ouest. J’étais seule faute de comparses c’était vraiment l’aventure surtout le retour par le vallon du Loup. Existe t-il des endroits comparables avec bivouac dans les Alpes du Sud ? Cdt. Régine

  • par le 27 septembre 2014 à 11h27

    Bonjour Régine de 06... Il y a des bivouacs comparables dans les Alpes du sud, oui. Mais surtout du côté italien où l’on trouve de petits abris solitaires. Du côté français malheureusement, on ferme des cabanes qui constituaient des abris merveilleux.

  • par le 27 septembre 2014 à 11h34

    A lire les sorties et les commentaires, je trouve que je suis finalement un feignant. Je reviens de là haut, mais toujours sur deux jours. Je suis allé au Salsa qui m’a séduit. Pour moi il est plus beau que le Rubren avec ses roches surplombantes et une vue plus accomplie. La montée est impressionnante vue de Boerio , mais ça se fait très bien. Je mets une sortie très bientôt. J’ai Quelques images du couchant à Boerio... Sinon, faut que je le dise, je regrette bien cette invasion de moutons jusqu’à 2900m sur la haute Ubaye, source de pollution, de stress avec les patous, et atteinte à la biodiversité (fini la reine des Alpes)... enfin, tant que ce sera subventionné comme ca...

  • par Oukiok.org / Geoffroyle 7 juin 2015 à 17h00

    Bonjour,
    savez-vous si il est possible de connecter le refuge Berio avec le Col de Marinet sans redescendre sur Maljasset (en autonomie). Sachant que cela doit pouvoir se faire avec des enfants et sans risque (ne pas mettre les mains (ou presque), pas de passage très aréien, ...). Comment sont les crètes entre les deux, y a-t-il des col facile ? Avez vous un lien ? Merci ! Geoffroy

  • par le 7 juin 2015 à 17h17

    Versant français —> non.
    Il y a un sentier versant italien. Mais il faut avoir la carte. Il y a des cols à franchir.

  • par marcapiedle 16 juillet 2015 à 18h00

    Je l’ai fait ce 13 juillet sur deux jours avec bivouac au bord du lac Mongioia. C’est vraiment somptueux ! Arrivé en début d’après-midi, j’ai fait l’ascension du Bric de Rubren après avoir monté ma tente pour bénéficier du superbe panorama et bien m’imprégner du sentier d’accès... Et à l’aube je suis remonté au Bric de Rubren à la frontale pour assister à un grandiose lever de soleil sur le Mont Viso ! Et très beau retour par le Pas de la Salsa et le lac du Loup. Merci pour la découverte.

Poster un nouveau commentaire ?
Nous vous conseillons de vous connecter !     pourquoi ?

Sorties associées

Voici les dernières sorties réalisées sur ce topo : l'occasion de découvrir encore mieux ce secteur à travers les récits et photos des derniers randonneurs à y être passés.

Si vous venez de faire cette randonnée, n'hésitez pas à venir l'épingler ici !

→ Ajoutez votre sortie...

Publicité

  • Soldes jusque -80%

    Tentes de rando

  • Raquettes

  • Chaussures de rando

  • Sacs à dos

Topos en relation

Voir tous les topos en relation

Dossiers conseils