Calanque du Devenson - Corniches Paretti - Grand Couloir

Difficulté :
Difficile
Dénivelé :
700m
Durée :
1 jour

La randonnée la plus dure des Calanques. Les corniches Paretti sont aériennes et exposées. Le retour par le Grand Couloir, comporte des sections d'escalade du 4e degré. Tout se déroule dans un cadre très sauvage qui se mérite. – Auteur :

Accès

Accès par Marseille et le campus de Luminy.

On prend le classique départ vers le col de Sugiton.

Itinéraire

Ouvrir en grand !

Chargement de la carte en cours

Carte : Les calanques au 1/15000.

Difficulté

C’est une longue randonnée, de 7 heures de marche, avec du dénivelé et un retour pénible aux heures chaudes de la journée. Le parcours est très accidenté, il comporte plusieurs passages où une chute serait fatale, des parties d’escalade à ne pas négliger, et une recherche d’itinéraire notoire malgré le balisage des sentiers.

Cette randonnée peut se faire sans équipement pour un randonneur très averti. Pour les autres, je conseille de prendre une corde de 30m, des sangles et mousquetons. Si l’on choisit de revenir par la Grand Couloir, l’équipement devient indispensable.

L’itinéraire a récemment été rééquipé en scellements, il y en a d’ailleurs trop à mon goût. Le dénivelé cumulé est de 700m environ :

  • de Luminy au col de Sugiton : 60m
  • de la calanque de St-Jean de Dieu à l’embranchement du sentier vert : 200m
  • de la calanque du Devenson au col de la Candelle : 450m
    + d’inévitables montées et descentes sur tout le parcours.

ITINÉRAIRE

Départ classique du parking de Luminy, on suit le sentier jusqu’à la calanque de St-Jean de Dieu (1 heure).

Remonter le Val Vierge, par le sentier rouge, on passe la première difficulté : le Pas du Rocher Club (œil de verre) ; équipement en place, agrés et câble.

Continuer le sentier rouge, jusqu’à trouver l’embranchement avec le sentier vert n° 9, environ 200m après le Pas du Rocher Club.

S’engager sur le sentier vert, grimper un court ressaut, puis longer l’impressionnante paroi de la Concave.

Se diriger vers l’Aiguille du Devenson , sans perdre le sentier, passages de désescalade, traversée délicate sont au programme mais rien de dur.

La suite est plus scabreuse et plus exposée, on passe le vallon du Petit Couloir (sentier marron), s’encorder si nécessaire sur les corniches Paretti. On trouvera des broches aux passages les plus difficiles. Quelques pas d’escalades demandent de l’attention, une désescalade peu difficile, mais exposée, précède une partie très sauvage où il faut bien repérer les marques vertes de l’itinéraire.

On traverse un terrain rocheux, incliné au-dessus de l’eau, avec peu de difficulté technique, mais dans un décor peu rassurant et où la chute est à proscrire (broches). Repérer le balisage noir qui sera l’itinéraire de retour (cercle noir et vague sente qui mène à un mur jaune et un gros pin).

Les corniches Paretti continuent et aboutissent à la calanque du Devenson par un parcours scabreux, mais moins difficile vers la fin. Au Devenson, on est rarement contrarié par le monde, on peut y croiser quelques kayakistes, je n’y ai jamais rencontré d’autres randonneurs.

Il est possible de revenir au Val Vierge, par l’itinéraire de l’aller, mais je conseille le retour par le Grand Couloir, si on a quelques aptitudes à l’escalade et de l’équipement. Ce retour mène assez directement sur les crêtes du Devenson.

En quittant la calanque, à environ 200m , on devinera une petite sente, qui part à droite, vers un mur et un gros pin. C’est l’itinéraire n°8 du Grand Couloir , balisé de noir. Un cercle noir sur la paroi de droite vous indiquera la voie, ainsi que les broches qui vous permettront de vous assurer.

C’est dommage d’avoir aseptisé ce passage qui se réalisait auparavant sans point fixe, avec un relai autour du pin, à mon sens un ou deux points auraient suffi.

Pour rejoindre le pin, on part en traversée ascendante à gauche, puis directement (III+). Relai possible autour du pin. Un pas de IV au dessus, puis un secteur de marche avant de rejoindre une fissure équipée (IV- soutenu).


O
n remonte ensuite un sentier vers une grotte. Cela continue par la droite, en suivant les traces noires (par la gauche on trouvera l’itinéraire n°6 marron du petit couloir qui est plus difficile).

Reste un pas de traversée équipé, le reste c’est du sentier à chèvre.

Retour

Rejoindre la crête et la remonter jusqu’à l’aplomb de la Concave et descendre au col des Charbonniers. Suivre le GR et laisser le sentier vert partir à droite, prendre à gauche en direction du col de la Candelle, puis le long promontoire des Américains (balisage jaune et vert), descendre par les rochers (un pas de désescalade glissant) puis traverser le chemin du Centaure et rejoindre en quelques lacets la piste qui monte au col de Sugiton.

Variante de retour

Au col des Charbonniers, on peut descendre vers le val Vierge , par la cheminée du CAF. C’est un couloir exposé, balisé noir, avec une première désescalade, d’abord facile, puis en IV-, en prenant vers la gauche en regardant le vide. Ensuite marche et désescalade d’une fissure en III. On arrive ainsi au-dessus du Pas du Rocher Club que l’on désescalade pour rejoindre la calanque et remonter par le sentier rouge.

Dernière modification : 16 mai 2018
Rando Calanques de Marseille et Cassis

A propos

Auteur de ce topo :

Site web : test-materiel-outdoor

Les Monts du Forez ont usé mes premiers godillots, puis les Pyrénées (Balaitous 1er 3000). Les calanques et le Verdon ont occupé tous mes WE des années 90 avec les boucans de Marseille ;-) Et puis sont venues la passion de l'image avec des vidéos... et les tests de matériel.

Topo publié le 24 octobre 2011

(Avertissements et Droits d'auteur)

Commentaires

Afficher les commentaires précédents (4).
  • par Le 26 octobre 2011 à 22h51

    Superbe !! Excellent Paulo !

  • par Aline, Gaëlle, SebLe 17 août 2012 à 22h48

    Coucou amis aventuriers, nous venons de faire aujourd’hui cette randonnée sans si être préparer. Se fut intense, périlleux, effrayant par moment et une fois engagés faire demi tour semble compliqué voir impossible sans équipement. Nous sommes des novices en la matière et nous étions parti sans cordage. Se fut une journée de folie et une fois arrivée dans la calanque de Devenson nous avons demandé à un plaisancier de nous ramener. Nous tenons à remercier cette grande famille Normande et conseillons à tous cette aventure mais préparés et équipés. Au plaisir !!

  • par Le 20 août 2012 à 15h00

    Et oui la carte des calanques ne précise pas la difficulté de cet itinéraire tracé.
    vive le bato stop ;-))

  • par NicolasLe 3 mai 2014 à 19h58

    Je viens de faire se parcours aujourd’hui 3 mai.
    Sans équipement et seul.
    En fait je suis parti vers la calanque de Devenson "par erreur" ...
    J’ai vu les difficultés s’accumuler et me suis dit que je finirais bien par trouver un chemin qui monte !?!
    J’avoue qu’une fois arrivé face au falaise j’ai aussi pensé au bateau stop ...
    Mais j’ai fait demi-tour avec beaucoup de prudence et d’appréhension.
    Et retour par la concave, passage qui bien qu’équipé n’est pas rassurant ... du tout !
    Fatigué, en un seul morceau et totalement conscient de mon imprudence !
    Mais superbe ballade !
    Prochaine fois je pars équipé et surtout pas seul !

  • par NicolasLe 3 mai 2014 à 20h10

    Erratum :
    *ce parcours :-)
    *face aux falaises :-)

    Et retour non par la concave, mais par le chemin équipé au dessus de l’aiguille ... qui je confirme, bien qu’équipé n’est pas rassurant ...

  • par benoitLe 12 juin 2014 à 11h24

    Bonjour , je cherche des personnes pour me faire partager cette randonnée , ancien grimpeur je suis habitué aux manoeuvres de cordes mais je prefere ne pas y aller seul.......benoit.dumas13@free.fr

Chargement en cours Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Astuce : Si votre commentaire est long, aérez-le en créant des paragraphes. Pour cela, il suffit de laissez une ligne vide entre ceux-ci !