Circuit des Lacs Palluel et Faravel

Difficulté :
Moyen
Dénivelé :
1055m
Durée :
1 jour

Magnifique circuit, qui permet de découvrir deux des plus beaux lacs du massif des Ecrins. La randonnée, peut se compléter par la visite du hameau de Dormillouse, l’unique lieu habité de façon permanente de la zone centrale du Parc National des Écrins, inaccessible en automobile. Et pourquoi ne pas passer la nuit dans le gîte de l'Ecole, pour raccourcir la randonnée du lendemain ? – Auteur :

Accès

  • De Guillestre, remonter la N 94 vers le Nord, jusqu’à la hauteur de Saint-Crépin. Prendre à gauche la D 138 qui traverse la Durance. A une bifurcation, prendre la D 38 vers l’ouest en direction de Chanteloube. A une nouvelle bifurcation, prendre à droite la direction de Freissinières et Pallon.
  • De Briançon, descendre la N 94 vers le Sud. On passe devant la gigantesque statue en hommage à Edward Whymper. On traverse l’Argentière-la-Bessée. 6,25 Km après le virage en épingle sous la statue, avant le village de la Roche-de-Rame, prendre à droite, la route qui passe sous la voie de chemin de fer et traverse la Durance. Après le pont, on rencontre une bifurcation. Prendre à gauche, vers le Sud, la D 38 en direction de Freissinières et Pallon.
  • A Pallon, pénétrer dans la Vallée de Freissinières et la remonter jusqu’au parking terminal (piste en terre sur les 500 derniers mètres), dans le Parc National des Ecrins.

Itinéraire

Ouvrir en grand !

Chargement de la carte en cours

Carnet de route

  • Carte : IGN TOP25 3437ET
  • Tracé IGN
  • Altitude de départ : 1441m
  • Lac Palluel : 2472m
  • Lac Faravel : 2386m
  • Distance : 17 Km
  • Horaire lac de Palluel : 2h30/3h00
  • Horaire global : 5h00/6h00

Dormillouse

Dormillouse est l’un des treize hameaux de la commune de Freissinières. C’est aujourd’hui, l’unique lieu habité de façon permanente de la zone centrale du Parc National des Écrins. Il n’est pas accessible aux automobiles, ce qui est pour beaucoup dans son charme.

  • Lien Wikipédia ICI

Difficulté

  • Longue randonnée, mais sur de bons sentiers

Le sens de la randonnée

  • La randonnée peut s’effectuer indifféremment dans un sens ou dans l’autre

La randonnée sur deux jours

  • La randonnée se fait aisément sur une journée. On peut toutefois passer une nuit au "Gîte de l’École" à Dormillouse, à 1728 mètres d’altitude

Balisage

  • Fléchage aux intersections, jusqu’au lac Palluel et du lac Faravel au parking

DESCRIPTIF

Du Parking au lac Palluel

Du bout du parking, prendre le "sentier d’été", à gauche, le "sentier d’hiver", franchissant une passerelle à droite.

Peu après le départ, le "sentier d’été", franchit lui aussi une passerelle. On monte dans une forêt de mélèzes.

On laisse à gauche le sentier du col des Terres Blanches. On passe près du hameau de Dormillouse, dont on laisse le sentier à droite. A 1758m, on laisse à droite le sentier du vallon de Chichin et du col de Freissinières.

A 2050m, on arrive à la bifurcation lac de Palluel/lac de Faravel. Prendre la direction du lac de Palluel. On passe sous la cabane de Palluel, une bergerie, alt. 2173m.

Après une belle montée dans de petits vallons, on arrive au magnifique lac de Palluel, alt. 2472m.

Du lac Palluel au lac Faravel

Du lac, franchir le torrent émissaire et remonter une petite croupe. On trouve un bon sentier qui traverse presque de niveau vers le sud, puis qui descend en deux lacets au bord du lac Faravel, alt. 2386m.

Du lac Faravel au Parking

Avant le torrent émissaire du lac, prendre le sentier qui descend assez raide, vers un plateau, dans des alpages assez dégradés. On rejoint, en bout de plateau, le sentier venant de la Grande Cabane de Faravel. Prendre à gauche, plein nord, le sentier qui ramène à la bifurcation lac de Palluel/lac de Faravel à 2050m d’altitude.

La suite de la descente se fait par le sentier emprunté à la montée, avec un détour possible pour la visite de Dormillouse.

Vidéo


Les Lacs Palluel et Faravel par britanicus100

Dernière modification : 16 mai 2018
Tour du Grand Pinier par le Col de Freissinières, le Col du Fond de la Cabane et le Tuba (3008m)

A propos

Auteur de ce topo :

Topo publié le 19 janvier 2013

(Avertissements et Droits d'auteur)

Commentaires

Afficher les commentaires précédents (6).
  • par heremeLe 20 janvier 2013 à 01h00

    Histoire et Légendes.

    • Les mines de Faravel et du Fangeas.

    Source : Preistoria Alpina, 42 (2007) : 8 -98 ISSN 0393-0157
    © Museo Tridentino di Scienze Naturali, Trento 2007

    Les travaux mi¬niers jalonnent, entre 2000 et 2200 m d’altitude, la zo¬ne de pâturages qui dominent le vallon du torrent des Oules. Les gîtes miniers de Faravel affleurent sur le dôme de gneiss qui domine, à l’ouest, le torrent du Pont de Fer et, à l’est, le vallon des Oules. Les mines de Fangeas sont essaimées entre 1970 m et 2000 m d’altitude aux alentours du lac de Fangeas et aux abords du torrent des Oules. D’autres indices miniers ont été repérés plus à l’aval, en bordure du torrent des Oules, et dans la val¬lée du torrent de Chichin, en amont de Dormillouse. Quelques exploitations plus profondes se sont développées sur des zones enrichies. Les noms de lieux “Peyrourasses” et “Peyrorettes”, des augmentatifs du mot occitan “peiron” pour “chaudron”, sont probable¬ment le reflet de la perception de ce site particulier par les communautés montagnardes.

    Faravel I : des traces d’exploi¬tation sont visibles au NE sur le versant abrupt qui do¬mine le torrent des Oules. Au SO, des vestiges de travaux sont associés à des haldes (amoncellement de déchets et stériles issus de l’extraction) rougies. À 150 m au SE du premier filon, Fara¬vel II se caractérise par une tranchée comblée associée à une halde de cailloutis rougis. Le site de Fangeas, si¬tué en aval du lac, en rive gauche du torrent des Ou¬les, présente des petits travaux, un grand puits et un chantier sub-vertical noyés.

    Les tra¬vaux ont été creusés à l’abattage par le feu. La difficulté majeure des exploitants semble avoir été l’accès (circulation et trans¬port), l’occupation saisonnière et l’approvisionnement en combustible. La faible quantité de scories repérées à ce jour ne permet pas de prouver l’existence d’atelier ou d’aire de transformation. Des prospections diachroniques ont per¬mis d’inventorier une série de structures d’occupation en amont des mines Faravel, au lieu-dit “Coste de To¬nis”. Au total, une trentaine de “cabanes”, réparties sur deux sites, l’un situé à 2240 m d’altitude et le second à 2010 m d’altitude, ont été inventoriées. Il n’est pas évident de distinguer les habitats liés à l’activité minière de ceux liés à l’activité pastorale.
    Les traces d’une petite cabane pastorale de Faravel , datées du Ier siècle AC. apr. J.-C), ont été identifiées à 2400 m d’altitude
    L’analyse par le radiocarbone place le temps fort de l’exploitation de Faravel de la fin du Xème siècleà la fin du XIIème siècle). Les anciens avaient extrait les mi¬nes de Fangeas du mi¬nerai de cuivre (associé au plomb), métal embléma¬tique des sociétés protohistoriques. Les analyses géo¬chimique et pollinique de la carotte extraite dans le lac de Fangeas, à proximité directe des mines, mettent en évidence une « exploitation » à la fin de l’âge du fer ou au début de l’époque romaine. Cepen¬dant, la signature isotopique du plomb peut aussi tra¬duire une activité plus lointaine.

    Les mines de Fangeas et de Faravel sont situées dans l’étage subalpin (1800-2300 m d’alt.). Le site de Faravel est situé dans une zone dénuée de grands ligneux, à l’exception de rares pieds de mélèzes dispersés.
    Bois utilisé pour l’abattage par le feu après analyse des scories :
    de façon certaine le mélèze et/ou épicéa et le pin cembro
    peut-être du pin sylvestre et/ou du pin à crochets
    des génévriers (identification de l’espèce impossible

    Quand on voit ce qu’il en reste !

    Pour en savoir plus : http://www.mtsn.tn.it/pubblicazioni/7/42/07_Py.pdf

    • Vestiges préhistoriques.
      Des pointes de flèches en silex ont été trouvées aux abords du lac de Faravel.

    Tant qu’on est dans les glaciers.
    Pour le glacier Blanc, la fonte de l’été 2010 (ablation de 184 cm) a été plus forte que l’épaisseur de neige tombée durant l’hiver 2009-2010 (accumulation de 169 cm). Le bilan de masse (c’est le paramètre le plus significatif) est donc négatif de - 15 cm.
    Ces chiffres ne correspondent pas à des hauteurs de neige mais à des équivalents en hauteur d’eau, pour s’affranchir de l’importante quantité d’air retenue dans la neige (Julien Guilloux - Martial Bouvier :
    Les mesures 2010 montrent un recul du front de 22 mètres au glacier de la Pilatte, un recul de 10 mètres au glacier du Chardon. Là encore, c’est l’étude du résultat des suivis sur de longues périodes qui nous apporte des informations intéressantes.
    Ainsi, le recul du glacier Blanc a été de 9 mètres par an durant ces 146 dernières années. Mais depuis 24 ans, le front a reculé de 540 m soit 22,5 m par an. Ce recul s’accélère encore puisque durant les 10 dernières années (base 2010), le front a régressé de 290 m soit une vitesse moyenne de 29 m par an !

    • Torrent du Pont de Fer.
      Du lac de Faravel, on peut descendre au lac du Fangeas (vers 2000 m), globalement direction est, 2 km à vol d’oiseau, hors sentier au départ en rive droite du torrent du Pont de Fer ; on retrouve un sentier à la cote 2160 ; Vers 2200 m, on aura à droite une bergerie et des vestiges miniers, puis un 2ème ensemble de vestiges à l’O et au SO Fangeas.
      On retrouve au lac le sentier qui, à droite, monte au col des Terres Blanches, et à gauche ramène au parking.

    Quelqu’un a-t-il "fait" récemment le col des Terres Blanches ? Qu’en reste-t-il au passage des barres rocheuses entre les cotes 2160 et 2300 ?

  • par Le 13 janvier 2014 à 20h16

    Merci pour le topo qui est aux petits oignons .J’ai fait ce circuit cet été en famille, un incontournable de la région.
    J’en ai fait une vidéo qui décrit bien l’ambiance ; En voici le lien. qualité de 240 à 1080 p
    http://www.dailymotion.com/video/x13bg9f_les-lacs-palluel-et-faravel_sport

  • par FredgyverLe 28 août 2014 à 11h18

    Bonjour à tous les randonneurs
    Merci pour ce site, après vu la vidéo et les photos présentes sur cette page, j’ai eu envie de voir par moi-même ce site incroyable ... voilà, c’est fait !
    J’ai posté ma vidéo sur DailyMotion, vous pouvez la voir ici :
    http://www.dailymotion.com/video/kzihIG8UhHcMGj8Im8j

  • par ManonLe 7 avril 2017 à 19h12

    Bonjour pouvez vous me dire si cette rando est faisable dès maintenant au mois d’avril ? Ou y a til de la neige ?

  • par Le 7 avril 2017 à 19h57

    De la neige !

  • par Britanicus100Le 7 avril 2017 à 20h27

    Oui il reste de la neige. J’ai encore fait du ski aujourd’hui à Montgenèvre. L’enneigement est toujours très important.
    À 2400m , 2m50 de neige.

  • par SamLe 25 septembre à 15h32

    Fait ce 24 septembre dans le sens antihoraire, avec option intéressante de retour par le lac Fangeas.
    Après une pause déjeuné au lac Faravel, suivre le retour classic en rive gauche des cascades et environ 300m après les lacets, rejoindre le ruisseaux en contre bas au niveau du "pont de fer". Une sente légèrement marquée et balisée de quelques cairns le traverse et permet un accès facile au lac Fangeas par la rive droite de cet affluent du canyon de Freissinière. Variante optimisée, retour en 2h depuis Faravel, un lac de plus, on n’empreinte pas le même chemin que pour monter, et en bonus vous aurez envie de revenir faire le "Col des terres blanches"....

  • par Le 25 septembre à 18h42

    @Sam : si un jour vous "faites" le col des Terres Blanches, n’hésitez pas à en faire un topo avec photos, notamment au-dessus du lac Fangeas vers le SE dans les barres rocheuses. J’ai connu le sentier déjà très abîmé, s’il n’y a pas eu de restauration depuis ça ne doit pas être terrible.

Chargement en cours Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Astuce : Si votre commentaire est long, aérez-le en créant des paragraphes. Pour cela, il suffit de laissez une ligne vide entre ceux-ci !