Circuit du Colporteur des jasseries

Difficulté :
Facile
Dénivelé :
325m
Durée :
demi-journée

Randonnée thématique qui traverse de superbes paysages de plateaux où se nichent des jasseries dont certaines ont encore leur toit de chaume. C'est une plongée dans la vie d'autrefois, quand les femmes passaient l'été à garder les troupeaux en montagne alors que les hommes restaient dans les vallées pour la fenaison et la moisson. Les colporteurs assuraient la liaison entre le "bas" et le "haut", apportaient l'essentiel ou le superflu, les nouvelles des uns et des autres ou tout simplement un peu de chaleur humaine dans ces contrées de solitude. Et il se dit que certains colporteurs profitaient bien de la situation... Les offices de tourisme vantent cet itinéraire comme l'un des plus beaux du Livradois-Forez. – Auteur :

Accès

  • Par le sud-est :
    De Saint-Anthème, prendre la direction col des Supeyres D 139 puis D 106
    Se garer au col, en contrebas du chalet des Gentianes
  • Par l’est :
    De Montbrison, franchir le col de Barracuchet
    Au col, changement de département, suivre la D 106 jusqu’au col des Supeyres
  • Par l’ouest :
    De la vallée de la Dore, prendre la direction du col des Supeyres
    Se garer au col

Précisions sur la difficulté

  • On longe brièvement la peu fréquentée D 106
  • On traverse cette même D 106
  • Orientation par temps de brouillard
  • Troupeaux dans les landes en période d’estive
  • En hiver, quand les plateaux sont enneigés, balises et chemins sont invisibles

Les infos essentielles

  • Carte : Série bleue 2732 E au 1:25000
  • Départ : 1360m
  • Point bas : 1227m
  • Point haut : 1400m
  • Distance : 9,5km
  • Horaire : 3h00 env.

Balisage

  • Très bon balisage spécifique sur toute la boucle + balisage jaune
  • Tout au long de l’itinéraire, se trouvent 7 panneaux explicatifs, les "pauses"
  • Rares balises

Itinéraire

Ouvrir en grand !

Chargement de la carte en cours

Du parking, remonter en direction du col en passant par un chemin qui longe la route, panneaux de la randonnée et de la 1ère pause.

Au niveau du col, une large piste monte à droite, sud puis sud-ouest. La piste tourne à droite. Aux bifurcations, prendre les chemins de droite.

À la lisière de la hêtraie, barrière, prendre le chemin qui descend à gauche en passant brièvement dans le bois.

Au carrefour, descendre la piste de gauche jusqu’aux Jasseries des Supeyres, 2ème pause. Continuer sur ce chemin.

À la 3ème pause, le chemin monte vers la jasserie de Malmotte. Suivre la piste jusqu’à une jasserie rénovée. Continuer vers l’est en direction de la plantation, croix au milieu de la lande.

Au carrefour de la Croix du Pialoux, borne seigneuriale, suivre la lisière du bois, en face, sud-est.

Au niveau d’une large piste venant de la droite, prendre le chemin herbeux, 4ème pause, qui s’éloigne du bois à gauche, sud-est.

On descend vers un ruisseau que l’on ne traverse pas. Prendre une sente à gauche, nord, passe clôture. On retrouve un chemin plus large qui effectue deux lacets et longe le bois de Balayoux, ruines dans le bois.

On arrive à une barrière, 5ème pause, avec un panneau demandant aux randonneurs de prendre à droite, une raide sente en variante pour éviter les troupeaux s’ils sont en pâture. Les deux itinéraires se rejoignent très vite, prendre de préférence à droite.

On arrive vers une large piste que l’on traverse pour prendre un chemin qui rentre dans un petit bois, nord-est, et on arrive à la 6ème pause.

Traverser à flanc un beau vallon qui passe au-dessus d’une jasserie, effectue un virage, passe au-dessus d’un autre jasserie et arrive au carrefour de la cote 1227m, balises.

Prendre le sentier de gauche, nord, direction Jasseries du Grand Genévrier. Traverser le hameau et atteindre la 7ème pause.

Visiter le musée paysan, si celui-ci est ouvert, pour avoir d’autres informations sur les colporteurs.

Traverser le parking du Grand Genévrier, remonter la D106 à gauche, ouest, sur une soixante de mètres.

Prendre une sente à gauche jusqu’à rejoindre une piste. Suivre cette piste à gauche, sud, sur 80 mètres.

Prendre une sente à droite, nord-ouest, qui va monter puis redescendre rejoindre la D106.

Traverser la route pour prendre une sente qui descend franchir à gué un ru, passage parfois boueux, et remonte en direction de la D106.

Suivre la sente qui longe la route jusqu’au col des Supeyres.

Informations

Dernière modification : 19 juillet 2018
Pierre-sur-Haute (1631m) - Cols des Pradeaux, des Supeyres, du Béal et de la Loge

A propos

Auteur de ce topo :

Randonnée réalisée le 1er novembre 2016

Topo publié le 6 novembre 2016

(Avertissements et Droits d'auteur)

Commentaires

  • par Le 14 novembre 2016 à 00h44

    Photo 35 : de façon plus lisible le texte de la plaque "pierre seigneuriale de la Croix du Pialoux" :

    " Sur les hautes chaumes du Forez, les limites des anciennes paroisses d’Ambert, Valcivières, Grandrif, Saint-Martin-des-Olmes et Saint-Anthème ont longtemps l’objet de contestations.

    Les droits de location des pâtures pour le troupeau mené en estive et la présence des sources des ruisseaux qui alimentaient les nombreux des vallées étaient à l’origine de ces querelles seigneuriales.

    Le 1er septembre 1518, un accord étant trouvé par différents seigneurs, le bornage des limite est effectué.

    La pierre ci-devant marque la frontière entre les terres des deux familles nobles.

    Plus loin, vers le sud, trois bornes armoriées témoignent encore de cet ancien accord. "

    Pour les amateurs d’histoire et d’héraldique.

    • Les personnages :
    • Anthonie de Polignac, mariée en 1491 avec Godefroi (ou Geoffroy) II de la Tour (d’Auvergne), seigneur de Montgascon (±1460-1497). Sur la borne : dame douairière d’Ambert.
    • Christophe de Tourzel d’Alegre, fils d’Yves II (1452-1512) et de Jeanne de Chabannes. On le retrouvera, époux en 1530 de Madeleine Le Loup, fille de Blain Le Loup. Il sera auteur de la troisième maison liée à l’histoire d’Allègre, celle des d’Alegre seigneurs de Viverols et de Beauvoir. Il reçoit les terres de Pouzoles en Italie données par le roi en remerciement des services de son père. Sur la borne : seigneur de Baffie et Viverols.
    • Les blasons (stylisés sur la borne).
    • Anthonie : parti (coupé en deux verticalement) au premier (partie droite du blason, à gauche pour le lecteur) coupé (cette partie droite coupée en deux horizontalement) au I (en haut à gauche pour le lecteur) de gueules (fond rouge) à une tour crénelée de cinq pièces (deux créneaux et trois merlons) le tout d’argent (blanc), ajourée (ouvertures) et maçonnée (interstices entre les pierres) de sable (noir), qui est d’Alegre, au II (en bas à gauche pour le lecteur) d’or (fond jaune) au gonfalon (meuble héraldique = bannière à trois pendants ou fanons) de gueules (rouge) bordé (liseré) de sinople (vert), sommé (surmonté) de la couronne comtale aussi d’or (trois billes jaunes), qui est d’Auvergne, et au second (partie gauche du blason, à droite pour le lecteur) fascé (bandes horizontales) d’argent (blanc) et de gueules (rouge) de six pièces (six bandes alternée, la première en haut de la couleur du métal (argent - donc blanche), qui est de Polignac.
    • Christophe : de gueules (fond rouge) à une tour crénelée d’argent (blanc), ajourée (ouvertures) et maçonnée (qu interstices entre les pierres) de sable (noir), qui est d’Alegre.
  • par Le 15 novembre 2016 à 00h09

    Bonsoir Alain. Ce petit texte peut éventuellment compléter le topo.


    " Les petits métiers d’hier : LE COLPORTEUR.

    Ce nom vient du latin comportare, transporter. Le colporteur était un marchand ambulant qui transportait ses marchandises de village en hameau et en maisons isolées pour les proposer à une clientèle sédentaire éloignée d’un village où, souvent, on se rendait seulement le dimanche pour assister à la messe.
    Je me rappelle, vers l’année 1928 à peu près - j’avais alors cinq ans - d’une fille de forains qui venait vendre au village des coupons de tissus variés, du fil, des aiguilles. Elle faisait un énorme ballot de ses marchandises qu’elle enveloppait dans un morceau d’indienne fleurie et partait ainsi, son paquet sur la tête ou au bras pour visiter les habitants. Arrivée dans la maison où tout le monde la connaissait, elle déballait par terre son chargement hétéroclite de morceaux de dentelle, de coton, de rideaux, de velours, de rubans, de tresses colorées...
    Tout cela faisait un bariolage magique de couleurs les plus variées... Elle avait une façon bien à elle de tirer de ce tas de chiffons la pièce utile pour rapiécer le pantalon usagé, le fragile tulle brodé qui pouvait bien faire une paire de rideaux pour la fenêtre ou encore les rubans soyeux dont ma mère aimait parer mes cheveux frisés. Mon père, lui, prenait des lacets pour ses brodequins.
    Elle aimait bien boire un café après avoir réglé les choses du commerces puis elle repartait, ronde, jeune et vive à la recherche d’une autre clientèle. C’était Marie Morel ; elle est morte à vingt ans. C’était peut-être bien l’une des dernières colporteuses de notre plaine du Forez. Il y avait à cette époque de nombreux vanniers et rempailleurs de chaises, des rétameurs qui s’installaient au bas des escaliers de la place et redonnaient l’éclat du neuf aux fourchettes, cuillères, oxydés par l’usage. L’aiguiseur de couteaux et de ciseaux passait lui aussi tous les ans, ainsi que le marchand de cordes et de muselières métalliques pour les veaux...
    Une minute tirée des archives de la Diana(1) nous permet d’évoquer la vie et le métier d’un colporteur forézien du siècle dernier. Jean Sadot était né à Montagny, dans le Roannais, dans une famille de tisserands. Il était resté célibataire et avait fait son métier de la vente au porte à porte. Il écoulait d’ailleurs quelques unes des productions familiales. Il avait loué à Jeanne Riotard, veuve Faure, une maison à Lézigneux. C’est là qu’il meurt en octobre 1825.
    A son décès, la propriétaire, en qualité de créancière, fait poser les scellés sur son habitation. La famille de défunt se manifeste bientôt : un neveu, Claude Marie Sadot et la mère d’une nièce mineure, Marguerite Aubonnet, de Saint-Bonnet-le-Troncy (arrondissement de Villefranche, Rhône) qui avait épousé en secondes noces Vincent Sadot, frère du défunt.
    Le 18 avril 1826, la levée des scellés a lieu en présence du juge de paix de Montbrison, gardien des scellés, du greffier Berthaud et de Gouilloud, huissier priseur et des héritiers. L’opération se passe en l’absence de la veuve Faure, propriétaire de la maison, qui a pourtant été convoquée deux fois. L’intérieur de la maison recèle un ameublement restreint : une table, deux bancs, un tonneau défoncé rempli de pommes de pins (pour allumer le feu), une crémaillère, une poêle à frire, une marmite, quatre chaises usagées, une couchette en bois blanc démontée, une baloufière en grosse toile, un coffre de bois blanc sans serrure, une balle en ozier... S’y ajoutent quelques outils et objets de objets de première nécessité : scie à main, banc de charpentier, trois mauvais paniers, une échelle, une brouette, un croq ou bechu avec manche en bois, une pioche, une bêche, une hache...

    Suit l’inventaire des marchandises que le colporteur détenait en stock :
    •Dans le coffre de bois blanc il s’est trouvé 5 chemises d’homme en toile fine avec leur garniture en mousseline estimées 15 F
    •6 chemises en toile rousse de lin non achevées estimées 12 F
    •8 mouchoirs de col en coton de différentes couleurs 6 F
    •et la somme de 6 F
    •Plusieurs coupons de toile en coton et guinée, en mousseline de coton d’une longueur de 21m 1/2 10 F 62
    •5 coupons en coton indienne bleue et en coton à carreaux bleus et blancs et un mouchoir en indienne fond brun 17 F
    •70 petits paquets de chevillière en fil et en laine de différentes couleurs en mauvais état 15 F
    •11 demi-pièces de chevillière blanche, 20 pièces de Padoue ou rubans en soie de différentes couleurs : 8 F
    •1 paquet de cordons de montres en soie, 1 paquet de flottes de soie et 9 petits paquets réunis de fil de couleur : 5 F
    •1 paquet de lacets en laine, 1 paquet de laine filée à coudre en mauvais état, 2 paquets de flottes de fil blanc, 1 de Limoges bleu et 1 de Limoges rouge : 2 F 50
    •Plusieurs paquets de plumes réunis en un seul : 2 F
    •1 paquet de moules de boutons, un autre de boutons noirs et 3 quartes (cartes) de boutons en fer estimés ensemble : 2 F
    •28 volumes de différents ouvrages anciens ensemble 5 F
    •12 paquets incomplets d’épingles et d’aiguilles et un tas de mauvaises aiguilles, en totalité : 3 F
    •7 paquets de petites médailles en cuivre jaune, dix petites croix du même métal, une tabatière en buis contenant quelques mauvaises médailles en plomb. Dans une boîte en fer blanc s’y est trouvé quatrevingts dés à coudre en fer et cuivre avec un paquet de vieux chapelets en bois, le tout : 2 F
    •1 moulin à poivre, 1petit poids à peser en fer, 1 paire de balances en cuivre dans une petite boîte en bois, 1 cuillère de bois, 20 étuis en bois, 1 paquet de dix crayons de menuisier, 4 savonnettes le tout ensemble : 2 F
    •20 rouleaux d’images, 20 petites brochures en catéchisme ou autres petits ouvrages ; 12 cahiers de
    papier à lettre, 2 petites scies sans manches, estimé en totalité : 1 F.

    L’inventaire se poursuit avec les effets personnels du défunt : "1 petit sac en toile rousse, une petite besace en même toile, 2 serviettes toile de ménage, un gilet d’homme en coton blanc et une veste en laine verte estimé le tout 3 F" et quelques papiers personnels serrés dans la balle en osier. Rien d’intéressant dans la cave de la maison.
    Nous nous rendons compte de la variété des marchandises proposées par Jean Sadot à sa clientèle. Finalement ce sont des choses très usuelles dont toute maison doit être pourvue. On ne trouve pas de fanfreluches coûteuses mais du tissu de coton, coton et lin, pour des torchons utilisés journellement. Les chevillières(2) servent pour faire des liens de tabliers ou pour renforcer le bas des robes et des pantalons. Les dés, les aiguilles et les flottes ou écheveaux de fil sont pour la couturière qui utilise aussi le Limoges rouge ou bleu pour marquer d’initiales les pièces de lingerie.
    Des moules permettent de refaire des boutons manquants et de les réassortir aux autres. Les crayons de menuisiers nous rappellent que, souvent, en hiver, les hommes travaillaient le bois. Quant au papier à lettre, aux médailles et croix, catéchismes et images... c’est la panoplie bon marché offerte à une clientèle paysanne, assez humble, mais religieuse et cherchant des lectures pieuses ou instructives.
    Les colporteurs n’existent plus même si le démarchage et la vente à domicile connaissent toujours le même succès chez les jeunes et autres. Beaucoup de ces revendeurs essaient par ce moyen d’améliorer leurs finances... Souvent, hélas, ils ont affaire à des sociétés qui font fi de la qualité et séduisent le client par de belles baroles ou des cadeaux farfelus. Car il faut bien être persuadé que celui qui vient proposer une marchandise à domicile pense d’abord à son porte-monnaie et s’il se déplace, il le fait en premier lieu pour son intérêt à lui.

    (1) Inventaire des biens de Jean Sadot du 18 avril 1826, reçu Me Bourgeade, notaire à Montbrison.

    (2) Sorte de tresse plate.

    Marie GRANGE, "Village de Forez", n° 71-72, octobre 1997) "


  • par Le 15 novembre 2016 à 00h23

    En effet hereme. Merci pour tes recherches.

Chargement en cours Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Astuce : Si votre commentaire est long, aérez-le en créant des paragraphes. Pour cela, il suffit de laissez une ligne vide entre ceux-ci !