Col de Chalance (3012m)

Difficulté :
Difficile
Dénivelé :
1594m
Durée :
2 jours

Une randonnée dans un coin sauvage du Valgaudémar, loin des foules. – Auteur :

Accès

Route Napoléon N85 et D985A pour entrer dans le Valgaudémar, passer La Chapelle-en-Valgaudémar pour
aller se garer au hameau du Rif du Sap (attention très peu de places).

Précisions sur la difficulté

  • Aucunes jusqu’au refuge
  • Orientation peut-être difficile sur la 2ème partie en cas de mauvais temps.
  • Pas de balisage jusqu’au col (quelques cairns ) et un court passage aérien en vire.

Les infos essentielles

  • Carte : IGN 1:25000 Top25 3436 ET, Meije - Pelvoux
  • Altitude départ : 1418m
  • Altitude Arrivée : 3012m
  • Dénivelé : 1594m

Itinéraire

Ouvrir en grand !

Chargement de la carte en cours

  • Randonnée faite sur deux jours

Jour 1

Départ de la sortie du hameau de Rif du Sap (poteau du Parc indiquant "Chalance"), puis 50m après, une boîte aux lettres avec le cahier où l’on s’inscrit (cela fait office de réservation, 11 places disponibles).

Le tracé est régulier et avec de nombreux lacets jusqu’à la cabane de berger de la Muande, cote 2050m.

Une fois parvenu sur la croupe dominant la cabane au NO, on remonte celle-ci jusqu’à venir buter sur une petite barre rocheuse que franchissent plusieurs ruisseaux. On continue droit au Nord (poteau du Parc et cairns), en franchissant par des gradins rocheux faciles ce ressaut ensuite suivre la piste bien cairnée.

En cours de montée un panneau vous indiquera où faire le dernier ravitaillement en eau potable au niveau d’une source (bidons de 5l dispo).

On va ainsi arriver, en visant le Lambert comme un monolithe élancé, en vue de la cabane, dont on va apercevoir le pignon.

Le chalet est bien aménagé, couvertures, gaz, boissons en canettes, tisanes etc.... et des toilettes sèches.

Cet ancien ermitage reconverti en refuge invite à la contemplation.

Jour 2

Il faut partir plein Nord en suivant le tuyau du piquage d’eau en fil d’Ariane et quelques cairns.

Après un passage sur une courte vire exposée, on prend pied sur les moraines de l’ancien glacier de Chalance et de là, le col est en vue, il n’y a plus qu’à trouver le meilleur cheminement possible dans ce dédale de roche et d’éboulis.

Arrivée au col, très beau panorama avec sa face nord vertigineuse et le glacier de la Muande en contrebas, le sommet des Rouies (face Ouest) et la pointe de la Muande.
Coté Sud, le Sirac, Pic de Parières et Vieux chaillol.

Le retour se fera par le même itinéraire.

Dernière modification : 16 mai 2018
Boucle du Pigeonnier dans le Valgaudemar

A propos

Auteur de ce topo :

"On ne grimpe qu'une fois la montagne de sa vie. Il faut vivre ses rêves, ne pas se laisser emprisonner. L'homme ne doit jamais se sentir plus grand que la vie. En gardant les pieds sur terre, on peut toucher les étoiles" ..........Mike Horn

Randonnée réalisée le 19 août 2017

Topo publié le 30 août 2017

(Avertissements et Droits d'auteur)

Commentaires

Afficher les commentaires précédents (7).
  • par Le 30 août 2017 à 23h14

    Bonjour Thierry,
    Le Valgaudemar est une région magnifique et ce topo donne envie.....Bien contente qu’il ait refait surface ! Belles photos, notamment la 21 qui a des couleurs superbes !

  • par Le 3 septembre 2017 à 10h10

    Salut Thierry,
    Content de voir ce topo. J’avais bien envie d’y aller, et encore plus maintenant.
    Dans quel genre de terrain est cette crête ?
    A+
    Paul

  • par Le 3 septembre 2017 à 13h30

    Salut Paul
    Beaucoup de roche délitée sur l’arête, maintenant une amie, plus calée alpinisme que moi, à fait col de Chalance / Cime du vallon retour par le col du bâton sans problème particulier.
    A+
    Thierry

  • par SalantLe 3 septembre 2017 à 16h58

    Souvent réalisé dont la dernière fois pour une vidéo
    http://www.matvpratique.com/video/1589-col-de-chalance-3039-m-valgaudemar

  • par Le 3 septembre 2017 à 17h21

    Ok Thierry, merci. C’est ce que je voulais appréhender. Pour moi une descente par la voie normale de la cime et retour au rif en stop serait bien.
    @ Salant : merci pour tes vidéos

  • par Le 4 septembre 2017 à 17h19

    Salut Thierry. Je constate que ta "chamoise" à deux pattes est vraiment passe-partout.

    Dans la montée au refuge, y-a-t’il quelque part des traces d’anciens canaux (portions de sentier par exemple) ?
    Trouvé dans un document en 13 avril 1872, adressé au Préfet des Hautes-Alpes par la DG des Ponts & Chaussées et des Chemins de Fer (on ne voit pas trop ce que viennent faire ici les chemins de fer) :

    " Dans un rapport du 31 octobre et 8 novembre 1871, MM les Ingénieurs font connaître que les demandeurs n’ont, pour arroser leurs terres, qu’un ancien canal dérivé du Rif du Sap et dont les eaux servent en même temps à alimenter le hameau. Mais en été, ce torrent étant presque complètement sec, MM les Ingénieurs ont projeté la réouverture d’un ancien canal dérivé du glacier de la Muande qui ne tarit jamais. Ce canal, exécuté en 1818, a fonctionné pendant 20 ans. Son développement est de 1320 m. Il est situé entièrement sur le terrain communal et, par délibération du 10 août 1869, le Conseil Municipal de la Commune de Guillaume Peyrouse a autorisé le syndicat à le rouvrir sans indemnité. MM les Ingénieurs ont étudié, en outre, la construction d’un petit canal de 325 m de longueur dérivé du torrent de Lubac et situé également tout entier sur le terrain communal cédé gratuitement. Les prises d’eau se feront par saignée directe et sans barrage. "

    A noter qu’à l’époque il était déjà nommé Lubac, et non l’Ubac (encore une transformation effectuée par les béotiens de service).

    Question : on parle du glacier de la Muande situé apparemment sur le versant sud, alors qu’il est cantonné maintenant en versant nord. Cela signifie-t-il quà l’époque le glacier était suffisamment important pour couvrir les deux versants alors qu’il nous en reste seulement des traces (anciens glaciers de la Rouye et de Chalance, glacier de Porteras, ...) ?

    Notes.

    Il n’y a jamais eu d’accent aigu sur le "e" de "...demar", quelle que soit la graphie par ailleurs. Altération due à l’inculture et la prononciation de plus en plus incorrecte du français, où le "e" autre que final se vocalise en "é".

    Chal(r)ance : racine pré-latine « kal » = « pierre ». Lieu en pente propice aux avalanches de pierre ou de neige, éboulis (pic de Charance, les Charances, la Chalanche » (Queyras), la Chalanchasse (avec augmentatif péjoratif « -asse »), Charancette, col de Chalance, ...

    Muande : occitan « muanda » (de « mudar », changer) , correspond au transfert des moutons d’un pâturage à l’autre d’été dans lesquels Ies moutons se déplaçaient. Désigne aussi parfois la cabane du berger.

  • par Le 4 septembre 2017 à 22h10

    Merci Hereme pour ma "chamoise", et pour cette éclaircissement historique.
    Par contre je n’ai pas vu de traces d’un ancien canal en montant.

  • par Le 7 octobre 2017 à 15h18

    Salut Thierry,
    J’y étais hier avec Jean. Nous sommes montés à l’aiguille des Saffres en ayant tenté une tra

  • par Le 7 octobre 2017 à 15h21

    versée d’arêtes du col de Chalance à l’Aiguille, mais obligés de contourner des passages raides. Quant à la traversée col de Chalance/Cime du Vallon, je pense que tu dois être copain avec Catherine Destivell, car après exploration, l’ambiance sur les arêtes parait très sérieuse.
    a+ merci encore pour le topo

Chargement en cours Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Astuce : Si votre commentaire est long, aérez-le en créant des paragraphes. Pour cela, il suffit de laissez une ligne vide entre ceux-ci !