Abonnez-vous à notre newsletter !

Col de la Bessanèse (3238m)

Difficulté :
Alpinisme F
Dénivelé :
1500m
Durée :
2 jours

A ski, à pied, ce col est un véritable bijou, avec son glacier des Grandes Pareis, écrin de glace au pied de l'immense paroi de la Bessanèse – Auteur :

Accès

Atteindre Bessans par la vallée de la Maurienne (A43 jusqu’à Modane, D1006 jusqu’à Lanslebourg, puis D902 jusqu’à Bessans)

Sortir de Bessans, puis tourner à droite au centre de vacances de la Bessanaise (parking l’hiver).

Remonter la route de la vallée d’Avérole, passer le hameau de la Goulaz, parking 2km en amont juste sous le hameau de Vincendière (1800m)

Publicité

  • Tentes de rando
  • Sacs de couchage
  • Chaussures de rando
  • Sacs à dos

Précisions sur la difficulté

Eté :

  • Course d’intitiation glaciaire, sur une glacier qui se reduit comme peau de chagrin d’année en année (pente finale 100m/30°)

A ski :

  • Course de ski alpinisme classique peu difficile, peu engagée (pente à 35° dans les moraines)

Les infos essentielles

  • Carte IGN : TOP 25 3633ET et ASF 13
  • Altitude minimale : 1720 m ou 1800m
  • Altitude maximale : 3238 m
  • Distance : Environs 14km l’été, 20 km à ski de rando
  • Horaires : Entre 3 et 4 h à la montée depuis le refuge, compter 1.h30 de montée au refuge l’été, 3h l’hiver à ski.
  • Balisage : tour de la Bessanèse blanc/rouge jusqu’à 2950m

Itinéraire

Ouvrir en grand !

Chargement de la carte en cours

Le col de la Bessanèse est une approche en douceur de la haute montagne, au pied de gigantesques parois sur un glacier peu crevassé.
Les vues sur la Bessanèse sont époustouflantes !

Description de l’itinéraire version été.

Refuge d’Avérole (2210m) depuis Vincendières (1800m), 1h30 à 1h45.

Depuis le parking situé juste en dessous de Vincendières, deux options :

  • Soit remonter le sentier rive gauche du torrent d’Avérole sous les grandes parois de Charbonnel qui amène à l’oratoire Notre-Dame-de-la-Garde.
  • Soit remonter la route d’Avérole rive droite du torrent, et prendre main gauche le sentier facile qui mène au hameau d’Avérole, poursuivre la piste carrossable jusqu’à l’oratoire où on retrouve le sentier de rive gauche.

Poursuive la piste jusqu’à Plan du Pré (2080m) puis le sentier raide qui mène au refuge en 20mn.

Col de la Bessanèse (3228m) depuis le refuge d’Avérole (2210m), 3 à 4h.

  • Depuis le refuge remonter plein est le sentier raide et bien balisé (blanc et rouge - Tour de la Bessanèse) juste derrière le refuge.
  • Il passe plusieurs bosses, traverse une barre rocheuse vers 2500m (un pas avec les mains) puis des dalles couchées vers 2700m pour atteindre une vaste moraine caractéristique vers 2800m que l’on remonte tout droit (passage raide, balisé et cairné) jusque vers 3000m.
  • Laisser alors main gauche la sente (balisage/cairn) du passage du Colerin, pour aller droit (plein E) sur des dalles moutonnées en pentes douces (ou névés) jusqu’au glacier des Grandes Pareis sous le col de la Bessanèse (clochetons caractéristiques).
  • Remonter en son centre les 150m du glacier qui amène entre les clochetons, au col de la Bessanèse (3238m)
  • Descente par le même itinéraire. Il est sympa d’aller faire un petit détour au lac glaciaire (3020m) nouvellement formé par le retrait du glacier des Grandes Pareis. On retrouve aisément l’itinéraire de montée par une traversée dans des dalles moutonnées plein N à quasi iso altitude.

Col de la Bessanèse versant ouest, les 20 et 21 Juillet 2019.

La quatrième dimension

Un pas en avant, la pierre qui roule, débaroule la raide moraine.
Le vent souffle de plus en plus fort, Jé retient son chapeau, je m’accroche à ma casquette.

Les nuages roulent à une vitesse folle sur la crête de la Bessanèse, et masquent le soleil qui essaye de sortir dans l’échancrure du col.

Et puis comme par magie, en un instant tout s’éclaircit. Le paysage devient grandiose, le bruit des torrents gonflés par la fonte du glacier remplit l’espace, résonne en ricochets contre le mur noir des grandes parois de la Bessanèse.

À contrejour, des formes effrayantes, fantasques quand passe un nuage, projettent leurs ombres mouvantes sur l’éclatante blancheur du glacier.

Parce qu’on connait, parce qu’on connait bien même, on s’amuse des tours que nous jouent le ciel, le soleil et les nuages.

Et on s’empresse d’aller retrouver les spectaculaires gendarmes du col.

Le vent cogne, ça tabasse fort. Le vent mugit, hurle sa fureur. Des filets de brume dégueulent sur l’Italie et se dissolvent dans l’azur limpide transalpin.

La solitude est immense. C’est un endroit à l’état brut, purement minéral, tellement haut-perché et loin de tout.

Le temps est suspendu, le temps ne s’écoule plus. On est là sans vraiment y être, spectateurs des lignes pures des grands éperons de la Bessanèse, de ses dimensions qui ne nous correspondent pas.

C’est un autre monde, monde à l’état originel, que nous sommes venus visiter.

Pour quelques morceaux de temps nous avons juste changé d’univers...Et c’était bien !

Dernière modification : 27 juillet 2019
La Bessanèse (3604m)

Sensibilisation

Pour une montagne plus propreLe milieu que vous allez traverser durant cette randonnée est fragile. Faites attention à la flore et ne dérangez pas la faune locale. Rapportez vos déchets chez vous et ramassez aussi ceux que vous trouverez. Vous soutiendrez ainsi le mouvement KeepTheMountainsClean

A propos

Auteur de ce topo :

Piqué à la montagne depuis l'age de 6 ans après avoir atteint peniblement le mont joli et je suis tombé amoureux du mont blanc. Ce jour la je me suis dit qu'un jour j'irais là haut. Il y a bien longtemps que j'y suis allé au sommet du Mont blanc, et la passion de l'alpi, la rando et ski de rando ne m'a toujours pas laché ! Et que ça dure longtemps encore (...)

Randonnée réalisée le 21 juillet

Topo publié le 25 juillet

(Avertissements et Droits d'auteur)

Commentaires

  • par balouLe 28 juillet à 08h16

    beau secteur
    est- ce que l’on peut descendre sur gastaldi italie
    habituellement je passe au col d’arnes

  • par Le 28 juillet à 18h26

    Hello,

    Ca descend sur Gastaldi mais faut emprunter un couloir très raide en caillasse (pas commode je trouve/ corde et surtout casque indispensable) et ça amène sur le glacier des Grandes Pareis Italien puis le glacier de la Bessanèse.
    Moi je trouve ce passage casse gueule.

    Arnés ça passe tranquille c’est sur.

    Sinon il y a le pas du Colerin, un peu plus au nord, 3200 aussi, et un beau couloir en caillasse mais protegé (chaine/ mais gaffe aux chute de pièrre) nettement engagé que celui du co de la Bessanèse et qui amène sur le glacier de Pian Gias, et à la sortie de ce glacier tout plat un bon sentier amène a Gastaldi (c’est la première étape du tour de la Bessanèse depuis Avérole).

    Voilà mon avis ! Après la trav’ du col de la Bessanèse se fait ! :-)

    A+
    Patrick

  • par Le 28 juillet à 18h40

    pardon faute de frappe :

    comprendre "nettement moins engagé que le col de la Béssanèse et qui amène....)

Chargement en cours Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Astuce : Si votre commentaire est long, aérez-le en créant des paragraphes. Pour cela, il suffit de laissez une ligne vide entre ceux-ci !