Comment remplir son sac à dos de randonnée ?

Quelques conseils utiles avant de partir en randonnée pour quelques jours pour optimiser le portage tout en s’équipant correctement.

Faire son sac à dos c’est LA grande mission au départ d’une randonnée. L’objectif premier est de limiter le poids pour que l’ensemble de la course soit plus agréable et plus confortable. En effet, un sac trop lourd peut causer des douleurs aux épaules mais aussi des problèmes d’articulations ou des tendinites.

Mais bien remplir son sac, ce n’est pas qu’une histoire de poids. Il faut équilibrer la charge et surtout ne rien oublier ! Bien sûr, plus la randonnée est longue et plus l’opération devient stratégique.

“Votre premier objectif est clair : limiter le poids de son sac à dos.”

Dans ce dossier je vous donnerai les clés pour préparer un sac destiné à une randonnée de plusieurs jours en moyenne montagne et autonomie. Car il faut d’abord comprendre que c’est votre projet de marche qui va déterminer le volume et le poids du portage.

Connaître le profil de votre randonnée

Avant de savoir ce qu’il faut emporter, il faut déjà bien avoir en tête le parcours de la course et ses caractéristiques.

  • La durée : randonnée à la journée, sur trois jours ou trek de 6 jours ?
  • L’altitude, la région montagneuse : basse, moyenne ou haute montagne ?
  • La saison : en début d’été et en altitude, il subsiste parfois des névés qui peuvent nécessiter l’usage de crampons, de piolets ou d’une corde.
  • L’altitude maximum du bivouac : pour évaluer les températures auxquelles il faudra se confronter la nuit (et donc savoir quel duvet emporter par exemple).
  • Dormir en refuge ou en tente ?
  • Porter toute la nourriture ou prévoir des ravitaillements dans les refuges ou supérettes ?
  • Combien de randonneurs : marcher en groupe permet souvent de répartir les charges de l’équipement commun (tente, popote, gaz…).

Optimisation de son sac à dos de randonnée

Voici donc les questions de base à se poser pour évaluer le nécessaire à emporter dans son sac. Comme je le disais, je parlerai essentiellement des randonnées de plusieurs jours en moyenne montagne (ou parcours faciles en haute montagne), en été et en autonomie totale, c’est-à-dire avec tente et nourriture pour toute la durée du trek. Pour d’éventuels passages techniques il s’agira aussi de connaître l’équipement supplémentaire à emporter : corde, crampons, piolet…

Quel sac à dos pour quelle randonnée ?

Pour une randonnée de trois jours, il vous faudra un litrage minimum de 30-40 litres, voire davantage si vous partez en autonomie totale. Au-delà de trois jours, il vaut mieux compter sur un sac de 60-70 litres. Un sac avec ouverture sur la longueur sera bien apprécié pour pouvoir accéder directement à ce que vous cherchez.

Si vous partez dans l’idée de dormir tous les soirs en tente et que vous emportez toute votre nourriture, il vous faudra pas mal d’espace disponible.

Conseil : pour mieux préparer votre sac, faites des listes. Une liste pour le matériel, une liste pour les vêtements et une pour la nourriture. Conservez ces listes et, d’année en année, vous les améliorerez selon vos expériences.

Lire aussi le dossier conseil "Bien choisir son sac à dos"

Que mettre au fond du sac à dos ?

Au fond du sac, il ne faut pas forcément mettre les choses les plus lourdes mais plutôt les plus volumineuses et les moins utilisées en cours de journée. Ainsi, vous pouvez commencer par vos vêtements de nuit, le sac de couchage, le matelas autogonflant. Si avez opté pour un tapis de mousse il sera plus simple de le fixer en haut du sac ou sur l’extérieur.

Bien remplir son sac c’est aussi équilibrer le poids pour que le plus gros de la charge soit soutenu par le bassin. Pour éviter d’être entraîné vers l’arrière il convient de placer le plus lourd le plus près du dos.

“S’assurer que le plus lourd est bien soutenu par le bassin - et non les épaules.”

Poursuivez donc le remplissage par les éléments les plus lourds qui se situeront près du dos et au milieu du sac : le stock de nourriture, la recharge de gaz, la gamelle et ses couverts…

Comment mettre la tente ?

Si vous avez la chance de partager le portage de la tente, vous pouvez diviser la toile d’un côté, et de l’autre, les sardines et les arceaux. Encore une fois, essayez de placer les éléments les plus lourds près du dos. Si la toile n’est pas trop lourde vous pouvez la plier et la caler au fond du sac, surtout si votre sac dispose d’une ouverture basse, très pratique pour la sortir rapidement. Prévoyez un sac plastique pour envelopper votre toile si vous devez la ranger alors qu’elle est encore humide.

Conseil : préparez tout le contenu de votre sac avant le remplissage pour pouvoir mieux vérifier au préalable que vous n’avez rien oublié.

En haut du sac à dos et sur les côtés

Voilà votre sac qui s’est déjà bien rempli, il reste pourtant pas mal de choses à mettre ! En haut du sac, il convient de placer l’équipement le plus fréquemment utilisé durant la randonnée. Le pique-nique du midi, la polaire, le coupe-vent, les gants et le bonnet, pour pouvoir se couvrir rapidement, le papier toilette ou la trousse de secours.

Sur les côtés du sac vous mettrez vos gourdes d’eau. Il vaut mieux avoir deux récipients au cas où l’un se perd ou se perce. Dans les poches des hanches du sac à dos, vous pouvez glisser les vivres de courses de la journée (une ou deux barres et des fruits secs par exemple) ainsi qu’un stick à lèvre solaire, et votre lampe frontale.

comment remplir son sac à dos de randonnée ?

“Garder à porter de main ce qui est essentiel - veste de pluie - les vivres pour la course - etc.”

Enfin, gardez accessible rapidement la carte que vous aurez protégée dans un plastique hermétique ou dans un porte-carte. N’oubliez pas de protéger également vos papiers d’identité et votre monnaie (pour les petits apéros en refuge) dans un sac étanche.

Conseil : après un premier remplissage profitez-en pour vérifier que votre sac est bien réglé. Pour cela, desserrez toutes les sangles et ajustez en premier le bassin, placez bien le sac au niveau des hanches. Puis, ajustez les bretelles et enfin les rappels de charge (les sangles qui permettent de rapprocher ou d’éloigner le sac du dos) et les sangles de poitrine.

La nourriture : le nerf de la guerre

C’est le nerf de la guerre, l’indispensable à votre survie et aussi, l’assurance d’un réconfort efficace. Pourtant, c’est avec la nourriture que le sac s’alourdit à vitesse grand V ! Attention à ne pas avoir les yeux plus gros que le sac !

Si vous partez en autonomie totale, il vous faut prévoir tous vos menus à l’avance pour ne pas vous tromper en faisant vos courses par exemple. Et pour limiter le poids, mieux vaut utiliser une balance pour s’assurer de ne prendre que l’essentiel.

Plus vous prendrez de nourriture, plus il faudra limiter le reste de l’équipement non essentiel (voir plus bas). D’expérience, sans ravitaillement et en conservant une alimentation assez substantielle, il est difficile d’aller au-delà de 6 jours d’autonomie.

“Pour la nourriture, débarrassez vous des emballages superflus : ce sera moins lourd et allégera la poubelle.”

Enfin, débarrassez-vous des emballages superflus qui alourdissent, et utilisez des sacs de congélation à zip pour le café, la semoule, les vivres de courses…

Conseil : faire deux sacs de nourriture. L’un pour les denrées les plus lourdes, souvent celles du soir (avec les pâtes ou la semoule), et l’autre avec la nourriture du midi qui doit être accessible facilement.

Le matériel : l’essentiel à emporter

  • La carte IGN de votre randonnée au 1/25000, et une boussole plaquette et un altimètre si vous savez vous en servir
  • Trousse de toilette : brosse à dent, petit tube de dentifrice et un savon
  • Une petite serviette en microfibre
  • Téléphone portable avec les numéros de l’office de tourisme de la région, des refuges du parcours, les numéros d’urgence et de la météo
  • Une montre qui fait réveil
  • La lampe de poche frontale avec des piles de rechange
  • Une gamelle, une fourchette, une cuillère et couteau ainsi qu’une tasse
  • Le bruleur, une bouteille de gaz (voir deux selon la durée de votre randonnée) et un ou deux briquets
  • Un bon sac de couchage léger mais adapté aux températures que vous risquez de subir la nuit (fréquemment aux alentours de zéro degré en altitude) - lire le dossier conseil "comment choisir son sac de couchage", un sac de soie pour éviter de salir votre sac de couchage et gagner quelques degrés
  • Un tapis de sol ou un matelas autogonflant
  • Deux ou trois sacs plastiques pour protéger vos affaires et pour servir de poubelle
  • un protège sac, parfois déjà intégré au sac à dos
  • Ficelle
  • Couverture de survie
  • Un sifflet à ranger dans une poche facilement accessible
  • Trousse de secours
  • De la crème solaire indice 50 (ou 30 mais il faudra en mettre plus souvent)
  • Des pastilles pour purifier l’eau
  • Gourde
  • Du papier toilette et quelques mouchoirs
  • Un stylo

Conseil : en cas de grosse pluie, mieux vaut protéger vos affaires à l’intérieur de votre sac à dos dans un sac poubelle par exemple car le sursac a ses limites.

Les vêtements :

  • un bon pull en polaire
  • un sous-pull plus léger
  • un tee-shirt à trois tee-shirts, selon votre résistance aux odeurs et la durée du trek
  • Un bonnet, des gants, un cache-cou léger
  • Un coupe-vent ou k-way imperméable
  • Un short léger et un pantalon de randonnée
  • Des sous-vêtements, selon votre exigence d’hygiène…
  • De bonnes chaussettes de randonnée : au moins une paire pour deux jours
  • Une paire de chaussette, un collant chaud et un tee-shirt pour la nuit
  • Une casquette ou un bob de randonnée
  • Les lunettes de soleil

Les petits plus conforts et utiles…mais pas indispensables

  • L’oreiller gonflable
  • Le maillot de bain si vous croisez des lacs ou des torrents sur votre parcours
  • Les bouchons d’oreille si votre colocataire de tente ronfle ou si vous détestez le bruit du torrent
  • Jeu de carte ou jeu de dés
  • Un petit carnet
  • Un appareil photo (ainsi qu’un chargeur de batterie ou des piles de rechange)
  • Des jumelles
  • Des sandales ou des tongs pour soulager les pieds en fin de journée
  • Une petit gourde d’un remontant de votre choix, à consommer avec modération !

Et pour finir… Combien ça pèse tout ça ?

Une fois énuméré tout l’équipement à emporter on comprend mieux le casse-tête du poids du sac. Pour autant, l’objectif est de limiter au maximum ce poids quel que soit son propre poids ou sa taille.

On entend et on lit souvent que le poids du sac ne doit pas dépasser le quart du poids du corps ou encore 25% de ce poids. Si vous avez tendance à toujours en prendre trop, cette indication peut s’avérer utile pour se fixer une limite à ne pas dépasser. Mais l’idéal est plutôt de rechercher à aller vers le plus de légèreté possible, surtout si votre randonnée est longue.

Pour résumer, pour bien remplir son sac à dos, il faut s’en tenir au strict nécessaire pour la sécurité, la protection contre les conditions climatiques (froid, humidité, soleil) et l’alimentation. Il est également très utile de bien compartimenter le portage en fonction de l’utilité de chaque élément. Enfin, un bon équilibrage permettra un meilleur confort de portage.