Croix de Dom Jean Maurice (3146m) par le refuge de la Femma

Difficulté :
Difficile
Dénivelé :
1380m
Durée :
1 jour

Une façon originale d'atteindre ce lieu, qui se fait habituellement par le Villaron (petit hameau de la commune de Bessans ) et le Vallon d'en Haut. Alpages verdoyants ou bruns selon la saison, passages enneigés, glacier à proximité, environnement minéral, franchissement de cols, lacs et arrête finale vous y attendent. Du balcon de Bellecombe (point de mire sur les glaciers de la Vanoise), vous partirez à la découverte du vallon sauvage de la Rocheure. Vous le remonterez jusqu'à son verrou pour en découvrir un autre, perché : celui de Méan Martin. Il faudra le traverser pour atteindre la crête opposée d'où la vue est imprenable sur la vallée de Bessans jusqu'au petit village de l'Ecot en passant par Bonneval-sur-Arc et tous les sommets associés. Je vous souhaite d'avoir autant de chance que moi pour y rencontrer chamois, bouquetins, renards, aigles, vautours, gypaète, lagopède...Il ne manquait plus que les marmottes, qui, mi-octobre, dormaient déjà. La rando se fait hors sentier ce qui renforce le côté sauvage des lieux et donne un sentiment de liberté. – Auteur :

Accès

De Modane, à la sortie de Termignon, dans la première épingle, quitter la D 1006 et prendre la D 126. Après 14 km se garer au terminus (parking de Bellecombe). Vous ne pourrez pas aller plus loin en voiture.
De là, 2 options pour atteindre le refuge de la Femma : la marche ou le VTT.

Option VTT : 5 km de route goudronnée jusqu’à Plume Fine, puis 3,8 km de piste jusqu’aux chalets de la Rocheure et enfin 2,5 km de petit sentier sans portage de vélo pour arriver au refuge.

Option marche : du parking, le GR5, puis, un sentier du refuge du Plan du Lac, permettent d’éviter la route goudronnée. En revanche, ce sera nettement plus long que le VTT.

Précisions sur la difficulté

Après la traversée du ruisseau des Roches Blanches : aucun balisage, aucunes traces, aucuns cairns. Il faut donc s’orienter à vue.

Pente herbeuse soutenue. Pentes d’éboulis faciles, quelques dalles peu inclinées pour rejoindre la crête finale.

Passage peu pentu, enneigé toute l’année sous le col de Méan Martin côté Rocheure. (Des photos du secteur prises en octobre 2017 lorsque j’avais fait la pointe de Méan Martin le confirment.)
Cette partie enneigée correspond à la bordure la plus au Sud du glacier des Roches Blanches.

Les infos essentielles

  • Carte IGN : TOP 25 - 3633 ET "Tignes.Val-d’Isère Haute Maurienne"
  • Altitude minimum : 2352 m
  • Altitude maximum : 3146 m
  • Distance : environ 15 km
    Durée : Je suis arrivé la veille au refuge à VTT. Mais il est possible de faire la randonnée en totalité à la journée, du parking de Bellecombe, en utilisant ce moyen de locomotion. (l’accès y est autorisé, mais pas au-delà).
    Hors période de gardiennage, le refuge d’hiver de la Femma reste ouvert.
    Service de navette en période estivale, du bas de la vallée pour monter au parking de Bellecombe. (Terminus à Entre Deux Eaux et arrêts intermédiaires à Plan du Lac et Plume Fine.)
  • Balisage : après la traversée du ruisseau des Roches Blanches : aucun balisage, aucunse traces, aucuns cairns.
  • Équipement : crampons, piolet, corde.

Itinéraire

Ouvrir en grand !

Chargement de la carte en cours

Du refuge

Derrière le refuge, emprunter le sentier qui mène au col de la Rocheure sur environ 1.5km. Le quitter là où il décrit une grande épingle à gauche. Partir droit en direction du point côté 2519 de la carte IGN. (C’est là où il faut traverser le ruisseau des Roches Blanches).

Le remonter en rive gauche sur 200m jusqu’au point côté 2546 de la carte IGN. Ne pas traverser le petit affluent qui se jette ici mais aller chercher la pente herbeuse en rive gauche de la ravine qu’il forme (photo 16).

Grimper droit pour déboucher sur le plateau caillouteux à proximité du point côté 2754 de l’IGN. Monter en direction du glacier des Roches Blanches.
Vous arrivez dans une partie enneigée. Remonter la pente en vous tenant le long d’une petite barre rocheuse qui se situe sur votre droite. Vous vous trouvez ici en bordure Sud du glacier des Roches Blanches qui s’étend sur votre gauche, (photo20) (photo21) . Je n’y ai pas vu de crevasses, mais je conseille, ici, pour la sécurité, d’utiliser le matériel de progression sur glacier.

Atteindre le col de Méan Martin. De là vous voyez la crête des croix de Dom Jean Maurice au premier plan, chapeautée par le sommet du Charbonnel au deuxième plan, (photo22). Impossible de voir les croix (il y en a plusieurs), elles sont légèrement en contrebas côté Villaron.

Du col de Méan Martin.

Il faut descendre dans le vallon suspendu pour traverser le ruisseau exutoire du lac né du glacier agonisant de Méan Martin.
Se diriger Sud-Est. En cherchant les pentes d’éboulis les moins raides, vous effectuerez instinctivement le lacet du tracé de ski de rando indiqué sur la carte IGN, (photo 29).

Traverser le ruisseau puis monter plein Est pour rejoindre au plus direct la crête. La remonter jusqu’à la borne IGN cotée 3146m, (photo21). S’approcher du bord avec précautions (des dalles rocheuses en porte-à-faux dans le vide pourraient basculer).

Retour

  • Même itinéraire.
Dernière modification : 21 novembre 2018
Pointe de la Sana (3436m) par la Maurienne

A propos

Auteur de ce topo :

Randonnée réalisée le 19 octobre

Topo publié le 21 novembre

(Avertissements et Droits d'auteur)

Commentaires

  • par Le 22 novembre à 08h59

    Hello
    Superbes photos. Les couleurs sont géantes !
    Et le nanard de la rocheur est de moins en moins sauvage :-)
    Dom Jean Maurice, le Vallon, Bessans, ce sont mes coins, j’adore.
    Le glacier du claret ramasse d’année en année, ça, ça fait mal !
    Bonne rando !
    Patrick

  • par Le 23 novembre à 07h40

    En effet. Pauvres glaciers.
    Lorsque je regarde la carte topo qui indique en jaune le retrait des glaces depuis 75,
    alors, j’essaie d’imaginer le paysage de cette époque pas si lointaine.
    Cela devait être encore plus beau.

    Les animaux ne sont vraiment pas farouches dans ce secteur.
    Le gypaète qui vient planer au dessus de ta tête, le lagopède guère plus sauvage qu’une poule
    le renard qui s’approche au pied de l’escalier de la terrasse du refuge....que des instants de bonheur.
    Et puis l’automne, les couleurs !!!
    Et météo hyper stable, on a pas à craindre l’orage habituel de l’après-midi d’été.

Chargement en cours Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Astuce : Si votre commentaire est long, aérez-le en créant des paragraphes. Pour cela, il suffit de laissez une ligne vide entre ceux-ci !