Dôme de Neige de Marie (3321m) par le glacier d’Arnès, à ski

Difficulté :
Moyen
Dénivelé :
1700m
Durée :
2 jours

Ski bonheur aux neiges de Marie... et étape conviviale au refuge d'Avérole. Merci à Seb et Alexandra ! – Auteur :

Accès

Bessans - Gites de vacances de la Bessannaise.

Comment se rendre à Bessans ?
Quand le col de l’Iseran est fermé, c’est ultra simple... Vous prenez la Vallée de la Maurienne, et vous allez presque bout. Je dis bien presque, parce qu’après, c’est Bonneval-sur-Arc, et ce n’est pas pareil...

A43/D1006 jusqu’à Modane, puis D1006 jusqu’à Lanslebourg, puis D902 (col de la Madeleine puis Bessans)

Continuer 2km, et sur votre droite il y a le gite de vacances de la Bessannaise, entrée de la plus belle vallée du monde, la vallée d’Avérole, c’est ici !

Publicité

  • Tente randonnée Ultralight Ferrino (...)

    200 €

  • Veste de ski - Homme - Colmar - (...) PROMO

    590 € 354 €

  • Chaussures de Randonnée Femme, (...) PROMO

    209 € 145 €

  • Sac à dos de randonnée homme - Stratos 34

    150 €

Précisions sur la difficulté

Très belle course de ski de rando en haute montagne, entre les géants de Haute Maurienne, sur le glacier d’Arnès.
La course se fait en deux jours, avec une étape au refuge d’Avérole chez Seb et Alexandra.
On remonte toute la vallée d’Avérole en passant par les magnifiques villages de la Goulaz, Vincendières et Avérole. La vallée est longue. En fonction de l’état d’enneigement de la route, le départ se fera de la Bessannaise, la Goulaz ou Vincendières. Même "sèche" la route est interdite au delà de Vincendières.

Course peu difficile assez longue, déjà en altitude.
Difficulté : PD+/2.3/E2.
Distance : 13km aller
Dénivelée : 1700m

*Le Dôme de Neige de Marie, n’est pas mentionné sur IGN, c’est une appellation "locale" pour distinguer le Dôme de neige coté 3321m 200m au sud de la Pointe Marie rocheuse à 3313m.

Les infos essentielles

  • Carte IGN :TOP 25 - 3633 OT "Tignes - Val d’Isère- Haute Maurienne"
  • Altitude minimale : 1720 m
  • Altitude maximale : 3321 m
  • Distance : environ 13km pour la montée (idem en descente !)
  • Horaires : comptez entre 3h pour le refuge d’Avérole, et 4h pour le Dôme de Neige de Marie.
  • Difficulté PD+, 2.3-E2.
  • Dénivelée : 1700m
  • Matériel : Matériel de sécu en rando (ARVA, pelle, sonde), matériel de sécu sur glacier (Baudrier, broches, corde...)

Itinéraire

Ouvrir en grand !

Chargement de la carte en cours

Course assez parcourue sans exposition exceptionnelle. La pente de l’Oney permettant d’accéder au vallon d’Arnès est la seule partie exposée (100m à 35°, risque de chute, coulée de neige.) Il y a une partie assez longue sur glacier nécessitant les techniques de progression sur glacier.

ITINÉRAIRE :

  • Du centre de vacances de la Bessannaise (1720m), suivre la route d’Avérole jusqu’au hameau homonyme (6km - D+ 250m - 2h) en passant par la Goulaz et Vincendières.
    Remarque : aux Vincendières, ne surtout pas monter en rive gauche (main droite en montant) du torrent d’Avérole, sous Charbonnel. Des avalanches gigantesques débaroulent quotidiennement au printemps.
  • Du hameau d’Avérole (2000m) suivre plein E les pentes douces (piste d’alpage) jusqu’à l’oratoire Notre Dame de la Garde, puis plan Pré (2040m) et remonter des pentes plus raides jusqu’au refuge d’Avérole (2220m - 2km - 220m - 1h)
  • Du refuge d’Avérole descendre 50m au fond du vallon d’Arnès puis remonter SE (main droite) le début du vallon d’Arbéron. À 2350m on remonte les 100m raides du torrent de l’Oney jusqu’au lac d’Arnès (2580m D+ 400m -1h30)
  • Du lac d’Arnès remonter le vallon d’Arnès en direction du col d’Arnès. Arrivé sur le glacier (plat vers 2900m) par un large crochet sur la droite, remonter le glacier en suivant approximativement les Roches Rousses- Sud- jusqu’au point coté 3321m, Dôme de Neige de Marie, sous l’Ouille d’Arbéron ( D+ 750m - 2h à2h30)
  • Descente par le même itinéraire.

Ascension : Dôme de Neige de Marie (3321m), le 2 et 3 Avril 2011.

Anniversaire.

Dans quelques jours c’est mon anniversaire, dans quelques jours je change de dizaine. Autant le dire tout net, je n’aime pas... changer de dizaine. La précédente je n’avais pas aimé, celle d’avant non plus d’ailleurs. Quant aux deux premières, je pense que j’avais aimé comme tous les gamins, pressés d’être grands... et de faire la fête (surtout la deuxième !)

Bref, on avait un plan avec Jérôme, c’était que je la tourne cette dizaine, sur notre sommet mythique, notre Everest à nous... La Grande Casse.
Et ce ne fut pas le cas, donc j’attendrais la prochaine (qui n’est d’ailleurs plus si loin que ça, à l’heure ou j’écris ces lignes). Et celle qui vient, alors pour sur je ne vais pas aimer... Une Grande Casse serait un beau défit alors, j’ai une paire d’années bien sonnées pour m’y préparer. Qui sait ?

Donc, comme ce ne fut pas la Grande Casse, ce devait être dans la plus belle vallée du monde, que j’arroserai mon anniversaire.

La plus belle vallée du monde, j’hésite... Avérole ou Ambin ?
Allez Avérole. Avérole qui m’a accueilli un 20 Juillet 1983 en redescendant avec ma sœur, de l’Albaron qu’on avait traversé depuis les Evettes. Tient amusant, en pensant à la Grande Casse, le week-end qui le précédait, on sortait la NE à la Grande Casse justement, avec ma sœur !

Avérole, où ce 20 Juillet 1983 j’ai fait des rencontres qui vont changer ma vie ! Mais ça c’est une autre histoire.

Donc Avérole. Et puis après ? On verra bien en fonction des conditions... L’Albaron ? L’Ouille ?...

C’est de la Bessannaise que nous partons skis aux pieds, la route d’Avérole n’est pas encore sèche. Sous un gros cagnard, on sait qu’on va mettre trois bonnes heures avant de siroter une bonne bière brune. On connait par cœur, mais on ne se lasse pas, et surtout pas des monstrueuses avalanches qui partent tout le long de la muraille Tirece-Charbonnel. Là, la montagne s’est lâchée ! D’ailleurs de telles instabilités nous font quand même douter pour demain, il ne va pas falloir aller "chercher la pente"...

À ce propos, c’est en arrivant à la chapelle d’Avérole sous la grande muraille de la Bessanèse qu’on voit deux magnifiques traces sous le Dôme de Neige de Marie.
Et à ce moment, on est tel le loup de Tex Avery devant le Petit Chaperon Rouge !

Refuge d’Avérole. Il y a foule, mais Seb (que j’ai connu quand il gardait Ambin, que j’ai gardé avant lui...) nous accueille, les deux Perlfort brunes et le thé sont vite sur la table.
Pas le temps de discuter il a du travail, nous on prend notre temps, on "matte" notre belle, on en rêve déjà. Ce sera top comme cadeau d’anniversaire, un glacier tout en poudre !

En parlant d’anniversaire, le repas est fort arrosé à la table des chambériens et des Italiens que nous partageons. Cinquante ans ça s’arrose. Et tant on y est on part dans une dégustation -comparaison de Genépi, Chartreuse et de Grappa. On va dire qu’on s’est bien marré ! Ce fut convivial ! Alexandra a même fait un gâteau au chocolat avec une bougie !

Le départ le lendemain est... Bon on va dire qu’on est parti... Les italiens viennent avec nous. Ils grognent comme nous de la mauvaise nuit qu’on a passée.

Bon an, mal an, on passe rapidement les gorges, on trace le glacier, et hop on est en haut. Il n’y a pas foule, le gros des troupes est sur l’Albaron.

Alors à la descente, on a tous le glacier en poudre juste pour nous tous seuls. Et ça...Et ça...!!! Et bien on l’a dévoré. On a forcément savouré, mais ce qui est sûr c’est qu’on n’a pas pris notre temps... Dré dans l’pentu, quoi !

Et finalement on s’est retrouvé de nouveau sur la terrasse du refuge à siroter une bière brune, mais heureux, heureux... face à nos traces bien visibles.

Dernière modification : 3 février 2019
Pointe Marie (3313m), Arête Rousse par le col d’Arnès (3012m)

A propos

Auteur de ce topo :

Piqué à la montagne depuis l'age de 6 ans après avoir atteint peniblement le mont joli et je suis tombé amoureux du mont blanc. Ce jour la je me suis dit qu'un jour j'irais là haut. Il y a bien longtemps que j'y suis allé au sommet du Mont blanc, et la passion de l'alpi, la rando et ski de rando ne m'a toujours pas laché ! Et que ça dure longtemps encore (...)

Randonnée réalisée le 3 avril 2011

Topo publié le 2 février

(Avertissements et Droits d'auteur)

Commentaires

  • par Le 10 février à 10h14

    Bonjour Patrick,

    Tu n’aimes pas changer de dizaine, tu n’as pas encore connu le pire !
    Viendra le temps où tu trouveras dans ta boite à lettres une invitation à choisir entre le repas festif ou le colis des "aînés"... Là tu sombres pour de bon !

    Bonnes rando à venir et quelques textes qui me ravissent.

  • par Le 10 février à 12h14

    Les colis des "aînés"... ya pire ...les prospectus pour organiser ses obsèques....

  • par Le 10 février à 16h29

    Hello,

    Le colis des aînés je ne connais pas ! C’est quoi ? Je me doute bien un peu...
    A mes 50a le jour J, j’ai eu droit de la par de la Sécu la petite lettre pour me rappeler la détection du cancer colo-rectal... J’ai trouvé ça charmant... Vraiment de bon gout. Bref l’administration dans toute sa splendeur. Même si évidemment il y a du sens derrière tout ça. Mais la forme...Wouah...

    Donc pour la prochaine dizaine, il semble que je doive m ’attendre à quelques lettres, courriers, rappels...tout à fait délicat, à vous lire... Lol....

    Bah tant que je suis sur mes cailloux ou sur mes planches...

    Merci pour les mises en gardes !
    Patrick

Chargement en cours Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Astuce : Si votre commentaire est long, aérez-le en créant des paragraphes. Pour cela, il suffit de laissez une ligne vide entre ceux-ci !