GR 54 - Tour de l’Oisans et des Ecrins

Difficulté
Difficile
Dénivelé
12800m
Durée
3 jours et plus
Localiser le sommet

Avertissements et Droits d'auteur

Le GR 54 figure parmi les GR les plus difficiles d'Europe. Long de 176 km, il contourne le massif de l'Oisans et des Ecrins à travers les départements de l'Isère et des Hautes Alpes.

Accès

La Grave à 1474m sur la route Grenoble - Briançon (traditionnellement, le départ se fait de Bourg d’Oisans).

Itinéraire

J’ai effectué ce trek en solo et en tente fin juin 2005, j’ai eu de la chance car il n’est pas rare qu’à cette époque de larges névés bloquent encore l’accès aux cols les plus hauts (col de l’Aup Martin et col de la Muzelle en particulier).

Point culminant : Col de l’Aup Martin à 2761m.

Durée : 10 à 12 jours. Je n’ai pas fait les 2 derniers jours (de Bourg d’Oisans à La Grave) par manque de temps, et aussi parce que je m’étais fait une bonne entorse à la cheville.

Dénivelée : 12800m positifs sur la totalité du trek, et 14 cols traversés !

Carte / Topo : Carte 1/50 000 Ecrins, Oisans, Cerces de chez Didier RICHARD (je ne crois pas qu’elle soit toujours publiée) et le guide de la FFRP Tour de l’Oisans et des Ecrins (très utile pour savoir où se ravitailler etc.)

Description : Le GR54 traverse une des régions les plus spectaculaires des Alpes. En une douzaine de jours, il parcourt 176 km et grimpe plus de 12800m pour traverser une série de cols séparant de profondes vallées. Les paysages sont très variés, et de nombreux villages et hameaux ne font qu’enrichir l’expérience du trekkeur. Il est possible de bivouaquer tout le long (ce que j’ai fait), ou bien de dormir dans des hôtels ou gites, et dans les refuges.

L’itinéraire décrit ci-dessous suit le parcourt que j’ai moi-même effectué et n’est qu’un exemple. Il est en effet souvent possible de faire des variantes, ou bien de rallonger ou raccourcir les étapes.

1er jour : La Grave au Casset par le col d’Arsine. Durée 8h.

Longue journée (une bonne vingtaine de km) au départ de la Grave à 1474m, jusqu’au col d’Arsine à 2340m et descente au Casset à 1512m.

De la Grave, prendre le sentier en contrebas de la route qui permet de rejoindre le village de Villar d’Arêne. De là, descendre sur les rives de la Romanche et suivre le GR en direction du Refuge de l’Alpe de Villar d’Arêne (2077m). Poursuivre en direction du col d’Arsine que l’on atteint après 5 bonnes heures de marches. Ne pas hésiter à faire un détour jusqu’au lac d’Arsine une centaine de mètres au dessus du col. Un bon chemin remonte la moraine jusqu’au cirque glaciaire formé par les crêtes du Pic de Neige Cordier et la Montagne des Agneaux.

Le GR descend ensuite le long de la vallée de la Guisane en passant par le Lac de la Douche (1901m), avec le glacier suspendu du Casset au dessus.
J’ai bivouaqué à la sortie de la forêt juste au dessus du village du Casset, le long du ruisseau.

2ème jour : Le Casset à Vallouise par le col de l’Eychauda. Durée 8h.

Une deuxième longue journée (environ 25km) jusqu’à Vallouise en passant par le col de l’Eychauda à 2425m.
Du Casset, continuer sur Monêtier les Bains que l’on atteint en 1h. De là, attaquer la longue montée vers le col (qui contrairement à ce que son nom pourrait laisser penser n’est pas le col situé au dessus du lac de l’Eychauda) où l’on retrouve les remontées mécaniques de la station de Serre-Chevalier.

La descente est raide et longue sur Vallouise et les derniers km sont pénibles car sur la route (mais j’ai pu les éviter en faisant su stop !).
Nuit au camping à Vallouise (1200m d’altitude).

3ème jour : Vallouise au refuge du Pré de la Chaumette par le col de l’Aup Martin et le Pas des Cavales. Durée 10h.

Pour ne pas changer, encore une longue journée (environ 25km) ! Petite astuce, pour éviter les premiers km sur la route, il y a généralement une navette qui part tous les matins vers 7h30 et vous conduit jusqu’au terminus à Entre-les-Aygues (1604m).

Cette étape traverse deux cols successifs à plus de 2700m d’altitude, au milieu de nulle part ! Les derniers mètres avant d’atteindre le col de l’Aup Martin à 2761m sont raides dans une pente schisteuse qui peut s’avérer glissante par temps de pluie. C’est l’un des passages les plus alpins du GR. Bâtons recommandés, et en cas de névé, piolet indispensable. La traversée sur le Pas des Cavales à 2735m est courte, et la descente sur le refuge du Pré de la Chaumette (1800m), bien que raide, est magnifique.
Bivouac sur le replat au dessus du refuge.

4ème jour : Refuge du Pré de la Chaumette au refuge de Vallonpierre par les col de la Valette, de Gouiran, et de Vallonpierre. Durée 6h30.

Bon, je me répète, mais oui, c’est encore une longue journée ! Au programme aujourd’hui, pas moins de trois cols : col de la Vallette (2668m), col de Gouiran (2597m) et col de Vallonpierre (2620m). Ce dernier est tellement étroit qu’on peut même s’asseoir à cheval dessus, avec les pieds de chaque côté du col ! Comme pour le col de l’Aup Martin, ces trois cols sont composés de pentes schisteuses pouvant devenir extrêmement glissantes par temps pluvieux.

Bivouac à proximité du refuge et du lac de Vallonpierre (2271m). Faire attention cependant, les renards ont l’habitude de fréquenter l’endroit en quête de nourriture.

5ème jour : Refuge de Vallonpierre à Villar-Loubière par le refuge de Chabournéou. Durée 6h.

Descente dans la Vallée du Valgaudemar en passant sous les raides glaciers du Sirac par le refuge de Chabournéou (1998m). Il est possible de descendre de façon plus directe à partir de Vallonpierre, mais je pense que le détour vaut le coup.

On rejoint alors la route qui descend vers la Chapelle en Valgaudemar. Là encore j’ai fait du stop pour éviter le bitume et raccourcir la journée !
Nuit au camping à Villar-Loubière (1017m).

6ème jour : Villar-Loubière au refuge des Souffles. Durée 3h30.

Réveil sous la pluie ce matin. Pas motivée, je reste dans mon duvet jusqu’à midi (ça fait du bien une grasse mat de temps en temps !). Finalement le temps se dégage et je décide de monter au refuge des Souffles (1975m). Quand j’arrive c’est le grand ciel bleu et j’ai le droit à un coucher de soleil magnifique depuis mon bivouac !

7ème jour : Refuge des Souffles au Désert en Valjouffrey par le col de la Vaurze. Durée 5h.

Montée jusqu’au Col de la Vaurze à 2490m. Certains passages exposés sont équipés de câbles. Du col, la descente jusqu’au hameau du Désert en Valjouffrey à 1260m est raide (c’est le moins qu’on puisse dire !) et parait interminable. On en voit déjà les toits depuis le col !
La plupart des gens font l’ascension du col de Vaurze en une journée depuis Villar-Loubière.

8ème jour : Désert en Valjouffrey à Valsenestre par le col de Côte Belle. Durée 6h30.

Montée au col de Côte Belle (2290m) par de nombreux lacets serrés. Du haut du col, vue sur le col de la Muzelle (qui parait très raide !) au programme du lendemain. Descente agréable jusqu’au hameau de Valsenestre (1294m). Malheureusement, j’arrive sous la pluie ! Je fais donc une exception et je dors au gite ce soir (avec un vrai bon repas aussi tant qu’à faire !).

9ème jour : Valsenestre au refuge de la Muzelle par le col de la Muzelle. Durée 5h.

Départ sous la pluie pour le col de la Muzelle à 2625m. Mais le temps de monter (et c’est long !), le ciel se dégage et on peut enfin voir le col de Côte Belle en se retournant ! La dernière partie avant le col est très raide (pire que le col de l’Aup Martin), là aussi sur des schistes instables, et je suis bien contente d’avoir mes bâtons de marche (car c’est d’autant plus difficile de garder l’équilibre avec le gros sac que je porte !).

Du col, vue splendide sur le lac de Muzelle au dessous et la station des Deux Alpes au loin. Descente rapide à travers des pierriers jusqu’au lac et refuge de la Muzelle à 2130m. J’installe mon bivouac et je vais faire un tour au dessus du refuge, et là je me fais une entorse terrible en marchant entre les touffes d’herbes ! Vraiment très con je sais, après tous les cols exposés que je viens de traverser sans problèmes !

10ème jour : Refuge de la Muzelle à Bourg d’Oisans. Durée 7h.

Ce matin, malgré la crème anti-inflammatoire, ma cheville est énorme ! Je descends donc direct sur Venosc. Les 1200m de dénivelée sont un véritable calvaire. Je décide donc de mettre un terme à mon trek et de faire du stop jusqu’à la Grave pour récupérer ma voiture.

Le GR monte normalement au col du Vallon (2541m) avant de d’attaquer la longue descente par le lac Lauvitel (1530m) et la Danchère (992m). J’y suis retournée depuis, et c’est un endroit à ne pas manquer.

11ème jour : Bourg d’Oisans à Besse en Oisans par le col de Sarenne. Durée 7h30.

Bien que je n’aie donc pas fait les deux derniers jours de trek, j’en donne ici une description sommaire d’après ce que j’ai pu lire dans mon topo guide.

Depuis Bourg d’Oisans, montée par un sentier raide équipé de main courante qui traverse ensuite une série de petits hameaux. Le GR descend alors dans les gorges boisées de Sarenne, avant de remonter jusqu’au col de Sarenne (1999m). Descente raide dans la vallée du Ferrand, puis remontée jusqu’à Besse en Oisans (1550m).

12ème jour : Besse en Oisans à la Grave par le plateau d’Emparis. Durée 7h.

De Besse, le sentier monte au Col Nazié, continue le long de la crête jusqu’au col Bichet à 2245m, puis traverse les pâtures du Plateau d’Emparis jusqu’au col du Souchet (2365m). Vue spectaculaire sur la Meije et ses voisins. Puis longue, et parfois raide, descente jusqu’au village de la Grave (1474m) dans la vallée de la Romanche.

Dernière modification : 4 août 2011

Photos « GR 54 - Tour de l’Oisans et des Ecrins »

Montée au refuge de l'Alpe de Villar d'Arêne La Montagne des Agneaux Le lac et le glacier d'Arsine Descente dans la vallée de la Guisane Descente sur le village du Casset Descente du col de l'Eychauda Vue depuis le col de l'Aup Martin Pas de la Cavale, 2735m Entre le col de la Valette et le col de Gouiran Vue sur le Sirac depuis le col de Vallonpierre Le col schisteux de Vallonpierre Refuge de Vallonpierre Vue sur Côte Belle en montant au col de la Muzelle Le lac et le col de la Muzelle Descente sur Venosc