GR20 : quelques conseils pour le réussir

Avec plus de 20.000 personnes qui le fréquentent chaque année, le GR20 est devenu une véritable entité dans le milieu de la randonnée et du trek. Parce qu’il est l’un des sentiers les plus durs, il attire les sportifs qui veulent se donner pour objectif de se dépasser.

Parce qu’il est l’un des plus sauvages, il attire les personnes qui veulent se retrouver avec elles-mêmes. Et parce qu’il est un des plus beaux, il laissera gravé en vous des images incroyables. Que ce soit en quête de dépaysement ou de dépassement de soi, voyons ensemble comment préparer le GR20.

Le GR20, en deux mots…

Le GR20 est un sentier de grande randonnée (GR) qui traverse la Corse en diagonale (de Calenzana au nord à Conca au sud). Pour résumer très brièvement, le GR20 c’est environ 180 km en 16 étapes et plus de 10.000m de dénivelé positif !

Sentier très technique au nord, un peu plus roulant au sud. Exceptés les refuges dans lesquels il est possible de trouver quelques denrées alimentaires, le seul point de ravitaillement se trouve à mi-chemin, à Vizzavone.

Vous compterez sur les doigts d’une main le nombre de routes que vous traverserez pendant ces 16 jours de randonnée. Un beau programme n’est-ce pas ?

"180 km en 16 étapes et plus de 10.000m de dénivelé positif !"

Quelle préparation pour faire le GR20 ?

On l’annonce souvent comme étant le sentier le plus difficile d’Europe, le taux d’abandon étant très important. Il ne faut pas être trop effrayé pour autant. C’est un GR très difficile, oui ! Très technique aussi, mais pas impossible ! Il suffit de ne pas prendre à la légère la réalité du terrain et de ne pas partir la fleur au fusil  ! Partir avec un guide n’est pas nécessaire car le sentier est très bien balisé et parfaitement entretenu.

Votre seul guide pourrait tout simplement être le topo-guide, avec les cartes IGN pour résumer les étapes, anticiper les difficultés ou tout simplement profiter des conseils sur la faune et la flore.

Vous ne devez pas négliger votre préparation physique et matérielle. Si vous arrivez en haut du cirque de la solitude avec un sac de 25kg et sans préparation physique, il sera facile de jeter l’éponge et de retourner à la station d’Asco. Ayez une activité physique régulière toute l’année.

Randonnez régulièrement sur terrain vallonné et accordez-vous des excursions en dehors des grands sentiers battus, avec votre sac sur le dos. Sur le GR20, il est souvent question de monter ou de descendre. Habituez vos muscles à ces efforts. Mais il est souvent question aussi de poser le pieds sur un terrain instable, travaillez vos appuis et vos chevilles.

"Ne négligez pas votre préparation physique et matérielle ! "

Au delà de l’entraînement physique, il faudra aussi penser à bien préparer votre matériel. C’est la nature qui va dicter les règles : pendant 16 jours, vous devrez accepter les aléas climatiques. Vous passerez dans des endroits très engagés, vous serez confrontés aux très fortes chaleurs, à la pluie. Prévoyez votre matériel en conséquence pour vous faire face au froid, au soleil, au vent, à la nuit, à la faim et à la soif. Imaginez tous les cas de figure pour prévoir l’équipement adéquat.

Quelle est la meilleure période pour faire le GR20 ?

Sachez que le sentier passe relativement haut, à la même altitude que d’anciennes stations de ski (c’est vous dire si il peut y avoir de la neige). Avant mai, les refuges restent ouverts mais ils ne sont pas gardés. Le sentier est d’ailleurs complètement enneigé.

"Mi-juin, vraisemblablement le moment idéal pour le GR20"

En juin, des névés peuvent persister (selon les années). Vous ne rencontrerez pas de neige en juillet, août et septembre. Notez qu’en juillet et août, le sentier est très fréquenté tandis qu’en septembre, les journées sont encore très belles mais les sources peuvent déjà commencées à se faire plus rares. La deuxième quinzaine de juin, juste avant le rush de l’été pourrait être la saison idéale pour ceux qui recherchent un peu plus de calme.

Dans quel sens faire le GR20 ?

Est ce qu’il est préférable de partir du sud ou faut-il mieux partir de Calenzana ? Dans les deux cas, il faudra effectuer la même distance et prendre le même dénivelé. Cependant, si vous effectuez le GR20 tôt dans la saison (début juin par exemple), en commençant au sud, vous aurez moins de chance d’avoir des névés en arrivant dans le nord (région plus accidentée et enneigée). Notez bien aussi que le terrain est plus roulant dans le sud que dans le nord (chemins plus larges, plus de végétation, moins technique). A vous de voir si vous préférez commencer par le plus dur ou par le plus facile !

Une autre solution serait de faire l’aller-retour, comment par exemple à la manière d’Ulrich et de Grégory.

Le GR20 en autonomie ?

Si vous effectuez le GR20 en autonomie, l’équipement ne sera bien sûr pas le même que si vous effectuez le GR20 en fréquentant les refuges pour prendre vos repas. Prévoyez un équipement léger pour profiter un maximum du sentier. N’oubliez pas que tout ce que vous emmenez, vous devrez le porter 16 jours.

"L’autonomie est un réel défi sur le GR20 car vous ne trouverez qu’un seul point de ravitaillement à mi-chemin : Vizzavone. "

Il faut donc emmener assez de vivres pour faire vos 3 repas par jours pendant 8 jours ! Cela représente un poids conséquent dans un sac qui ne doit pas excéder 18kg (si vous souhaitez profiter du sentier et ne pas vous mettre en danger dans les parties techniques).

Quelques conseils, à prendre ou à laisser

  • Randonnez à plusieurs : c’est plus facile mentalement et vous pourriez ainsi mutualiser certains équipements
  • Entretenez la machine (vous) : ayez toujours un repas d’avance ainsi que de l’eau pour vous hydrater régulièrement. Prenez soin de vous aussi, en soignant vos pieds, en récupérant dès que vous le pouvez. Ce sont tous ces petits gestes qui vous permettront d’aller loin, de bien récupérer, de ne pas trop souffrir. Le GR20 doit rester un plaisir et ne doit pas se transformer en calvaire !
  • Du matériel neuf oui, mais pas trop ! Ce conseil est valable pour toutes les randonnées. Pensez à casser vos chaussures (les faire à votre pied). Utilisez votre équipement lors de sorties de préparation. Vous éviterez les mauvaises surprises, comme les ampoules trop précoces ou les frottements.
  • Réservez les refuges à l’avance. Vous pouvez désormais réserver les refuges, en ligne, sur le site du PNRC