Gorges de la Kevo

Difficulté :
Moyenne
Dénivelé :
1000m
Durée :
3 jours et plus
La carte

Auteur : (Avertissements et Droits d'auteur)

Ces gorges, situées dans le nord de la Laponie finlandaise, offrent plusieurs possibilités de treks sur 3 à 5 jours. Il n’existe pas de boucle complète à parcourir, mais il est possible d’éviter un aller-retour. Gorges, cascades, grandes étendues, lacs : tout le nécessaire pour un trip nature dans des décors ambiance grand Nord ! Vous allez vous régaler !

Accès

Ce trek démarre sur la route d’Inari à Utsjoki, au lieu dit "Kenestupa". Ce trek n’étant pas une boucle, la difficulté est de récupérer sa voiture.
Nous avons opter pour le retour en stop et bus. Attention, le trafic est faible dans la région donc le stop ne marche pas très bien, mais tentez-le à la fin du parcours, vous aurez peut être la chance, comme nous, d’être pris par des randonneurs Finlandais ! Une belle occasion de mieux connaitre le pays !

Itinéraire

Nous avons choisi de suivre la descente des gorges dans le sens Nord-Est - Sud-Ouest. Faisable sur 4 jours, ce trek démarre sur la route d’Inari à Utsjoki, à Kenestupa, pour finir sur la route qui mène d’Inari à la Suède, à Sulaojan.

Vous pouvez vous procurer la carte « UTSJOKI KEVO » au 100 000 ème au centre d’information SIIDA à Inari (Pour info, nous avons constaté quelques incohérences au niveau du kilométrage annoncé sur la carte entre les différents points. Ne vous fiez pas trop à ça, comptez plutôt plus large en temps)

Ce trek traverse la réserve de la Kevo (se prononce Kévo). Comme dans toutes les réserves, quelques règles sont à respecter. Cueillette interdite, feux autorisés seulement dans les espaces aménagés et prévus à cet effet, suivre les sentiers, etc. Consultez le panneau d’informations sur le parking au départ du trek.

(Les temps indiqués sont cumulés, depuis le départ, pour chaque jour, en tenant compte des temps de traversées de gués. Le kilométrage est donné à titre d’information, à partir de la carte, même si les chiffres nous paraissaient parfois un peu étonnants.)

Jour 1 (3h15 – 10km – dénivelé positif 130m et autant en négatif)

Départ du parking de Kenestupa, sur la route d’Inari à Utsjoki.
L’attaque se fait par un grand escalier en bois. Plusieurs passages sont aménagés de la sorte tout au long de la descente, pour protéger le sol de l’érosion dans les pentes raides. Puis, suit une montée progressive en sous-bois.
(30mn, dénivelé +130m)

Arrivé sur le plateau, l’entrée du parc se fait par le passage d’une porte où des sortes de piquets suspendus par des cordelettes empêchent le passage des animaux. La traversée de la zone humide se fait en suivant les passages en bois aménagés, qu’on retrouve parfois plus loin dans le trek. En longeant un 1er lac, on arrive au 1er abri, Silkeaja.
(45mn)

Le chemin est évident à suivre. On traverse une bande de terre entre 2 lacs. Possibilité de prendre de l’eau au niveau du petit pont sommaire traversé.
(1h).

Continuer le chemin (1h30). La descente sur les gorges commence. Passage par l’abri Guoikgahoitaja (1h45).

Peu après cet abri, on arrive sur les gorges, avec une belle vue depuis un promontoire rocheux. Le sentier continue ensuite sur la gauche, à flanc de coteaux, pour arriver à un escalier qui amène au bord du torrent, qu’on suivra pendant quelque temps. Arrivée à un nouveau camp (2h25).

1er passage de gué. Il est conseillé d’avoir des sandales ou chaussures aquatiques pour les passages de gués. Les pierres sont glissantes et le courant assez fort. Le temps du passage dépendra du nombre de personnes. Des poignées accrochées à un câble par une corde permettent de se stabiliser pendant la traversée (2h45).

Le sentier continue rive gauche. A environ 30mn, on arrive au camp de Gaskkamus, point de notre 1er bivouac (3h15).

Le campement est bien sûr très bien aménagé, avec un endroit pour faire le feu, du bois à disposition, et des emplacements pour les tentes. Nous nous sommes ravitaillés en eau dans la rivière, en ajoutant des pastilles purifiantes, dans le doute.

Jour 2 (6h20 – 23km – dénivelé +400m)

Depuis le campement, le sentier remonte un peu, puis redescend vers la rivière. Un escalier bien raide permet de remonter sur le plateau (+120m - 35mn)
Cette partie traverse le plateau vallonné sur une distance de 8km environ, pour arriver à un campement au bord d’un lac, avec une belle cabane équipée d’un poêle pour l’hiver. Prévoyez votre eau pour la traversée (2h30).
Le sentier redescend sur les gorges pour arriver au 1er gué du jour (3h).
En suivant la berge, on rejoint le 2ème gué (3h30).
On passe ensuite un campement au bord de la rivière un peu plus loin. Ravitaillement conseillé en eau, dans la rivière bien courante, avant la suite (4h).

Le sentier remonte progressivement sur le plateau. 6,5km plus loin, au croisement de Bodosroadja, nous sommes à +270m par rapport à la rivière. Le sentier qui part sur la droite permet de faire la grande boucle de Guivi (voir carte). Ne pas prendre ce sentier mais suivre celui qui part un peu à gauche et redescend sur les gorges (5h40).

Plus loin, on retrouve un escalier qui mène au campement de la cascade. Le terrain de bivouac est très étendu, mais aussi très fréquenté, parsemé de blocs de rochers. Nous arrivons tard et devons nous contenter de la place qui reste (6h20).
Jusqu’ici, sur la 1ère partie du trek, nous n’avons pas croisé grand monde. A partir de ce point, les choses vont changer. Nous arrivons dans la partie plus fréquentée.

Jour 3 (5h15 – 17km – dénivelé +250m)

La journée commence par une traversée de gué. Le sentier remonte progressivement sur le plateau (+230m). Après 4km de plateau, arrivée à un camp au bord d’un torrent bien agréable. Ambiance bucolique (2h).

Le sentier poursuit sur le plateau en se rapprochant du bord des gorges, jusqu’à arriver à un point de vue magnifique. Une cascade est visible sur la gauche en marchant, et arrivés au point de vue, on se retourne pour avoir une vision des gorges très sympa. Photos obligatoires (2h15).

Reprendre le sentier qui mène à un campement un peu plus loin. Nous sommes passés assez vite, fuyant la présence d’un gros groupe de randonneurs (2h30).

A partir de là, les gorges sont moins profondes, mais le paysage toujours aussi envoutant. Le sentier suit la rivière en restant un peu à l’écart. Nous croisons pas mal de rennes sur cette partie. 8,5km de sentier caillouteux nous amènent à un 1er campement, entre 2 lacs (4h30).

Nous décidons de continuer jusqu’au prochain campement, 3km plus loin. Nous arrivons à un grand lac que nous commençons à longer. Sur la droite, on aperçoit le campement de Ruktajärvai, de l’autre côté. On y accède en tournant à droite au prochain croisement (5h15).

Nous profitons de la grande cabane, où personne ne s’est installé pour la nuit. Mais les couchettes en bois sont un peu raides, et le sol aurait sans doute été plus moelleux.

Jour 4 (3h – 12km – dénivelé quasi nul)

Après une grasse matinée, nous retrouvons le sentier de la veille en rebroussant chemin jusqu’au croisement. La dernière journée est courte. Le sentier traverse une bande de terre entre 2 lacs sur environ 6km. Le paysage change un peu par la suite. Nous cheminons sur des sentiers sablonneux, avec le soleil. On se croirait dans le sud de la France. Après un total de 10km, nous arrivons au dernier campement (2h30).

La problématique de récupération de la voiture, stationnée au départ du trek, à quelques 60km par les sentiers, se posant, nous mettons en place une stratégie. Nous posons le campement ici. 3 d’entre nous partent jusqu’à la route, à 2km, pour tenter le stop. Après une tentative d’1 h environ, nous comprenons que ça va être compliqué pour ce soir. Tout le monde revient au campement.

Le lendemain, 2 éclaireurs partent en quête de la voiture. Après avoir été pris en stop par 2 randonneurs qui venaient du même endroit que nous, nous sommes déposés au croisement avec la route d’Inari à Utsjoki. Le bus, passant peu de temps après, nous déposa au parking de départ du trek. La boucle était bouclée.

Recommandations :
Les gorges de la Kévo sont dans une réserve. Respectez-la. Restez sur les sentiers.
Les feux ne sont autorisés que dans les espaces aménagés. Le bois est mis à disposition gratuitement. N’en abusez pas. Prenez ce qu’il vous faut pour cuisiner ou vous réchauffer si besoin.
A tous les campements, vous trouverez des toilettes sèches. Lisez les panneaux d’information. Après chaque utilisation, mettez un peu de sciure dans le trou. Il y a toujours un bac de sciure à côté, avec une pelle.
Animaux : vous verrez sans doute quelques rennes et de nombreux lemmings, ces petites bêtes inoffensives qui auront plus peur que vous de la rencontre et couineront à votre passage. Ne les effrayez pas plus que par votre présence.

Dernière modification : 16 mai 2018

La carte du topo « Gorges de la Kevo »

Ouvrir en grand !

Chargement de la carte en cours