Gouffre d’Enfer et Pas du Riot, Tour des barrages, Belvédère (831m) et Roche Corbière

Difficulté :
Facile
Dénivelé :
250m
Durée :
demi-journée
La carte

Auteur : (Avertissements et Droits d'auteur)

Randonnée dans la vallée du Furan, située aux portes de Saint-Etienne, dans le Massif du Mont Pilat. Le site, très encaissé, qui mêle l'eau, la roche et la forêt est d'une grande beauté.

Accès

  • Par Rochetaillée et la Vallée du Gouffre d’Enfer.
    Se garer au parking terminal de la Vallée du Gouffre d’Enfer, accessible par la D8 jusqu’à Rochetaillée. Dans le village, prendre à droite, une petite route qui descend dans la vallée.
  • Par St-Etienne et la Vallée du Gouffre d’Enfer.
    Se garer au parking terminal de la Vallée du Gouffre d’Enfer, accessible par la petite route, qui depuis le quartier de la Rivière, remonte et longe le Furan. Parking limité et souvent complet.

Itinéraire

Carnet de route

  • Carte : TOP25 2933ET
  • Tracé IGN
  • Distance : 8 km
  • Durée de la randonnée : 2h45
  • Altitude de départ : 700m
  • Point haut : 855m

Les séquoias géants du Gouffre d’Enfer

Ils sont répertoriés sur un site consacré à ces arbres extraordinaires. Lien ICI. Si vous en connaissez qui ne le sont pas encore, rendez vous sur ce site pour faire parvenir vos photos.

Descriptif

Du parking, s’engager dans les Gorges du Furan.On passe près d’une première cascade puis, sous les Via Ferrata du Gouffre d’Enfer. On trouve bientôt, sur la gauche des escaliers que l’on emprunte. S’ensuit, un petit parcours sur un sentier taillé en encorbellement au-dessus des gorges et le passage près d’une deuxième cascade. Une passerelle permet de changer de rive et d’accéder au pied du barrage. La digue haute de 52 mètres, les parois rocheuses, rendent oppressant ce lieu naturellement sombre et humide.

La deuxième cascade est en fait le trop-plein du plan d’eau. Après de fortes pluies, le spectacle était magnifique et le sentier pas toujours "au sec" et même quelquefois endommagé. Aujourd’hui, le mince filet d’eau provient d’un ruisseau secondaire.

Le barrage, a été mis en service en 1870. Ce qui est remarquable, c’est que dès sa construction, l’approche touristique a été prise en compte d’où cette magnifique partie de sentier, mais aussi l’aménagement du Belvédère et des plantations avec des essences très variées. Ces réalisations, dans un lieu aussi solennel, conçues alors que le monde culturel était encore dans la période du romantisme, ne sont pas surprenantes.

Depuis 2003, sans doute en raison de son âge, le barrage n’est plus mis en eau et sert comme écrêteur de crues. Ce qui est compréhensible pour la sécurité, mais dommage pour le paysage. Le plan d’eau, avec ses méandres était magnifique dans son écrin de forêt.

Au pied du barrage, des escaliers remontent les 52 mètres de dénivellation pour accéder au sommet de la digue.

Remonter la vallée à droite, donc en rive gauche, jusqu’à une intersection avec le sentier venant du village de Planfoy et dotée un panneau indicateur.

Prendre le sentier d’abord descendant puis, peu vallonné, qui va rejoindre la route venant de Planfoy. Le parking sis à cet endroit, est un départ possible pour cette randonnée ou pour d’autres...

Continuer sur la route, interdite aux véhicules après le parking, et qui descend jusqu’au Barrage du Pas-du-Riot.

Ce barrage a été mis en service en 1873. Pour des raisons de sécurité, la cote maximale a été abaissée. Aujourd’hui, la végétation colonise cette "délaissée".

Longer le plan d’eau jusqu’à la passerelle sur le Furan.

Le Furan aux eaux si pures et dont le destin est d’être canalisé pour traverser Saint-Etienne, et en ressortir avec une odeur nauséabonde. Il faut dire que la rivière a longtemps été utilisée comme égout. Aujourd’hui des collecteurs transportent 90% des eaux usées. Le Furan gardant les 10% restants. Ce qui suffit pour les odeurs.

Au niveau de la passerelle, un sentier forestier se dirige vers le Bessat et le Mont Pilat.

Pour cette randonnée, on redescend la vallée, longeant le plan d’eau en rive droite, jusqu’à la digue du barrage. Ne pas traverser la digue, mais prendre le sentier qui descend en lacets jusqu’à son pied, 31 mètres plus bas.

Au bout de 100m, on trouve une passerelle. Soit on continue tout droit, soit on franchit la passerelle. Les deux sentiers se rejoignent au niveau du barrage du Gouffre d’Enfer.

Le sentier du haut est plus forestier, le sentier du bas, longe ce qui était un plan d’eau et à donc perdu une partie de sa beauté.

Arrivé au barrage, faire quelque mètres sur la digue pour prendre le raide escalier qui mène au sommet du belvédère. Ne pas faire trop confiance aux rampes métalliques vieilles et soumise à des hivers rudes. Le Belvédère offre une vue plongeante sur les gorges et un balcon sur la voisine, la Roche Corbière, haut-lieu de l’escalade dans la région de stéphanoise avec une face de 120m de hauteur.

Revenu sur la digue, prendre en rive droite, le chemin qui descend dans une haute futaie avec notamment un bosquet de séquoias géants et ramène au parking en passant sous la Roche Corbière.

L’ascension de la Roche Corbière est difficile pour les randonneurs mais pas impossible. Il faut gagner un petit col au pied du versant Est. Un couloir permet de gagner le sommet. Il sert surtout de voie de descente aux grimpeurs.

Cette voie est raide. Un premier ressaut rocheux se surmonte facilement. Un second plus difficile et plus haut, patiné par les nombreux passages, nécessite des semelles adhérentes. La fin du couloir est moins difficile. Cette petite ascension est plutôt déconseillée.

Située au pied du village de Rochetaillée, cette randonnée peut se conclure par la visite des ruines du Vieux Château.

Galeries

D’autres itinéraires dans le Pilat

Vidéo par Salant

"Randonnée autour du barrage du Gouffre d’Enfer – Rochetaillée – Massif du Pilat" par Salant sur maTVpratique.com

Dernière modification : 16 mai 2018
Le Pilat

La carte du topo « Gouffre d’Enfer et Pas du Riot, Tour des barrages, Belvédère (831m) et Roche Corbière »

Ouvrir en grand !

Chargement de la carte en cours

Photos « Gouffre d’Enfer et Pas du Riot, Tour des barrages, Belvédère (831m) et Roche Corbière »

Le départ dans les gorges du Furan. Passage sous la Via Ferrata «Enfants». La première cascade. Le sentier en encorbellement, taillé dans la roche. La deuxième cascade. Passage sous la Via Ferrata «Adultes», ici la poutre. Dans les gorges du Furan. Arrivée au pied de la digue du barrage du Gouffre d’Enfer, haute de 52m. De la digue, vue sur le plan d’eau. Vide ou presque ! Vue plongeante sur les escaliers permettant d’accèder à la digue. La digue et le Belvédère, qui sera visité au retour. les méandres de l’ancien plan d’eau...  C’était magnifique ! Bifurcation, il faut prendre à gauche Après le parking, la route (interdite aux véhicules) descend vers le barrage du Pas-du-Riot. L’arrivée vers le barrage du Pas-du-Riot. La digue du barrage et le chemin en lacets pour le retour. Le plan d’eau. La passerelle sur le Furan au bout du plan d’eau. Le Furan, à l’eau si pure, transformé en égout en traversant Saint-Etienne. Le plan d’eau et la digue au fond. Le plan d’eau. Ruisseau affluent descendant du Pilat. Avec le vent, le plan d’eau semble scintiller de milliers d’étoiles. Epicéas géants de 50m. Dans les couleurs de la hêtraie. Autre méandre. Croyez-moi ! C’était si beau ! Le Belvédère. L’accès aménagé au Belvédère. Du Belvédère, vue sur la Via Ferrata «Adultes»... ...très frequentée. Du Belvédère, vue sur la  Roche Corbière, haute de 120m. Les séquoias géants... ...qui semblent fuir vers le ciel. Bien que certains pensent le contraire, il m’arrive de me sentir tout petit. La fissure Lamy, ma préférée, une Dülfer «technique». Au pied des 120m de la Roche Corbière. Village de Rochetaillée... ...les ruines... ...du... ...Vieux Château.