Grand Bérard (3046m) et La Chalanche (2984m) - variante printanière

Difficulté :
Alpinisme
Dénivelé :
1400m
Durée :
1 jour
La carte

Auteur : (Avertissements et Droits d'auteur)

Hors période d'estive, les vallons encaissés du massif du Parpaillon préservent leur quiétude. Partez à la découverte de la cordillère ceinturant le Grand Bérard. Admirez les hautes cimes de l'Ubaye sublimées par la neige de printemps.

Accès

Après Barcelonnette et Jausiers, prendre la direction de la Condamine-Châtelard. Au village, quitter la D.900 pour la D.29 qui monte à la station de Ste-Anne-la-Condamine.
Au hameau des Pras (1693m), prendre la route de la chapelle Sainte-Anne. L’asphalte s’interrompt mais la piste demeure carrossable. Continuer jusqu’au Pont du Bérard.

Précisions sur la difficulté

Précautions pour cette variante de printemps

Cette course nécessite :

  • Une maîtrise des techniques de cramponnage sur terrain mixte.
  • La connaissance des données nivologiques (coulées de neige fréquentes à cette saison).
  • Partir suffisamment tôt afin de profiter d’une meilleure qualité de neige.

Les difficultés techniques :

  • L’ascension finale du Grand Bérard passe par le franchissement de gradins délités (présence probable de névés tardifs et de verglas au mois d’avril).
  • La crête livrant l’accès au sommet de La Chalanche peut être émaillée de corniches.

Les infos essentielles

  • Cartographie : IGN TOP25 3538ET Aiguille de Chambeyron
  • Altitude de départ : 1840m
  • Altitude des points culminants :
    • Le Grand Bérard (3046m)
    • La Chalanche (2984m)
  • Distance de la boucle : environ 17km
  • Dénivelée cumulée : 1400m
  • Balisage : marques PR et cairns (lorsqu’ils ne sont pas recouverts par la neige)
  • Date de sortie : avril 2017

Itinéraire

Des conditions hivernales :

Les bâtons, le piolet et les crampons sont indispensables.
Casque pour la variante du couloir.

La cotation "alpinisme" est un garde-fou et les randonneurs les plus aguerris trouveront une belle occasion de s’exprimer.

Vers le Pas du Reverdillon

Pont du Bérard (1840m)
5h45, un départ matinal à la frontale.

Repérer un poteau directionnel. Gagner le Vallon du Bérard par un bon sentier.

Vers 2000m, je perds la trace qui passe en rive droite du Torrent du Bérard. Avec la neige, le sentier n’est déjà plus discernable.

Poursuivre au sud-ouest en longeant le torrent par une interminable traversée ascendante.

Je reste ébahi en regardant la route blanche qui s’allonge devant moi.

Vers 2300m, passer à droite d’un éperon rocheux par une montée plus franche.

  • Ne pas suivre l’itinéraire que l’on emprunte en période estivale.

Après un replat (alt.2450m), se rapprocher progressivement d’une ligne de crête rocheuse (versant plus ombragé).

Infléchir progressivement sa progression en prenant la direction du Pas du Reverdillon (nord-ouest).
Atteindre le Pas du Reverdillon et son poteau indicateur (2825m).

Acte 1- Ascension du Grand Bérard

Suivre la trace qui s’élève en face ouest du sommet. Le dévers est parsemé de névés. Çà et là, quelques plaques de verglas peuvent subsister.

La sente grimpe à gauche de l’arête en se rapprochant des contreforts rocheux. Atteindre la crête au pied d’un second ressaut.

Option du jour (facultative) : vers 2900m, il est possible de quitter la sente cairnée en lui préférant un couloir d’accès plus direct.
Quelques gradins rustiquement taillés dans le roc permettent d’atteindre l’arête supérieure (c’est raide - ambiance alpine).

Progresser le long d’une belle ligne de crête aérienne jusqu’au sommet du Grand Bérard (3046m).

Sinon : suivre une sente qui semble hésiter à trouver le sommet (nombreux cairns). Cet itinéraire, plus sage, est celui que je choisirai à la descente.

Acte 2- Ascension de la Chalanche

Rejoindre le Pas de Reverdillon.

Je ne m’y attendais pas !
Cette ascension s’est avérée plus compliquée que la précédente.

La ligne de crête se remonte aisément jusqu’au point d’altitude 2912m.

Peu après, l’ascension s’apparente à un mixte parfois délicat. N’étant pas assuré, la présence de corniches instables m’obligent à quitter l’étroite crête pour le dévers nord qui flirte avec les 40°.

  • En présence de corniches, il est donc préférable de gagner le sommet de la Chalanche par son arête nord-ouest.

J’arrive enfin sur la cime en bougonnant. La neige s’est ramollie et je me dis que j’aurais du commencer par ce sommet.
Une petite erreur de scénario qui m’oblige à "piocher" sur les 100 derniers mètres de l’ascension.

La vue du sommet de la Chalanche m’éblouit, et je savoure ce moment de bonheur unique.

Le retour par le Vallon du Parpaillon

  • On peut choisir de revenir par le Vallon du Bérard, mais il est préférable de poursuivre l’aventure en bouclant par le Vallon du Parpaillon.
    Outre la découverte de nouveaux paysages, le Vallon du Parpaillon propose une neige plus agréable. Il est, de par sa situation géographique, plus tardivement exposé au soleil.

Piquer dans la face nord-ouest de la Chalanche (pente assez raide).

Poursuivre en gardant pour point de mire le fond du Vallon de Parpaillon (toujours au nord-ouest).

Passer à proximité de la Cabane du Petit Parpaillon (2148m).

Gagner le magnifique Plan de Parpaillon (ruines). La neige s’est provisoirement retirée... "Où va le blanc quand fond la neige ?"

À la Cabane du Grand Parpaillon (2031m), on retrouve un bon chemin (Le Pra Sautan).

  • On peut également emprunter le GR6-GR56

Au niveau d’un virage en épingle à cheveux (1929m), quitter le chemin forestier pour un sentier rejoignant l’itinéraire emprunté à la montée... la boucle est bouclée !

Dernière modification : 10 juin 2018
Grand Bérard (3046m), tour et ascension

La carte du topo « Grand Bérard (3046m) et La Chalanche (2984m) - variante printanière »

Ouvrir en grand !

Chargement de la carte en cours

Photos « Grand Bérard (3046m) et La Chalanche (2984m) - variante printanière »

Le Vallon du Bérard au petit matin. Premiers rayons de soleil. Vers 2300m la pente se redresse. La belle pente. Contreforts rocheux du Grand Bérard. Dans la pente. Vue Rétro... Le Pas du Reverdillon. L’arête du Petit Parpaillon. La chalanche et sa robe blanche. Sur la première arête. Le couloir (variante plus directe). Sur la crête vers le sommet visible. Vue du côté de l’Aupillon. Le sommet et son repère géodésique. La Chalanche m’attendra encore un peu... La belle face nord-ouest sera bientôt descendue. De nouveau sur la crête. Névés tardifs lors de la descente du Grand Bérard. Vue sur la Grande Epervière. Dévers délicat pour éviter les corniches. Du sommet et sa belle vue au sud.. Dans le Vallon du Parpaillon. Très beau vallon. Agréable prespective du vallon de Parpaillon. Le chemin du retour retrouve la neige. Tête de Siguret... pour la carte postale !