Grand Queyras (3114m)

Difficulté :
Difficile
Dénivelé :
1050m
Durée :
1 jour

Ascension hors sentier avec une arête finale qui demande légèreté et finesse dans le mouvement, mais aussi le sens de l'itinéraire pour ne pas s'égarer dans des passages de roches croulantes. – Auteur :

Accès

Prendre la route du Col Agnel, traverser Fontgillarde, on passe à côté du grand parking du Pont de Lariane situé sur la droite. 1 km plus loin, se garer à droite, au petit parking près d’une bergerie, vers un panneau d’information.

Précisions sur la difficulté

  • Arête sommitale détritique.
  • Au fil des années, la fréquentation du sommet augmentant, une sente cairnée apparaît jusqu’à l’arête

Les infos essentielles

  • Carte : IGN TOP25 3637OT
  • Départ : 2073m
  • Distance : 7 Km
  • Heure de départ : 7h30
  • Sommet : 10h00

Itinéraire

Ouvrir en grand !

Chargement de la carte en cours

Ascension

Traverser la route et remonter le Vallon de l’Aiguillette en rive gauche du Riou du Pasquier. On arrive sur un plateau peu incliné. Traverser ce plateau et se diriger vers l’est par des pentes raides, pour aboutir sur l’arête nord-ouest du Grand Queyras, entre la Brèche de l’Aiguillette et le sommet au point 3016m.

Arrivé sous la crête, je fais fuir toute une harde de chamois. Ils dévalent en versant Est si vite, qu’arrivé moi-même sur la crête, ils auront disparu.

Plusieurs traces mènent au sommet en suivant l’arête, sur le fil ou légèrement en contrebas, souvent en versant Est pour contourner des parties plus délicates. Sans jamais être difficile, cette arête peu inclinée, donne tout son sens à des mots comme détritique, instable ou à des expressions telles que rocher pourri ou encore rocher m...ique.

Panorama un peu gâché par les passages nuageux, semblable à celui du Pic Foréant tout proche. Le Mont Viso dominant tout le paysage.

Descente

Par le même itinéraire.

Notes personnelles

  • Il est surprenant de ne pas trouver un bon sentier d’approche sur une montagne élevée, portant le nom du massif, d’un accès facilité par la proximité de la route du Col Agnel et qui de plus présente une ascension au dénivelé raisonnable. Peut-être à cause de la qualité du rocher de l’arête finale.}
  • Je n’étais pas très chaud pour faire cette ascension très proche, trop proche du Pic Foréant et au panorama semblable. Oui mais voilà, la météo annonçait le passage d’une perturbation atténuée. J’ai donc visité cette montagne, réservant les journées plus lumineuses pour des ascensions dans d’autres secteurs du Queyras.

Variante

  • Une suggestion d’André
  • Mise à jour 03/01/2014
  • Approche

Poursuivre sur la route en direction du col Agnel sur environ 1400 mètres. Prendre à gauche une piste de terre et se garer vers l’Oratoire de Notre-Dame du Berceau, alt. 2160m.

  • Ascension

Continuer la piste en direction de la bergerie. Si les moutons sont dans leur enclos, contourner le troupeau (et les patous) par le nord-ouest.

Remonter le terrain herbeux puis le pierrier jusqu’à la crête où l’on rejoint l’itinéraire qui mène au sommet.

Dernière modification : 16 mai 2018
Le Pain de Sucre (3208m)

A propos

Auteur de ce topo :

Randonnée réalisée le 5 août 2006

Topo publié le 28 mars 2010

(Avertissements et Droits d'auteur)

Commentaires

Afficher les commentaires précédents (4).
  • par guyLe 19 septembre 2011 à 09h39

    c’est absolument merveilleux ! il n’y a pas d’autre mot.merci à toute l’équipe

  • par Le 1er janvier 2014 à 22h15

    Il est possible de se garer sous la chapelle Notre-Dame du Berceau pour atteindre une bergerie à 2380m puis monter dans l’herbe direction Nord Est pour rejoindre la crête de Roche Rousse au niveau où elle cesse d’être rocheuse (2700m). De là, remonter un terrain d’abord herbeux puis pierreux ( et instable) pour atteindre la crête à 3025m. Cet itinéraire permet de gagner 90m de dénivelée et débuter la rando par un bon chemin. Néanmoins, le pierrier est plus long...

  • par Le 2 janvier 2014 à 00h56

    Bonjour André,
    Je peux éventuellement rajouter un paragraphe sur cette variante de départ qui peut être intéressante. Si on passe vers la bergerie, il pourrait y avoir des patous. Sur un itinéraire peu fréquenté, ils peuvent inquiéter plus d’un randonneur. Pour un gain de 90m de D+, cela vaut-il la peine d’aller les tenter de faire une bétise ? Qu’en penses-tu ?
    alain

  • par Le 2 janvier 2014 à 21h27

    En fait, il y a un bien un troupeau à cette bergerie mais tôt le matin, ils sont encore dans leur enclos et lors de la descente en début d’après midi, ils sont en général assez éloignés de la bergerie. Par précaution, quitter le chemin 200 m (à plat) avant la bergerie et monter directement dans l’herbe...

  • par AndréLe 28 juillet 2017 à 18h13

    Sommet gravi pour la quatrieme fois aujourd hui. Beau panorama mais un peu bouché vers le nord. En ce qui concerne la montée il y a des vaches en dessous de la bergerie. Pas de moutons ni de patous dans ce secteur mais attention les troupeaux sont mobiles. Il y a maintenant un sentier cairné et relativement facile à suivre pour atteindre la crete. Ce sentier etait moins trace il y a quelques annees

  • par Le 28 juillet 2017 à 18h22

    Bonjour André
    Merci des infos.

Chargement en cours Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Astuce : Si votre commentaire est long, aérez-le en créant des paragraphes. Pour cela, il suffit de laissez une ligne vide entre ceux-ci !