Abonnez-vous à notre newsletter !

Grand tour du Chambeyron, entre la France et l’Italie

Difficulté :
Difficile
Dénivelé :
5300m
Durée :
3 jours et plus

Un trek de 5 jours en boucle entre Mercantour et Ubaye, tantôt en France tantôt en Italie. Un bel itinéraire dans un massif sauvage avec une multitude de lacs pour poser sa tente et de nombreux cols pour ne pas s'ennuyer et admirer la vue ! – Auteur :

Accès

Après Barcelonette, continuer sur la D900, traverser Jausiers et Meyronnes et une fois arrivé à Larche, se garer sur le chemin à gauche après le pont.

Publicité

  • Tentes de rando
  • Sacs de couchage
  • Chaussures de rando
  • Sacs à dos

Précisions sur la difficulté

Un trek soutenu, avec des distances et un dénivelé assez importants chaque jour. Pour les randonneurs moins entraînés, je recommanderais de rajouter un jour. Certains passages, notamment certains cols en Italie sont assez raides et exposés, et nécessitent d’avoir le pied sûr.

Nous avons effectué ce parcours en autonomie complète avec tente et nourriture. Par conséquent nos sacs étaient très lourds (20kg pour ma part avec le matos photo et l’eau lorsque nous sommes parties !).
Il y a quelques solutions d’hébergement gardés sur le passage (à Chiaperra notamment et le refuge de Chambeyron) mais nos étapes n’en tenaient pas compte.

Les infos essentielles

  • Carte IGN : TOP 25 n° 3538 ET - Aiguille de Chambeyron, Cols de Larche et de Vars (Alpes) et la carte du Val Maira pour la partie en Italie
  • Altitude minimale : 1698 m
  • Altitude maximale : 3151 m
  • Distance : environ 70 km
  • Horaires : comptez 5 jours de marche (bons marcheurs)
  • Balisage : cela dépend des jours : en France GRP Tour du Chambeyron (rouge/jaune) en partie

Itinéraire

Ouvrir en grand !

Chargement de la carte en cours

Jour 1 : Larche - Lago di Roburent

  • Par le lac de l’Orrenaye et le col de Roburent
  • 11km
  • 1100m de D+
  • Bivouac au Lac de Roburent

Départ de Larche en milieu d’après-midi, avec pour objectif d’arriver au lac de Roburent avant le coucher de soleil. Nous garons la voiture sur le chemin à gauche après le pont avant la sortie du village.

Après quelques centaines de mètres sur le chemin principal, au premier panneau, on emprunte un sentier plus raide, en direction du col de la Gipière de l’Oronaye. Le chemin est bien balisé, nous suivons lors de cette première étape le GRP du Tour de l’Oronaye. Pendant la première partie du parcours, il faut longer le Riou de Rouchouse jusqu’à une intersection avec un chemin qui mène d’un côté au col des Monges et de l’autre au col de la Gipière. On emprunte donc ce deuxième chemin et on laisse donc le Riou du Rouchouse.

S’ensuit une partie assez plate, on passe à côté de la cabane de la Montagnette puis on monte un peu pour atteindre enfin le col de la Gipière de l’Oronaye à 2482 m.

Le sentier redescend ensuite d’environ 100 mètres de dénivelé négatifs. On passe à côté de la bergerie de l’Oronaye et d’un petit lac sans nom, avec une très belle vue sur la Pointe de la Signora lorsqu’on se retourne. après une courte remontée, on atteint le joli lac de l’Oronaye.

Pour continuer, il est possible de prendre le chemin qui descend au lac puis qui remonte ou bien de le longer un peu en hauteur. Ces deux chemins vous permettront après une nouvelle montée d’arriver au col de Roburent (2503m), qui marque le passage en Italie. Une courte descente vous emmènera enfin au bord du très beau lac de Roburent (ou Lago di Roburent) où nous avons passé la première nuit.

Jour 2 : Logo di Roburent - Lago Visaisa

  • Par le colle della Scaletta et le Colle d’Enchiausa
  • 14km
  • 1300m de D+
  • Bivouac au Lac de Visaisa

Nous longeons le matin le lac de Roburent sur sa rive gauche puis nous quittons ensuite le sentier principal qui se dirige vers les autres lacs de Roburent (lago Mediano et Lago Inferiore) pour emprunter un petit sentier qui part en perpendiculaire vers la gauche vers le colle della Scaletta à 2614m (chemin balisé par des cairns qui devient plus évident au fur et à mesure que l’on approche du col et qui se devine très bien d’en bas).

De là, il est possible de réaliser l’ascension du Monte Scaletta (2840m). Le chemin est indiqué peu après le col. Nous ne l’avons pas faite, car un peu pressées par le temps mais il semblerait que de là haut on puisse voir les deux autres lacs de Roburent.

Après une petite descente, nous passons le Passo dell’Escalon puis s’ensuit une longue descente qui emprunte le sentiero Roberto Cavallero pour rejoindre une civilisation partielle. Nous passons en effet à proximité d’une route et du Rifugio di Viviere.

Il faudra ensuite couper à gauche avant la Punta Gora. Le chemin indique le Colle Dell’Enchiausa et c’est cette direction que nous suivrons dorénavant.

La montée au col est d’abord douce et régulière et devient sur la fin assez pénible avec des passages de pierriers raides et des névés persistants sur la partie finale. De plus, la montée finale au col s’effectue en deux temps, avec une sorte de cuvette qui cache la partie finale qui est assez costaude. Les névés étant bien présents mi-juillet dans la "cuvette" avant le col qui ne doit que très peu prendre le soleil, nous sommes passées à flan de la pente sur la droite dans les éboulis, par une sente déjà empruntée mais sur un sol assez instable, au lieu de passer directement dans le névé (ce qui semble être la sente "officielle").

Arrivées au Colle Dell’Enchiausa (2736m), nous sommes complètement dans le brouillard et nous ne nous attardons pas. Nous entamons donc la longue et fatigante descente sur le pierrier.

Après avoir longé sur la droite le Lago Apsoi, nous arrivons enfin une heure plus tard en contre haut du Lago Visaisa, notre lieu de bivouac pour la 2ème nuit. Pour y descendre nous avons emprunté une sente qui n’est pas indiquée sur la carte. Elle part sur la gauche et descend de façon assez raide en direction du lac peu après la fin de la forêt. Nous avons longé le lac sur sa rive gauche et avons finalement trouvé un emplacement de bivouac tout indiqué, plat, près de l’eau et protégé du vent par de gros blocs rocheux.
À noter : la présence le soir de nombreux moustiques près du lac !

Jour 3 : Lago Visaisa - Lac de Marinet

  • Par le col de Mary,
  • 19km
  • 1500m de D+ (avec le détour par les lacs du Roure)
  • Bivouac au Lac de Marinet

Le 3ème jour, c’est la plus grosse étape, alors on essaie de partir tôt du bivouac. On repart du Lago Visaisa en empruntant le chemin par lequel nous étions passées la veille pour rejoindre le chemin balisé du GTA. Il y a ici un très beau point de vue sur les sommets environnant et notamment Auto Vallonasso (2 885m), c’est assez grandiose ! A partir de là, ce sera un bon bout de descente dans la forêt en restant sur le GTA.

Nous avons fini par rejoindre la route jusqu’au camping Sorgenti del Maira (où nous en avons profité pour jeter nos poubelles) mais il est possible d’éviter de descendre jusqu’au camping en coupant à gauche via une sente indiquée sur la carte (la trace passe par là sur le GPX que j’ai fourni).
Ensuite, il s’agit de plus où moins longer la route en restant dans la forêt. Au bout d’un moment, le chemin rejoint la route et on passe à côté du village de Chiappera. Nous n’avons pas traversé le village, nous nous sommes seulement arrêtées dans un bar pour boire un coup et prendre un glace mais j’imagine qu’il doit y avoir une épicerie d’ouverte en été dans le village...

On continue un moment sur la route, jusqu’à une intersection qui indique le refuge "Campo Base" sur la gauche. On continue tout droit et la route devient alors un chemin carrossable que l’on va suivre pendant un long moment. À la prochaine intersection, il est possible de s’aventurer un peu sur le sentier Dino Icardi pour observer une belle cascade. Si vous ne choisissez pas cette option, alors il suffit de continuer tout droit, toujours sur ce chemin qui devient assez raide et que l’on va suivre jusqu’à la "Grange Ciarviera".

À partir de là, on va quitter le chemin carrossable (qui continue en lacet à gauche) pour prendre une sente moins large qui part légèrement sur la droite et passe derrière la Grange Ciarviera. On passe à droite de la Grande Collet et on récupère le chemin large qu’on avait laissé juste avant (en fait il s’agit d’un raccourci qui permet d’éviter de faire le lacet du chemin large, mais au final, le sentier emprunté le rejoint).

On quittera définitivement le chemin large au croisement avec le chemin qui part à droite vers la Grange Seimandi. On partira nous sur le sentier Roberto Cavallero qui part légèrement à gauche pour retrouver un environnement plus sauvage. Il suffit à partir de là de continuer tout droit sur un sentier parfois peu marqué dans l’herbe mais comme c’est tout droit, c’est assez évident. Le sentier est plat pendant un bon moment et peu après le Lago della Sagna del Colle le sentier remonte jusqu’à atteindre le col de Mary (ou col de Maurin) à 2641m qui marque la frontière franco- italienne.

À partir de là, nous avons fait le choix de faire un détour par les lacs du Roure (compter environ 1h en plus pour faire ce détour et très peu de dénivelé en plus). Ce détour est relativement facile et vaut le coup mais comprend une partie de hors sentier. Il est tout à fait possible de continuer tout droit sur le sentier principal. Pour retourner sur le sentier principal du GRP Tour du Chambeyron après avoir fait le tour des lacs, il suffit de suivre le lit de la rivière (qui peut être à sec) en descendant.

Peu de temps après avoir retrouvé le sentier principal , on passe à côté de la Bergerie Supérieure de Mary puis on arrive à une intersection. On laisse le chemin qui redescend directement sur Maljasset à droite pour continuer à gauche toute en direction des lacs de Marinet (ils ne sont pas indiqués sur les panneaux). Il s’agit là des derniers mètres de dénivelés de la journée (un peu plus de 200 mètres de dénivelé à faire quand même, après la distance et le dénivelé déjà effectués, c’était pas facile !).

En haut, on est rapidement récompensé de notre effort par la vue sur l’Aiguille de Chambeyron (3412m) et après avoir passé un premier lac de Marinet puis le refuge bivouac de Marinet, on arrive devant le lac principal avec un panorama très esthétique du lac et de l’Aiguille Large de Mary (2857m) lorsque l’on continue un peu sur la rive droite.

Nous avons posé notre tente à l’autre bout du lac où la vue sur l’Aiguille de Chambeyron est également très belle même si les emplacements de bivouac sont peu confortables.

Jour 4 : Lacs de Marinet - Lac Premier

  • Par le col de Marinet, le colle del Ciaslaras, le colle dell’Infernetto et le col de la Gypière
  • 11,5km (sans l’ascension de la Tête de la Fréma)
  • 1000m de D+ (+200m pour l’ascension de la Tête de la Fréma)
  • Bivouac au Lac Premier

Le jour 4 est moins exigeant et moins long sur le papier, mais il ne faut pas se fier au dénivelé et à la distance ! Les cols italiens sont très costauds et assez expo. Ce n’est peut-être, peut-être pas le jour avec le plus de dénivelé mais c’est clairement la partie la plus technique.

Le matin on laisse donc le lac de Marinet en direction du col de Marinet (2784m) qui marque à nouveau le passage en Italie. Une fois le col passé, le chemin continue à niveau sur la droite dans le pierrier. À noter que sur cette partie du trajet nous avons rencontré de nombreux névés mi-juillet.

La pente finale pour arriver au colle del Ciaslaras (2948m) est assez raide et exposée dans les éboulis, il faut avoir le pied sûr, notamment quand on a un sac lourd. Heureusement, nous n’avons pas rencontré de névé dans la pente. Une fois le col atteint, il faut redescendre. La descente aussi est relativement raide dans des éboulis parfois glissants et sollicite pas mal les genoux.

On continue ensuite dans le Vallone dell’infernetto pour ensuite remonter au Colle dell’infernetto. Ce col aussi est impressionnant et exposé. Arrivées à la moitié de la montée du col environ il faut prendre à droit, monter quelques marches en bois installées et s’aider des cordes installées pour évoluer. À partir de là, le chemin est évident et ponctué de cordes pour s’aider. C’est assez aérien, il faut être vigilant. Autant vous dire qu’en montant ce col, on s’est dit qu’on avait fait le bon choix en choisissant de passer ce col dans ce sens là. À la descente, avec le poids des sacs, ça aurait été une autre paire de manche... Heureusement, la descente dans ce sens est plus aisée que la montée.

On suit d’abord le chemin qui continue à niveau (le sentier Dino Icardi) pour ensuite redescendre. À noter que le chemin n’est pas toujours aisé à suivre à partir de là, car il est souvent dans le pierrier, alors il faut bien viser les marques.

On passe à proximité du lago delle Finestra puis on passe également côté du bivacco Barenghi (où il est possible de passer la nuit) situé juste à côté du lago Vallonasso. A partir de là, c’est de début de l’ascension du dernier col de la journée, le col de la Gypière (2948m), qui marque à nouveau le passage en France. Ce col n’est pas particulièrement technique contrairement aux deux précédents.

En haut, on peut choisir de pousser jusqu’à la Tête de la Fréma (3151m), via un chemin qui part sur la droite (compter 200m de dénivelé supplémentaires). C’est ce que j’ai fait, en laissant mon sac en bas, au col. La vue en haut du col est magnifique et vaut vraiment le détour ! Le chemin pour y arriver n’est pas particulièrement difficile, si on tient compte des cols précédemment parcourus. Si vous avez le temps, je vous recommande chaudement ce col !

Une fois revenu au col, le reste du parcours s’effectuera en descente et le chemin est évident et très bien balisé sur le GRP Tour du Chambeyron. On passe d’abord à proximité du lac des Neuf Couleur (mais y descendre nécessite néanmoins un détour) puis nous longeons le lac Long pour finalement arriver au refuge du Chambeyron, qui se situe à côté du lac Premier à côté duquel nous planterons la tente pour la nuit, avec une très belle vue sur le Brec de Chambeyron.

Jour 5 : Lac Premier - Larche

  • Par le Pas de la Couleta, le col du Vallonnet et le col de Mallemort
  • 12km
  • 680m de D+

Le matin nous rejoignons la rive gauche du lac et nous le contournons (nous avions bivouaqué la rive droite) jusqu’à rejoindre à nouveau le GRP Tour du Chambeyron qui longe le lac et qui remonte jusqu’au Pas de la Couleta.

À partir de là, on descend dans le très joli Vallon des Aoupets puis arrivé à un croisement, nous prenons à gauche en direction du col du Vallonnet (2524m). La montée est relativement douce et nous arrivons assez vite au col, à proximité du lac du Vallonnet supérieur puis peu après, le lac du Vallonnet inférieur.

Au prochain croisement, on continue en direction du col de Mallermort, puis le chemin nous mènera sur la route militaire de Viraysse. en suivant cette route, on arrive de façon évidente aux baraquements de Viraysse puis en continuant sur un chemin qui remonte derrière les baraquements, on atteint facilement le col de Mallemort (2558m).
De là, il est possible de monter jusqu’à la Batterie de Viraysse, au prix de 200m de dénivelé supplémentaires. Nous avons préféré redescendre car un peu pressées par le temps.

La descente jusqu’à Larche est évidente et à vrai dire assez pénible (il faisait très chaud en plus quand nous sommes passées). Il s’agit de lacets évidents mais casse patte jusqu’au moment où nous rejoignons le chemin par lequel nous étions passées à l’aller. Quelques lacets supplémentaires nous ramènent sur le chemin principal via lequel nous rejoignons facilement notre voiture. C’est la fin de 5 jours de voyage exigeants mais magnifiques !

Dernière modification : 2 octobre 2019
Tour des Aiguilles de Chambeyron

Sensibilisation

Pour une montagne plus propreLe milieu que vous allez traverser durant cette randonnée est fragile. Faites attention à la flore et ne dérangez pas la faune locale. Rapportez vos déchets chez vous et ramassez aussi ceux que vous trouverez. Vous soutiendrez ainsi le mouvement KeepTheMountainsClean

A propos

Auteur de ce topo :

Randonnée réalisée le 17 juillet

Topo publié le 29 septembre

(Avertissements et Droits d'auteur)

Commentaires

Afficher les commentaires précédents (6).
  • par Le 2 octobre à 00h36

    Voilà une bien belle balade, les paysages sont somptueux, les images juste superbes, certaines très très belles, beau coup d’œil bravo et merci de nous en faire profiter ! :-)

  • par MilwaukeeLe 2 octobre à 06h54

    Merci beaucoup ! :)
    Ça m’aura pris un peu de temps pour le publier celui là !

  • par Le 2 octobre à 10h38

    Absolument sublime.
    Un topo qui fera date sans nul doute.
    Des photos d’une rare qualité, des paysages à couper le souffle pour une mise en valeur de ce fabuleux massif qu’est l’Ubaye.
    Merci pour ce voyage qui me rappelle quelques excellents souvenirs !

  • par Le 2 octobre à 14h39

    Magnifique ! Parcours et photos... Merci

  • par Le 2 octobre à 17h46

    Et mer**, plus jamais je n’oserai prendre des photos de mes randos pour les topos !!

    Paysages et photos : sublimes, rien d’autre à dire !

  • par Le 2 octobre à 20h17

    Waouh magnifique ! bravo pour ces photos ! Quel est le type d’appareil ?

  • par Le 3 octobre à 08h04

    Un reportage photo d’une qualité exceptionnelle... des photos plus belles les unes que les autres, et bien évidement un superbe itinéraire dans notre belle vallée !

  • par Milwaukee_jLe 3 octobre à 12h12

    Un grand merci à tous pour vos gentils commentaires qui me font super plaisir et qui me donnent envie de poster de nouveau topo !
    D’ailleurs je pars ce soir pour un tour du Viso revisité de 6 jours ! Topo à suivre donc :)

Chargement en cours Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Astuce : Si votre commentaire est long, aérez-le en créant des paragraphes. Pour cela, il suffit de laissez une ligne vide entre ceux-ci !