Grun de Chignore (1074m) et forêt d’Ayguebonne

Difficulté :
Moyen
Dénivelé :
350m
Durée :
1 jour

Petite montagne située au nord des monts du Forez, au cœur d'une immense forêt. Éloignée des grands centres urbains, elle est méconnue et peu fréquentée. Trônant au-dessus de la forêt le sommet offre un beau panorama sur la Limagne les monts Dores et les monts Dômes. Les chaos granitiques, les maisons forestières isolées et les vestiges d'une occupation préhistorique sont pittoresques. – Auteur :

Accès

Départ du col du Pertuis situé sur la D 42 qui relie les villages de Vollore-Montagne et de Viscomtat.

Petit parking au col.

Itinéraire

Ouvrir en grand !

Chargement de la carte en cours

Carnet de route

  • Carte : Série Bleue 2731 O au 1:25000
  • Tracé IGN
  • Départ : 948m
  • Point bas : 935m
  • Distance  : 13,5 Km
  • Horaire : 4/5h00

Balisage

  • Quelques panneaux directionnels

Difficulté

  • Aucune

Ascension

Du parking, prendre la petite route à l’ouest, à gauche en venant de Vollore-Montagne, panneau Les Raillères et Forêt d’Ayguebonne.

Juste avant le hameau des Raillères, on arrive à une bifurcation, prendre à droite.

La petite route effectue une courbe, rentre dans la forêt et devient une piste.

Laisser un chemin qui monte de la gauche et continuer la piste.

On arrive au carrefour de la cote 1038m, continuer tout droit, sud-ouest.

La piste descend, on atteint un carrefour avec une piste montant de la gauche. Prendre à droite, ouest.

On atteint un nouveau carrefour à la cote 981m. Continuer tout droit, ouest, en laissant à droite la Route Badière.

On arrive à la bifurcation Le Naud-Ayguebonne. Prendre à droite, panneau Ayguebonne. A gauche, panneau Le Naud, sera le chemin du retour.

Continuer la piste jusqu’à la Maison Forestière d’Ayguebonne qui se situe à gauche.

Dépasser la MF, quitter la piste et prendre un sentier à droite qui passe devant un petit bâtiment annexe.

Le sentier monte dans la forêt. A une intersection, prendre à gauche. Le sentier descend un peu pour rejoindre la Maison Forestière du Naud et une large piste.

  • Un sentier découverte débute à cet endroit

Franchir la barrière et continuer cette piste, sud-ouest, qui va contourner, par le sud, en balcon le Grun de Chignore.

On arrive à une bifurcation. Prendre à gauche jusqu’au pied du chaos granitique.

  • On peut gravir le plus haut rocher, attention, glissant si humide
  • On peut longer la base du chaos, petit panneau de balisage "Le secret de lumière", remonter une vague trace dans les rochers et atteindre la crête rocheuse.
    On trouve un panneau d’interprétation et une table d’orientation

Revenir à la bifurcation.

Prendre à gauche, nord-est, si on vient du chaos rocheux, à droite, nord-est si on n’a fait pas le détour.

On rejoint le Chemin de Ronde à la bifurcation ouest. Prendre à gauche, on reviendra par la droite.

On contourne le Grun de Chignore par le nord. On arrive à la bifurcation est.

Prendre le chemin de droite qui monte dans la forêt.

On atteint un replat dans la forêt, continuer le chemin jusqu’au terme de la partie horizontale.

Une sente discrète part alors à droite. Elle sort de la forêt et traverse la lande sommitale.

Le sommet est surmonté d’une croix métallique et offre un panorama à 360° sur cette région particulièrement boisée.

Descente

Revenir à la bifurcation est du Chemin de Ronde.
Prendre à droite et le continuer jusqu’à la bifurcation ouest du Chemin de Ronde.

Revenir par l’itinéraire de l’aller jusqu’à la MF du Naud.

De la MF, suivre la piste de droite, nord-est (on est arrivé en ce lieu par un chemin à gauche) jusqu’à la bifurcation Le Naud-Ayguebonne.

La suite s’effectue par la piste prise à l’aller.

Informations

Dernière modification : 20 juillet 2018
Vimont ou le Pic Pelé (1348m), Monts du Forez

A propos

Auteur de ce topo :

Topo publié le 3 novembre 2014

(Avertissements et Droits d'auteur)

Commentaires

Afficher les commentaires précédents (7).
  • par Le 17 janvier 2015 à 22h36

    Bonsoir Alain. Complément d’enquête.

    Je ne sais pas si c’est la même "Pierre de l’Homme" :
    http://escotal.voila.net/image_recherche/grun/pierredelhomme.jpg

    • Extrait de "Vollore et ses environs" - Abbé Guélon -1890.
      " Le Grun de Chignore n’est pas moins intéressant pour l’archéologue. Grâce aux recherches des savants, et en particulier aux études et aux fouilles faites en ces derniers temps par le docteur Félix Planat (*), il est démontré aujourd’hui qu’aux temps les plus reculés, les premiers habitants de l’Auvergne avaient établi au sommet de Chignore une ou plusieurs stations importantes.
      1° Ce plateau a été habité et fortifié. Sur le sommet, vers le midi, c’est-à-dire à l’exposition la plus chaude, au pied du roc Mouthey, existe un mur de circonvallation en pierres sèches ; plus bas on découvre d’autres murailles ; en différents endroits on voit de la cendre et des débris de charbons mêlés à la terre. L’incendie, selon toute apparence, détruisit, à différentes époques, les habitations élevées ça et là sur ces sommets.
      2° Ce qui est le plus frappant, ce sont certains monuments que l’on trouve sur la montagne ou dans ses environs. Dans une Note archéologique sur le Grun de Chiniore, publiée en 1874, notre savant compatriote affirme que, " parmi les " sommets qui forment la chaîne granitique séparant l’Auvergne " du Forez, il n’en est pas de plus intéressant au point de vue géologique… " ; et il parle de sept pierres - autels qu’il aurait découvertes sur ces cimes.
      Sans toucher aux questions si controversées parmi les savants, touchant l’origine et la destination des monuments désignés sous les noms de pierres celtiques, pierres druidiques, pierres gauloises, dolmens, menhirs, etc. , questions qui ne sont pas de notre compétence et dont nous n’avons pas fait une étude spéciale, notre rôle d’historien nous oblige à parler d’un de ces monuments à cause de son importance. En voici la description :
      " Au-dessus de l’arête qui domine le contrefort sur lequel est bâti le bourg de Vollore-Ville, on aperçoit un rocher volumineux désigné de temps immémorial, par les gens du pays, sous le nom de La Pierre - de - l’Homme. Sa forme est celle d’un cube irrégulier, dont la hauteur est de trois mètres sur deux de largeur. Une fissure verticale partage cette pierre en deux portions égales. L’écart entre les deux fragments varie entre 10 et 20 centimètres. Sur la surface du plus petit on remarque deux excavations bien évidemment de main d’homme.
      L’une est un trou parfaitement hémisphérique de 0m35 de diamètre et à surface polie ; l’autre, une sorte de gorge évidant la face orientale du cube qui représente exactement en creux un cylindre à bout arrondi, coupé dans le sens de son axe et long de 0m25. Cette gorge est à 0m07 de la cuvette. Le petit intervalle qui les sépare est légèrement déprimé, disposition qui semble avoir été intentionnelle en vue d’établir une communication entre les deux excavations. Si, en effet, la cuvette est remplie d’eau, celle-ci coule toujours par le point évidé pour tomber dans le milieu du trajet de la gorge. La pierre de l’homme repose sur un piédestal naturel. ..

    (*) Note. Le docteur Félix Planat a écrit (" Note archéologique sur le Grun de Chi(ni)ore" - 1874) :
    "Du côté de la vallée, sa hauteur est de 12 mètres ; elle est moindre aux autres aspects. C’est précisément par ce point le plus élevé que la face supérieure du monolithe est accessible, ce qui, sans aide, ne laisse pas d’être assez périlleux."
    Les excavations de la Pierre de l’Homme :
    http://escotal.voila.net/image_recherche/bassin/homme1.jpg

  • par Le 17 janvier 2015 à 23h15

    Merci pour tes recherches. J’avais la photo et le site est en lien dans le § informations.
    Je pense que c’est bien le rocher que j’ai photographié. Je n’en suis par certain car l’angle n’est pas le même, la végétation a poussé et j’ai, en ce moment, un pb de vision qui me fait voir double et c’est difficile de repérer les petits détails identiques.
    J’y retournerai certainement, à VTT, cette fois.

  • par Le 18 janvier 2015 à 22h39

    Bonsoir Alain. Au sujet de ta photo 41.

    L’explication du "grun" tourne toujours autour d’une étymologie germanique
    ("grün" = vert en allemand).
    On trouve le nom en tant que toponyme, oronyme, patronyme.

    Toponyme :
    village de Grun (commune de Saint-Vincent au Val d’Aoste) : pour les
    habitants, cela veut dire vert, verdoyant, forêt de moyenne ou haute
    montagne. Nom attesté sur les cartes depuis le XIIIe siècle ;
    Grunenwald (Gronwald, Grunevald, ...) : fréquent en Alsace-
    Lorraine, signifiant "le bois vert" ;
    Grunstein : en allemand "le rocher vert" (ou verdoyant).

    Oronyme :
    Grun de Saint-Maurice entre Champsaur et Valgaudemar (05). 2775m,
    sommet plus ou moins recouvert de pelouse (il mérite d’ailleurs une
    randonnée, qui plus est en traversée).

    Patronyme :
    Grunfelder (notamment dans le Haut-Rhin) :celui qui habite un
    lieu-dit Grunfeld (= le champ vert).
    Grun : nom de famille alsacien et lorrain, signifie vert, peut
    aussi avoir le sens de jeune, vigoureux.

  • par Le 18 janvier 2015 à 23h23

    Bonsoir hereme,
    Merci pour la recherche.
    J’avais pensé à cette origine germanique, mais ici, dans cette région, cela m’avais surpris.
    J’avais oublié le Grun de de Saint-Maurice, pourtant bien connu.

  • par josieLe 12 juin 2015 à 16h25

    hello,je suis déjà allée au grün de Chignore il y a quelques années en partant du camping de Vollore.J’avais beaucoup aimé et je repars en Auvergne la semaine prochaine pour le refaire avec deux copines mais je n’avais plus le circuit. merci beaucoup

  • par Le 12 juin 2015 à 18h26

    Très bien le Grun de Chignore. C’est pas l’endroit où l’on sera dérangé par une foule bruyante. Contrairement à la voisine Pierre Pamole, tout aussi déserte, le site n’a pas été mis en valeur et reste très sauvage.

  • par LaurentLe 18 juin 2017 à 10h11

    Bonjour,

    je suis webmaster du site Escotal et donc de la page sur le Grun de Chignore. Je venais juste vous signaler que l’adresse de notre site a change suite à la fermeture des serveur perso Voilà (2015) puis SFR (2016). L’adresse est désormais : escotal.fr. Vous pouvez donc mettre à jour les liens vers notre page du Grun et ses photos.

    Bonne promenade
    Cordialement

  • par Le 18 juin 2017 à 12h13

    Merci Laurent pour la màj. Je viens de relire en diagonale le pavé "Les sujets de recherche". Passionnant notamment pour l’aspect historique et archéologique.

  • par Le 25 juin 2017 à 11h25

    @ Laurent : merci pour les nx liens, maj faite.

Chargement en cours Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Astuce : Si votre commentaire est long, aérez-le en créant des paragraphes. Pour cela, il suffit de laissez une ligne vide entre ceux-ci !