Hveradalir en boucle par Kerlingarfjoll

Difficulté :
Moyen
Dénivelé :
700m
Durée :
4h30

La randonnée de Hveradalir est, à juste titre, la plus réputée des monts Kerlingarfjoll. Le site de Hveradalir ('vallée des sources chaudes') est peut-être un des sites les plus spectaculaires de l'Islande. Les couleurs environnantes en font un site d'une incroyable beauté. – Auteur :

Accès

Le départ est sur le site de Kerlingarfjoll que l’on accède par la route 35 dont une partie est classifiée ’F’, donc interdite aux véhicules non 4*4. On quitte la F35 par la droite en venant du sud, ou par la gauche en venant du nord, pour prendre sur 10 kilomètres la F347 (donc interdite aux véhicules non 4*4). Un panneau est présent à l’intersection.

Précisions sur la difficulté

Pas de difficulté par terrain sec mais à proscrire par temps pluvieux et/ou sol très humide. La descente depuis le point haut de la randonnée jusqu’au ’fond’ du site de Hveradalir peut-être très glissante après de fortes pluies qui peuvent rendre difficiles, voire dangereux, certains passages où le sentier est très étroit et surplombe des pentes un peu fuyantes. Certains passages peuvent impressionner des personnes sujettes au vertige.

Les infos essentielles

  • Carte inutile - sentiers imperdables
  • Altitude minimale : 700m
  • Altitude maximale : 1040m
  • Distance : environ 13km
  • Horaires : comptez entre 4 et 5 H
  • Balisage : le sentier entre Kerlingarfjoll et le site de Hveradalir est balisé (comme très souvent en Islande) par des piquets dont le bout est peint ; les sentiers du site de Hveradalir sont très marqués et équipés de nombreuses marches ; le petit détour au sommet du Asgardsfjall est lui aussi balisé de piquets. De temps à autre un piquet est marqué ’2’ à son sommet ... car on est sur l’itinéraire N°2 du site. Poteaux indicateurs aux très rares intersections.

Deux sites essentiels à connaître :

Itinéraire

Ouvrir en grand !

Chargement de la carte en cours

Kerlingarfjoll c’est à la fois le nom d’un ensemble de montagnes (Kerlingarfjoll signifiant ’les montagnes de la vieille dame’) et le nom d’un lieu où on trouve diverses formes d’hébergement et un restaurant. C’est un endroit qui, par son environnement ’concurrence’ le très (trop ?) fréquenté site du Landmanalaugar. Si on y arrive par le nord, on traversera des zones totalement désertiques qui ne sont pas loin de faire penser aux images de la planète Mars envoyées par le robot Curiosity !

Se garer au mieux et emprunter la passerelle au-dessus de la rivière.

On trouve rapidement un grand panneau rouge (du moins en juillet 2019) indiquant la direction de Hveradalir ... et du ’hot pot’ du coin (direction ’pool’).

Le chemin bien balisé de piquets à bout peint, et bien tracé, attaque la pente au-dessus du camping. On franchit très vite deux paliers et on bénéficie déjà de beaux points de vue pendant une bonne partie de parcours en plateau.

NB : sur ce plateau il n’est pas rare de pouvoir observer ce magnifique oiseau qu’est le pluvier doré ; on le repère facilement à son cri qui se rapproche d’un sifflement humain.

Le chemin amorce une descente... et une remontée en face, mais tout ça avec de très bons lacets.

Le sentier, toujours bien tracé et balisé, amène à un long plateau qu’on va traverser jusqu’à arriver à un panneau annonçant le site de Hveradalir à 1100m (on aura laissé à une bifurcation la montée au Maenir).

NB : même en juillet on peut être amené jusqu’ici à traverser quelques névés peu pentus, bien qu’on ne soit qu’à 1000m d’altitude.

Le paysage très rocailleux et austère a alors fait place à des pentes aux couleurs ocres typiques de la région. et on aperçoit alors assez vite de premières fumerolles.

Encore un petit effort et ... on en prend plein les yeux, surtout si la météo est de la partie. Les fumerolles sont maintenant omniprésentes.

Amorcer la descente tout au fond du site en suivant le sentier fréquemment aménagé de marches d’escaliers mais évoluant parfois en crête.

NB : à noter que les bâtons de marche, s’ils ne sont pas indispensables par sol assez sec, sont plus que fort utiles par terrain humide et gras, surtout sur un court passage en dévers.

Le site de Hveradalir est immense et plusieurs sentiers, toujours bien tracés et équipés de marches d’escaliers, permettent de le visiter dans différentes directions.

Après la visite du site, revenir au sentier principal et amorcer la remontée au parking. En effet, ce site est accessible en voitures 4*4 par une piste partant du ’camp de base’.

Une fois au parking, on suit la piste 4*4 qui ramène au site de départ. On ne risque pas d’être gêné par la circulation et on peut (par temps clair !) profiter tout au long du parcours de magnifiques vues (Mont Fanborg, Mont Maenir, glacier Hofskökull entre autres). De plus, on surplombe un moment un magnifique canyon.

Garder la piste jusqu’à un poteau indicateur, en face duquel on trouve un très bon sentier qui ramène au point de départ de cette boucle.

Variante : à environ un kilomètre de la fin de la piste, repérer sur la droite et au niveau de marques jaunes peintes sur les rochers bordant le côté gauche de la piste. un sentier partant droit dans la pente. Ce sentier conduit au sommet de l’Afsgardsfjall, doté d’antennes de télécommunications, Descendre de ce sommet par un sentier, doté des fameux piquets, qui ramène sur la piste 4*4 au niveau du panneau évoqué ci-dessus.

Sortie du 20 juillet 2019

Cela faisait longtemps qu’on rêvait, via internet, du site de Kerlingarfjoll et de ses environs. Et le rêve est devenu réalité : après un parcours magnifique mais chaotique (ah la ’route’ F35 !), nous sommes arrivés avant-hier au soir à notre ’camp de base’ pour 3 jours.

NB : le site du ’Kerlingarfjöll Mountain Resort’ fait un peu de ’concurrence’ au très (trop ?) fréquenté (à juste titre) site du Landmannalaugar. Son accès est un peu plus aisé (pas de gué difficile à traverser pour y accéder).

Hier matin, il a plu, assez abondamment, presque toute la matinée ... mais ce matin à 6H le ciel était tout bleu ; nous avons de la chance car nous partons pour une boucle assez longue, passant par le site de Hveradalir.

Dès le départ nous avons droit à de bons lacets pour grimper un premier palier. Le sentier est très bien tracé et le sera tout du long.

Peu après nous repérons à son cri un pluvier doré ; l’ayant approché, on se rend compte qu’il s’agit d’un magnifique juvénile ... qui se laisse tirer le portrait (au zoom à une bonne dizaine de mètres).

Nous évoluons pour l’instant dans un décor quasi lunaire (c’est comme cela que l’on dit, mais nous n’y sommes jamais allés !).

Nous traversons bientôt un beau névé (très facile) ; nous ne sommes qu’à 900m d’altitude !

Et voilà une première fumerolle ! Notre site tant attendu approche.

Ça y est, nous y sommes et nous restons sans voix, tellement c’est beau. Fumerolles, traces vertes de végétation, pentes ocres de rhyolite, névés résiduels, le tout sous un ciel bleu, composent un tableau extraordinaire. Nous pensons n’avoir jamais rien vu d’aussi beau. Nous admirons, nous contemplons, nous apprécions (ô combien !).

Nous amorçons la descente au point bas du site. Les bâtons sont bien appréciables pour passer un court dévers. Le sentier est équipé de marches bien stabilisées et pas trop hautes.

Une fois en bas nous rejoignons ce qui fut un ’hot pot’ ; il n’y a plus d’eau mais un banc pour s’asseoir. Et là ; nouvelle rencontre. Cette fois nous avons un lagopède mâle à quelques mètres de nous. Nous l’observons longuement et Claudine, aux anges, le photographie. Comment se nourrit-il ici ? Mystère ! Mais qu’il est beau.

Nous passons deux petites heures à arpenter quelques recoins du site et tombons sur de l’eau chaude qui bouillonne au bord d’un torrent d’eau froide ! On resterait encore des heures dans cet endroit fabuleux et nous mesurons la chance d’être ici.

Nous remontons au parking où nous étions venus avant-hier soir pour jeter un premier coup d’œil à ce site.

Nous empruntons la piste 4*4 qui amène au parking. Elle n’a rien de monotone et permet d’approcher le canyon de l’Asgardsà ... pour encore quelques photos.

Nous repérons le sentier montant au sommet de l’Asgardsfjall où nous sommes déjà montés hier au soir. Nous nous remplissons les yeux de paysages qui peupleront nos futurs rêves. Comme on est bien ici !

Nous reprenons, à regrets, le sentier balisé emprunté la veille au soir, qui nous ramène à notre ’gîte’.

Quelle fabuleuse journée !

Dernière modification : 3 août 2019
Le belvédère de l’Asgardsfjall par Kerlingarfjoll

Sensibilisation

Pour une montagne plus propreLe milieu que vous allez traverser durant cette randonnée est fragile. Faites attention à la flore et ne dérangez pas la faune locale. Rapportez vos déchets chez vous et ramassez aussi ceux que vous trouverez. Vous soutiendrez ainsi le mouvement KeepTheMountainsClean

A propos

Auteur de ce topo :

Dauphinois depuis ma naissance et ayant toujours habité en région grenobloise, j'ai fait ma première rando à 10 ans (c'était le col de l'Alpe en Chartreuse) et n'ai pas passé une seule année sans randonner avec des objectifs locaux ou lointains. Etant depuis 2010 en CVDI (Contrat de Vacances à Durée Indéterminée = à la retraite), j'ai maintenant plaisir à choisir des objectifs pour un groupe d'ami(e)s (...)

Randonnée réalisée le 20 juillet

Topo publié le 3 août

(Avertissements et Droits d'auteur)

Commentaires

Afficher les commentaires précédents (4).
  • par Le 3 août à 21h01

    Incroyablement MAGIQUE et MAGNIFIQUE
    On en prend plein les mirettes sur les photos alors j’imagine sur place !
    Merci Jean-Marc de nous faire partager ces beautés de la nature (et merci à la photographe..)
    A bientôt
    JC

  • par Le 4 août à 09h06

    Waouh ! C’est magnifique ces paysages du bout du monde, que de merveilles ! Les photos sont superbes, les couleurs, les contrastes doux, tout est beau, et quelle chance d’avoir profité de cette très lumière.

    Merci de nous en faire profiter.

  • par Le 4 août à 18h45

    lut Jump DE l’Isère. Même pas dévorés par l’ogresse ?

  • par Le 4 août à 20h29

    Superbe ! Vraiment magiques ces paysages lunai......Euh.... Martiens !
    Très belles photos, ça donne envie.

  • par Le 4 août à 23h28

    Quelle merveille ! Les mots me manquent.....

  • par Le 11 août à 22h00

    @hereme : : désolé pour la réaction tardive ; j’étais hors connexion pendant une semaine.
    L’ogresse Grýla n’aurait pas eu grand chose à manger avec moi !!! Et il me semble qu’elle s’attaque plutôt aux enfants.
    A moins que tu ne parles d’une autre ogresse ?

    Jean-Marc

Chargement en cours Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Astuce : Si votre commentaire est long, aérez-le en créant des paragraphes. Pour cela, il suffit de laissez une ligne vide entre ceux-ci !