Abonnez-vous à notre newsletter !

Jumeau de Faraut (2517m) par la rampe des Ailes, en boucle par la Brèche de Faraut

Difficulté :
Difficile
Dénivelé :
1900m
Durée :
1 jour

D'une sauvagerie rare, cet itinéraire improbable figure parmi les plus spectaculaires des Alpes. Une fois n'est pas coutume, c'est en utilisant les opportunités du relief que l'on parvient à gravir cette imposante muraille. Souvent délicate, parfois intimidante, éminemment grandiose, cette course d'anthologie envoûtera les amateurs de wilderness. – Auteur :

Accès

N.85 que l’on quitte au niveau du pont de la Guinguette. Emprunter la D.57, direction Le Glaizil puis tourner à gauche pour atteindre le hameau de Pouillardencq.
En haut du village, suivre une piste forestière que l’on suit sur environ deux kilomètres.

Publicité

  • Sac de couchage Husky, Husky -10 (...) PROMO

    75 € 60 €

  • Veste polaire - Femme - Picture (...) PROMO

    160 € 96 €

  • Chaussures de Randonnée Femme, Air (...) PROMO

    249 € 229 €

  • Sac à dos emblématique, 24L - Padded (...) PROMO

    49 € 39 €

Précisions sur la difficulté

« Véritable course de montagne, longue et engagée, sur un terrain souvent raide et délicat. » Pascal Sombardier

→ Le niveau de difficulté correspond à la cotation T5 décrite par Camp to Camp.

Une aventure qui requiert :

  • De solides notions de tout-terrain.
  • Une aptitude à la petite escalade (II/III).
  • Une accoutumance aux itinéraires alpins non balisés et vertigineux.

Conditions d’engagement :

  • Sur terrain sec et par météo stable.
  • Absence de névés et de brouillard.

N’oubliez pas de partir couvert car l’exposition aux chutes de pierres est importante :

  • L’accès à la rampe des Ailes nécessite de franchir un dévers très exposé aux chutes de pierres.
    Du pied de la grande diagonale à la brèche de la Chabournasse, l’itinéraire traverse un véritable couloir d’effondrement et rebrousser chemin ne serait pas aisé.

Equipement : casque, corde 30/40m et quelques sangles.

Les infos essentielles

  • Carte : IGN TOP25 3337OT Dévoluy Obiou - Pic de Bure
  • Point fort : course d’anthologie
  • Altitude de départ : entre 1150 et 1200m
  • Altitude du sommet : 2517m
  • Dénivelée cumulée : 1900m
  • Distance du parcours (A/R) : environ 11km
  • Balisage : aucun sinon quelques cairns
  • Date de l’ascension : juillet 2019

Itinéraire

Ouvrir en grand !

Chargement de la carte en cours

La marche d’approche

  • Attention : manque de précision de la carte pour le tracé des pistes et sentes empruntées.

Vers 1160m, se garer dans le sous-bois. Plus haut, la piste forestière devient éprouvante pour les véhicules.

Le parcours s’oriente plus généralement au sud-ouest. Privilégier cette direction au croisement d’autres pistes.

Après un virage, le chemin grimpe vigoureusement en traversant la forêt (ouest). Emprunter le sentier qui lui succède.

Quelques lacets plus haut, la végétation clairsemée laisse entrevoir l’imposante muraille de Faraut. À cet instant, la sente franchit un grand ravin issu du pied de la rampe.

Abandonner provisoirement ce sentier (point de jonction de la boucle) en remontant le bord gauche du ravin (rive droite).

Passer la barre rocheuse qui vient couper sa crête. Lorsque la pente devient plus douce, basculer dans ce ravin que l’on remonte tant bien que mal.

Vers 1800m, par un dévers délité, quitter le fond du ravin afin de rejoindre le versant herbeux (nord).

Monter droit dans les raides pentes des Ailes (sud-ouest).
S’orienter progressivement à gauche, en direction du pied de la falaise.

À proximité de la paroi, traverser un dévers fuyant pour atteindre le début de la rampe des Ailes.

  • Ne pas lambiner car cet endroit est très exposé aux chutes de pierres.

La rampe des Ailes

« La rampe des Ailes me paraît posséder une dimension à part. » Pascal Sombardier

Les barres rocheuses masquent le passage clé qui se dévoile tardivement... il faut y croire !

Vers 1970m, parvenir au pied de la voie en suivant le bord gauche du ravin jusqu’à son terme. Le pierrier qui défend l’accès à la rampe se remonte aux jarrets. Voilà qui donne le ton à cette ascension sportive !

S’élever en suivant la longue diagonale qui balafre la paroi.
Passer à proximité de deux grandes baumes béantes.

L’itinéraire, qui alterne pentes rocheuses et herbeuses, longe la falaise par un dévers assez large. Malgré tout, on ressent la prégnance du vide tout proche.

Partir sur la droite à travers une pente caillouteuse qui débouche dans un cirque encadré par d’abruptes parois.

Une ascension qui transpire l’âme du Dévoluy !
Dans une ambiance à couper le souffle, on découvre une paroi étonnamment verticale. C’est une véritable cathédrale dominée par une flèche de pierre qui se dresse vers le ciel.

Tirer à droite afin de parvenir au pied d’une émergence rocheuse. La longer un moment, bifurquer à gauche en visant la diagonale du grand couloir qui s’annonce.

  • Il convient de s’assurer que la voie est libre (chutes de pierres).

Le couloir est précédé d’un raidillon.
Dans un environnement sévère, remonter une goulotte par une succession de gradins qu’il faut aborder avec la plus grande vigilance.

Juste avant un éboulis barré par des blocs, repérer une trace qui s’amorce sur la gauche (sente à chamois cairnée). La vire zigzague puis revient sur la droite pour pénétrer à nouveau dans la goulotte.

Monter pour venir butter sur un ressaut composé de blocs encastrés.
J’essaye de passer par la droite du ressaut sans y parvenir. À gauche l’escalade se révèle plus aisée (III).

  • À cet instant, j’espère ne pas m’être trompé car une désescalade ne serait pas facile. Assurage conseillé en binôme (aucun équipement observé).

Juste au-dessus, trouver une draille sur la gauche. Une vire s’insinue dans la colonne rocheuse qui jouxte le couloir. Sortir du dédale rocheux par une suite de gradins escarpés et de vires aériennes.

Les rochers qui s’empilent forment un mur qu’il faut escalader (facile). La brèche de la Chabournasse ouvre l’accès au versant ouest de la montagne de Faraut (2419m - cairn).

Le Jumeau de Faraut (2517m)

Afin de contourner la falaise qui ceinture les Jumeaux de Faraut sur son versant ouest, descendre dans le ravin de la Chabournasse.

Perdre un peu de hauteur en longeant la barre rocheuse au nord, puis, remonter droit dans le couloir pierreux jusqu’au collet (rocher caractéristique).

Partir à gauche en suivant la crête aérienne jusqu’au sommet de la belle étrave rocheuse (2517m).

La descente du versant ouest

Revenir dans le ravin de la Chabournasse par le même itinéraire.

  • Attention : ne pas descendre dans le ravin se situant juste en dessous du couloir d’accès à la pointe 2517m.

Dévaler la pente, mi-herbeuse, mi-rocheuse en louvoyant au mieux entre les dalles inclinées.

La Brèche de Faraut

  • Il est envisageable de laisser un véhicule au Collet afin d’éviter cette boucle de retour.
    Sinon : Pour les durs...  :

C’est parti pour une remontée de 600m et une descente de 1100m !
Pour paraphraser Pascal Sombardier : Bon courage donc !

Vers 1700m, obliquer au nord pour entamer la longue remontée en direction de la brèche de Faraut (nord).
Traverser le dévers en suivant peu ou prou les courbes de niveau.

Longer les immenses parois des Jumeaux. Quelques cavités agrémentent le parcours.

Atteindre la Brèche de Faraut (2241m).

Des îlots de pelouse alpine sont les bienvenus. Une pause contemplation... juste avant de descendre !

Le retour par le versant Est

La descente se révèle plus raide et moins monotone sur ce versant. Quelques cairns évitent de s’engager sur un itinéraire trop hasardeux. Puis... plus rien !

Je tâtonne, rien de probant, il va falloir descendre au feeling !

Il faut éviter de se "promener" trop près de la barre rocheuse au sud. Là encore, louvoyer dans les pentes rocheuses/herbeuses, souvent glissantes, toujours raides (est).

Par une dernière pente libératrice, dévaler le versant des Ailes afin de revenir au point de jonction de la boucle.

  • Il est possible de couper dans un ravin herbeux (raide), retrouver plus bas le sentier permettant de rejoindre l’itinéraire emprunté à la montée.
Dernière modification : 12 octobre 2019
Montagne de Faraut - Jumeau de Faraut (2517m) par le ravin de la Chabournasse

Sensibilisation

Pour une montagne plus propreLe milieu que vous allez traverser durant cette randonnée est fragile. Faites attention à la flore et ne dérangez pas la faune locale. Rapportez vos déchets chez vous et ramassez aussi ceux que vous trouverez. Vous soutiendrez ainsi le mouvement KeepTheMountainsClean

A propos

Auteur de ce topo :

" Vivre, c'est faire de son rêve un souvenir. " Sylvain Tesson

Crédits :

Remerciements à Dyn’s pour sa très belle photo (la première).

Randonnée réalisée le 2 août

Topo publié le 6 août

(Avertissements et Droits d'auteur)

Commentaires

  • par Le 6 août à 13h53

    Ambiance haletante à couper le souffle dans cette rampe des Ailes... Bravo pour le solo !
    C’est une sacrée bambée avec le retour par la brèche de Faraut... Ce qui explique le manque à l’appel du Jumeau 2493 ? Ou tu le gardes en réserve pour une nouvelle escapade ?

    Photo 43 : merci pour le clin d’œil, la traversée un jour sur AR ?

  • par Le 6 août à 14h09

    Merci pour ta superbe photo de la paroi, c’était un peu couvert le jour de mon ascension.
    Oui, boucler le Faraut n’est pas une sinécure et il faut en garder "sous le pied" pour ne pas dévisser dans la dernière descente.
    Pour une autre fois ! Mais j’avoue que la pointe 2383 accroche la rétine...

  • par Le 6 août à 23h15

    Top ! Elle manquait au site celle là !

  • par Le 7 août à 08h17

    C’est vrai que c’est une course majeure du Dévoluy, chaque fois que je passais sur la route Napoléon, cette paroi semblait me narguer :)
    Et puis Arnaud m’avait envoyé un "message subliminal" sur son topo de la Croix de Queyrière !

Chargement en cours Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Astuce : Si votre commentaire est long, aérez-le en créant des paragraphes. Pour cela, il suffit de laissez une ligne vide entre ceux-ci !