L’Akioud (4 030 m)

Difficulté :
Moyenne
Dénivelé :
800m
Durée :
1 jour
La carte

Auteur : (Avertissements et Droits d'auteur)

Course facile et brève (5 h aller et retour depuis le refuge Toubkal) - Dénivelée : 800 m. D'akioud (la Tresse), la vue est étendue et belle sur le massif tout entier et, par delà l'Agoudnis, sur l'Ouneïn, le Sous et l'Anti-Atlas.

Accès

Départ du refuge Toubkal.

Itinéraire

Pour skieurs moyens. Deux passages délicats cependant que l’on peut éviter : au départ, la 1ère pente sous l’arête est raide. Chausser plus bas et en quittant l’amrharas n’Iglioua, au lieu de reprendre le couloir étroit ramenant à l’asif n’Aït Mizane, tirer à droite, traverser le Bou Imrhaz au-dessus d’une longue barre rocheuse et rejoindre l’Asif.

Itinéraire de montée :
du refuge, remonter l’Asif n’Aït Mizane, rive gauche, jusqu’au premier replat, puis s’engager à droite dans un couloir étroit : il conduit à l’amrharas n’Iglioua (1h). Suivre le fond du vallon et venir buter contre l’arête N vers 3 900 m environ, où l’on abandonne les skis (1h30). Contourner le premier ressaut important par la droite (gradins faciles), puis regagner l’arête et regagner sans difficulté particulière le sommet (30 min). Les crampons pourront être utiles sur l’arête.

Itinéraire de descente : Celui de montée


Lever 7 h pour un départ 8 h bien tassées (bien sur il a fallu qu’on oublie de régler mes nouvelles fixes...). Le soleil brille, la neige est bonne, très bonne même, encore poudreuse en face nord. Nous avons tout oublié des fatigues d’hier. La montée est régulière, agréable. La pente terminale sous l’arête est raide et Padré redécouvre les joies de la conversion claquée. Les conditions sont idéales, soleil, pas de vent, et la neige est encore froide. Nous nous encordons pour monter au sommet car il y a une traversée assez expo dans une pente à 60°. Mais la neige est tellement bonne et la trace bien faite que ça passe tout seul. Au sommet Pierrot a atteint son 1er 4000, émotion...

Mais le meilleur, c’est encore la descente. La neige est d’abord poudreuse puis un peu carton pour finir en neige de printemps. La descente est un régal et le refuge arrive bien trop vite. On aurait presque envie d’y retourner.

Mais nous préférons la sieste au soleil et la pause caro-saucisson. Du coup nous étions motivés pour un exercice arva mais ce sera sieste pour tout le monde. 16h, Padré arrive tout de même à se motiver pour l’ exercice et un entrainement intensif sur les conversions claquées supervisé par Pierrot.

Au soir nous discutons avec un groupe de l’EMHM qui viennent du refuge Lepinet. Nous avons l’intention d’y monter après-demain par le col Tadat pour revenir 2 jours plus tard par le couloir des clochetons. Mais parait-il que le refuge n’est pas gardé, même en ayant réservé et qu’il n’y a la-bas rien à manger. De plus le départ du couloir des clochetons semble difficile à trouver au milieu d’un immense cirque. Bon, alors nous allons peut être changer nos plans, d’autant plus que l’idée de descendre le couloir avec du poids sur le dos nous fait également douter. Nous allons réfléchir et peut être laisser tomber notre projet initial pour des courses en étoile depuis le refuge Toubkal.

Dernière modification : 16 mai 2018

La carte du topo « L’Akioud (4 030 m) »

Ouvrir en grand !
Periode de turbulences en matière de cartographie (voir actu) !
Si la carte ci-dessous vous parait un peu palichonne, nous vous invitons à la consulter sur OpenStreetMap

Chargement de la carte en cours

Photos « L’Akioud (4 030 m) »

Au dessus du couloir avec l'Akioud droit devant Une belle ambiance... Montée au sommet le long de l'arête sur l'arête 1ère vue sur le Djbel Toubkal Petite pause au col avant de descendre