L’Écoutoux (1406m), Arête à Jojo

Difficulté :
Alpinisme PD
Dénivelé :
500m
Durée :
demi-journée

Arête rocheuse d'un superbe calcaire solide et franc, blanc comme la neige, ludique à souhait, plein soleil s'il vous plait ! L'accès rapide à cette arête discrète permet de prendre le temps de prendre son temps. – Auteur :

Accès

Chartreuse Sud sous le col de Porte, versant Grenoble.
Le Sappey-en-Chartreuse sur la D512, 1Km en aval du village, repérer une ancienne usine désaffectée (cote IGN 922m) sur la droite en venant du Sappey (sur la gauche en montant au Sappey).

Un sentier démarre au niveau de cette usine dans la forêt.

Itinéraire

Ouvrir en grand !

Chargement de la carte en cours

L’Écoutoux 1406m, L’arête à Jojo.

Escalade facile plein soleil, terrain d’aventure, sur un excellent calcaire.
Les quelques pas plus soutenus sont protégés par quelques spits, la pose de sangles est facile.

En été ce doit être un vrai cagnard !

Fiche technique

  • Difficulté : PD sup, du 3 et deux beaux passages en 4a/4b .
  • Dénivelée : 500m dont 180m sur l’arête, exposition SE
  • Horaire : 4h au total (approche 30mn, arête 1h30 à 2h, retour 1h)
  • Carte  : IGN TOP 25 3334 OT Chartreuse Sud

ITINÉRAIRE

  • Depuis la cote 922m en aval du Sappey-en-Chartreuse, repérer un bon sentier qui remonte derrière une usine désaffectée.
  • Le suivre en ascendance SW. La piste se fait sentier, la suivre jusqu’au pied de l’école d’escalade de l’Écoutoux (belle falaise lisse dans la forêt)
  • Longer la falaise, et suivre toujours le sentier qui monte NE vers le pied de l’arête (discret balisage bleu).
  • Quelques petits lacets raides dans un couloir amènent à l’arête où le nom est écrit en bleu sur les rochers du bas.

Escalade de l’arête à Jojo :

Rien de plus simple, suivre l’arête jusqu’à son terme !

  • Attaquer un pas raide au niveau du nom de l’arête puis remonter l’arête (1 longueur de 30m en 3b/3c, 1 spit, pose de sangle sur les troncs des arbres qui bordent l’arête)
  • Remonter l’arête facilement, par une succession de petits ressauts grimpants, passages horizontaux parfois herbeux jusqu’à venir buter contre un beau ressaut de 25m en beau calcaire blanc.
  • Escalader ce ressaut par le fil, 30/35m (belle escalade avec des pas de 4b, un spit de mémoire), relais confortable sur l’arête qui se couche ensuite.
  • Remonter rapide l’arête anneaux à la main sur une longue partie faiblement inclinée jusqu’à venir buter contre un nouveau superbe ressaut (relais sur arbres main droite).
  • Escalader le ressaut versant E sur une grande dalle bien prisue 25/30m pas de 4b un spit et sortir sur le fil aigu de l’arête que l’on suit sur une courte longueur (magnifique).
  • Suivre l’arête maintenant facile et couchée, quelques pas d’escalade jusqu’à l’embranchement du sentier de descente (indiqué balisage bleu)
  • Remonter la partie couchée de l’arête, mi-rocheuse, mi-herbeuse entre les arbres par une sente jusqu’au sommet de l’Écoutoux.

Descente :

  • Soit descendre droit dans le couloir E forestier raide, on croit que c’est rapide mais c’est mal pratique.
  • Soit suivre le sentier N qui de l’Écoutoux passe au col de Bens, retour au parking par les petites routes (marais des Saignes, hameau de Beauche), 2.5km

Arête à Jojo le 6 décembre 2015

Le Hibou

Rencontre inédite, rencontre rêvée de longue date.

Cette belle journée en Chartreuse se déroule comme dans un rêve sur cette belle arête d’un magnifique calcaire blanc.
Il fait chaud, il fait beau, l’escalade s’enchaîne le plus naturellement possible, gestes de pur plaisir, on est bien.

Nous suivons le fil de rocher au gré de nos inspirations juste au-dessus de la canopée des arbres effeuillés par l’hiver qui n’arrive pas.

Autre façon d’observer à loisir les habitants à poils et à plumes de la profonde forêt cartusienne.

Et c’est amusant, ils ne semblent pas, pour les "à quatre pattes" avoir conscience que nous les observons d’en haut.

À loisir nous voyons passer Biches, Chevreuils, un sanglier occupé à labourer la forêt.

Au sortir de la forêt, une cordée venue de nulle part nous double. Nous sommes en contrebas des rochers quand, à une vitesse fulgurante, un gros cailloux gris me frôle.

Instinctivement je gueule "PIERREEEEE !". Mais curieusement je ne l’entends pas débarouler dans le raide couloir que nous longeons.

Tout à mon énervement je questionne les jeunes qui viennent de passer...
Non ils n’ont rien fait partir.

Étrange !

Pourtant quand je l’ai vu partir ce gadin, il ne faisait pas comme d’habitude... La méchante pierre qui vous vise...

Celui-là bien que gros, est passé trop vite, il est passé sans bruit.

Il m’a frôlé dans un bruissement d’air, comme si c’était volontaire.

Et puis à bien y penser, il avait deux yeux ronds ce caillou, et puis comme une tête mélange de gris, jaune ou brun.

Une fraction de seconde, ça n’a pas duré plus, mais l’image s’est imprimée dans ma tête.

Un superbe Hibou, ou grand-duc peut-être, c’est allé trop vite.
Mais oui c’était lui, qui dans une savante trajectoire calculée au plus près des arbres touffus, s’est enfui dans les profondeurs du couloir sans autres bruits qu’un bruissement d’air.

Quelques instants plus tard, un faible "hou hou" quelque part dans la forêt. C’est peut-être lui, je n’ai pas rêvé !

Dernière modification : 17 octobre 2018
L’Écoutoux (1406m) par le col de Bens

A propos

Auteur de ce topo :

Piqué à la montagne depuis l'age de 6 ans après avoir atteint peniblement le mont joli et je suis tombé amoureux du mont blanc. Ce jour la je me suis dit qu'un jour j'irais là haut. Il y a bien longtemps que j'y suis allé au sommet du Mont blanc, et la passion de l'alpi, la rando et ski de rando ne m'a toujours pas laché ! Et que ça dure longtemps encore (...)

Topo publié le 26 décembre 2015

(Avertissements et Droits d'auteur)

Commentaires

Chargement en cours Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Astuce : Si votre commentaire est long, aérez-le en créant des paragraphes. Pour cela, il suffit de laissez une ligne vide entre ceux-ci !