La Alpujarras et Mulhacen (3479m), sur 6 jours.

Difficulté :
Moyenne
Dénivelé :
4250m
Durée :
3 jours et plus
La carte

Auteur : (Avertissements et Droits d'auteur)

De Lanjaron (650m) au Mulhacen (3480m). Circuit de 6 jours pour gravir le point culminant de la Sierra Nevada. Passage dans tous les villages de Las Alpujarras.

Accès

Accès par Grenade ou Motril, puis Lanjaron par l’A44et l’A348.

Itinéraire

En Espagne, il existe plusieurs sommets qui surpassent le célèbre Aneto Pyrénéen. Le Teide (3718m), aux îles Canaries et le Mulhacen (3479m) en Sierra Nevada.

Cette chaine est située au Sud Est de Grenada, toute proche de la mer Méditerranée, et à quelques encablures
des côtes Africaines, que l’on peut voir par temps clair du sommet.

Une richesse historique et culturelle sans équivalent en Espagne, avec les fortes influences musulmanes de l’époque Al-Andalus. Une ambiance et un dépaysement incontournable en Espagne.

Carte Espagnole de randonnée, édition Alpina. Sierra Nevada, La Alpujarra 1:40000.

Plusieurs voies intéressantes permettent d’accèder à ce sommet. On va délaisser la route Nord et la station de ski peu interessants pour la randonnée pour privilégier le versant Sud, beaucoup plus sauvage, tranquille et riche. Je propose un trip sur 6 jours, à partir de Lanjaron, à 650m, en passant par pratiquement tous les villages de La Alpujarra. Une montée de pratiquement 3000m !!
Si cette randonnée n’est pas très difficile, elle demande en revanche une bonne orientation ainsi qu’altimètre et carte. Les chemins sont en effet beaucoup moins entretenus qu’en France, et il faut souvent chercher, voir même faire demi-tour.

1er jour : De Lanjaron à Pampaneira, 400m positifs, 18km, sur le GR7 espagnol. Pour cette journée, mise
en jambe tranquille, on commence par des pistes carrossables qui partent à la sortie de Lanjaron. On passe rapidement à côté d’un sommet à 929 Le Castillejo, on poursuit ensuite à altitude constante jusqu’à Canar (1040m). Le village de Soportujar est en face, proche à vol d’oiseau, mais il faut faire un grand détour au nord pour le rejoindre. On continue ensuite sur le GR7 jusqu’à Pampaneira, superbe village aux ruelles pentues. Notons la présence d’un bureau de guide de montagne très bien fourni, et d’un temple boudhiste.

2ème jour : De Pampaneira au refuge del Poqueira, 1500m positifs, 14km. Départ dans le haut du village. Tout proche, Bubion (1300m) est un peu plus étendu que Pampaneira, on y trouve d’autres commerces. Dernier village, avant la montée, Capileira (1430m). La sortie de Capileira est difficile à trouver, car il existe plusieurs chemins pour aller à la centrale électrique de La Cebadilla, prochaine étape. Une au bas du village, une autre à la moitié et une en haut du village. Nous avons choisi, le chemin central, qui rejoint une route vers 1600m. On finit alors par la route jusqu’à la centrale.
A partir de là, la pente s’accentue fortement, on part alors sur la droite, au Nord Est, pour remonter un long vallon et dépasser 2100m au Cortijo de las Tomas. On finit la montée dans la pente jusqu’au refuge à 2470m. Accueil chaleureux et feu de cheminée (15 Novembre). Nuit frisquet
sans chauffage.

3ème jour : Refuge de Poqueira, Mulhacen, retour Poqueira, 1000m positifs, 1000m négatifs, 15km.
Départ 6h30, un vent énorme à la sortie du refuge, il gèle, et il faut être téméraire pour sortir du refuge ! On part sur la gauche du refuge, pour rattrapper le petit rio Mulhacen. Quelques mètres de montée et la température corporelle augmente. Si il n’y a aucune difficulté, la pente est quand même soutenue. On passe des petits laquets à 2900m puis 3000m, avant d’arriver à la piste et au refuge de la Caldera (3050m), ce refuge est bien entretenu, on peut y dormir sans problème mais il faut un bon duvet. La montée au Collado del Ciervo permet de voir le versant Nord et le sommet de La Alcazaba (3364m), troisième sommet du massif en altitude après le Veleta(3396m). La montée finale, qui permet de gravir les 400 derniers mètres, est raide, mais sans difficulté technique. Sommet, 3480m, moins
15°, vue bouchée malheureusement. Retour à la piste, puis longue descente par la piste El Panderon, qui descend doucement le long de Loma del Mulhacen. On poursuit jusqu’à l’alto del Chorillo (2727m) et le mirador de Trevelez, qui offre un fabuleux point de vue. Retour au refuge, et envie de se restaurer après une journée entière au congélateur.

4ème jour : Refuge de Poqueira, Trevelez, 300m(+550m) positifs, 1300m(+550m) négatifs, 10km.
Après un diner incroyable (plusieurs plats de resistance d’affilée), une ambiance terrible et cosmopolite, et une nuit de repos, force est de constater que l’on doit à regret poursuivre et retourner dans le bas.
On commence par prendre à rebours le sentier par lequel nous terminions la veille pour passer à l’Alto de Chorillo. Pause et observation du paysage. Descente ensuite par le difficile sentier du Tajos del Chorillo, pour perdre 1300 mètres et profiter un peu de Trevelez. On peut décider de monter par ce sentier, mais c’est plus difficile que par Capileira,..., nous croisons d’ailleurs quelques randonneurs en perdition. Ayant encore quelques forces, nous décidons de monter au Penabon (2000m) pour avoir une vue globale de Trevelez. Des chamois, surpris par notre présence, déboulent dans les falaises.

5ème jour : De Trevelez à Pitres. 550m positifs, 750m négatifs, 15km.
L’altitude et la situation de Trevelez en fait un site célèbre pour son jambon, et il n’est pas rare de déjeuner directement sous les jambons, disposés à même les plafonds pour sécher, et s’affiner naturellement.

On retrouve le GR7 pour de nouveau déambuler dans ce parc extraordinaire. On commence par remonter 400 mètres pour suivre de plus ou moins loin une piste qui descend sur Portugos. On est ici à la limite de la végétation, et l’on avance parmi les essences locales, en croisant quelques ruisseaux. La sensation d’isolement et de communion avec la nature est ici plus forte qu’ailleurs encore. Partout on domine la vallée sans jamais savoir où elle se trouve exactement. Cinq kilomètres pratiquement à plat permettent de commencer la descente au dessus de Los Llanos, et de rejoindre Husquistar(1156m).
On regrimpe légèrement jusqu’à Portugos, encore un village typique où il fait bon somnoler à l’ombre. Poursuite par Atalbéitar, et Pitres. Arrivée sous des trombes d’eau. Plusieurs gîtes et hotels à Pitres.

6ème jour : Pitres, Pampaneira. 400m positifs, 550m négatifs, 5km.
Petite journée pour terminer la boucle à Pampaneira, ou nos pas nous avaient guidés au départ. De Pitres, le chemin est particulièrement difficile à trouver, et de multiples routes et pistes se croisent. Il faut trouver la bonne ! Après plusieurs pérégrinations sans résultats, nous finissons par trouver la sente qui joint San Antonio, à Bubion. On descend à Pampaneira par là ou nous montions voilà trois jours.

Dernière modification : 16 mai 2018

La carte du topo « La Alpujarras et Mulhacen (3479m), sur 6 jours. »

Ouvrir en grand !

Chargement de la carte en cours

Photos « La Alpujarras et Mulhacen (3479m), sur 6 jours. »

Sommet du Mulhacen.3480m. Grenade. Tajos del Chorillo. Arête finale depuis la Caldera. Laguna de la Caltlera. Piments à trevelez. Au Sud-Est.