La Dent de Barme (2756m) par la Vogealle et le versant sud

Difficulté :
Difficile
Dénivelé :
1850m
Durée :
1 jour
La carte

Auteur : (Avertissements et Droits d'auteur)

Dans le prolongement de la chaîne des Dents Blanches, la Dent de Barme est un peu plus élevée que ces dernières... Pourtant, malgré le panorama spectaculaire qu'il offre, ce sommet est dédaigné des randonneurs, et aucun sentier n'y mène... Son ascension est donc l'occasion de faire un joli parcours à vue sur ses belles pentes... Elle est certes longue, mais très variée, et le spectaculaire décor du Haut-Giffre fait vite oublier la fatigue...

Accès

Onneville ou Cluses - Taninges - Samoëns - Sixt-Fer-à-Cheval. Parking au Plan des Lacs (payant l’été, à moins d’arriver très tôt).

Itinéraire

  • Altitude départ : 920m.
  • Altitude sommet : 2656m.
  • Durée : 11h.
  • Carte : IGN TOP25 3530ET Samoëns - Haut-Giffre.

Période

Praticable par conditions estivales, l’accès à la Vogealle ne pouvant se faire l’hiver. En automne, attention au gel de l’eau de ruissellement qui peut rendre le pas du Boret impraticable. Bonne visibilité nécessaire au dessus de 2000m.

Difficulté

Outre le dénivelé significatif de cette randonnée, le parcours se fait hors sentier dans toute la partie supérieure au-dessus de la Vogealle. Un bon sens de l’itinéraire est donc nécessaire, même si le terrain est en général facile et permet une grande liberté de parcours.

Les parties techniquement difficiles sont le sentier du pas du Boret (bien tracé, mais exposé), ainsi que deux petits ressauts de quelques mètres à franchir pour atteindre le sommet depuis l’antécime.

Ascension

Depuis le Plan des Lacs, prendre la piste en direction du Fond de la Combe. Choisir l’embranchement de gauche en direction de la buvette du Prazon. Juste avant la buvette, bifurquer à gauche sur le sentier montant en direction du pas du Boret.

Le sentier du pas du Boret remonte une croupe rocheuse permettant de prendre pied sur une raide rampe herbeuse qui est remontée en petits lacets. Le sentier est bien tracé, mais néanmoins raide et exposé, par endroits protégé par des câbles. En fin de saison, les câbles sont partiellement démontés, mais le sentier reste praticable. Il faudra cependant faire attention, durant les froides matinées, au gel de l’eau de ruissellement pouvant rendre le passage impraticable.

Après la remontée d’un raide couloir et une tranquille montée en forêt, on débouche sur l’alpage du Boret et son joli chalet. Poursuivre sur le sentier montant derrière en direction de la Vogealle. On effectue un large lacet dans des pentes herbeuses dominant l’alpage du Boret. Après être passé à proximité de la cascade du Dardet, on traverse un petit chaos rocheux pour finalement déboucher sur le replat herbeux où se trouve le refuge de la Vogealle. On franchit encore un petit verrou pour déboucher dans la large combe de la Vogealle où se trouve le lac.

Ne pas continuer vers le lac, mais bifurquer vers la droite sur un sentier du col de Sageroux traversant le torrent, et remontant les pentes herbeuses vers le nord. A l’arrivée au premier replat, quitter ce sentier et remonter tout droit une croupe herbeuse conduisant à un deuxième replat, où est niché le lac de Sageroux. Remonter la pente derrière en traversant vers la gauche (ouest) pour la franchir là où elle est le moins raide.

Au-dessus, la pente s’adoucit et le décor se fait plus minéral. On a une grande liberté de choix d’itinéraire. On peut soit continuer à remonter la large croupe en face en contournant éventuellement les petits ressauts, soit se diriger à gauche pour rejoindre et remonter la crête sud-ouest, soit encore remonter le vallon entre les deux en évitant les zones de blocs trop malcommodes. Dans tous les cas, on aboutit au point haut de cette combe qui est l’antécime sud de la Dent de Barme. La vue se dévoile sur Susanfe et les dents du Midi...

Pour rejoindre le sommet, il est nécessaire de descendre deux petits ressauts rocheux de quelques mètres de haut. Le plus facile est de contourner en redescendant un peu à l’ouest de manière à trouver des points faibles où la pente n’est pas trop forte. On rejoint ensuite la crête sud, puis le sommet sans difficulté. La vue s’ouvre de manière spectaculaire sur les sommets du Chablais...

Descente

Revenir à l’antécime. La descente peut ensuite se faire par n’importe laquelle des options de montée, l’essentiel étant de revenir au lieu de passage repéré à la montée pour éviter les zones trop raides dominant le lac de Sageroux.

Une autre option, permettant d’effectuer une petite boucle, est de suivre la crête sud-est en direction du large col devant le Mont Sageroux. De là, basculer au sud dans la large combe. C’est assez raide, mais ça passe presque de partout. Descendre au mieux dans le pierrier raide et assez instable. Ceux qui sont à l’aise dans ce type de terrain trouveront la descente très efficace, les autres apprécieront peut-être moins... En bas, on retrouve à droite le lac de Sageroux, et l’itinéraire de montée. A noter que cette option est très malcommode à la montée...

Du bas de la combe, il est aussi intéressant de rejoindre le sentier du col de Sageroux à la Tête de Pérua. Pour cela, ne pas descendre vers le lac, mais traverser horizontalement à gauche les larges pentes de la base du Mont Sageroux pour rejoindre, derrière, le collet du Mont Pérua. Celui-ci offre un panorama magnifique sur la combe du Haut-Giffre, et sa débauche de falaises et de cascades...

La descente se poursuit ensuite vers la Vogealle, et se termine par l’itinéraire de montée par le pas du Boret, ou alternativement en détour par le fond de la combe.

Détail de la sortie du 24 octobre 2013

Encore une belle journée d’automne, après le gros mauvais temps de la veille, qui a gorgé d’eau les cascades du Fer à Cheval...

Départ vers 9h du matin, avec pour objectif la Dent de Barme, sommet habituellement délaissé, mais dont l’altitude et l’emplacement laissait deviner un panorama du premier ordre au sommet...

Montée effectuée rapidement dans l’air frais et les couleurs d’automne par le pas du Boret. Le soleil me rejoint au dessus du chalet du Boret, et la combe de la Vogealle est atteinte vers 11h...

Devant, les Dents Blanches sont blanchies par un joli saupoudrage... La neige, annoncée vers 2800m, était descendue bien plus bas, vers 2400m... Qu’allait-il en être là-haut, avec mes chaussures légères ? Bon, allons-y quand même...

Après avoir bifurqué sur le sentier du col de Sageroux, je le quitte rapidement pour remonter à vue la croupe herbeuse en direction du lac de Sageroux... Je n’ai aucune idée précise de l’itinéraire à suivre, mais d’après la carte il semble aisé de passer par beaucoup d’endroits différents... Traçons donc à vue et au jugé...

Les pentes supérieures sont atteintes, et avec elles la neige... Le saupoudrage n’a heureusement pas été trop important, et avec la chaleur la neige semble fondre à vue d’oeil... L’important est d’éviter les plaques de neige plus anciennes, molles, dans lesquelles on s’enfonce profondément...

Je rejoins la crête sud-est pour avoir un peu plus de paysage durant la montée... Je redescends dans la combe pour éviter des ressauts enneigés, et attaque les pentes finales un peu pénibles à cause de la couche de neige fondante... Et finalement j’atteins l’antécime sud.

Derrière, les petits ressauts à désescalader, orientés nord, sont couverts de meringues glacées qui les rendent infranchissables sans techniques alpines... C’est donc là qu’on signe le but ! Tant pis, on s’assoit, et on contemple la vue qui est déjà fantastique, même si elle est un peu amputée vers le nord... Les hauts sommets étincellent de neige fraiche : Dents du Midi, Ruans, Mont Blanc...De l’autre coté, l’atmosphère claire laisse entrevoir les massifs plus lointains : Beaufortain, Aravis, Bornes... Tout au fond, on devine la silhouette du Grand Veymont...

15h30... Les jours sont courts en cette saison, il faut penser à descendre... On va tenter la grande combe qui démarre devant les pentes du Mont Sageroux... Après une petite descente sur la crête sud-est, je plonge dans la pente... C’est raide, mais finalement ça passe bien... Et me voilà sur un grand pierrier très raide et instable... Ce serait mieux en grosses chaussures, mais finalement la descente est assez efficace, malgré un peu de neige fondante donnant une consistance bizarre au pierrier... Ce fut vite descendu, mais heureusement que je n’ai pas choisi de monter par là !

Plutôt que de revenir au lac de Sageroux, je choisis de faire un petit détour par la Tête de Pérua. Et effectivement, la vue de là-haut sur le fond de la combe du Haut-Giffre, avec ses dédales de falaises, ravines et cascades, est simplement impressionante... 16h30, une petite pause pour en profiter...

Il parait qu’un chemin permet de descentre directement de la Tête de Pérua sur le chalet du Boret... Je voyais l’itinéraire en bas dans le vallon, mais aucune certitude sur comment le rejoindre à travers les terrains raides sous le sommet... C’est un peu tard pour se lancer dans une aventure, j’ai donc préféré revenir par le sentier de la Vogealle.

Descente dans l’ombre alors qu’en face, les immenses falaises du Prazon et du Tenneverge prenaient les rayons du soleil couchant... 18h30... La nuit tombait lors de la descente du pas du Boret, et le retour en bas s’est fait dans le calme d’une soirée d’automne, à peine dérangé par le grondement des cascades...

Dernière modification : 16 mai 2018

La carte du topo « La Dent de Barme (2756m) par la Vogealle et le versant sud »

Ouvrir en grand !

Chargement de la carte en cours