La Sainte Baume : partie Ouest, du col du Saint Pilon au Pic de Bertagne (1041m)

Difficulté
Moyenne
Dénivelé
400m
Durée
1 jour
Voir le tracé de l'itinéraire

Avertissements et Droits d'auteur

Randonnée dans la partie Ouest de la chaîne. On fait un aller-retour au sanctuaire, magnifique, niché dans une grotte en pleine paroi. On gagne ensuite la longue crête que l'on suit jusqu’au Pic de Bertagne, avec les Alpes d'un côté et la "grande bleue" de l'autre.

Accès

  • A l’est de Marseille. D 80 entre Nans-les-Pins et Plan-d’Aups-Ste-Baume. Parking à côté (est) de l’immense Hôtellerie de la Saint-Baume.

Itinéraire

Carnet de route

  • Carte 1 : IGN TOP25 3345OT
  • Carte 2 : IGN TOP25 3245OT
  • Tracé IGN
  • Départ : Hostellerie de la Sainte-Baume 669m
  • Distance : 17,5 Km
  • Départ : 9h20
  • Aller-retour sanctuaire : 30’
  • Col du St-Pilon : 10h30
  • Pic de Bertagne : 12h25
  • Entame de descente : 13h00
  • Retour parking : 14h50

Réglementation

L’accès au massif est règlementé en été avec possibilité d’interdiction totale en cas de risques d’incendie.

  • Niveau de Danger Feux de Forêt : lien ICI
  • Tel : 08 11 20 13 13

Balisage

  • Du parking au Col du saint-Pilon : blanc/rouge du GR 9
  • Sur la crête : blanc/rouge du GR 98
  • Descente sur le col de Bertagne : jaune
  • Route forestière de l’Ubac : jaune
  • Panneaux à la plupart des intersections

Du parking au sanctuaire

Du parking, prendre le GR 9, qui se dirige plein sud vers la forêt, dans laquelle on pénètre après avoir franchi une petite passerelle.

Dans la forêt, prendre à droite, balisage blanc/rouge, sur 140 mètres, jusqu’à une bifurcation.

Prendre à gauche, le GR 9, balisage blanc/rouge, jusqu’à la bifurcation de l’Oratoire.

  • toute cette partie s’appelle le "chemin du canapé". A l’oratoire, on rejoint le "chemin des Rois", ainsi nommé parce que c’était l’itinéraire emprunté par les pèlerins, dont de nombreux monarques (Saint-Louis, Philippe VI, François Ier, Charles IX, Louis XIV etc.).

Prendre à droite pour gagner le sanctuaire.

Du sanctuaire au Pic de Bertagne

Revenir à la bifurcation de l’Oratoire.

Prendre le chemin de droite, montant, panneau peu visible, haut dans un arbre.

On passe devant la chapelle des Parisiens, le chemin devient un véritable escalier. On passe devant un oratoire avant d’atteindre le col du St-Pilon, avec, si le temps le permet, une vue sur la Méditerranée.

Suivre le chemin de crête à droite, ouest. On arrive à la chapelle St-Pilon, perchée au bord de la falaise.

  • attention aux pierres : le sanctuaire est dessous.

Continuer le GR qui suit la crête dans des lapiaz parfois pénibles.

  • on peut gagner une petite plateforme, au bord du vide, qui offre une vue saisissante, à la fois sur le sanctuaire, en pleine paroi, et sur la chapelle, tout en haut sur la crête.

Continuer le sentier de crête, on passe au pas de la Cabre.

  • ce pas, permet de descendre de la crête, soit pour abréger le parcours, soit comme variante au retour.

On arrive vers les premières antennes. On peut dès lors, choisir de parcourir le sentier balisé (plus pénible) ou la petite route de crête (plus facile mais moins beau).

Par l’un ou l’autre itinéraire, gagner le pied de l’enceinte avec la coupole du radar de l’aviation civile. Longer la clôture vers le nord pour accéder au Pic de Bertagne.

  • on peut faire le tour complet de la clôture, mais attention, une brèche demande un petit saut au-dessus du vide.

Panorama magnifique sur la Méditerranée, Marseille, le Mont Ventoux, la Montagne de Lure, et la trinité composée par les Ecrins, l’Ailefroide, le Pelvoux.

Du Pic de Bertagne au parking

Suivre au mieux la crête vers l’est. On trouve un sentier avec des marques jaunes.

Le sentier franchit une barre rocheuse (délicat si humide) et arrive au col de Bertagne où l’on trouve un monument des "Excursionnistes Marseillais" dédié à la Paix.

Gagner la route qui dessert les installations et prendre la branche basse, à gauche.

A la cote 822, on laisse à droite, la piste forestière de Betton, qui ramènerait au point de départ, mais qui est un peu remontante.

A la cote 769, prendre à droite, la piste forestière de l’Ubac, panneau de la RF, balisage jaune.

Suivre cette piste. On rencontre plusieurs intersections, mais il faut toujours aller dans la même direction est. On ne peut pas se tromper, cette piste descend suivant un très faible pourcentage.

On rejoint une piste venant de Betton, puis on passe à proximité de ferme Giniez, dont on voit les bâtiments. On arrive peu après à une intersection.

Laisser la piste principale, pour prendre à gauche un chemin descendant, panneau "Hostellerie de la Ste-Baume".

Après une fin de parcours sinueuse, mais évidente, on arrive à l’ouest de l’Hôtellerie".

Lien vers le site de l’Hostellerie de la Ste-Baume

Partie Est de la Sainte-Baume

  • Le Jouc de l’Aigle ou Croix des Béguines, le Signal des Béguines, le Sentier Merveilleux : lien ICI

La randonnée

Cinq ans après ma première visite, me voici donc de retour dans le massif de la Saint-Baume.

J’avais parcouru la partie est, cette fois, je vais parcourir la partie ouest.

Pour varier un peu, je vais monter par le "Chemin du Canapé" pris du parking de l’Hostellerie, et non pas par le "Chemin des Rois", pris par le parking des Trois Chênes.

La forêt, très ancienne, qualifiée de "forêt relique", exposée au nord, bénéficie d’un micro climat humide, à l’abri des falaises, et mêle des espèces provençales et des essences plus alpines. De nombreux arbres sont pluricentenaires, certains ifs, bien cachés, loin des sentiers, seraient millénaires.

Je vais visiter le sanctuaire. Si Louis XIV est venu, je peux m’y rendre également L’ambiance est toute différente de ma première visite. Les portes sont grandes ouvertes et chants grégoriens ne résonnent pas sur la voûte de la grotte de Marie Madeleine.

En 2007, impressionné par la solennité des lieux, je n’avais osé prendre photos. Maintenant, je sais prendre des photos d’intérieurs sombres sans flash.

Je redescends à la bifurcation de l’Oratoire et gagne le col du St-Pilon. J’abandonne l’ombre pour la lumière. Le panorama s’élargit : on voit le littoral moiré de reflets argentés des environs de Sanary-sur-Mer et de La Ciotat.

Je suis le sentier de crête et j’arrive à la chapelle, perchée au bord du vide. Un muret empêche les imprudents de tomber. Un peu plus loin, une brèche sur la crête, permet d’avoir une vus saisissante sur la chapelle et le sanctuaire niché en pleine falaise.

J’avance dans des lapiaz, plutôt pénibles, quand je crois entendre, non pas des voix, mais le son caractéristique que l’on obtient en composant un numéro téléphonique. Je regarde devant, derrière, sur les côtés : personne ! Serait-ce un miracle ? L’archange Saint-Michel se serait-il mis aux technologies modernes ?

Et puis j’aperçois une ombre : c’est un parapentiste qui utilise son portable. Pour un peu, il arrachait ma casquette !

La crête est longue et belle, malgré les lapiaz. D’un côté la mer et de l’autre les Alpes avec la barre des Ecrins à 180 Km.

Le Pic de Bertagne est constitué d’une petite crête qui domine de peu un radar de l’aviation civile. Je fais le tour de l’enceinte. C’est un peu escarpé, mais la vue sur Marseille et sa rade vaut le détour. J’arrive vers une petite brèche. Large d’environ 1m30, profonde, je dois sauter au-dessus du vide.

La descente sur le col de Bertagne emprunte un sentier avec un passage escarpé. Pas très difficile, pourtant des randonneurs ont fait demi-tour pour monter par la longue route qui dessert les installations.

Après un bref passage sur la route goudronnée, j’emprunte la piste forestière l’Ubac qui va me ramener à l’Hostellerie après un long parcours dans la forêt qui commence à peine à se parer de couleurs automnales. L’itinéraire est évident et c’est heureux car le balisage jaune est parfois fantaisiste.

Dernière modification : 30 mars 2015