Lac de Cap de Long, Pic de Campbieil (3173m) et Pic d’Estaragne (3006m) en boucle

Difficulté :
Difficile
Dénivelé :
1250m
Durée :
1 jour

Voici un beau circuit qui offre l'opportunité de gravir deux sommets de plus de 3000m sans trop de difficultés. Du Pic du Midi de Bigorre au Monte Perdido, le Pic de Campbieil offre la perspective d’une vue saisissante. Le massif du Néouvielle et sa kyrielle de lacs sont autant d’attraits. – Auteur :

Accès

  • De Saint-Lary-Soulan :

Prendre la D.929 jusqu’à Fabian en direction de l’Espagne.

De Fabian, prendre à droite "Réserve naturelle du Néouvielle".
Se diriger vers le Lac de Cap de Long puis le parking du barrage.

Précisions sur la difficulté

  • Juste après le Pic de Campbieil, dans la descente et sur environ 30 mètres, franchir des roches lisses assez inclinées.
  • Terrain haute montagne, assez classique pour l’ascension d’un "3000"

Les infos essentielles

  • Carte de randonnées : IGN Carte N°4 Bigorre 1:50000
  • Carte du secteur (conseillée) : IGN TOP25 1748ET Vallée d’Aure
  • Altitude départ : 2170m au parking
  • Altitude du Pic de Campbieil : 3173m
  • Altitude du Pic d’Estaragne : 3006m
  • Distance parcourue : 12 km
  • Dénivelée cumulée : environ 1250m

Itinéraire

Ouvrir en grand !

Chargement de la carte en cours

Voyage à la carte

C’est un simple document, un bout de papier où se dessinent des projets à venir. La carte induit parfois le choix du parcours. Avec elle j’effectue déjà mon premier voyage.

Ces myriades de tâches bleues nourrissent mon imaginaire, pour moi ce sera la région des lacs !

Les lacs du Néouvielle, joyaux des Pyrénées

Le Lac de Cap de Long (Source Wikipédia) :

C’est après le Lac de Lanoux la seconde plus grande retenue des Pyrénées françaises.

Il est situé en bordure de la réserve naturelle du Néouvielle et aux portes du parc national des Pyrénées. C’est à l’origine un lac glaciaire, creusé durant la phase de glaciation du quaternaire dans le massif granitique du Néouvielle.

Du parking au Pic de Campbieil

On quitte le barrage sans regret avec l’envie pressante de découvrir le Lac de Cap de Long.

Moins de 400 mètres après le parking, le chemin s’interrompt brutalement. Un éboulement de gros blocs (granodiorite) semble compromettre toute progression. En se rapprochant, on trouve facilement un passage.

Un bon sentier suit le lac à flanc de montagne. L’itinéraire s’élève progressivement et prend l’allure d’un sentier balcon.
Quelques pins à crochets épars s’accrochent au relief. Vers l’amont du lac, le sentier s’oriente sud-ouest et rejoint un ruisseau qui l’alimente. (2300m)

Suivre le ruisseau dans la Montagne du Cap de Long, le sentier alterne rive droite et gauche (cairns). Des blocs erratiques témoignent qu’il y a plusieurs milliers d’années, un important glacier occupait les lieux. [1]

Vers 2500m, la pente s’accentue et le parcours devient plus exigeant. La montée est assez soutenue jusqu’au replat où se trouve une zone humide, appelée laquet dans les Pyrénées.(2591m)

Une seconde bosse s’annonce déjà et l’ambiance devient plus minérale. La pente s’adoucit progressivement, quelques cairns permettent de se persuader de la justesse de la progression. On atteint un replat. (2900m)

La trace s’oriente sud-est. La roche d’abord grisâtre devient rousse et le paysage très austère. Le sentier se dirige vers un glacier rocheux et la montée semble interminable jusqu’à la crête.
Suivre cette dernière, nord-est, jusqu’au sommet du Pic de Campbieil tout proche.

Du Pic de Campbieil au Pic d’Estaragne

Je fais une petite pause au sommet du Pic de Campbieil afin de profiter d’une vue exceptionnelle.

On entame la descente, je suivrai volontiers la crête élancée qui rejoint le Pic d’Estaragne mais le sentier en a cure et plonge dans la face nord-est.
Des roches lisses et feuilletées assez inclinées demande un peu d’attention.

Plus loin, le terrain se présente sous la forme de coulées instables, mais le sentier bien marqué ne pose pas de problème.
Après cette descente, l’ascension du Pic d’Estaragne se profile, le sentier remonte progressivement, puis une courte montée assez raide permet de gagner le sommet.

Du Pic d’Estaragne jusqu’à la route

Dès le début, le ton est donné !

La descente est raide et le terrain toujours fuyant.
Une sente fait mine de rejoindre la Crête des Cintes Blanques puis s’oriente nord-est.

Vers 2850m, il faut passer un petit ressaut rocheux.
Il est nécessaire de s’aider des mains, la roche est encore délitée et l’itinéraire scabreux.

Puis on atteint une zone de roches claires (2820m) et la pente s’accentue à nouveau.

Environ cent mètre plus bas, on continue par une transversale moins pentue, des cairns ponctuent l’itinéraire. Sur la gauche, on aperçoit le départ du vallon qui mène au Col d’Estaragne. (2600m)

On amorce une descente en lacets assez escarpée. Le trajet se rapproche de la Montagne d’Estaragne et parvient sur le replat d’un vallon (2440m).

Vers 2390m, une pente herbeuse peu prononcée rejoint le ruisseau d’Estaragne.(2200m)

Suivre le ruisseau rive gauche, jusqu’à la route au point coté 2075m.

Retour au parking

1,5 Km de route sans intérêt et de surcroît dans le sens de la montée !

Notes

  • [1] Remerciements à l’Association Pyrénéenne de Glaciologie pour la photo noir et blanc de 1930. Lien
Dernière modification : 16 mai 2018
Pic d’Estaragne (3006m) et Pic de Campbieil (3173m) dans le massif du Néouvielle

A propos

Auteur de ce topo :

Marcher en montagne : "je suis bien là, où je me dois d'être. C'était la question cruciale de la vie. La plus simple et la plus négligée." Sylvain Tesson

Topo publié le 26 mars 2013

(Avertissements et Droits d'auteur)

Commentaires

Afficher les commentaires précédents (11).
  • par Le 27 mars 2013 à 19h03

    Magnifique topo, très "travaillé", comme d’hab avec Michel.

  • par NiiicoLe 12 août 2013 à 22h35

    Une très belle rando effectuée le 9 août 2013.

    Mais malgré un topo de qualité, les très grandes quantité de neige de l’hiver ont effacé une bonne partie des sentiers dans les pierriers ou du moins emporté les kairns. Ca passe bien en "naviguant" à vue, mais le terrains est difficile et les névés étonnamment importants pour l’époque.

    Attention de ne pas tenter de descendre du sommet de l’Estaragne directement dans le vallon éponyme sans bien connaitre les lieux. Les kairns ayant pour le moment disparus, le passage entre les barres rocheuses est difficile à trouver d’après les explications des "locaux". Le passage par le col d’Estaragne semble plus sûr.

  • par Le 28 août 2013 à 00h07

    Bonjour Mico,
    Je connaissais l’existence de l’itinéraire que tu proposes mais ne l’ayant pas emprunté, je ne peux me prononcer sur la véracité de tes propos.
    Je veux bien croire que le passage des barres rocheuses n’est pas une sinécure avec la présence de la neige !
    Merci pour ton témoignage, j’en profite pour remercier Alain de son message.

  • par MatthieuLe 14 août 2014 à 20h08

    J’ai fait cet itinéraire dans les 2 sens et j’avoue que je préfère le contraire. Partir du côté vallon d’Estaragne pour finir par le Cap de Long.

  • par MatthieuLe 24 juin 2016 à 17h31

    Randonnée plus que magnifique réalisée le 23/06/16.
    Retrouvez les photos ici :
    https://www.facebook.com/media/set/?set=a.10209617108168344.1073741857.1347728339&type=1&l=327ad21e9a

    Merci pour votre site, il est génial !!

  • par Le 24 juin 2016 à 19h15

    Tu vadrouilles Michel !! Parmi les lacs du Néouvielle ; mes préférés sont les lacs de Maniportet (en face nord). Ton topo fait ressurgir le souvenir de bivouacs somptueux de l’époque où je descendais dans les Pyrennées en Stop. Et sur les photos, l’arête des trois conseillers crève l’écran. Merci.

  • par Le 24 juin 2016 à 19h41

    @Salut Matthieu,
    Pas mal avec la neige ! C’est toujours sympa d’avoir des retours positifs :)
    @Salut Paul,
    Les 3 Conseillers j’y étais la veille !
    J’ai trouvé le site magnifique et la vue du Turon de Néouvielle incroyable !
    C’est marrant que tu me parles de cet ensemble de lacs, car j’avais fait un quizz sur ma page facebook en mettant la photo, persuadé que personne n’allait trouver ou se situe ces lacs. Mais c’était sans compter sur Alain... qui semble "incollable" !

  • par Le 24 juin 2016 à 20h00
  • par Le 24 juin 2016 à 23h07

    Tu étais sur le sommet ou sur l’arête des 3 conseillers ?
    Je mettrais bien un topo sur cette escalade mais les photos datent de 1982...

  • par Le 24 juin 2016 à 23h09

    Le point 2700 au nord du lac Bleu est un emplacement de bivouac exceptionnel

  • par Le 24 juin 2016 à 23h43

    Je n’ai hélas pas beaucoup de photos.
    J’ai fais un parcours long et scabreux :
    Après avoir atteint le Refuge de Glère, j’ai pris la direction des lacs de Monicot, de la Mourèle, puis une montée raide vers la brèche de Chausenque. Puis repiqué vers les lacs verts et Maniportet en passant sous les 3 Conseillers, puis le Turon.
    Descente par le PR et les lacs det Mail, de Coume et boucle. Retour vers Barèges.

  • par DrissLe 7 juillet 2016 à 20h59

    Bonjour,
    Merci pour ce topo bien détaillé. Nous envisageons ma femme et moi suivre votre itinéraire cet été. Nous aimerions bivouaquer sur le trajet, pensez-vous que cela est possible ? Est-ce risqué ou dangereux de laisser la voiture seule ? Nous n’avons encore jamais bivouaqué alors toutes vos remarques sont bonnes à prendre.
    En vous remerciant pour vos avis.

  • par Le 7 juillet 2016 à 23h36

    Salut Driss,
    J’ai mis en lien les limites de la réserve de Néouvielle et il apparaît que le trajet se trouve à l’extérieur.
    http://www.google.fr/url?sa=t&rct=j&q=reserve%20naturelle%20du%20neouvielle&source=web&cd=3&cad=rja&ved=0CD0QFjAC&url=http%3A%2F%2Fwww.reserves-naturelles.org%2Fneouvielle&ei=lrlAUZvzKOnA0QWl4IHQBw&usg=AFQjCNGk-iCur05-XNfzxk6kGZUGLRY-sw
    Je ne peux rien dire de plus car je connais moins les Pyrénées et les règlementations en vigueur.

Chargement en cours Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Astuce : Si votre commentaire est long, aérez-le en créant des paragraphes. Pour cela, il suffit de laissez une ligne vide entre ceux-ci !