Lac de la Maix et Tête du Coquin (837m)

Difficulté :
Moyen
Dénivelé :
700m
Durée :
1 jour

Longue randonnée dans les très belles forêts vosgiennes de Val Senones et Bois Sauvages. La Tête du Coquin offre un large panorama à 360° sur la plaine de Lorraine au Nord-est et les monts d’Alsace au Sud-Est. Le Lac de la Maix d’origine glaciaire est empreint de légendes, la plus célèbre étant celle du Diable violoneux – Auteur :

Accès

En venant de Saint-Dié, emprunter la N59 en direction de Lunéville. Tourner à droite en direction de Senones puis à gauche en direction de Moussey en remontant vers le Col de Prayé. Traverser Moussey et garer la voiture à proximité d’une des 3 maisons forestières situées avant la scierie.

Itinéraire

Ouvrir en grand !

Chargement de la carte en cours

Cartographie

Descriptif

Contourner la maison forestière de Haye Labbé et emprunter un petit chemin qui monte en forêt.

Lorsqu’il rejoint la piste, prendre à droite sur environ 1 kilomètre et rejoindre la petite route montant au Col de Prayé.

Remonter celle-ci vers la gauche pendant 500m et emprunter alors vers la droite le Chemin des Italiens qui remonte pendant 3 km la rive gauche du ruisseau du Grand Bras.

Au croisement des pistes, prendre à gauche, traverser la route du col et monter vers le Haut du Bon Dieu par un petit sentier.

On rejoint un carrefour de pistes que l’on traverse pour descendre vers le Lac de la Maix par un sentier étroit, pas toujours bien marqué et glissant par endroits.

On atteint la Chapelle de la Maix d’où on rejoint le lac vers la droite par des marches en pierres.

Du lac, dont on peut aisément faire le tour, remonter par la piste sur 500m en direction de la Fontaine Colas Lorrain jusqu’à une épingle.

Prendre alors un sentier vers la droite puis remonter à gauche en direction de la fontaine.

Poursuivre le sentier envahi par endroits par les joncs.

Rejoindre un carrrefour de pistes et continuer tout droit pour rejoindre une route forestière plus large que l’on emprunte vers la droite sur 500m pour atteindre Jardin David.

Emprunter alors sur 4 km environ le Chemin de Bannes qui s’oriente vers le Coquin en passant par le Noir Brocard.

On rejoint un carrefour de pistes et on poursuit vers le droite en direction du Coquin.

A hauteur du carrefour du Calvaire du Coquin situé à gauche, monter à la Tête du même nom en aller-retour.

Redescendre ensuite dans la vallée par un petit sentier qui rejoint rapidement une piste.

Prendre à gauche et immédiatement à droite pour rejoindre à nouveau une piste située 1 km plus bas.

Prendre alors vers la droite le Chemin Rouge qui nous ramène aux maisons forestières de Moussey.

Philippe

Remarques

Pour quelques commentaires concernant cette sortie et ses légendes, c’est ici.

Cette randonnée figure dans la brochure publiée par Mountain Wilderness proposant « 10 idées de sorties montagne sans voiture dans le massif des Vosges ». Le point de départ est accessible en bus en empruntant la ligne régulière Livo Vosges n°66 Belval - Senones - Saint-Dié-des-Vosges qui fait arrêt à Moussey.

Dernière modification : 16 mai 2018

A propos

Auteur de ce topo :

Site web : Nature et montagne / 123Gravir

123Gravir est association sans but lucratif qui vise à promouvoir auprès du plus grand nombre la montagne sous ses multiples facettes. Les itinéraires décrits en rando, raquette et alpinisme se situent principalement dans un grand quart Nord-Est de part et d'autre de la frontière : Vosges, Jura, Chablais, Haut Giffre, Aiguilles rouges, Mont-Blanc, Beaufortain, Vanoise, Alpes grées, Piémont et Val (...)

Topo publié le 30 octobre 2014

(Avertissements et Droits d'auteur)

Commentaires

Afficher les commentaires précédents (3).
  • par Le 14 janvier 2015 à 21h43
    • Note. Le "coquin" ne désignerait pas l’un ou l’autre fripon, mais plutôt le coq de bruyère (ancien français "coquelin", caquetage ou cri continu en saison de reproduction du coq sauvage). En patois vosgien, câquer signifie « montrer la tête, sortir (après l’hiver) » mais également « caqueter » (poule).
      Câquelā ou Coquelā aurait donné Colas, prêtant à confusion avec Nicolas ou N’kolaas. Le Gros Colas, dans le prolongement du massif du Coquin, indiquerait en vieux patois "lo grous coquelā" ou « gros coq de bruyère ». Les "Noires Colas" seraient « les noirs coqs de bruyère ».
  • par Le 15 janvier 2015 à 17h25

    Merci Hereme pour ces compléments d’infos. La toponymie n’est pas chose aisée ...

  • par Le 5 mars à 22h46

    Cette randonnée a été récemment insérée dans une brochure publiée par Mountain Wilderness proposant « 10 idées de sorties montagne sans voiture dans le massif des Vosges » dans le cadre de sa campagne menée en faveur de la mobilité douce.

  • par Le 6 mars à 15h51
  • par Le 7 mars à 12h23

    Bien vu Hereme ;-)

Chargement en cours Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Astuce : Si votre commentaire est long, aérez-le en créant des paragraphes. Pour cela, il suffit de laissez une ligne vide entre ceux-ci !