Lacs de Crupillouse (2656m) et Col du Veyre (2724m)

Difficulté :
Moyen
Dénivelé :
1400m
Durée :
1 jour

Un collier de lacs dans un cadre minéral de toute beauté. – Auteur :

Accès

EN VOITURE

  • Départ de la randonnée, du hameau des Baumes sur la commune de St-Bonnet-en-Champsaur.
  • Sur la route Napoléon en direction du col Bayard, prendre à gauche la direction d’Orcières et Pont du Fossé. Ainsi on entre dans la vallée du Champsaur. Dans un grand virage après Pont du Fossé, prendre à gauche la direction Les Gondoins . On entre cette fois dans la vallée de Champoléon. Prolonger jusqu’au hameau Les Baumes, se garer à l’extérieur du hameau proche de rochers.

Précisions sur la difficulté

  • Pas de difficulté particulière, il existe qu’un seul sentier qui remonte vers les Lacs de Crupillouse, et il est bien tracé.
  • La seule difficulté, pourrait venir de la dénivellation, puis suivant les années, d’un névé à franchir en déversant sous les lacs.

Les infos essentielles

  • Randonnée effectuée le 25/06/2006.
  • Participants : Tom Romain et moi-même.
  • Carte : IGN TOP 25 3437 OT Champsaur - Vieux Chaillol
  • Altitude de départ : 1355m
  • Altitude atteinte : 2724m
  • Horaire : à peu près 6h30
  • Dénivelé : environ 1400m
  • Positions GPS : du Lac inférieur de Crupillouse.
    • Longitude : 6.25°
    • Latitude : 44.77°
  • Balisage :
    • - Jaune.

Itinéraire

Ouvrir en grand !

Chargement de la carte en cours

LES LACS DE CRUPILLOUSE

Pénétrer dans le hameau et rejoindre un panneau descriptif du Parc National des Ecrins, départ du sentier. Ce dernier se dirige au nord, et de suite, il laisse à gauche un sentier qui remonte la combe de Val Estrèche.

Il poursuit son ascension en balcon, au dessus de la Vallée du Drac Blanc (Champoléon). A l’aplomb de la cascade d’Amblard, il vire à l’ouest et franchit aisément le pas de l’Ours.

Il reprend la direction du nord, traverse à gué plusieurs petits torrents souvent encombrés de névés. Après avoir traversé le torrent issu des Lacs de Crupillouse, notre cheminement se dirige à l’est puis reprend sa course vers le nord.

Il entame une petite traversée ouest sous les lacs ; souvent enneigé ce secteur demande de la prudence. S’ensuit un dernier ressaut au nord pour découvrir enfin le plateau ou se blottit les fameux Lacs de Crupillouse.

LE COL DU VEYRE

Franchir à gué le torrent vers l’ouest, on gagne alors les ruines d’une bergerie, poursuivre en rive sud du lac jusqu’à son extrémité.

Remontez nord la butte séparant les deux grand lacs, franchir un torrent à gué issu du grand lac supérieur. Le Col du Veyre est droit devant.

DESCENTE

Elle s’effectue par le même itinéraire.

HÉBERGEMENT

Dernière modification : 25 août 2018
Pic de Parières (3076m) et les lacs de Crupillouse

A propos

Auteur de ce topo :

"va avec confiance dans la direction de tes rêves, vis la vie que tu as imaginé". "Laisse ton esprit s’évader et tes pieds suivre tes rêves".

Topo publié le 17 décembre 2010

(Avertissements et Droits d'auteur)

Commentaires

Afficher les commentaires précédents (16).
  • par Le 18 décembre 2010 à 13h12

    Si tu parles de la ruine qui domine le premier lac, ce n’était pas une bergerie. C’était une cabane construite pour les ouvriers qui devaient aménager le site pour la production d’ hydroélectricité. Le site aurait alors ressemblé aux Sept Laux. La guerre de 14/18 a interrompu les travaux qui n’ont jamais repris. Et le site a gardé tout son charme et toute sa beauté originelle. Reste la cabane aujourd’hui ruinée et surtout un sentier merveilleusement tracé pour les ouvriers du chantier et qui permet d’avaler digestement les 1400 m de dénivelé nécessaires pour atteindre ces purs joyaux.

  • par Le 19 décembre 2010 à 09h20

    Bonjour alain, ben je suis mal renseigné, mais je peux plus changé les données.

  • par Le 19 décembre 2010 à 13h14

    Bergerie ou ruine de cabane de chantier, cela n’a pas vraiment d’importance pour le topo. Mais l’anecdote donne à réfléchir. Une guerre, qu’elle soit justifiée ou non, est le résultat de la folie des hommes. Et la folie des hommes à causé des millions de morts entre 1914 et 1918. Mais ce coin de paradis a été sauvé. Que faut-il en penser ?

  • par Le 19 décembre 2010 à 13h22

    ah la folie des hommes, 14/18 la grande guerre j’ai mon grand père qui s’en ai sorti, blessé pendant la bataille de verdun. en tout cas c’est une bonne chose que ce paradis ne ressemble pas aux sept laux avec ses digues et ses retenus d’eau. d’ailleurs j’ai un autre topo à rentré sur les lacs de crupillouse et celui là il envoie.
    salut à toi alain.
    patrice

  • par Le 19 décembre 2010 à 15h09

    Puisque tu parles de famille, voici une autre anecdote. Mon grand-oncle était Alsacien né en 1900. En 1917 l’Alsace était encore sous la domination allemande et mon grand-oncle a été enrôlé dans l’armée du Kaiser. En 1940, il a été mobilisé dans l’armée française. Il aurait pu combattre d’anciens compagnons d’armes allemands. Et mon grand-oncle Julien Binaepfel, tout comme son frère Lucien, plus connu, était artiste peintre et n’aspirait qu’à la paix. Ah, la folie de quelques uns qui entraînent avec eux des millions d’hommes dans un tourbillon de destruction !!

  • par Le 19 décembre 2010 à 15h42

    ils en ont bavais tout ces braves, la vie était difficile à cet époque.

  • par pado27Le 4 février 2011 à 21h58

    bonjour, petit renseignement, sur les lacs de crupillouse, que je connait déja,mais en autonne, cette année je voudrais les faire le 11 ou 12 juin 2011, sur tes photos, quelle époque c’etait, merci de ta réponse A+

  • par Le 5 février 2011 à 07h54

    salut pado27, c’était le 25 juin 2006 et les lacs était encore gelés. Pas de chance pour moi. Je vais bientôt rentré un topo sur ces lacs, par le col de val estrèche et le col des lauzières pour une traversée avec le topo existant.
    en tout cas c’est superbe là haut, il faut que j’y revienne.
    patrice.

  • par Le 21 décembre 2011 à 15h03

    Le camping chez Eliane et Michel : superbe ! Et la pizza de Michel !

  • par Le 21 décembre 2011 à 15h12

    Très bonne sa pizza, en plus c’est nous qui peuvent nous venter de l’avoir mangé les premiers.
    Des gens super sympa, qui ont tous vendu leurs bien à Paris pour acheter ce camping dans la Vallée du Champsaur, je garde des contacts avec eux bien sûr.
    Tu as remarqué qu’il y a dans leurs site des photos qui m’appartiennent et qui sont sur ALTITUDERANDO ?

    D’aiileurs j’ai bien envie d’aller dans ce coin cet été leur dire bonjour.
    patrice

  • par Le 21 décembre 2011 à 16h17

    Je n’avais pas remarqué, mais c’est fait Effectivement j’ai reconnu quelques photos et je crois même avoir reconnu ton chapeau devant une cascade.

  • par Le 21 décembre 2011 à 16h39

    Celles avec le BoB, j’en ai eus d’autres depuis le temps.
    C’est une des photos montant au Col de la Pisse pour l’ascension du Vieux Chaillol.

  • par agateLe 4 décembre 2014 à 13h56

    Bonjour, y a t il de la neige en ce moment ?

  • par Le 4 décembre 2014 à 15h19

    Lacs de Crupillouse, je ne sais pas. Mais les WebCam d’Orcières Merlette à 2650 m (sommet du Drouvet) ont l’air de montrer pas mal de neige.

    http://www.skipass.com/stations/webcams_orcieres-merlette.html

    A la même altitude à Vars il y a 45 cm.

  • par jeffLe 18 mai 2017 à 13h57

    bonjour,
    ma compagne craint le vertige, peut elle raisonnablement faire les lacs de crupillouse.
    Merci de me renseigner. cordialement.

  • par Le 18 mai 2017 à 15h07

    Bonjour jeff, comme indiqué plus haut dans la difficulté "Pas de difficulté particulière, il existe qu’un seul sentier qui remonte vers les Lacs de Crupillouse, et il est bien tracé.
    La seule difficulté, pourrait venir de la dénivellation, puis suivant les années, d’un névé à franchir en déversant sous les lacs." Puis les photos parlent d’elles mêmes.

  • par jeffLe 18 mai 2017 à 19h41

    Un grand merci Valverco pour ta réponse.Elle me permet d’organiser cette randonnée sans crainte. merci encore.

  • par Gérard BeaudoinLe 14 août 2017 à 10h57

    Vous parlez des ruines d’une bergerie, il ne s’agit pas d’une bergerie, d’une part à cette altitude il n’y a pas de près ou de pâturages justifiants la présence de troupeaux, l’herbe y étant pratiquement inexistante juste suffisante pour les chamois, d’autre part il s’agit des vestiges d’une habitation destinée à abriter les ouvriers travaillant sur l’abaissement du seuil de franchissement du lac inférieur qui devait être équipé d’une vanne de régulation. La saignée faite par les ouvriers au niveau du déversoir est très visible, et l’ancien niveau 2 mètres plus haut a laissé sa marque tout autour du lac. La 2ème guerre mondiale a arrêté les travaux qui n’ont jamais été repris. Mais il faut remarquer que si le sentier de monter est aussi bon c’est que justement il a fallut monter les matériaux avec des mules pendant les travaux donc aménager le sentier ordinaire en sentier muletiers

Chargement en cours Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Astuce : Si votre commentaire est long, aérez-le en créant des paragraphes. Pour cela, il suffit de laissez une ligne vide entre ceux-ci !