Le Blayeul ou Les Quatre Termes (2189m) par Verdaches

Difficulté :
Moyen
Dénivelé :
1065m
Durée :
1 jour

Belle ascension d'un sommet isolé. L'ascension très directe est très rapide. Préférer ce sauvage versant nord-est à la piste qui monte au relais hertzien. – Auteur :

Accès

Sur la D 900 entre Digne et Seyne, à 2,5 km au nord du Col du Labouret, prendre la D 900A, petite route jusqu’au village de Verdaches et se garer sur la place.

Précisions sur la difficulté

  • Sentier raide sans difficulté particulière

Les infos essentielles

  • Carte : IGN TOP 25 3439ET
  • Tracé IGN
  • Altitude de départ : 1124m
  • Sommet : 2189m
  • Temps de montée : 2h00

Itinéraire

Ouvrir en grand !

Chargement de la carte en cours

Ascension

Du village, se diriger vers le torrent, le Bès, et le traverser par la passerelle à côté d’une fontaine.

Prendre à droite, la piste qui longe le torrent vers l’ouest (balisage jaune et poteau indicateur). La piste prend ensuite une direction sud-ouest et monte dans la forêt.

Un sentier balisé en jaune quitte la piste et va monter raide jusqu’aux alpages avec de nombreux lacets.

On arrive dans les alpages, puis sur un plateau dominé par le Blayeul.

Repérer le panneau directionnel et monter vers le sommet en suivant les piquets en bois avec une marque jaune. Pas de véritable sentier.

L’isolement du sommet, son panorama et ses vues plongeantes sur les vallées environnantes, font oublier le relais hertzien.

Un sommet que l’on ne sait trop comment nommer. L’IGN l’appelle Blayeul Sommet, mais on peut trouver aussi Sommet de Blayeul ou Le Blayeul. Et la montagne s’appelle aussi Les Quatre Termes car elle est à la jonction de quatre communes.

Descente

Descente par le même itinéraire jusqu’au poteau indicateur sur le plateau au pied du Blayeul.

Le plus simple est de redescendre par l’itinéraire de montée.

On peut aussi (ce que j’ai fait) suivre la croupe balisée en jaune vers le sud-est.

L’ennui c’est que en mai 2009, dans la forêt, le balisage disparaît car les forestiers ont ouvert des pistes d’exploitation non cartées, que les engins ont laissé de grosses ornières de partout et qu’il m’a fallu chercher mon chemin à plusieurs reprises. Il faut trouver le Col de Mal-Hiver (pancarte au col) qui ramène à Verdaches.

Si on a du temps, on peut redescendre par ce versant, la recherche du meilleur itinéraire sera intéressante.

Variante de descente

  • Voici le message que j’ai reçu le 27 juin 2013  :

Voici un nouvel itinéraire de descente récemment ouvert qui a le mérite d’être moins casse patte que celui de montée, moins fastidieux que la piste du col de Mal’Hiver et plus esthétique.

Du sommet, après la descente de la butte finale, se diriger à vue au sud-est vers une belle cabane toute neuve (altitude environ 1670m). De là, plein est, un sentier, très sûr, récemment cairné amène à 1404m au pied du Garéous.

On prend alors le PR qui contourne le Garéous, passe à Coste Morine (1439m), longe une belle ravine et descend en final sur le village de Verdaches.

Dernière modification : 21 juillet 2018
Le Blayeul (2189m) - face nord avec des skis

A propos

Auteur de ce topo :

Topo publié le 3 janvier 2010

(Avertissements et Droits d'auteur)

Commentaires

Afficher les commentaires précédents (4).
  • par PélerinLe 30 juillet 2012 à 22h31

    Montée bien sportive mais belle récompense au bout. Faut oublier le relais et admirer le paysage et les vautours en vol.

  • par Le 3 août 2012 à 21h09

    Pas de vautour pour moi ! Mais c’est vrai que la montée est sportive et que le paysage est beau.

  • par Le 2 juin 2014 à 15h36

    Ascension effectuée le 23 avril 2014 ! j’ai loupé le sentier balisé ! ALAIN !!! oups ! en fait j’ai suivi la piste à gauche "tout naturellement", après avoir longé le Bès au départ. Au croisement des pistes, j’aurai dû prendre en face et aller chercher, un peu plus loin, le petit sentier qui quitte cette piste, bifurque complètement à gauche et monte dans les bois. Du coup j’ai bifurqué vers le sud trop tôt, et j’ai un peu galéré dans la forêt. j’ai récupéré une grande piste qui nous a permis de récupérer la partie sommitale en montant par l’EST (au lieu de monter plein sud).
    Mais dans mon malheur, j’ai été gagnant ! eh oui !! car en montant par l’est j’ai évité beaucoup de névés. Effectivement, après avoir atteint le sommet du Blayeul, je suis descendu par la voie normale, plein nord, et je me suis aperçu que c’était beaucoup plus enneigé que notre montée orientée vers le sommet OUEST - EST. Du coup, j’ai fait une belle boucle ! hi hi ! à bientôt

  • par Le 19 août 2016 à 15h54

    Salut Alain, merci une nouvelle fois pour un topo bien sympa.
    J’ai refait le Blayeul le 10 juin 2016 et je peux confirmer qu’Alix et Pat, du gite Flagustelle de Verdache, ont fait un super boulot de réouverture et rebalisage du sentier qui descend depuis la nouvelle cabane sponsorisée par l’Union Européenne.

    Voici donc une proposition pour faire une jolie boucle après le sommet (13 km au total, 1250 m de dénivelée) :

    NB : la montée est bien bien raide, ce n’est pas pour rien que Verdache organise tous les ans un redoutable kilomètre vertical jusqu’au sommet du Blayeul !

    Du parking randonneurs comme du gite, retourner vers la D900 ; prendre à gauche direction Seyne, et presque tout de suite à droite pour rejoindre la passerelle qui traverse le Bes.
    Après la passerelle, suivre la piste sur la droite (marquage jaune). Attention, dans un virage à gauche de la piste, on voit un ruisseau en face, il faut quitter la piste et prendre la petite passerelle qui permet de passer le ruisseau.
    Monter ensuite par le sentier assez raide (qui coupe les lacets de la piste) ou par la piste dont la pente est plus tranquille.
    Le sentier (marques jaunes) monte en forêt sur la croupe. Belle vue sur les cônes d’avalanches et éboulis de Combemarre.
    A la sortie de la forêt, on se retrouve en alpage et le marquage jaune se fait plus discret.
    Un léger replat fait apparaître un poteau indicateur avec d’un côté le Blayeul, de l’autre Garéous.
    Pour rejoindre le Blayeul, il est possible de monter « dré dans le pentu » ou de viser les poteaux (une série à droite près de l’arête, une série plus à gauche). On arrive alors à la piste et les antennes, pour un panorama à 360°.
    Très belle vue sur la vallée du Bès au sud, les cloches de Barles et le massif des Monges vers l’ouest, sur la chaîne de la Blanche et le massif de l’Estrop au nord-est, ainsi que sur le Cheval Blanc vers l’Est.

    La redescente se fait plus ou moins à vue dans les hautes herbes ou sur le vague sentier de montée (cf. les poteaux de loin en loin), ou encore le long de la croupe vers l’est. Il faudra repiquer bien vers le nord pour rejoindre la bifurcation vers Garéous. De là, pas de sentier marqué, les hautes herbes sont plus ou moins couchées et on aperçoit sur quelques îlots de rochers au sol des marques jaunes. Se diriger vers un arbre foudroyé qui de loin ressemble un peu à une statue ou un totem … Continuer jusqu’à l’altitude 1 766 m environ (fin du replat dans la prairie) et se diriger vers le nord (on aperçoit le toit de la cabane pastorale qui dépasse légèrement, elle est 2 m en contrebas du plateau).
    On rejoint alors le sentier ouvert par Alix et Patrick du gite Flagustelle.
    Un poteau à côté de la cabane indique "Garéous" et des cairns jalonnent la descente (ils ont fait exprès de faire de nombreux virages pour essayer d’augmenter le passage et permettre via le foulement des randonneurs de marquer le sentier) jusqu’à la forêt. Il est à souligner, le très beau travail de cairnage et d’implantation de poteaux indicateurs de leur part, pour un sentier qui redonne de l’intérêt à la redescente par Garéous.
    Un superbe sentier prend ensuite le relais, toujours parfaitement cairné, ramenant vers le nord pour sa dernière partie en longeant des marnes fortement érodées. On rejoint alors une piste qu’il faut prendre vers la droite pour rejoindre le pied du Garéous.
    Une fois sur la grande piste, prendre le sentier balisé jaune qui va contourner Garéous par le nord, jusqu’à rejoindre plein est la magnifique crête du Mal Hiver. Une descente toute douce sur un sol délicieusement souple sous le pied, avec vue sur les marnes, permet de rejoindre la piste juste au-dessus du Bès. Prendre à gauche pour retourner à la passerelle qui ramène sur la D900.

  • par MichaëlLe 11 juin 2017 à 10h01

    Boucle faite la semaine dernière.
    Effectivement, voilà une montée sportive et usante (j’ai déjà eu affaire à des 1000m moins "costauds" ^^).
    Mais arrivé en haut, quel panorama. Magnifique.
    Il faut compter 6 à 7 heures (pour la boucle par le Garéous)avec les pauses (en haut, on n’a plus envie de redescendre ^^).

  • par Le 19 juillet à 21h19

    Bravo Alain, la montée est plus que raide par là !
    Rien que de voir la dernière image j’en ai des courbatures ! ;-)

    J’y suis allé cet aprèm, par le versant Ouest, j’ai trouvé un sympathique itinéraire de fainéant ...

Chargement en cours Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Astuce : Si votre commentaire est long, aérez-le en créant des paragraphes. Pour cela, il suffit de laissez une ligne vide entre ceux-ci !