Le Brec de Chambeyron (3389m)

Difficulté :
Alpinisme PD
Dénivelé :
1500m
Durée :
1 jour

Le Brec de Chambeyron et l'Aiguille du même nom sont les deux sommets emblématiques du massif de l'Ubaye. Pour les alpinistes en quête de solitude et de panoramas grandioses. – Auteur :

Accès

De Barcelonnette ou du Col de Vars :

Saint-Paul-sur-Ubaye puis D.25 vers Fouillouse.

Précisions sur la difficulté

Dès le début, le terrain se révèle particulièrement instable. L’itinéraire grimpe à travers des monceaux de roches délitées.

  • Le risque de déclencher des chutes de pierres étant très important, il convient de faire attention si l’on n’est pas seul dans la voie.
  • Franchissement de ressauts (II) - Deux difficultés (III) dans le final.
  • Lors de la descente, il est fortement recommandé de négocier ces deux passages à l’aide d’un rappel (équipés).

Matériel :

  • Pour course d’alpinisme niveau de difficulté PD.
  • Voie rocheuse équipée (corde 45-50m pour les deux rappels).
  • Un piolet d’appoint peut être utile (présence possible de névés tardifs).

Les infos essentielles

  • Carte : IGN TOP25 3538ET Aiguilles de Chambeyron Cols de Larche et de Vars
  • Altitude de départ : 1900m à Fouillouse
  • Altitude du refuge : 2626m
  • Altitude du sommet : 3389m
  • Distance (A/R) : 18km
  • Dénivelée cumulée : environ 1500m

Itinéraire

Ouvrir en grand !

Chargement de la carte en cours

A CET AMI QUI ARPENTAIT CES HAUTES TERRES DANS LES ANNÉES CINQUANTE

Lorsqu’ils passaient la nuit en altitude, les montagnards d’antan se contentaient d’abris rudimentaires. L’ancien refuge Jean Coste témoigne de cette époque. C’est la cabane située juste à côté de l’actuel refuge.

Aujourd’hui, il est difficile de retrouver de telles ambiances même en montant très haut. En France, le refuge Durier ainsi que celui de l’Aigle sont les rares refuges qui évoquent la promiscuité de ces nuits alpines.

Quelques-unes des photos présentées sont en noir et blanc, c’est ma façon de rendre hommage à celui qui me fit découvrir ce coin des Alpes en août 1984.

Historique et étymologie (Source Wikipédia)

Ce sommet est considéré comme inaccessible jusqu’en 1878, année de son ascension par le versant est situé en territoire italien. L’année suivante, l’illustre révérend Coolidge est venu dans le massif à la conquête des cimes encore vierges !

Brec ou Bric signifie : "dent cassée" - Chambeyron : "champ beau et rond"

Vers le refuge de Chambeyron

  • Ce Refuge est parfois ravitaillé à moto !

Quitter le parking et traverser le hameau de Fouillouse.
Sur la gauche et moins de cent mètres après la dernière maison, prendre le sentier menant au refuge de Chambeyron (poteau indicateur).

Le sentier s’oriente nord-ouest et s’élève à l’aplomb de Fouillouse. Vers 2070m, la sente oblique au nord-est et serpente le long d’une croupe herbeuse.

La pente s’atténue au point coté 2460m, s’ensuit une longue traversée légèrement ascendante. L’itinéraire prend une allure de sentier balcon et contourne un éperon rocheux, une dernière grimpette permet de gagner le refuge de Chambeyron (2626m).

Vers le Col des Terres Jaunes

Juste après le refuge, laisser à main gauche le sentier menant au Pas de la Souvagea et poursuivre au nord-est.

On évolue sur un terrain bosselé dans un cadre de plus en plus minéral. Longer le lac long puis franchir un raidillon pour atteindre le front d’un glacier rocheux que l’on contourne en s’orientant progressivement à l’est.

Remonter au sud-est en direction du Col des Terres Jaunes (2974m).

  • Le pierrier est raide mais ce passage est plus direct que le sentier qui mène au Col de la Gypière.

Descendre un court instant sud-ouest sur le versant italien du col.

Vers le sommet

Ce jour là, il n’y avait personne dans la voie et le risque de se prendre un "parpaing" en pleine figure devint moins important.

“Dans les grandes émotions, la solitude est parfois salutaire”. Joseph Lallier .

Un névé en dévers très raide barre l’accès dès le début de l’ascension. Heureusement mon compagnon a un piolet pour faire la trace.

L’approche se déroule sur un terrain friable. Une sente ténue traverse ce versant austère en suivant sensiblement la même direction (à gauche, orientation sud-ouest).

Poursuivre par une succession d’éboulis et de ressauts où quelques cairns attestent de la justesse de la progression.

Passer à proximité d’un gendarme qui se distingue par sa forme pointue. L’itinéraire s’élève à travers un dédale de roches sur un terrain caillouteux très délité.

Un dernier couloir permet d’atteindre le point de faiblesse du bastion rocheux qui s’annonce.

Les deux passages clés

J’aperçois une grande fissure qui balafre la roche.

Sur la droite de cette dernière, l’escalade est plus esthétique. Une dalle lisse, légèrement striée, permet un franchissement plus sûr.

  • Dalle compacte équipée (III).

Remonter un goulet cerné par deux grands murs, une sorte de conglomérat de roches plus sombres. Le fond du goulet se termine par une fissure encombrée de glace. Sur la droite, le mur raide qui se présente (III) est pourvu de bonnes prises. Une petite cheminée sort directement sous le sommet.

Partir un peu sur la gauche pour atteindre le point culminant.

Il est tel que je l’avais imaginé, un plateau large et pentu vers l’ouest.

Une boite aux lettres se trouve au sommet. Laissons nos impressions. Le facteur ne passe pas tous les jours !

Un panorama grandiose

Au nord, rien ne semble obstruer l’horizon jusqu’au Viso.
J’admire le bleu intense du Lac des Neuf Couleurs et de son voisin italien Lago del Vallonasso di Stoppia.

On aperçoit le refuge de Chambeyron en avançant un peu vers l’ouest. Ça plonge !
L’arête des Aiguilles de Chambeyron s’étend sur presque deux kilomètres.

A l’est, vers le Piémont, la vue est dégagée !

Au sud, Tête de Cibiroles, Parrias Coupa, Buc de Nubiera et Massour composent un chaînon de presque trois kilomètres de long.

Dernière modification : 16 mai 2018
Tour du Chambeyron

A propos

Auteur de ce topo :

Marcher en montagne : "je suis bien là, où je me dois d'être. C'était la question cruciale de la vie. La plus simple et la plus négligée." Sylvain Tesson

Topo publié le 4 novembre 2012

(Avertissements et Droits d'auteur)

Commentaires

  • par Le 4 novembre 2012 à 10h12

    Bravo Michel pour ce topo.
    Faut y monter là haut... pas évident.
    Sommet majeur des Alpes du sud, le Break a une voie normale des plus pêteuses. La pente est fuyante et glissante, le terrain pas sympa du tout. J’ai personnelement fait demi tour aux 2/3 de la voie après avoir essuyé des chutes de blocs qu’un chamois a fait dégringoler au dessus de nous.
    Les couloirs de la face nord restent des objectifs d’actualité.

  • par Le 4 novembre 2012 à 10h41

    Certains couloirs sont intéressants.
    Il faut les faire de plus en plus tôt dans la saison pour trouver de bonnes conditions de neige.
    Dans les années cinquante, il y avait encore des glaciers dans le massif !!
    Cependant, je pense que la traversée des Aiguilles de Chambeyron est la plus belle voie du secteur. Un topo pour toi !

  • par Le 4 novembre 2012 à 10h49

    Superbe ! Les photos prises de la haut sont splendides (notamment celle avec les 2 lacs en contrebas) ! Bravo Michel !

Chargement en cours Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Astuce : Si votre commentaire est long, aérez-le en créant des paragraphes. Pour cela, il suffit de laissez une ligne vide entre ceux-ci !