Le Buet (3096m), en boucle par la montagne d’Anterne, le col de Salenton et le Grenairon

Difficulté :
Difficile
Dénivelé :
2650m
Durée :
1 jour
La carte

Auteur : (Avertissements et Droits d'auteur)

Une très longue boucle pour explorer la plupart des versants du magnifique belvédère qu'est le Buet. C'est une randonnée très variée qui, après une montée fraîche entre forêt et cascades, vous fera visiter les alpages vallonnés d'Anterne, le vallon verdoyant de la haute Diosaz, l'univers minéral du versant est du Buet avec sa vue fantastique sur les Aiguilles Rouges et le massif du Mont Blanc, la crête déchiquetée des Frêtes du Grenier... Une magnifique boucle d'été, qu'on pourra judicieusement couper en deux par un bivouac dans le vallon de la Diosaz.

Accès

Samoëns - Sixt - Salvagny, Route de la cascade du Rouget, parking au Fardelay, quelques virages avant le Lignon.

Itinéraire

  • Altitude départ : 1040m.
  • Altitude sommet : 3092m.
  • Durée : 15h.
  • Carte : IGN TOP25 3530ET Samoëns - Haut-Giffre.

Période

Praticable en conditions estivales, en particulier lorsque la neige n’encombre plus la descente entre le Buet et le Grenairon, en général à partir de début juillet. Beau temps nécessaire en raison de l’altitude.

Difficulté

La difficulté de cette randonnée tient surtout à sa longueur. On pourra idéalement la couper en deux par un bivouac dans la vallon de la Diosaz, ou éventuellement au refuge d’Anterne. Mis à part cela, l’itinéraire est plutôt facile, mais hors sentier dans la montée vers les Frêtes de Villy, et derrière la descente dans le vallon de la Diosaz demande un peu de sens de l’itinéraire. La montée au Buet est longue mais sans difficulté. La descente par le Grenairon nécessite un passage en désescalade aérien mais câblé sur la crête vers le col des Eves, puis quelques passages déversants dans des schistes pourris. Le parcours des Frêtes du Grenier est tourmenté, parfois exposé ou paumatoire, mais relativement facile.

Ascension

Rejoindre le Lignon, en suivant éventuellement le sentier coupant les lacets de la route, et poursuivre le chemin montant à la cascade de la Pleureuse. Juste après, délaisser le sentier montant vers Sales et bifurquer à gauche en sur le sentier en direction d’Anterne. On contourne le Pointe de Sales par le nord en franchissant le collet d’Anterne, puis une petite descente conduit aux alpages de la Montagne d’Anterne et au refuge Alfred Wills.

Poursuivre le sentier montant au lac d’Anterne, mais le quitter lorsque celui-ci part vers le sud après la première montée, et poursuivre à vue vers l’est la montée des grandes pentes herbeuses vallonnées en direction de la Tête de Villy, extrémité nord de la crête des Frêtes de Villy. Belle vue.

La descente dans le haut vallon de la Diosaz se fait également à vue, en suivant de vagues sentes à moutons descendant vers le sud en direction de replats herbeux. Un ressaut intermédiaire se franchit par une faiblesse parcourue de sentes à moutons (en cas de doute, contourner par le sud). Plus bas, il faut rattraper au mieux le sentier montant des chalets de Villy vers le col de Salenton. Il est inutile d’essayer de traverser horizontalement à flanc vers le nord par les sentes à moutons pour éviter de perdre de l’altitude, car celles-ci sont souvent pénibles, en dents de scie dans les cailloux recouverts par l’herbe haute.

La montée au col de Salenton se fait sans difficulté sur bon sentier. Beau cairn carré, alors que se dévoile le versant nord des Aiguilles Rouges et la minérale face est du Buet. Le sentier rejoint celui montant depuis le refuge de la Pierre à Bérard, et remonte la pierraille en contournant par l’est l’Aiguille de Salenton (névés tardifs). Une montée en lacets pénibles permet de rejoindre l’arête le la Mortine au niveau du relais radio. Le sommet est là en haut de la crête. La vue est magnifique sur tous les versants, et particulièrement spectaculaire vers les Aiguilles Rouges et le massif du Mont Blanc...

Descente

Descendre le sentier suivant la crête vers le nord. Celle-ci s’affine, puis finit par buter sur un raide ressaut de roches schisteuses assez impressionnant qui se franchit à l’aide d’un câble. Quelques traversées dans des dévers pourris amènent au col des Eves.

La descente du col vers l’ouest est un peu délicate juste sous le col, en utilisant au mieux quelques vires de pierraille instable. Puis le sentier se fait plus commode, descendant dans la combe du Buet à proximité du lac du Plan du Buet.

Une traversée un peu ascendante vers l’ouest permet de rattraper la crête des Frêtes du Grenier à proximité de la Cathédrale, grand gendarme rocheux barrant la crête qui se contourne par la gauche. Derrière, la crête se fait très tourmentée, et le sentier, parfois exposé, traverse au mieux le dédale rocheux. C’est par endroits paumatoire, en général sur le versant sud avec parfois de petites incursions sur le versant nord (ne pas hésiter à revenir en arrière si la trace semble disparaitre). Après une descente entre des blocs rocheux, on finit par atteindre les alpages dominant le refuge du Grenairon.

La descente se poursuit sur les lacets d’une large piste, assez longue, qui finit par rejoindre la piste montant aux chalets des Fonts. Prendre cette direction vers la gauche, puis après quelque centaines de mètres la quitter par un petit sentier descendant vers la droite en direction d’une passerelle franchissant le torrent, puis remontant en face vers le parking.

Détails de la sortie

Fin août 2008, départ à 6h du matin pour une grande boucle vers ce magnifique sommet qu’est le Buet, en remplaçant la classique et pénible montée depuis le cirque des Fonts par celle, plus longue mais beaucoup plus variée, de la Montagne d’Anterne.

Montée à la fraîche alors que le jour se lève. Le soleil enflamme les Fiz alors que je me trouve au collet d’Anterne. Je passe à côté du refuge Alfred Wills qui s’éveille tout doucement... Finalement, le soleil me rattrape dans la montée des pentes herbeuses des Frêtes de Villy, encore couvertes de rosée.

Arrivée à la Tête de Villy à 9h30. C’est beau, particulièrement en direction du vert émeraude du lac d’Anterne sous la falaise des Fiz, entouré d’un alpage sur lequel déambulent des centaines de moutons...

Mon projet initial était de rejoindre le col des Chaux puis de rattraper par là le chemin montant depuis le chalet des Fonts. Une vague trace descendait vers le nord la crête depuis la Tête de Villy, au début assez commode, mais qui s’engageait, à peine marquée, dans des pentes herbeuses de plus en plus raides... Au vu de l’exposition et des ressauts qui restaient à franchir, j’ai sagement décidé de faire demi-tour...

Plan B pour la suite de la balade... Il est encore tôt, passer par le col de Salenton peut être envisageable, bien que cela rajoute plus de 300m de dénivelé à une balade déjà longue pour redescendre dans le vallon de la Diosaz... Mais la boucle semble variée et très jolie, allons-y...

Descente à vue dans les alpages magnifiques et sauvages de la Diosaz... Plus bas, des sentes à moutons m’incitaient à traverser horizontalement pour éviter de trop descendre... Erreur, ces sentes sont longues et vraiment pénibles, trébuchant continuellement sur les cailloux masqués par l’herbe haute...

Remontée au col de Salenton sur un bon sentier régulier sous le soleil de midi... Grande pause au col, la longueur de la balade commençant à peser sur les jambes...

Courage, le sommet n’est plus très loin ! Mais la montée des raides lacets en direction de la crête est pénible... Le courage revient à la vue du sommet au bout de la crête débonnaire. Ma seule déception fut causée par les cumulus, jusqu’à présent discrets, qui envahirent soudainement le ciel, masquant le magnifique panorama qui fait habituellement le caractère de ce sommet...

16h... Ne traînons pas trop, la descente est longue... C’est parti sur la crête nord en direction du col des Eves... La désescalade du ressaut raide de la crête, entre les nuées, prenait un caractère particulièrement austère...

Descente dans la combe du Buet et remontée sur les Frêtes du Grenier... Le dédale rocheux apparaissant au gré des trouées de nuages prenait un air fantasmagorique, apaisé par la présence de quelques bouquetins. Finalement, les nuages feront place à la lumière jaune du soleil descendant dans les dédales de blocs dominant le refuge du Grenairon.

La piste du refuge est dévalée alors que le soleil se couche... Il fait bien sombre en bas de la piste, et la frontale sera nécessaire pour retrouver le sentier franchissant la passerelle pour revenir au parking... Il est 21h, la journée fut longue et les jambes sont bien lourdes, mais on en garde un magnifique souvenir...

Dernière modification : 16 mai 2018

La carte du topo « Le Buet (3096m), en boucle par la montagne d’Anterne, le col de Salenton et le Grenairon »

Ouvrir en grand !

Chargement de la carte en cours

Photos « Le Buet (3096m), en boucle par la montagne d’Anterne, le col de Salenton et le Grenairon »

Départ aux aurores dans le vallon de Sales. Depuis le collet d'Anterne, vue sur la montagne d'Anterne et la Tête de Willy. La Pointe de Sales sort de l'ombre. En montant vers les Frêtes de Willy, regard vers la Pointe d'Anterne. Regard vers la vallée de Samoëns et le Chablais. Lumières matinales sur le lac, le col et la Pointe d'Anterne. Regard vers les Frêtes du Grenier. Depuis la Tête de Villy, vue sur le col des Chaux et le Buet. Les Frêtes de Villy et le Mont Blanc. Descente dans le haut vallon de la Diosaz. Les pentes à remonter vers le col de Salenton. Depuis le col de Salenton, vue sur le col des Chaux, la Tête de Villy et la chaîne des Fiz. Derrière le col, le vallon et les aiguilles de Bérard. Les couleurs minérales des contreforts du Buet. Le joli cairn carré du col de Salenton. Montée des pentes minérales sous l'Aiguille de Salenton. Longues pentes un peu pénibles... Vue arrière sur les Aiguilles Rouges. La crête sommitale. Un cairn habitable : L'abri de Pictet. Au sommet, les nuages s'accumulent et bouchent le paysage. Le sauvage vallon de Tré les Eaux. L'arête nord du Buet. Descente câblée sur le col des Eves. La minérale combe du Buet. Au col des Eves, regard arrière sur l'arête nord du Buet. Le lac du Plan du Buet, devant l'arête du Grenairon. La Cathédrale, sur les Frêtes du Grenier. Les chaotiques Frêtes du Grenier. Ambiance brumeuse... Descente vers le refuge du Grenairon. Chaos rocheux. Couleurs du soir sur les contreforts du Buet. Le soleil descend... Le Buet maintenant dégagé. Le soir tombe sur la chaîne des Fiz.