Le Cheiron (1778m), en boucle par Gréolières et Coursegoules

Difficulté :
Difficile
Dénivelé :
1500m
Durée :
1 jour

Voilà déjà un bon périple qui, malgré l'altitude modeste du point culminant, présente un terrain assez aventureux, avec une longueur plus que respectable, et offre l'avantage d'être accessible du printemps à la fin de l'automne.

Accès

Par le Sud : Par la RD2 et le Col de Vence
Par l’Est : Par la rive droite du Var, via Carros, le Broc, Bouyon et Bézaudun (RD1 puis RD8)
Par l’Ouest : au niveau du Logis du Pin sur la RD6085, prendre la RD2211 puis la RD2.
On atteint Gréolières village. Se garer sur le long de la route, non loin des toilettes publiques.

Itinéraire

Ouvrir en grand !

Chargement de la carte en cours

Carnet de route :

  • Carte : IGN TOP25 3642 ET "Vallée de l’Estéron"
  • Tracé IGN : Le Cheiron
  • Altitude de départ : Gréolières, environ 830m
  • Point culminant : Cime du Cheiron, 1778m
  • Temps de parcours : environ 8 heures pour la boucle.
  • Distance estimée : environ 28 km
  • Période conseillée : Sortie effectuée mi-mai 2015. Accessible de mai à novembre (à voir selon les conditions d’enneigement)
  • Balisage : traits rouges et blancs du sentier GR4, traits jaunes du sentier PR sur l’ensemble du parcours, parfois difficiles à trouver. Poteaux indicateurs numérotés dont on retrouve le chiffrage sur la carte IGN.

Difficultés :

  • La bonne longueur du parcours.
  • Le cheminement pénible : lapiaz irréguliers notamment sur la crête, et nombreuses portions caillouteuses.
  • Orientation : parfois le sentier a tendance à disparaître sous le maquis de buis, ou bien semble se perdre sur la crête. Des connaissances élémentaires de la lecture de carte et de l’utilisation de la boussole sont donc les bienvenues si vous ne voulez pas rajouter des kilomètres à cette belle bambée !

Remarques :

  • Qui dit terrain calcaire, dit infiltration des précipitations, donc quasiment pas d’eau en surface, ni de sources ! Pensez à vous faire de bonnes réserves d’eau. Points de ravitaillement "sûrs" : Gréolières et Coursegoules.
  • Ce tracé est celui de l’une des randonnées "imposées" par le CNSNMM dans le cadre de la préparation au probatoire de l’Accompagnateur en Moyenne Montagne. Le lien de ce topo renvoie d’ailleurs au tracé IGN mis en ligne par le CNSNMM. Je n’ai pas vérifié si d’ores et déjà des randonnées du site figurent sur la liste (classée par massifs), mais je vous invite via ce lien à vous faire une idée des randonnées sélectionnées par le jury de l’AMM !
  • Les nuages se formant avec la mer toute proche s’accrochent souvent sur la crête du Cheiron : attention à la présence fréquente de brouillards, qui ne faciliteront pas l’orientation
  • La faible altitude, le grand versant Sud, l’absence d’eau et la végétation buissonnante m’incitent à vous déconseiller cette randonnée par les chaudes journées d’été. Gare au coup de chaleur !

Le parcours :

Au bord de la route du côté amont vous trouverez le début du sentier GR4, à la balise n°30. Une montée derrière les dernières maisons, et on atteint rapidement les ruines du château Hautes Gréolières.

On navigue à travers les blocs de calcaires gris et quelques restanques d’anciennes cultures avec les barres de la crête au-dessus de notre tête. Passer la balise n°193 et prendre la direction de la cime. On franchit une barre calcaire, puis on arpente un replat après avoir dépassé une croix, et on atteint la balise n°194.

D’une direction Nord, nous allons passer à une direction Est en montant vers la première (et plus haute cime) du jour. La grimpette nous fait naviguer sur le plateau calcaire du Cheiron. Le sentier est plus ou moins bien balisé. Après la montée vers l’Est, on vire vers le Nord à l’opposé de la proéminence signalée par le point coté 1564.

La trace va reprendre vers l’Est. Si vous continuez trop vers le Nord, vous vous retrouverez sur la piste de ski "Les Combes", qui ressemble à une large piste forestière. Vous devez rester au Sud de la zone de barres entre le point coté 1665 et le sommet. On atteint d’abord la cime qui porte les antennes de communication. Poursuivez jusqu’au "vrai" sommet, et vous pourrez repérer les nombreux sommets (et même la Corse !) sur la table d’orientation à 360°.

La suite du parcours passe par un chemin de crête (essayez de toujours repérer les traits jaunes du sentier PR, ou les cairns) qui suit les ondulations du relief : cime de Jérusalem, point coté 1707, Croix de Verse, puis borne au point coté 1537. Essayez de bien vous repérer, car le sentier se devine ici difficilement dans les buis et autres buissons. Heureusement, la crête est là pour servir de guide.

Passage par la balise n°147, puis la n°146. On continue notre lente descente jusqu’à la balise n°145 et la Baisse de Viériou. A partir de là, nous allons descendre en direction du Sud-Ouest, d’abord toujours à travers la végétation buissonnante, avant d’atteindre les premiers bosquets de feuillus de la combe du Foussa.

On traverse alors Coursegoules d’Est en Ouest par le centre du village. Prendre à droite avant l’église pour arriver sur une placette. On reprend encore à droite par le sentier qui coupe la route. Le chemin descend dans le vallon, on enjambe le torrent du Foussa.

Direction la Chapelle Saint Michel, très bien restaurée, par une montée vers le Nord-Ouest. Cette dernière trône dans un beau replat herbeux. On atteint ensuite la balise n°13a, suivre vers l’Ouest à travers les restanques.

Le sentier continue à peu près de niveau. Bien suivre les marques jaunes et délaisser les différentes pistes qui coupent le sentier (bien que le sentier se transforme aussi parfois en piste forestière !). Celui-ci poursuit en rive droite du vallon de Vespluis, où l’on rencontre de beaux bosquets de chênes pubescents et de clairières épierrées verdoyantes.

Au Collet de Gilibert, la descente s’accentue jusqu’à la balise n°180, puis on serpente jusqu’à la balise n°179 au-dessus du hameau de Saint-Pons. Une bonne montée nous attend pour rejoindre le quartier de Font Roubaud. On gagne ensuite une large cuvette au point coté 1102, qui marque l’entame de la descente vers Gréolières. Apparemment il est aussi possible de regagner Gréolières par le sentier de décollage des parapentes (là où les pistes se croisent), mais je n’ai pas tenté cette option. Ce sentier est signalé par des ronds jaunes. Le départ de ce sentier est signalé par un chêne de très belle taille.

On dépasse la balise n°192, puis on franchit une brèche dans une petite barre rocheuse, et à travers les restanques on continue vers l’Ouest au-dessus du bois des Blachières jusqu’à longer les premières maisons.

Nous voilà de retour sur le bitume, et à notre point de départ !

Dernière modification : 16 mai 2018
Cime du Cheiron (1778m)

A propos

Auteur de ce topo :

Site web : Rando Terres d’Azur

Bonjour, Je suis installé à Allos dans les Alpes de Haute Provence. Accompagnateur en montagne, je vous propose des randonnées dans le Haut-Verdon et dans tout le Mercantour. Rendez-vous sur le site "randoterresdazur.fr" ou la page facebook "Rando Terres d'Azur". A bientôt ! Marc

Topo publié le 12 mai 2015

(Avertissements et Droits d'auteur)

Commentaires

Afficher les commentaires précédents (7).
  • par Le 13 mai 2015 à 21h31

    Très intéressant ! Alors, ils ont changés l’examen probatoire en doublant le nom de randos à présenter. C’est dans un coin de ma tête de passer un jour ce diplôme...
    En tout cas, la liste du CNSNMM donne des bonnes idées de randos !

  • par Le 13 mai 2015 à 21h39

    Oui Dyn’s,
    pas sûr cette année de réussir avec des conditions d’accès encore plus sélectives. Je tenterai en septembre. En tous cas, cela donne l’occasion de faire de beaux parcours ! Je serai en Corse du 14 au 21 juin avec 5 randos de prévues parmi la liste imposée (Bavella/Incudine, Monte Rotondo, d’Oro, Cinto, Renoso). En espérant ramener un maximum d’images de ces superbes itinéraires, si la météo et mon état de forme le permettent !

  • par Le 16 mai 2015 à 09h14

    Salut Marc,

    Pour info, mon dernier topo sur le Mourre Nègre (https://www.altituderando.com/Le-Mourre-Negre-1125m-tour-et) est lui aussi issu de cette liste du CNSNMM. ce n’est pas précisé dans le topo (peu utile pour un randonneur lambda). Pour ma part je fais l’impasse en 2015 pour être fin prêt en 2016. Bonne chance à toi pour cette année. En attendant avec impatience tes topos Corses.

  • par Le 16 mai 2015 à 10h48

    Coucou Fabien,
    Oui, ça risque d’être plus dur que l’an dernier, où j’ai échoué à l’orientation pour une balise.
    Les randonnées pour le probatoire ne s’adressent pas à mon avis au randonneur lambda, car il faut déjà une certaine pratique pour les réaliser. Je trouve utile de signaler ces randos comme étant issues de cette liste, dans le sens que cela permet à celles et ceux qui ne connaissent pas l’examen de se faire une idée de ce que l’on demande, et en se mesurant à ces parcours, peut-être de susciter des vocations !

  • par Le 17 mai 2015 à 10h08

    Après réflexion, je vais peut être mettre une petite note comme la tienne à titre d’information sur le Mourre Nègre et sur mes autres topos à venir.

    Concernant la difficulté, il y a certaines randos imposées qui sont peut être moins éprouvante que les autres. Le Mourre Nègre par exemple en fait partie (voir données dans carnet de route). Le Mont Ventoux par la superbe combe de Curnier (au programme pour demain) sera au moins aussi éprouvant que ton topo sur le Cheiron.

    Pour la course d’orientation dont tu parles, je crois que maintenant c’est combiné avec l’épreuve de marche et de terrain varié dans le jour 1. Les autres jours sont plus théorique avec des QCM et les éventuels entretiens. Bref je trouve intéressant la nouvelle forme du probatoire où les connaissances du candidat sur milieu montagnard sont plus mis en avant....encore faut il passer le jour 1. Bref on a du pain sur la planche ;-)

  • par Le 17 mai 2015 à 11h47

    Je suis d’accord avec toi, les épreuves du probatoires me semblent plus cohérentes cette année : le fait de faire l’orientation et le terrain varié pendant la marche correspond plus à une vraie randonnée que de se retrouver à courir le lendemain de la marche, plein de courbatures, sur un "terrain réduit" pour trouver les 5 balises... Je pense que cette nouvelle formule, plus proche de la réalité, est aussi plus sélective, et demande en plus d’une bonne forme la capacité à rester concentré pendant 8 heures de course.
    D’après les itinéraires que j’ai étudié pour mon coin de montagne des Alpes du Sud, les randos imposées ne sont pas de difficulté équivalente. Le Cheval Blanc m’a paru plus facile que le Cheiron, et la rando dans les merveilles, avec l’aller-retour sur le Bégo en partant des Mesches et la boucle Valmasque/Merveilles, ça envoie du lourd !
    L’important aussi sera de pouvoir restituer les éléments de géologie, faune, flore, patrimoine... de la sortie lors de l’entretien. Bref, il faudra faire autant marcher la tête que les jambes !
    Bonnes sorties à toi et bon courage, j’attends la sortie de tes topos avec impatience :)

  • par Le 30 juin 2015 à 22h48

    Salut, a tout hasard ne serait tu pas passé à la petite épicerie de la station ce jour la ? Car ce printemps j’ai rencontré un gars qui faisait le meme parcours dans le meme but de l’exam de l’AMM !

  • par Le 1er juillet 2015 à 00h38

    Salut Will,
    Non ce n’était pas moi. Avec les listes imposées, nul doute que nous soyons assez nombreux à arpenter ces parcours pour boucler notre liste de randos^^
    Marc

  • par Le 1er juillet 2015 à 14h08

    Oui me doute que du monde fasse les circuits imposés, mais comme parfois le monde est petit, je me suis posé la question en lisant ton topo.
    Bonne continuation et bonne chance pour ton exam.
    Will

Chargement en cours Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Astuce : Si votre commentaire est long, aérez-le en créant des paragraphes. Pour cela, il suffit de laissez une ligne vide entre ceux-ci !