Le Chiran ou Mont Chiran (1905m) par les Chauvets et la chapelle Saint-Pierre

Difficulté :
Facile
Dénivelé :
650m
Durée :
demi-journée

Changement radical après plusieurs jours de randonnées au fond du Grand Canyon du Verdon, que cette balade presque dépourvue de végétation arbustive. – Auteur :

Accès

De la route panoramique en rive droite des Gorges du Verdon, se rendre au Point Sublime. Prendre la D17 qui se dirige sur le village de Rougon.
À la première bifurcation, laisser à droite la route qui mène au village et continuer la petite route qui amène aux Chauvets et à Périer.
Se garer face à la Chapelle St-Pierre.

Itinéraire

Ouvrir en grand !

Chargement de la carte en cours

Carnet de route

  • Carte : IGN TOP25 3442OT
  • Tracé IGN
  • Temps de montée : 1h30
  • Départ : 1255m
  • Distance : 10,5km

Ascension

Prendre la piste balisée en jaune à gauche de la chapelle. Après 600 m, un virage de la piste est coupé pour prendre le sentier qui, plein nord, va rejoindre le Portail de Blieux, col bien visible situé entre le Grand Mourre à droite et le Chiran à gauche.

On va alors rejoindre la large piste qui monte au sommet. Par cette piste, ou par les raccourcis, on gagne le petit plateau sommital qui offre un large panorama des Alpes à la Méditerranée.

Le sommet est occupé par un observatoire astronomique et un refuge gardé. Le lac de Sainte-Croix est visible, mais le Grand Canyon, lui, est trop encaissé, il ne se laisse que deviner.

Après les sentiers de l’Imbut, du Bastidon et des Pêcheurs , cette petite ascension permet de se libérer de l’ambiance oppressante imposée par l’univers assez particulier du Grand Canyon. Un petit tour en altitude bienvenu pour clore mon séjour.

Descente

Par le même itinéraire.

Notes personnelles

  • J’ai eu la chance de faire cette ascension hors saison touristique. La piste du sommet doit être tentante pour les pollueurs de la nature que sont les motos, 4x4 et autres quads. Sans doute pas mal de VTT aussi, mais eux carburent à la sueur tout comme nous, les randonneurs.
  • Durant ce séjour dans le Verdon, je n’ai pas fait le Sentier Martel, que j’avais déjà parcouru le 28 mai 1979. Par contre j’ai fait une superbe mais difficile randonnée en vélo : l’intégrale des routes panoramiques. Moustiers-Sainte-Marie, la rive droite, le circuit de la route des crêtes de la Palud à la Palud, le pont sur l’Artuby, et retour rive gauche jusqu’à Moustiers, soit 125 km et 2500m de dénivelée positive.}
Dernière modification : 16 mai 2018
Grand Canyon du Verdon - Sentier Martel

A propos

Auteur de ce topo :

Topo publié le 25 avril 2010

(Avertissements et Droits d'auteur)

Commentaires

Afficher les commentaires précédents (11).
  • par Le 19 juin 2011 à 16h26

    je viens de la faire ce matin, très belle randonnée, superbes vues, pour toute la famille très facile, à faire impérativement !!!!!

  • par Le 19 juin 2011 à 22h26

    Et bien dd83630, va falloir rentrer une sortie sur le site pour nous montrer tout ça ;-)

  • par Le 24 juin 2011 à 10h55

    Bravo pour le mont Chiran les "ancien". Mais pour le Cervin, vous en êtes certains ?

  • par Le 24 juin 2011 à 18h40

    c’est ce que a dit un guide au refuge, il a la forme d’un triangle vu du Chiran, maintenant ?

  • par Le 20 janvier 2015 à 20h16

    Un beau sommet réalisé le 20 avril 2014... Malheureusement avec des chutes de neige au sommet, il fut difficile pour moi de distinguer quelconque sommet réputé des Alpes (Tête de l’Estrop, Mont Ventoux, Mont Pelat, les Ecrins etc.).

    Malgré tout je garde en mémoire un excellent souvenir notamment avec la beauté âpre du paysage (la végétation était encore en configuration "hivernale") qui entoure ce sommet digne d’intérêt.

    Un sommet à faire impérativement (surtout par temps clair) !

  • par claudioLe 27 mars 2017 à 10h03

    J’ai eu la chance de faire cette ascension hors saison touristique. La piste du sommet doit être tentante pour les pollueurs de la nature que sont les motos, 4x4 et autres quads. Sans doute pas mal de VTT aussi, mais eux carburent à la sueur tout comme nous, les randonneurs.

    Voilà une curieuse réflexion qui rangent les purs et durs et les autres, les pollueurs dans des compartiments bien distincts.
    Je suis randonneur, vttiste ; kayakiste, escaladeur ... et motard. Il m’arrive de faire de la moto sur des petits chemin ou des petites routes.
    Pour votre information lorsque vous venez garer votre véhicule sur les parkings souvent situé loin de chez vous, votre impact carbone n’est pas neutre, y compris pour une randonnée de 10 ou 20 km à pied afin d’admirer le paysage du sommet. Vos pas laissent des traces sur les sentes et l’usure de celles-ci est visible (surtout sur les sites très fréquentés)
    Alors avant d’écrire de telles sottises ; réfléchissez.
    Et surtout n’opposez pas les gens dans leurs loisirs, quand bien même ceux-ci vous répugnent. Cela s’appelle de la tolérance.
    Par exemple je ne supporte pas les gens qui ont fait 150 km pour venir admirer un point de vu et qui meuglent parce qu’ils croisent le berger sur son quad, ou les riverains qui vont balader en moto.
    Puisque vous êtes un prestataire de service qui facture son "voyage" abstenez vous de ce types de commentaires.

  • par DanielLe 27 mars 2017 à 18h24

    C marrant. C’est toujours les gêneurs qui demandent la tolérance à ceux qui sont gênés par le bruit et les odeurs. Pourquoi c pas eux qui seraient tolérants et reconnaissant de la gène causée laisseraient leurs engins au garage. Comparer l’impact des pneus d’engins et celui des chaussures des randonneurs, c gonflé gars.

  • par Le 27 mars 2017 à 18h32

    Vu les messages, je reviens sur le topo.
    @dd83630 —> le Cervin, je ne pense pas. Il y a trop de montagnes devant.Voir avec —>
    http://www.udeuschle.selfhost.pro/panoramas/makepanoramas_en.htm

    @claudio —>
    "Puisque vous êtes un prestataire de service qui facture son "voyage" abstenez vous de ce types de commentaires."
    Peux-tu m’expliquer cette phrase ?

  • par Le 27 mars 2017 à 19h52

    Je comprends Alain car il m’est arrivé plus d’une fois de bougonner en voyant des 4x4 après plusieurs heures de marche, ou plus rarement une moto qui faisait un barouf d’enfer en pleine montagne... C’est un peu comme le jet ski en bord de mer, j’apprécie guère sur le moment.
    Les espaces naturels demeurent des havres de paix que l’on aurait envie de préserver envers et contre tout.
    Peut-être que la culture du "vroum vroum" n’est plus la mienne aujourd’hui et que chacun d’entre nous doit réfléchir à son impact environnemental...
    Ton argumentaire "Claudio" suffisait à faire valoir ton point de vue sans employer un ton aussi véhément car l’on peut s’accorder à penser qu’il y a des loisirs moins nuisibles pour la quiétude des lieux !
    Responsabiliser sans culpabiliser demeure la clé de voute de toute sensibilisation... pas toujours simple !

  • par Le 27 mars 2017 à 20h04
  • par claudioLe 2 avril 2017 à 16h28

    Je ne justifie pas l’utilisation d’un 4x4 pour se rendre à un sommet, ni celui de la moto. Seulement, une attitude qui oppose les loisirs des uns (plus nobles, plus sensibles à la nature etc..)à d’autres (plus bruyants, plus sales(?), moins contemplatifs (?) etc...) c’est un peu drôle, non ?
    En effet, combien d’entre ceux qui viennent randonner le WE à la campagne habitent en ville ? On peut de poser la question de l’impact de tels trajets pour se rendre sur les lieux de cette si jolie randonnée.
    Désolé Michel si mon ton semble véhément, mais cette attitude qui consiste à opposer des uns contre les autres est agaçante. Chacun devrait pratiquer ses loisirs dans le respect des autres. Je pourrai te parler de randonnées durant lesquelles effectivement des gens très stupides (note l’euphémisme) étaient sur des quads en faisant un baroufs d’enfer. Cette conduite est inadmissible. Effectivement.
    En dehors de ça on peut aussi évoquer le ravitaillement des refuges de montagne par hélicoptère par exemple. Mais là personne ne semble s’en émouvoir, il est vrai qu’un hélicoptère c’est peu bruyant, pas polluant ...
    je crois que la tolérance des activités de chacun se situe au milieu de ces extrêmes et la phrase évoquant des pollueurs m’a simplement mis en colère.
    Et comme je l’ai dit je suis randonneur, vvtiste, kayakiste, grimpeur .... et motard.
    Et sincèrement je pense que ma moto pollue beaucoup moins que certaines voitures diésel (de randonneur se rendant sur les sites ). Mais ceci est un autre débat. Je note aussi que certain randonneurs laissent parfois leurs détritus, leur mégots ...
    Tu vois Daniel, c’est ça qui me dérange. Le sentiers très fréquentés sont "usés" (fais le Martel, tu comprendras ce que je veux dire, surtout vers les éboulis de Guègues et vers La Maline et à ces endroits ne passent que des randonneurs).

  • par casadoLe 19 juillet 2017 à 20h53

    je pratique le 4x4 je marche beaucoup apres avoie poser mon land je dore ds des endroits ou meme les randonneurs ne vienent pas me deranger . Si vous marcher sur les pistes forestieres la ou passent 4x4 vous devez recontrer chasseurs gardes forestier et pompier en surveillance par contre plus haut il y a des sentiers ou juste mes pieds passent donc chacun ses passions les miennes conjugue,t les deux

  • par Nanio benjaminLe 22 juin à 00h33

    Y a t il du reseau pou téléphoner

Chargement en cours Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Astuce : Si votre commentaire est long, aérez-le en créant des paragraphes. Pour cela, il suffit de laissez une ligne vide entre ceux-ci !