Le Courradour (2157m) en boucle par Ondres

Difficulté :
Difficile
Dénivelé :
900m
Durée :
1 jour
La carte

Auteur : (Avertissements et Droits d'auteur)

Le Haut-Verdon recèle nombre d'itinéraires intimes, sauvages, même quand ils nous emmènent sur des sentiers de grande randonnée. Ce cheminement ne déroge pas à cette règle tant il nous fait nous éloigner de la civilisation.

Accès

Prendre la RD908 qui entre dans la vallée du Haut-Verdon. Peu après le Pont du Moulin marquant l’entrée dans le Val d’Allos, bien repérer sur la droite le pont étroit traversant le Verdon dont le panneau signale le hameau d’Ondres. L’emprunter et suivre les indications aux bifurcations pour trouver le village (environ 3 km de piste assez bien entretenue). Ne pas se garer dans celui-ci mais poursuivre en haut sur la gauche pour stationner son véhicule sur le petit replat herbeux.

Itinéraire

La sortie en quelques chiffres :

  • Carte : IGN TOP 25 n°3541OT « Annot - St André les Alpes PNR Verdon »
  • Tracé IGN : Le Courradour
  • Altitude de départ : Ondres, environ 1350m
  • Point culminant : Le Courradour, 2157m
  • Temps de parcours : environ 8h00 sans les pauses
  • Distance : environ 22 kilomètres
  • Balisage : cheminement bien balisé (marquages jaune du PR et rouge et jaune du PR de Pays). Moins évident à trouver dans les alpages du Plan de Rieu (poteaux). La montée et la descente du Courradour se fait à vue.
  • Période conseillée : sortie effectuée fin décembre 2015, ce qui est exceptionnel, à moins que les hivers doux ne deviennent la norme. Praticable normalement de mai à octobre, mais bien vérifier les conditions d’enneigement (risques d’avalanches et glace persistante sur le sentier dans les vallons à l’ubac).
  • Equipement : celui du randonneur classique. Les écarts de températures peuvent être importants vu que l’on se retrouve dans des adrets très ensoleillés aussi bien qu’au fond de vallons orientés nord.
  • Points d’eau : selon la période, certains ruisseaux peuvent être actifs, notamment ceux sous le Petit Coyer. Voir aussi les points d’eau au voisinage des cabanes (Orgeat, Pasquier, Cabane Vieille...).

Difficultés :

  • Roubines : des portions de sentier peuvent être dégradées (sous le Petit Coyer notamment, dans le bien nommé Ravin des Grosses Pierres) dans ces zones à forte érosion.
  • Glace : au printemps ou à l’automne, le sentier peut être recouvert de plaques de glace dans les vallons ubac, toujours au voisinage du Petit Coyer. Le contournement peut être possible, mais sachez renoncer si cela devient trop scabreux.
  • Vide : peu de passages aériens, mais dans les roubines avec un sentier dégradé en dévers, la proximité de vallons raides peut être impressionnante pour les personnes sensibles.
  • Ravin du Pré de Thorame : un joli cheminement assez pentu sur un sentier étroit. Tout à fait praticable, mais nécessite un peu d’attention.

Période de chasse :

Mieux vaut prévenir que guérir : le parcours proposé recèle de nombreux endroits giboyeux, et donc de grandes possibilités de rencontrer des chasseurs en période d’ouverture. Vigilance donc !

Le parcours :

Départ du parking au-dessus du hameau d’Ondres par la piste. On rejoint à la sortie du village les bassins de l’ancienne source de Fontarras, et le sentier PR. Il grimpe dans une zone de prairie avant de partir vers l’Est-Sud-Est. On trouve les premiers sous-bois de conifères que l’on va souvent rencontrer (mélèzes et pins à crochets).

Le chemin décrit quelques lacets qui nous font gagner de l’altitude, puis il y a une traversée dans une zone aride pour gagner le fond du Ravin des Baumes où se trouve la Cabane de l’Orgeat. Continuer sur le PR (ou couper à travers la prairie pour gagner un peu de distance) en direction de la Baisse de l’Orgéas. (Note : si quelqu’un sait pourquoi la cabane s’appelle "Orgeat" et la baisse et la forêt "Orgéas", je suis preneur !).

De la baisse, on part vers le Sud par un large sentier dans un beau sous-bois jusqu’à atteindre une crête. Ici se trouve un poteau en mémoire du jeune homme foudroyé en 2014 sur ce sentier. Un panneau de bois et une croix sont situés un peu plus loin.

On chemine maintenant sur un très bel adret. Cette belle portion de sentier nous permet de gagner le fond du vallon, entre le ravin des grosses pierres et de la cascade. C’est dans la partie suivante que réside la principale difficulté en terme d’érosion du sentier et de présence de glace.

On franchit une crête, et l’on rejoint le ravin du Pasquier, où se trouvent les cabanes du même nom. Ignorer le sentier montant vers la Baisse du Détroit et poursuivre à flanc de montagne à travers la forêt de mélèzes. Passage par le talweg suivant découpé en deux ravins, celui du Pré des Brousses et du Serre. Une courte remontée et l’on débouche sur une baisse marquant l’entrée du plan du Rieu.

Le sentier est bien moins marqué dans cette jolie prairie d’herbe rase, mais il n’est guère difficile de trouver la Cabane Vieille, ni de repérer l’éperon du Courradour, qui nous toise depuis le Sud-Ouest. Ce sommet se présente comme une belle pyramide un peu tassée avec 3 arêtes. Le versant qui nous fait face présente une muraille de modestes barres rocheuses.

Vous remarquerez sur la carte une sente en traits pointillés noirs pour gagner la crête. En fait, d’autres brèches dans le ligne de rochers existent, et plus proches du sommet que par cet itinéraire. Je n’ai d’ailleurs pas trouvé ce sentier sur le terrain, mais il faut dire qu’il y avait de la neige dans ce versant exposé au nord.

Rapprochez-vous de la crête à partir du point coté 2054. Partez à main droite vers l’Est jusqu’à trouver une brèche évidente. Vous débouchez alors sur le grand replat débonnaire du versant Sud-Ouest. Une courte remontée et vous voilà au sommet de ce modeste promontoire, mais qui offre un superbe panorama : Puy de Rent, Montagne de Cordeil, Cheval Blanc, Montagne de Boules, Denjuan, Mourre de Simance, Sangraure, Caduc, Estrop, et, plus proches, Petit et Grand Coyer, le Carton, avec derrière la pointe de la Fréma.

On entame une descente tranquille sur ce versant bien dégagé, jusqu’à atteindre les ruines de la cabane de la Cassile. Effectuer une traversée vers l’Ouest à travers le bois de mélèzes (la pente est ici plus soutenue) jusqu’à retrouver le GR "Tour du Haut Verdon Sud".

Le sentier remonte légèrement le long du fond du vallon jusqu’à atteindre la baisse du Pré de Thorame aux alentours du point coté 1779.

Là commence la descente dans le fond du ravin. D’abord légère, la pente s’accentue, et le sentier se faufile dans les faiblesses de ce versant escarpé. On atteint le fond du vallon du Pré de Thorame. Une petite main courante nous aide à franchir une dalle. On continue de descendre, on passe 2 ou 3 éboulis et l’on atteint assurément la zone la plus froide de la randonnée, le fond du Vallon du Riou d’Ondres. Il était à sec lors de mon passage, mais couvert de givre.

On passe en rive droite du Riou. Il faut franchir une courte zone de roubines qui ont tendance à grignoter le sentier. Une belle traversée nous amène dans les parages d’Ondres. Essayez de bien repérer la sente qui part dans les restanques et une végétation un peu sauvage pour éviter de descendre trop bas. Cela vous permettra de traverser le village et de regagner plus directement le parking.

Variante 1 - avec un seul véhicule :

Si vous disposez de suffisamment de temps (et si votre condition physique vous le permet), il est possible d’allonger légèrement cet itinéraire par un détour jusqu’au remarquable village de Peyresq. Compter un supplément de 1h30 de marche et de 200m D+. La plupart des maisons ont été restaurées et sont la propriété d’associations belges. En lien, l’association Claude Fabri de Peyresc, porteuse de nombreux projets dans le village.

Variante 2 : avec deux véhicules :

Avec 2 véhicules, le parcours peut être bien raccourci : un que vous laissez à Ondres, l’autre à Peyresq. Cela vous évite toute la redescente sur Ondres. Compter 850 mètres de dénivelé positif, et environ 600 mètres de dénivelé négatif, pour environ 15 kilomètres et 6 heures de marche. Le tour en voiture est par contre assez long bien que Ondres et Peyresq ne soient distants que d’environ 20 kilomètres, mais la route qui les sépare est bien sinueuse...

Dernière modification : 16 mai 2018
Antécime du Grand Coyer (2565m) par Ondres

La carte du topo « Le Courradour (2157m) en boucle par Ondres »

Ouvrir en grand !

Chargement de la carte en cours