Le Gouleyou (1293m), Haute Ardéche

Difficulté :
Difficile
Dénivelé :
177m
Durée :
demi-journée
La carte

Auteur : (Avertissements et Droits d'auteur)

Appelé aussi "le Petit Gerbier", le Gouleyou est l'une des plus belles montagnes en forme de "pain de sucre" de tout l’hexagone. Entouré de parois verticales, il est bien plus impressionnant encore que son illustre cousin le Gerbier de Jonc. Cependant, la face Ouest est un peu moins raide et striée de couloirs. Cette faiblesse permet de se faufiler jusqu'au sommet par un itinéraire délicat et peu fréquenté.

Accès

D 378, 1,3 Km à l’Ouest et en amont du village de Borée, situé en Haute Ardèche, au Sud-Est du Mont Mézenc. Petit parking en borde route, à proximité du point coté 1116m.

Itinéraire

Carnet de route

  • Carte : IGN TOP25 2836OT
  • Tracé IGN
  • Distance : 3,7 Km
  • Horaire : 1h30
  • Altitude de départ : 1116m

Balisage

  • Blanc jaune jusqu’à la seconde bifurcation après la ferme.

Difficulté

  • Quelques passages rocheux faciles mais raides.
  • Il faut trouver le bon passage dans la barre rocheuse médiane... et le retrouver à la descente.

Descriptif

Du petit parking, prendre la piste, direction ouest, qui va passer sous le versant nord du Gouleyou qui n’est plus visible.

On passe à la ferme isolée de l’Esclupier. 300 mètres plus loin on arrive à une bifurcation, prendre a gauche.

80 mètres plus loin, on arrive à une autre bifurcation. Prendre à gauche, presque à 180°, un raide chemin non balisé.

Ce chemin passe entre le Gouleyou et son voisin, le Suc de Touron.

Au plus haut du chemin, prendre une vague sente au nord-est.

On arrive au pied du Gouleyou, au niveau d’un énorme rocher en forme de table.

Contourner ce rocher par la droite et repérer la discrète sente qui remonte le soubassement en direction des dalles.

On arrive au pied d’un couloir. Le remonter par le fond rocheux/herbeux/terreux ou par les dalles de la rive droite (à gauche), plusieurs pas de II.

On arrive sous la barre rocheuse médiane. Son franchissement direct est exposé sans corde. Longer cette barre vers la droite, jusqu’à un pin. 1,5 mètre après l’arbre, derrière un bloc, remonter un couloir rocheux facile.

Au-dessus du couloir, on arrive dans des pentes herbeuses raides qui débouchent sur l’étroite plate-forme sommitale.

Descente par le même itinéraire.

Petit récit d’une courte ascension

Cela fait des années et des années que je connais le joli petit village de Borée. Situé à 1155 mètres d’altitude, il est régulièrement isolé par les tempêtes hivernales. Le village est entouré par d’anciens volcans, dont l’un attire le regard. A chacun de mes passages, en voiture ou à vélo, je ne manque pas de regarder avec fascination le Gouleyou, cet étrange suc qui présente des faces verticales de tous les côtés.

Cependant, du sommet du Mont Mézenc tout proche, une observation avec des jumelles, révèle une face ouest avec quelques traces de végétation, signe qu’elle n’est pas tout à fait verticale.

De retour d’une randonnée au départ de Borée, je me décide pour aller voir cette face de plus près. L’approche est courte et après une ultime traversée dans la forêt, j’arrive au pied du monstre.

Une sente discrète, mais indubitable se dirige vers le sommet. C’est sans doute la voie de descente des grimpeurs. Pas de triomphalisme, je connais l’histoire de la peau de l’ours, cette sente pourrait amener à un ressaut que les grimpeurs franchissent en rappel.

J’arrive au pied d’un couloir. Le fond en est humide. Pour ceux qui ne connaîtraient pas les roches volcaniques, je dirais que, humides, elles ont un point commun avec une savonnette bien mouillée. Je remonte donc par les rochers de le la rive droite et c’est un pur plaisir.

J’arrive ensuite au pied de la barre rocheuse médiane. Je franchis un petit mur et bute sur un autre un peu plus raide et moins prisu. Ce n’est pas insurmontable loin de là, mais je ne suis pas certain de pouvoir le redescendre et je n’aime pas trop explorer un itinéraire à la descente.

Je redescends donc et longe la barre rocheuse. Je trouve un point de faiblesse et après une petite vire délicate à cause de la végétation, je remonte un couloir rocheux assez facile.

C’était la dernière difficulté. Je pose quelques cairns et remonte les pentes supérieures, herbeuses.

Le sommet n’est large que de quelques mètres et est très aérien avec trois de ses quatre faces verticales.

Dernière modification : 16 mai 2018
Mont Gerbier de Jonc (1551m) tour et ascension

La carte du topo « Le Gouleyou (1293m), Haute Ardéche »

Ouvrir en grand !

Chargement de la carte en cours

Photos « Le Gouleyou (1293m), Haute Ardéche »

Le Gouleyou, vu au zoom, des environs du col de l’Ardéchoise. En venant de Borée, vue sur le Gouleyou et le suc de Touron. Le Gouleyou vu du parking. Sur le chemin d’approche. La ferme de l’Esclupier. Chemin raide. Le gros bloc à contourner par la droite. La sente, discrète. Le couloir et les dalles de la rive droite. Le premier mur qui semble plus impressionant qu’il ne l’est, le passage se trouvant sur la gauche. Le  second mur que je n’étais pas certain de pouvoir redescendre sans corde. Le point de faiblesse de la barre rocheuse. Le sommet, presque plat et étroit. Les roches de Borée. Le Mont Mézenc. Descente des pentes sommitales. Au-dessus de la barre rocheuse. Le couloir vu d’en haut. Retour vers le gros bloc. Sur le chemin du retour, vue sur le Gouleyou et la face d’ascension. Le Gouleyou et les roches de Borée. Vue sous un autre angle. Vue de la route. Tracé Google Earth.