Le Grand Galibier (3228m), par l’Alpe du Lauzet et le col de la Ponsonnière

Difficulté :
Difficile
Dénivelé :
1550m
Durée :
1 jour
La carte

Auteur : (Avertissements et Droits d'auteur)

L'itinéraire par le sud pour monter au magnifique point culminant qu'est le Grand Galibier... À peine plus long que l'itinéraire habituel par le nord, et très varié.

Accès

Bourg-d’Oisans ou Briançon, route du col du Lautaret, parking au Pont de l’Alpe, à environ 5km du col versant Briançon.

Itinéraire

  • Altitude départ : 1710m.
  • Altitude sommet : 3228m.
  • Durée : 8h.
  • Carte : IGN TOP25 3535OT Névache - Mont Thabor - Cols du Galibier et du Lautaret.

Période

Praticable en conditions estivales, en général à partir de début juillet. Des névés peuvent subsister assez tard en début d’été, mais ne sont pas trop gênants par bonnes conditions et avec l’équipement approprié. Bonne visibilité souhaitable, notamment au dessus du col de la Ponsonnière.

Difficulté

La montée au col de la Ponsonnière se déroule sur bon sentier, un peu exposé juste avant l’arrivée au col, et comportant une cheminée rocheuse câblée si on choisit de passer par le Grand Lac. Ensuite, le sentier est facile mais moins marqué jusqu’au replat de Termier. La montée au sommet est un parcours alternant dédales rocheux et traversées de pierriers, avec peut-être un peu de recherche d’itinéraire. Il y a, sous le sommet, un court ressaut raide à escalader (quelques pas de II).

Itinéraire

Du Pont de l’Alpe, prendre la piste montant en direction de l’Alpe du Lauzet. Un sentier coupe le premier lacet de la piste. On contourne l’Aiguillette du Lauzet par l’ouest, pour atteindre les chalets situés derrière.

Poursuivre la montée du vallon vers le nord-est. Après avoir franchi un verrou, le vallon s’oriente au nord et le sentier monte sur le flanc gauche. On contourne ainsi les arêtes de Bruyère par l’est, finissant par aboutir au collet au nord de celles-ci. Belle vue sur le Grand Lac.

  • Une autre option, un peu plus courte mais plus technique, consiste à remonter, depuis les chalets, le vallon contournant les arêtes de Bruyère par l’ouest. Au fond, on bute sur un ressaut qui est grimpé par un couloir rocheux muni d’un câble, peu difficile mais aux prises assez patinées. Juste derrière se trouvent les rives du Grand Lac. Le sentier monte ensuite vers la droite en direction du collet.

On se dirige ensuite vers le nord. Derrière une butte se trouve une petite bergerie. Le sentier continue ensuite en faux-plat en suivant le flanc d’une longue croupe herbeuse vallonnée en direction du col de la Ponsonnière, en passant à côté du lac de la Ponsonnière. Les derniers mètres avant le col sont un peu exposés au dessus de ravines.

Poursuivre vers l’ouest la sente suivant plus ou moins le fil de la crête. Après avoir remonté un espèce de petit lapiaz, on aboutit à un replat dominant le lac Blanc. Après une petite descente, le sentier reprend la montée dans un terrain beaucoup plus minéral en direction d’un large col entre le Roc Termier et le Grand Galibier.

On a une belle vue sur l’objectif, qui n’est pas le pic est, gros sommet dominant le lieu, mais le pic ouest, petite pointe semblant à peine dépasser à gauche.

On remonte vers la droite en direction d’un dédale de dalles rocheuses, que l’on remonte en suivant méticuleusement les tâches de peinture bleue. Il faudra parfois chercher un peu... Finalement, on rejoint un pierrier qui est remonté jusque sous les rochers du bloc sommital.

  • On peut éviter le dédale de dalles en redescendant, depuis le large col, vers l’ouest le replat en direction du col Termier. De là, remonter au nord le vallon pierreux, d’abord sur le flanc gauche puis sur le flanc droit sur une raide trace terreuse, jusqu’à rejoindre le pierrier montant vers le bloc sommital. Cet itinéraire est en général préféré à la descente.

Il est inutile de monter au col de la Clapier séparant le pic est du pic ouest. Il faut traverser vers la gauche sous les falaises du pic ouest pour s’engager dans un couloir rocheux montant vers l’arête. Les derniers mètres sont les plus difficiles, et on s’écartera volontiers du fond du couloir pour grimper à gauche des rochers aux bonnes prises.

On suit finalement la crête assez chaotique vers l’ouest pour finalement arriver au sommet. Si la météo le permet, la vue sur tous les versants est fantastique...

La descente s’effectue par le même itinéraire.

On notera qu’il est possible de basculer à l’ouest du col Termier pour descendre versant Lautaret. La sente qui descend le couloir Termier est raide et scabreuse, alternant ressauts rocheux et vires raides couvertes de cailloux, et se termine sur un raide pierrier au fond d’un couloir qui accessoirement sert aussi d’entonnoir à parpaings. Cette option permet néanmoins de rallier le col du Galibier, offrant un itinéraire à dénivelé relativement faible.

Détail de la sortie du 29 octobre 2014

Quel contraste avec la neige de la semaine précédente, qui m’avait valu une sortie hivernale dans la blancheur... Tout a maintenant fondu, et on monte au delà de 3000m à pied sec... L’été fait son baroud d’honneur !

Le Pic du Grand Galibier, point culminant des Cerces restait encore à ajouter à ma collection... Mais on est quand même fin octobre, les jours sont courts, et le soleil ne monte guère haut au-dessus de l’horizon... Plutôt que d’atteindre ce pic en le contournant par le nord comme on le fait habituellement, mieux vaut l’atteindre par le sud, pour mieux profiter du soleil... Certes, l’itinéraire est un peu plus long, mais cela est aussi compensé par le fait de ne pas devoir franchir le col du Galibier en voiture, réduisant l’approche...

Départ du Pont de l’Alpe vers 9h30... On trouve le soleil un peu après les Chalets du Lauzet. Montée rapide par la variante du Grand Lac. On atteint la bergerie vers 11h.

La suite est un parcours tranquille dans l’herbe... Le ciel est parfaitement bleu et l’air est doux, presque comme en plein été... Quasiment plus de traces de neige, si ce n’est sur quelques versants ne voyant pas le soleil. Il y a juste une légère couche de glace sur le lac de la Ponsonnière, lac que l’on contournera par la droite pour profiter des perspectives photographiques...

Col de la Ponsonnière vers midi, seul lieu où je rencontrerai quelques randonneurs... On poursuit sur la crête vers l’ouest... L’univers est minéral, mais les Cerces offrent une géologie unique qui, de part et d’autres de ces larges vallons, offrent des pics acérés aux couleurs claires et variées, mises en valeur par la lumière du bas soleil hivernal...

On atteint le replat de Termier, et avec lui les difficultés... Le jeu de pistes "suivez les points bleus" dans les dédales rocheux est ludique, mais un peu casse-rythme et fatiguant à la longue... La remontée du pierrier sous le sommet est aussi fatigante, cette fois à cause des cailloux roulant sous les pieds... On finit par arriver sous les rochers sommitaux...

Le balisage ambigu me conduira au col de la Clapière, et la mauvaise solution de vouloir suivre la crête me fera désescalader une raide cheminée pour rejoindre la trace... 14h... Un peu plus de grimpette et voilà le sommet...

La vue est fantastique, les couleurs chaudes de l’automne étant mises en avant par la lumière chaude du soleil jamais bien haut en cette saison... Le panorama est total, et on regrettera juste qu’en cette saison le soleil soit trop bas pour voir les sommets des Écrins autrement qu’à contre-jour...

15h... Les jours sont courts et il faut déjà descendre... Pour éviter le dédale rocheux on descend le chemin terreux en direction du col Termier. Petite exploration derrière le col pour voir l’abominable cheminement attendant ceux qui voudraient descendre sur le col du Lautaret... Pas pour moi cette fois-ci, retour par le chemin normal...

Retour sans difficultés, avec une deuxième escale au lac de la Ponsonnière pour profiter du décor dans des couleurs chaudes de fin de journée... On bascule dans l’ombre au collet derrière les arêtes de Bruyère, puis la descente vers les chalets du Lauzet se fera en présence de deux jeunes bouquetins curieux... La piste sera tranquillement descendue dans le calme du soir, pour un retour vers 18h30.

Dernière modification : 16 mai 2018
Le Grand Galibier (3228m), par Plan Lachat et le col de la Ponsonnière

La carte du topo « Le Grand Galibier (3228m), par l’Alpe du Lauzet et le col de la Ponsonnière »

Ouvrir en grand !

Chargement de la carte en cours