• Randonnée

Le Grand Salève (Corraterie, 1278m), en boucle par les Etournelles et la Grotte d’Orjobet

Un terrain d'aventures sauvage à côté de la ville.

  • Difficulté Difficile
  • Dénivelé (en mètres) 640
  • Durée demi-journée
Localiser le sommet

Le Mont Salève domine magnifiquement le bassin genevois, et offre une belle vue sur l'extrémité du lac Léman. Malgré son altitude modeste, le versant nord-ouest de cette "colline" offre des falaises entrecoupées de vires dignes de "vraies" montagnes calcaires... Beaucoup d'itinéraires existent pour parcourir les vires de ce versant, souvent plus scabreux et exposés les uns que les autres... Le sentier de Chavardon et des Etournelles permettent de se mettre un peu dans l'ambiance "verticale" de cette montagne, tout en restant de difficulté et d'exposition raisonnables. Puis, après un magnifique détour sur la vire balcon de la Corraterie, le retour par le trou de la Tine et la grotte d'Orjobet conclut cette petite visite.

Avertissements et Droits d'auteur

Accès

Genève ou Cruseilles - Collonges-sous-Salève - le Coin, parking à l’embranchement de la route montant à la Croisette. Egalement accessible par les bus des Transports Publics Genevois depuis la Croix de Rozon (compter 186m de dénivelé et 1h aller-retour pour rejoindre le parking).

Itinéraire

Une incursion dans le terrain d’aventure que constitue la face nord-ouest du Grand Salève. Ce sentier offre un bon compromis entre beauté et difficulté, en se faufilant entre vires et falaises, tout en se déroulant dans un terrain relativement facile et sain, mais tout de même par endroits assez exposé.

Pour un petit inventaire des possibles itinéraires sur cette montagne, voir le site sur le Salève.

  • Altitude départ : 666m
  • Altitude sommet : 1278m
  • Durée : 4h
  • Carte : IGN TOP25 3430OT Mont Salève - Saint Julien en Genevois - Annemasse

Période

Praticable lorsque l’itinéraire est sec et déneigé. Cela arrive parfois même l’hiver grâce à l’altitude modeste de ce parcours.

Difficulté

Bien qu’il n’y ait pas vraiment de difficultés de grimpe (il faut tout de même parfois un peu mettre les mains), l’itinéraire est cependant relativement exposé et le faux-pas est souvent interdit, en particulier sur les étroites vires herbeuses entre le cirque des Etournelles et le trou de la Tine. Petites difficultés d’orientation car le sentier de montée, n’ayant pas de caractère "officiel", est mal indiqué (non tracé sur IGN).

Ascension

Depuis le parking, s’élever sur un bon sentier qui monte en forêt en direction de la grotte d’Orjobet. Après quelques lacets, le sentier franchit une faiblesse terreuse dans une barre rocheuse, et poursuit la montée. Juste après ce passage, il faut le délaisser pour un sentier bifurquant sur la gauche (mal indiqué) et traversant horizontalement au dessus de la barre.

Ce sentier finit par sortir de la forêt en débouchant sur une croupe de dalles rocheuses inclinées, où le cheminement est taillé en lacets. On arrive au portail du Chavardon, et on retourne en forêt derrière par une petite descente facilitée par une rambarde métallique.

La montée se poursuit ensuite dans la forêt. On laisse à gauche la descente vers les vires Bütikofer, et on débouche finalement sous le joli cirque des Étournelles. À la bifurcation sous la falaise, on pourra optionnellement faire un petit aller-retour à gauche vers le promontoire dominant les Étiollets. Joli point de vue.

  • Il est également possible d’atteindre ce point au départ des carrières du Coin, en parcourant le sentier des Étiollets et les vires Bütikofer. Il s’agit d’un itinéraire plus esthétique mais aussi beaucoup plus difficile, nécessitant de grimper un peu, et où du matériel de ferrata ne serait pas inutile pour s’assurer dans les vires.

Depuis la bifurcation sous les Étournelles, partir à droite et grimper facilement les premiers gradins du cirque. À gauche du cirque, on pourra optionnellement visiter la grotte de la Mule. L’entrée supérieure est un peu plus difficile à atteindre, mais au fond, le trou de la Mule offre une belle vue sur l’autre côté de la montagne.

  • En franchissant le trou de la Mule, on s’engage sur l’itinéraire des vires du Sarrot - Saut Gonet, cheminement très difficie, scabreux et exposé.

Au dessus de la grotte de la Mule se trouve la grotte de la Table. Au même niveau au bout de la vire à gauche, on aperçoit le Bonhomme. On continue la montée des vires à droite de la grotte, pour finalement arriver au niveau de la vire, confortable mais aérienne, conduisant vers la gauche au Sphinx. On pourra optionnellement y faire un aller-retour, et même escalader le Sphinx par son extrémité. Point de vue photogénique.

Le sentier sort du cirque par la droite en alternant vires et sections ascendantes, parfois facilitées par des barres de fer et des câbles. Un ressaut, facilité par deux barreaux, permet de prendre pied sur la vire supérieure qui sera parcourue vers la droite sur une grande longueur. Un passage terreux, lieu de l’éboulement de janvier 2011, se franchit à l’aide d’un câble. La vire devient plus herbeuse et végétalisée, réduisant le gaz, mais elle reste étroite et exposée. Assurer ses pas !

La vire s’estompe progressivement en arrivant sous le trou de la Tine, et le sentier finit par rejoindre le sentier d’Orjobet, un peu au-dessus de la grotte. Les plus pressés peuvent descendre par là, mais il serait dommage de se priver de la visite de la vire de la Corraterie...

Pour cela, bifurquer vers le haut à l’aplomb de la falaise du trou de la Tine. On passe sous l’entrée inférieure du trou. Une petite vire permet d’y rentrer...

Le sentier continue ensuite vers la gauche sous la falaise supérieure, en légère descente. On sort progressivement des bois et la vue se dégage... La vire de la Corraterie demeure confortable, tout en dominant la plaine de manière impressionnante. On passe sous le mur de la croix de Savoie (câble), puis la falaise supérieure finit progressivement par s’estomper.

Revenir par un sentier vers la droite montant dans l’herbe en longeant le bord supérieur de la falaise. Après le franchissement d’un cirque, le sentier continue juste au bord de la falaise, en revenant en direction du trou de la Tine. La vue est jolie, mais ceux qui craignent le gaz peuvent toujours longer bien au-dessus dans les alpages... On finit par rejoindre la crête herbeuse (clôture, portail) et on poursuit par un terrain maintenant débonnaire vers le décollage des parapentes...

Descente

La descente peut se faire par le facile sentier d’Orjobet, qui se rattrape derrière le décollage des parapentes.

  • Une jolie option pour rejoindre le sentier d’Orjobet est de revenir à droite vers la petite forêt cachant l’entrée supérieure du trou de la Tine, et de descendre vers le rebord de la falaise par un petit sentier. On pourra ainsi traverser l’"arche" séparant les deux entrées du trou, confortable mais avec du gaz des deux côtés... Derrière, un dévers terreux en forêt permet de redescendre vers l’itinéraire de montée sous le trou de la Tine, et de rejoindre le sentier d’Orjobet.

Le sentier d’Orjobet ne présente aucune difficulté. Après la traversée de la grotte par une passerelle, et plusieurs lacets en forêt, on rejoint la bifurcation vers le Chavardon, puis le point de départ.

Détails de la sortie

Une petite ballade pour profiter d’une belle après-midi de début octobre, mon véhicule étant indisponible ce jour là...

Départ à 14h30 de la Croix de Rozon. Ballade hasardeuse pour rejoindre le sentier, ayant vainement tenté d’improviser un raccourci à travers les chemins de Collonges-sous-Salève et les bois au-dessus...

La montée aux Étournelles s’est faite sans soucis, non sans avoir fait une petite pause au sommet du promontoire dominant les Étiollets. Petite visite des grottes de la Mule et de la Table. Détour sur l’impressionante vire du Sphynx et escalade de celui-ci pour profiter encore mieux de la vue...

Après une visite au fond du trou de la Tine, le soleil descendant offrait aux falaises de la vire de la Corraterie des couleurs magnifiquement chaudes. Arrivée vers 18h30 au sur les alpages sommitaux du Salève, entre vaches et parapentistes retardataires...

Déception : la grotte d’Orjobet était fermée pour cause de réaménagement du sentier ! Tant pis, on descendra par le sentier longeant la route de la Croisette... Descente avec le coucher du soleil, arrivée en bas avec la nuit.

Dernière modification : 21 septembre 2016
[New] : Profitez de tarifs exceptionnels avec les ventes privées Allibert Trekking ! Jusqu'à 200€ offert >> Cliquez-ici

Commentaires

  • par heremele 27 janvier 2013 à 00h45

    Bonsoir Pascal.
    Quelle est la nature de la tache blanche à gauche de la photo, ressemblant à une fenêtre avec des carreaux rouges ?
    http://www.panoramio.com/photo/2268...

  • par heremele 27 janvier 2013 à 00h58
  • par le 27 janvier 2013 à 09h31

    La croix de Savoie, vraiment très délavée ces jours-ci...

  • par heremele 27 janvier 2013 à 22h32

    Histoire et Légendes.

    - Croix de Savoie : un commentaire anonyme (non vérifiable).
    Une 1ère croix, suisse celle-là, a été peinte il y environ 25 ans (vers 1970) par un étudiant canadien adventiste et plaisantin. Cette croix a lentement disparu au fil des années, je dirais que des traces sont restées visibles jusque vers les années 1995. Cela a dû donner des idées aux "Savoisiens",dont vous avez sans doute entendu parler, puisque en 2001 si je ne me trompe pas, une croix de Savoie a été à son tour peinte avec,au pied, l’inscription en noir "Libre". Ayant contacté la ligue savoisienne pour leur faire remarquer qu’ils avaient certainement d’autres moyens d’afficher leurs opinions, il m’a été répondu que cette croix avait probablement été peinte par des jeunes savoisiens un peu trop entousiastes.

    - Trou de la Tine ou creux de Brifaut.
    Doit vraisemblablement son nom à la forme de la partie supérieure du puits (tine (vieux) = sorte de récipient cylindrique multi-usages - à rapprocher également de "tinettes").
    Il s’agit d’un ancien trou de collection des eaux. Brifaut : nom générique d’un chien de chasse, chez la Fontaine). Explications : extraits d’un récit ci-dessous

    - Trou d’Orjobat : pour l’origine du nom, voir ci-dessous les extraits d’un récit.

    - Prudence : Pascal insiste avec justesse (Assurer ses pas !) sur ce point :
    Lundi 6 avril 2009 : Randonneur partie hier matin dimanche pour faire les Vires Bütikoffer
    et descendre par le sentier des Buis. Victime repérée environ 50m
    sous le Trou de la Mule dans le couloir. Décédé.
    Vendredi 29 sept. 2006 : Accident sur le sentier des Etiollets. Traumatisme à une jambe.
    Lundi 19 avril 2010 : Mise en alerte suite à une chute d’environ 25m de 2 personnes
    encordées, depuis la chaîne verticale du Sentier des Etiollets. Homme
    blessé grièvement (multiples ractures). Femme décédée.
    Mercredi 14 avril 2010 : Mise en alerte pour randonneuse perdue, ne pouvant plus ni monter ni
    descendre dans le secteur des Etournelles.

    - Récit d’exploration du Salève et des grottes citées dans le topo (orthographe originale).
    Les mesures d’époque sont traduites en mètres.

    VOYAGES DANS LES ALPES - TOME PREMIER par HORACE-BENEDICT DE SAUSSURE
    à PARIS,
    Chez Buisson, Libraire, rue des Poitevins, hôtel de Mesgrigny, N° 13
    M D C C L X X X I (1786)
    Pour le fun, sa carte de visite : Professeur émérite de Philosophie, des Académies Royales des Sciences de Stockolm & de Lyon, de la Société Royale de Médecine de Paris, de l’Académie des Sciences de Bologne, des Académies Royales des Sciences & Belles-Lettres de Naples et de Dijon,de l’Académie Electorale de Manheim, de la Société Patriotique de Milan, de celle des Antiquaires de Caffel & des Curieux de la Nature de Berlin.

    TROU DE LA TINE, pp 234 à 237.
    ... et je vis les rayons du Soleil ressortir par cette ouverture, après avoir pénétré obliquement jusques au fond du puits.
    Je reconnus que cette ouverture est celle que l’on voit de la plaine, vers le haut de la montagne, & que l’on nomme le creux de Brifaut (nom générique de chien de chasse chez la Fontaine), parce qu’à cette distance elle ne paroît pas plus grande qu’il ne le faudroit pour un Chien.

    ... On voit le Ciel au-dessus de la tête, comme par une large et haute cheminée.

    ... J’ai observé qu’il est cannelé du haut en bas de sillons larges & profonds ; ces sillons regnent sur toute la circonférence intérieure, qui est de plus de 300 pieds (98 m), & dans toute la hauteur qui va jusqu’à 160 (52 m) ...

    GROTTE D’ORJOBET, pp 237 à 241.
    Un peu au dessous du fond de ce puits(la Tine), on trouve une Caverne ... J’y suis entré pour la premiere fois le 4 Mars de cette année 1779, & je ne crois pas qu’aucun observateur l’eût visité avant moi . Un honnête paysan du hameau du Coin, chez qui je m’étois arrêté en allant à la fin de l’automne visiter les rochers qui dominent cet endroit, me dit que, vers le haut de la montagne, dans un rocher qui faisoit partie de ces possessions, il y avait un grand souterrain ; qu’à la vérité il n’ y avoit jamais pénétré jusques au fond, mais qu’il m’y conduiroit si je voulais y revenir ave des flambeaux ...

    Il me dit qu’en partant que la caverne étoit située précisément au dessus de son village, & qu’on pouvoit y aller par deux chemins, l’un tout droit, plus court, mais très-roide ; l’autre par le village de la Croisette, plus doux, mais plus long. Je préférai le plus court ... mais il fallut acheter ce plaisir par la fatigue d’une pente excessivement roide, & par quelques mauvais pas qui pourroient effrayer des gens qui ne seroient pas accoutumés aux montagnes.
    Après une heure et quart de cette montée rapide, nous entrâmes dans le rocher par une grande ouverture, qui n’est pas encore celle de la Caverne, mais une avenue bien singulière qui conduit à son entrée. C’est une espece de grande cheminée ... On monte par cette espece de canal jusques à la hauteur perpendiculaire de d’environ 90 pieds (29 m), et la on se trouve à l’entrée de la Caverne ...
    Cette porte est double, ou plutôt ce sont deux entrées ... Elles sont séparées par un massif de rocher, d’environ 9 (2,90 m) pieds de largeur. (suit une longue description) ... la Caverne se rétrécit considérablement ... et enfin à 10 ou 12 pieds (3,20 à 3,90 m) plus loin, on ne peut plus y passer, quoiqu’il se prolonge encore plus avant.
    ... On trouve dans cette Caverne des Stalactites ... Au fond du canal étroit, je trouvai de l’Argille ...

    J’appellai cette grotte la Caverne d’Orjobet, du nom du paysan François Orjobat à qui elle appartient, et qui me la fit connoître.

    Nous ressortîmes par l’ouverture qui éclaire l’entrée de la Caverne, nous montâmes par dessus le banc de rocher dans laquelle pénetre, & nous vînmes dans le chemin de la Croisette ... ni difficile ni pénible.

    GROTTE DE BALME, pp 241 à 244.
    Je visitai en descendant une grotte, connue depuis long-temps sous le nom de grotte de Balme. Elle est située à un petit quart de lieue (environ 1 km), à la hauteur d’environ 200 (400 m) toises au-dessus du lac. Elle pénètre dans l’intérieur de la montagne, à une plus grande profondeur que celle d’Orjobet ; mais c’est un canal si torteux & si étroit qu’il faut une résolution bien déterminée pour s’y engager ... jusques à une profondeur que j’estimai d’environ 160 pieds (52 m) ... Le thermometre ... dans l’Argille, donna constamment 7 degrés ½. J’eus encore plus de peine à ressortir, parce que le canal va en descendant du dedans au dehors ... ; car en rase campagne, le thermometre, même au Soleil, ne montoit qu’à 4 degrés.

  • par pascalle 15 janvier 2015 à 17h39

    bonjour est ce que cet randonnée est realisable en hiver ?
    merci d avance

Poster un nouveau commentaire ?
Nous vous conseillons de vous connecter !     pourquoi ?

Sorties associées

Voici les dernières sorties réalisées sur ce topo : l'occasion de découvrir encore mieux ce secteur à travers les récits et photos des derniers randonneurs à y être passés.

Si vous venez de faire cette randonnée, n'hésitez pas à venir l'épingler ici !

→ Ajoutez votre sortie...

Publicité

  • Tentes de rando

  • Vestes montagne

  • Chaussures de rando

  • Sacs à dos

Topos en relation

Voir tous les topos en relation

Dossiers conseils