Le Grand Salève (Corraterie, 1278m), en boucle par les Etournelles et la Grotte d’Orjobet

Difficulté
Difficile
Dénivelé
640m
Durée
demi-journée
Localiser le sommet

Avertissements et Droits d'auteur

Le Mont Salève domine magnifiquement le bassin genevois, et offre une belle vue sur l'extrémité du lac Léman. Malgré son altitude modeste, le versant nord-ouest de cette "colline" offre des falaises entrecoupées de vires dignes de "vraies" montagnes calcaires... Beaucoup d'itinéraires existent pour parcourir les vires de ce versant, souvent plus scabreux et exposés les uns que les autres... Le sentier de Chavardon et des Etournelles permettent de se mettre un peu dans l'ambiance "verticale" de cette montagne, tout en restant de difficulté et d'exposition raisonnables. Puis, après un magnifique détour sur la vire balcon de la Corraterie, le retour par le trou de la Tine et la grotte d'Orjobet conclut cette petite visite.

Accès

Genève ou Cruseilles - Collonges-sous-Salève - le Coin, parking à l’embranchement de la route montant à la Croisette. Egalement accessible par les bus des Transports Publics Genevois depuis la Croix de Rozon (compter 186m de dénivelé et 1h aller-retour pour rejoindre le parking).

Itinéraire

Une incursion dans le terrain d’aventure que constitue la face nord-ouest du Grand Salève. Ce sentier offre un bon compromis entre beauté et difficulté, en se faufilant entre vires et falaises, tout en se déroulant dans un terrain relativement facile et sain, mais tout de même par endroits assez exposé.

Pour un petit inventaire des possibles itinéraires sur cette montagne, voir le site sur le Salève.

  • Altitude départ : 666m
  • Altitude sommet : 1278m
  • Durée : 4h
  • Carte : IGN TOP25 3430OT Mont Salève - Saint Julien en Genevois - Annemasse

Période

Praticable lorsque l’itinéraire est sec et déneigé. Cela arrive parfois même l’hiver grâce à l’altitude modeste de ce parcours.

Difficulté

Bien qu’il n’y ait pas vraiment de difficultés de grimpe (il faut tout de même parfois un peu mettre les mains), l’itinéraire est cependant relativement exposé et le faux-pas est souvent interdit, en particulier sur les étroites vires herbeuses entre le cirque des Etournelles et le trou de la Tine. Petites difficultés d’orientation car le sentier de montée, n’ayant pas de caractère "officiel", est mal indiqué (non tracé sur IGN).

Ascension

Depuis le parking, s’élever sur un bon sentier qui monte en forêt en direction de la grotte d’Orjobet. Après quelques lacets, le sentier franchit une faiblesse terreuse dans une barre rocheuse, et poursuit la montée. Juste après ce passage, il faut le délaisser pour un sentier bifurquant sur la gauche (mal indiqué) et traversant horizontalement au dessus de la barre.

Ce sentier finit par sortir de la forêt en débouchant sur une croupe de dalles rocheuses inclinées, où le cheminement est taillé en lacets. On arrive au portail du Chavardon, et on retourne en forêt derrière par une petite descente facilitée par une rambarde métallique.

La montée se poursuit ensuite dans la forêt. On laisse à gauche la descente vers les vires Bütikofer, et on débouche finalement sous le joli cirque des Étournelles. À la bifurcation sous la falaise, on pourra optionnellement faire un petit aller-retour à gauche vers le promontoire dominant les Étiollets. Joli point de vue.

  • Il est également possible d’atteindre ce point au départ des carrières du Coin, en parcourant le sentier des Étiollets et les vires Bütikofer. Il s’agit d’un itinéraire plus esthétique mais aussi beaucoup plus difficile, nécessitant de grimper un peu, et où du matériel de ferrata ne serait pas inutile pour s’assurer dans les vires.

Depuis la bifurcation sous les Étournelles, partir à droite et grimper facilement les premiers gradins du cirque. À gauche du cirque, on pourra optionnellement visiter la grotte de la Mule. L’entrée supérieure est un peu plus difficile à atteindre, mais au fond, le trou de la Mule offre une belle vue sur l’autre côté de la montagne.

  • En franchissant le trou de la Mule, on s’engage sur l’itinéraire des vires du Sarrot - Saut Gonet, cheminement très difficie, scabreux et exposé.

Au dessus de la grotte de la Mule se trouve la grotte de la Table. Au même niveau au bout de la vire à gauche, on aperçoit le Bonhomme. On continue la montée des vires à droite de la grotte, pour finalement arriver au niveau de la vire, confortable mais aérienne, conduisant vers la gauche au Sphinx. On pourra optionnellement y faire un aller-retour, et même escalader le Sphinx par son extrémité. Point de vue photogénique.

Le sentier sort du cirque par la droite en alternant vires et sections ascendantes, parfois facilitées par des barres de fer et des câbles. Un ressaut, facilité par deux barreaux, permet de prendre pied sur la vire supérieure qui sera parcourue vers la droite sur une grande longueur. Un passage terreux, lieu de l’éboulement de janvier 2011, se franchit à l’aide d’un câble. La vire devient plus herbeuse et végétalisée, réduisant le gaz, mais elle reste étroite et exposée. Assurer ses pas !

La vire s’estompe progressivement en arrivant sous le trou de la Tine, et le sentier finit par rejoindre le sentier d’Orjobet, un peu au-dessus de la grotte. Les plus pressés peuvent descendre par là, mais il serait dommage de se priver de la visite de la vire de la Corraterie...

Pour cela, bifurquer vers le haut à l’aplomb de la falaise du trou de la Tine. On passe sous l’entrée inférieure du trou. Une petite vire permet d’y rentrer...

Le sentier continue ensuite vers la gauche sous la falaise supérieure, en légère descente. On sort progressivement des bois et la vue se dégage... La vire de la Corraterie demeure confortable, tout en dominant la plaine de manière impressionnante. On passe sous le mur de la croix de Savoie (câble), puis la falaise supérieure finit progressivement par s’estomper.

Revenir par un sentier vers la droite montant dans l’herbe en longeant le bord supérieur de la falaise. Après le franchissement d’un cirque, le sentier continue juste au bord de la falaise, en revenant en direction du trou de la Tine. La vue est jolie, mais ceux qui craignent le gaz peuvent toujours longer bien au-dessus dans les alpages... On finit par rejoindre la crête herbeuse (clôture, portail) et on poursuit par un terrain maintenant débonnaire vers le décollage des parapentes...

Descente

La descente peut se faire par le facile sentier d’Orjobet, qui se rattrape derrière le décollage des parapentes.

  • Une jolie option pour rejoindre le sentier d’Orjobet est de revenir à droite vers la petite forêt cachant l’entrée supérieure du trou de la Tine, et de descendre vers le rebord de la falaise par un petit sentier. On pourra ainsi traverser l’"arche" séparant les deux entrées du trou, confortable mais avec du gaz des deux côtés... Derrière, un dévers terreux en forêt permet de redescendre vers l’itinéraire de montée sous le trou de la Tine, et de rejoindre le sentier d’Orjobet.

Le sentier d’Orjobet ne présente aucune difficulté. Après la traversée de la grotte par une passerelle, et plusieurs lacets en forêt, on rejoint la bifurcation vers le Chavardon, puis le point de départ.

Détails de la sortie

Une petite ballade pour profiter d’une belle après-midi de début octobre, mon véhicule étant indisponible ce jour là...

Départ à 14h30 de la Croix de Rozon. Ballade hasardeuse pour rejoindre le sentier, ayant vainement tenté d’improviser un raccourci à travers les chemins de Collonges-sous-Salève et les bois au-dessus...

La montée aux Étournelles s’est faite sans soucis, non sans avoir fait une petite pause au sommet du promontoire dominant les Étiollets. Petite visite des grottes de la Mule et de la Table. Détour sur l’impressionante vire du Sphynx et escalade de celui-ci pour profiter encore mieux de la vue...

Après une visite au fond du trou de la Tine, le soleil descendant offrait aux falaises de la vire de la Corraterie des couleurs magnifiquement chaudes. Arrivée vers 18h30 au sur les alpages sommitaux du Salève, entre vaches et parapentistes retardataires...

Déception : la grotte d’Orjobet était fermée pour cause de réaménagement du sentier ! Tant pis, on descendra par le sentier longeant la route de la Croisette... Descente avec le coucher du soleil, arrivée en bas avec la nuit.

Dernière modification : 26 septembre 2017

Photos « Le Grand Salève (Corraterie, 1278m), en boucle par les Etournelles et la Grotte d’Orjobet »

Depuis Collonges-sous-Salève, vue sur l'itinéraire de montée. En montant sur le sentier d'Orjobet, regard sur la plaine. La traversée en direction du portail de Chavardon. Sur les vires taillées du portail du Chavardon. Arrivée sous le cirque des Etournelles. Regard vers Genève. Vue plongeante sur les Etiollets. Les premiers gradins du cirque des Etournelles. Grotte de la Mule, entrée inférieure. Grotte de la Mule, entrée supérieure. Grotte de la Table. A gauche le Bonhomme, en haut le Sphinx. La vire en direction du Sphinx. Sortie du cirque des Etournelles par d'étroites vires herbeuses. Montée d'une vire à l'autre. En direction du trou de la Tine, regard arrière vers les vires. Du fond du trou de la Tine. Depuis le trou de la Tine, vue sur la vire de la Corraterie. La vire balcon de la Corraterie. Depuis la vire, regard arrière vers le trou de la Tine. Depuis la vire, vue sur la plaine genevoise. A la fin de la vire, regard arrière. Remontée au dessus des falaises dominant la vire. Regard arrière vers Genève. Au bord de la falaise sommitale. Le sentier au dessus des falaises. Vue plongeante sur Collonges-sous-Salève. Les estivants des lieux. Les alpages du Salève. Alpages débonnaires, après s'être faufilé entre les falaises. Vue sur le massif des Bornes et le mont Blanc. Descente en forêt.