Le Grand Sorbier (2526m) par le Recoin de Chamrousse

Difficulté :
Moyen
Dénivelé :
1100m
Durée :
1 jour

Randonnée sauvage à l’écart de la foule des Lacs Robert, devenant très minérale et éprouvante sur le haut, demandant également d’être très bien préparé et bien chaussé. Le panorama offert vaut l’effort fourni, si la météo joue le jeu. – Auteur :

Accès

EN VOITURE

  • Départ de la randonnée, du parking du Recoin de Chamrousse sur la commune de Chamrousse.
  • De Grenoble, prendre la direction de Gières puis Uriage-les-Bains par la D.524. Puis prendre à gauche la D.280 puis la D.111 en direction de St-Martin-d’Uriage et Chamrousse. Tourner à gauche au rond-point, et monter vers le Recoin de Chamrousse 1650m. Se garer en épi face à l’arrivée de la Télécabine de la Croix.

Précisions sur la difficulté

  • Aucune difficulté jusqu’au Lacs Robert.
  • Hors sentier sur une trace en intermittence dans le Vallon du Mottin. Cela dit, une ligne de cairns et présente et bien confectionnée.
  • La sortie par le couloir final est relativement raide.
  • La descente réalisée et proposée, est plus facile.
  • A effectuer avec une météo irréprochable et stable si possible.
  • Le brouillard et la pluie sont à proscrire impérativement.

Les infos essentielles

  • Randonnée effectuée le 08/07/2017.
  • Participant : seul.
  • Carte : IGN TOP 25 3335 OT Grenoble Chamrousse - Belledonne
  • Altitude de départ : 1650m
  • Altitude atteinte : 2526m
  • Horaire : à peu près 6h00
  • Distance : environ 11,5 km
  • Dénivelé : environ 1000m
  • Positions GPS du Grand Sorbier
    • Longitude : 5.934°
    • Latitude : 45.134°
  • Balisage :
    • Traits jaunes et blanc/rouge d’un GR., poteaux directionnels jusqu’au Lacs Robert.
    • Cairns pour la partie haute de la randonnée, cairns pour la descente.

Itinéraire

Ouvrir en grand !

Chargement de la carte en cours

LES LACS ROBERT PAR LA BRÈCHE NORD

Suivre la trace du GR.549 et du GR.738 nouvellement balisé pour ce dernier, qui se dirige vers le nord, où un premier poteau directionnel au lieu-dit Recoin 1650m, nous indique le Col de l’Aiguille. Un peu plus haut, au lieu-dit Le Caf 1732m poursuivre vers le Col de l’Aiguille par le GR.738 en laissant le GR.549 continuer vers La Balme.

  • Le GR.549, franchit la Brèche Robert Sud.

On atteint rapidement le Col de l’Aiguille 1819m, point IGN 1815m. Descendre nord-est et atteindre à son tour le lieu-dit La Grotte 1773m.

  • Une grotte peu profonde est visible au nord-ouest, en aller retour.
  • Prendre la direction Grande Aiguille et Lac des Pourettes.

L’itinéraire traverse la piste de ski de Casserousse, et part nord-est en dominant la cuvette Grenobloise et un bout de Chartreuse. Il arrive au lieu-dit Grande Aiguille 1770m. Poursuivre vers le Lac des Pourettes en contrebas.

  • Au lieu-dit Lac des Pourettes 1819m, prendre la direction de la Brèche Nord.

Notre sentier bien balisé remonte vers un petit passage raide, donnant accès à une combe qui débouche bientôt en quelques lacets sur la Brèche Robert Nord.

Descendre sud-est en surplombant les Lacs Robert, jusqu’à parvenir au lieu-dit Brèche Nord 2008m au centre de la prairie. Prendre la direction de la Croix de Chamrousse.

Une trace file au sud, passe à proximité de la Cabane des Lacs Roberts que l’on rejoint.

LE GRAND SORBIER

Derrière la cabane, une trace peu marquée va contourner par le nord le Lac Robert le plus au sud, elle traverse un amas de blocs, et rejoint un cairn marquant le départ d’une sente.

Cette sente remonte raide en lacets serrés la croupe herbeuse, et s’introduit dans une combe pierreuse. Elle remonte bientôt sur sa rive droite, et atteint un secteur plus aplani.

Toujours bien cairnée, poursuivre sur cet amas de blocs vers l’est dans le fond du Vallon Mottin. La trace remonte alors la rive gauche de cet dernier, sous le flanc nord du Grand Van.

La pente se redresse fortement à l’approche d’une grande Aiguille, visible de loin. Deux éboulis se présentent de part et d’autres, repérer la trace sur celui de gauche, alors que celui de droite n’aboutit à rien de bon.

Suivre cette trace en pleine pente d’éboulis, devenant franchement raide, elle part sur la gauche vers une brèche, mais en deux lacets sur des gradins vers la droite est, elle se rapproche de l’arête. Finalement, elle reprend la direction du nord jusqu’à la base d’un couloir très raide

Le remonter avec attention, il débouche sur un col sans nom à l’est de L’Aiguille du Mottin, où on distingue au nord-est la dernière pente du Grand Sorbier.

DESCENTE

  • 1ère solution, revenir par le même itinéraire avec prudence dans le dernier couloir.
  • 2ème solution, parce qu’il en existe une, et un deuxième couloir moins raide.

Descendre sur le plateau au sud-ouest du sommet, pour trouver sur le rebord, au nord de L’Aiguille du Mottin, un cairn pas bien gros marquant le départ d’une nouvelle sente.

À l’emplacement de ce cairn, on domine une combe dans laquelle s’y dessine une sente évoluant sur sa rive gauche. Elle franchit la croupe pierreuse, pour soudain s’ouvrir face à nous descendant vers l’ouest une ligne très bien cairnée.

Bien suivre cette belle sente en balcon avec prudence, dominant des pentes abruptes. Elle se dirige bientôt vers le rebord dominant notre combe de montée, où on repérera cinquante mètres plus bas un couloir matérialisé par un cairn plus imposant.

Ce dernier couloir descend moins raide que celui de L’Aiguille du Mottin, mais demande certainement de ne pas relâcher notre vigilance et notre attention.

Il descend donc dans la combe de grimpée, où on rejoindra en la traversant au sud, la voie cairnée de montée. Rejoindre alors par le même itinéraire la Cabane des Lacs Robert.

VARIANTE DE DESCENTE

  • Rejoindre au sud de la cabane, le lieu-dit Lacs Robert 1998m.

Se diriger vers la Brèche Robert Sud, en restant au sud des lacs, puis après l’avoir atteint laisser le GR.549 à gauche pour prendre le sentier en face barré d’une croix jaune.

Il descend sur des dalles avec un fléchage irrégulier, pour aboutir au Lac des Pourettes où on prendra le même itinéraire qu’à l’aller.

Journée du 08/07/2017.

C’est seul, que je prends la direction de Chamrousse, la météo prévoit un ciel clair pour la matinée, légèrement couvert l’après-midi, et des risques d’orages plus tard en fin de journée.

7h40 je remonte en direction du Col de l’Aiguille, sans vraiment avoir l’idée bien arrêtée sur mon itinéraire du jour pour rejoindre les Lacs Robert.

  • Soit je garde le GR.549, qui franchit la Brèche Robert Sud soit je prends la direction du Lac des Pourettes pour rejoindre la Brèche Robert Nord.

Je le choisis au dernier moment, avant d’atteindre le Col de la Balme, je traverse vers le Col de l’Aiguille. En passant, je rendrai une visite à la grotte.

Je domine les Lacs Robert, quelques tentes sont installées, le soleil franchit les crêtes et illumine bientôt, mais pas encore, le plateau. Je traverse la prairie, pour rejoindre la cabane. Un couple prend le frais devant, ils ont certainement passé la nuit ici à la fraîche.

Allez hop ne perdons pas de temps, les choses sérieuses commencent ici. Je rejoins rapidement le départ de cette sente au pied de la combe où d’entrée ça monte raide. En lacets heureusement, je me retourne pour les photos des lacs.

Avant d’atteindre le replat garni de blocs, en me retournant pour d’autres photos, j’aperçois un gars partant à l’assaut de ce sommet convoité aujourd’hui.

Arrivé au pied de cette aiguille visible depuis longtemps, le gars a gardé approximativement le même écart avec moi. Se trouvant à un centaine de mètres, je décide de l’attendre, des fois qu’il veuille m’accompagner un bout de chemin.

Du pied de l’aiguille, nous choisissons dans un premier temps à tort l’éboulis de droite. Nous restons contre la roche, avec quelques prises pour surmonter la difficulté. Une fois en haut au bord du ravin dominant la Combe de Mirebel, une arête raide se dessine à gauche.

Raide, je grimpe le premier, suivi de Joffrey, et lui fais signe qu’aucun passage n’est accessible pour contourner l’aiguille par ce côté. Nous redescendons avec prudence, jusqu’au pied de notre aiguille.

Nous nous engageons alors dans l’éboulis de gauche, où se dessine une sente que nous n’avions pas bien repérée avec le soleil dans les yeux. Joffrey passe le premier, plus difficile mais pas insurmontable physiquement, nous atteignons ce col sans nom à l’est de l’Aiguille du Mottin. Dernier effort sur la dernière pente pour rejoindre le sommet du Grand Sorbier soudainement visible il est 11h20.

Cinq minutes après avoir gagné le sommet, on voit apparaitre un gars solitaire, qui nous rejoint à son tour. Christophe plus âgé que Joffrey, nous décidons de nous regroupés pour la descente.

Après quelques photos, nous dévalons sur le plateau, et nous dirigeons vers le nord-est où on devine un passage. Nous dominons une sente en traversée aérienne sur la droite sous le sommet même, plus au nord.

Je repère un cairn que je rejoins, impossible de poursuivre vers le nord. Impossible d’ici de descendre dans la combe également. Nous traversons en sens inverse pour regagner notre passage, et distingue avant ce dernier une rampe rocheuse sur la droite.

Finalement nous remontons sur le plateau, où nous longeons son rebord ouest jusqu’à trouver ce cairn que nous reconstruisons. Nous prenons donc cette sente bien marquée, croiserons un gars solitaire, avec qui nous échangerons quelques mots.

Nous trouverons facilement ce gros cairn plus imposant que les autres, marquant le départ de ce deuxième couloir. Nous nous séparons avec Joffrey, jeune randonneur solitaire de 24 ans que je salue au passage, nous nous arrêterons avec Christophe pour casser la croûte à la Brèche Robert Sud.

Nous jetons un dernier regard sur la combe et l’itinéraire parcouru, avant de descendre vers le Lac des Pourettes par l’ancien sentier désormais plus entretenu.

Nous nous arrêtons au pied des pistes du Recoin, sur la terrasse du premier Snack-bar pour boire notre mousse habituelle. Une piste Noire Ambré que j’ai appréciée soyez en sûrs.

Je prends la route du retour, suivi de Christophe que je salue aussi, qui me fera signe à Gières, qu’il tourne vers Grenoble, moi vers Lyon.

Sur la route, je ne pouvais m’empêcher de penser à ce cairn, que nous avons trouvé au nord du Grand Sorbier mais c’est plus logique, en y réfléchissant un peu, je pense à une voie descendante du nord pour rejoindre le rebord ouest du plateau et la descente empruntée.

En tout cas ce fût une belle journée, même si le ciel s’est un peu couvert en arrivant au sommet, nous aurons vu quelques bouquetins et un panorama bien mérité. Aujourd’hui encore, l’orage nous laissera tranquille.

Dernière modification : 11 octobre 2018
Le Grand Sorbier (2526m) par la combe ouest

A propos

Auteur de ce topo :

"va avec confiance dans la direction de tes rêves, vis la vie que tu as imaginé". "Laisse ton esprit s’évader et tes pieds suivre tes rêves".

Randonnée réalisée le 8 juillet 2017

Topo publié le 15 juillet 2017

(Avertissements et Droits d'auteur)

Commentaires

  • par Le 20 octobre 2017 à 18h34

    Bonjour,
    Superbe ballade, avec 2 bouquetins observés sur le plateau sommital. Pour l’accès final , lorsqu’on distingue la grande Aiguille, il y a 3 éboulis (de part et d’autre de l’aiguille et un plus à gauche). C’est sur ce dernier qu’il faut s’engager, le mamelon entre les deux éboulis étant très praticable. Une fois en haut, différents couloirs permettent de monter, mais ne pas prendre l’accès vers l’arrête semblant plus facile à l’extrême droite (c’est un cul de sac). Dans tous les cas, je vous recommande le port de casque dans les couloirs qui ne sont pas nettoyés, ça part vite.

Chargement en cours Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Astuce : Si votre commentaire est long, aérez-le en créant des paragraphes. Pour cela, il suffit de laissez une ligne vide entre ceux-ci !