Le Massour (3219m)

Difficulté :
Difficile
Dénivelé :
1300m
Durée :
1 jour

Un sommet de la Haute Vallée de l'Ubaye assez méconnu, situé sur la ligne de crête de l'imposant Brec de Chambeyron (3389m), mais qui constitue une magnifique course, très physique qui procure une impression d'isolement en haute montagne et dont on se souvient longtemps. – Auteur :

Accès

De Barcelonnette, suivre la D900 et passer le village de "La Condamine Châtelard". Quelques kilomètres plus loin, bifurquer à gauche sur la D902 en direction de St paul-sur-Ubaye / col de Vars.

Entrer dans le village de St Paul et suivre la petite route qui nous emmène au magnifique Pont du Châtelet.

Passer au dessus du pont et suivre la petite route qui monte en lacets jusqu’au parking obligatoire du petit village de Fouillouse.

Itinéraire

Ouvrir en grand !

Chargement de la carte en cours

Informations

  • Carte : IGN TOP25 3538 ET - Aiguille de Chambeyron
  • Départ : parking de Fouillouse (1900m)
  • Point culminant : le Massour (3219m)
  • Dénivelé total : 1300m
  • Distance : environ 14km
  • Temps de montée : entre 3h30 et 4h30
  • Temps du parcours total : environ 6h30 de marche

Avertissement

  • Cette course est classée difficile par rapport au caractère très usant et chaotique du parcours, ainsi que la présence de pentes très raides avoisinant les 40°.
  • Les chutes de pierres peuvent être fréquentes lorsque l’on chemine derrière des compagnons de randonnée, je recommanderais donc le port du casque.

Parcours

Départ du parking véhicules de Fouillouse, traverser le village et suivre le G.R de Pays "tour du Chambeyron" balisé en rouge et jaune.

Arrivé à une première bifurcation, laisser sur votre droite le sentier menant au col de Mirandol et poursuivre en direction du col de Stroppia.

Poursuivre sur le beau sentier balisé qui traverse une zone boisée et arriver à une deuxième bifurcation.

Là, laisser à droite le sentier en direction du col de Vallonet (G.R 5 - 56) et poursuivre tout droit en direction du Col de Stroppia.

  • On peut déjà deviner le sommet du Massour, mais surtout apercevoir son antécime de couleur légèrement orangée, ainsi que la magnifique pointe du Rocca Blanca.

Le rocher de St Ours défile sur notre droite avec son point culminant, la Tête de la Courbe qui nous domine de plus de 800 mètres.

On arrive à un troisième croisement. Laisser sur votre gauche la direction du Pas de la Couletta / refuge de Chambeyron, et continuer en face environ 100 mètres, en direction du Col de Stroppia.

Quitter le sentier balisé, et partir à gauche hors sentier (orientation plein est photo n°7) pour l’ascension d’une colline herbeuse d’un dénivelé d’environ 100 mètres.

La photo n°7 permet de repérer un beau rocher significatif à gauche du sentier, désigné sur la photo.

Repérer un cairn, toujours direction plein est au cours de la montée, et arrivé au sommet de cette colline, (2500m) on aperçoit le ravin chaotique d’accession au Massour.

Viser ce ravin et traverser ça et là, une zone toujours herbeuse mais comprenant d’énormes blocs de pierre.

Arrivé aux pieds du ravin, le gravir toujours à main gauche en cherchant quelques cairns présents sur la montée, et une sente pas toujours évidente.

L’ascension de ce ravin devient très pentue, instable et très physique.


O
n débouche sur un grand replat chaotique constitué uniquement par un immense éboulis (2850m).

Rester toujours à main gauche de la barre rocheuse en suivant, dorénavant, les nombreux cairns bien présents et très utiles, et reprendre la montée en effectuant un arc de cercle vers la droite qui va nous diriger plein sud.

Les cairns très visibles nous font cheminer sous l’antécime du Massour (3050m) et nous permettent de rejoindre une sente bien marquée qu’il faut suivre pour l’ascension du grand couloir final.
Celui-ci permet d’atteindre la crête sommitale.

Au fur et à mesure de la montée, cette sente est de plus en plus raide et de moins en moins adhérente. On peut alors finir la montée du couloir plus aisément en se dirigeant sur notre droite afin de gravir les derniers mètres de dénivelé sur de grandes dalles rocheuses.

Avant de bifurquer vers le nord en direction du bivouac et de la croix sommitale, que l’on vient d’apercevoir, on débouche sur un cairn avec une vue splendide orientée plein sud sur les sommets majeurs du secteur : Tête de Moïse, Tête de Sautron, Rocca Blanca et Meyna.

Récupérer la sente orientée nord, la suivre, et rejoindre le petit bivouac plutôt cossu (3215m), ainsi que la croix sommitale (3219m).

Descente

Par le même itinéraire.

Contrairement à la montée, privilégier la sente du pierrier plutôt que les grandes dalles lors de la descente du couloir terminal.

Dernière modification : 11 octobre 2018
Le Brec de Chambeyron (3389m)

A propos

Auteur de ce topo :

Habitant les Bouches-du-Rhône et passionné de randonnée sportive depuis 2009, j'ai commencé logiquement à faire mes "armes" dans les magnifiques calanques de Marseille, puis j'ai étendu à la Provence, les Alpes et maintenant, tout simplement "la montagne", où qu'elle soit !!!

Topo publié le 21 juillet 2015

(Avertissements et Droits d'auteur)

Commentaires

Afficher les commentaires précédents (10).
  • par Le 22 juillet 2015 à 08h55

    Pour sûr que cette ascension est sportive !
    J’ai pensé à toi en regardant la Tête de la Courbe et sa belle paroi illuminée par les premiers rayons de soleil.
    Le Massour, Je l’ai fais le 11/07 (la veille de l’ascension de Rocca Blanca) mais ce sommet demeure mon coup de cœur du secteur.
    Mon rêve serait de le refaire en hiver en passant la nuit dans ce formidable abri ! Un peu étonné qu’un certain Paul, qui sévit dans le secteur, n’y ait pas pensé !
    Ps : J’ai laissé un pti mot dans le livre d’or.

  • par AndréLe 22 juillet 2015 à 09h51

    superbe topo, bravo !

  • par Le 22 juillet 2015 à 15h06

    Ah ! ah !, bien vu Michel. ; Je devais m’y rendre cet hiver mais ça ne s’est pas fait. Faut dire que cela demande de bonnes conditions vu la pente de neige. Bravo à Cyril (et à toi) pour cette ascension estivale. personne n’a dormi dans l’abri alors ?

  • par Le 22 juillet 2015 à 20h33

    Il faut croire ques places sont chères pour ce bivouac !!! nous n’avions pas envisagé d’y dormir, je bossais à Marignane le lendemain, mais, 2 randonneurs alpinistes que l’on a croisé lors de notre descente, paraissaient inquiets pour ce qui concerne les "réservations" pour une nuitée dans ce fameux bivouac ! nous les avons rassuré ! hi hi !

  • par Le 22 juillet 2015 à 20h36

    oui, je crois qu’il n’y a que 4 places. j’irais en hiver, si les dieux me le permettent

  • par Le 26 juillet 2015 à 12h15

    La réponse à ta question est sur ma sortie associée !
    Oui c’est ça Paul, 4 places mais je n’ai rencontré personne le jour de ma sortie et j’imagine qu’en hiver seul les yétis paradent dans le coin !

  • par Le 28 juillet 2015 à 19h28

    Ok Michel, j’ai rectifié pour la lac !! merci

  • par Le 30 juillet 2016 à 11h26

    Bon, tentative de bivouac au sommet pour ma fille et moi, avortée ce vendredi.
    Le terrain d’éboulis de la zone 2850m vraiment instable cumulé aux sacs version bivouac plus lourd auront eu raison de sa volonté.
    Peut-être à refaire avec des pentes enneigées / crampons.

  • par Le 31 juillet 2016 à 08h19

    Hello Thierry,
    Pas évident en été, trop de caillasses. C’est le genre de terrain qui ne me donne pas envie. l’hiver c’est beaucoup plus intéressant mais avec de vraies conditions favorables.

  • par Le 31 juillet 2016 à 22h09

    salut paul
    C’est exactement ce qu’on a pensé en redescendant, une petite hivernale dans de bonnes conditions météo comme tu l’as faite, elle doit être superbe.

  • par Le 1er août 2016 à 07h07

    OUI ... (Avec DVA-Pelle-Sonde)en hiver et au printemps

  • par AdriLe 14 août 2016 à 22h54

    C’est le Buc de Nubiera

Chargement en cours Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Astuce : Si votre commentaire est long, aérez-le en créant des paragraphes. Pour cela, il suffit de laissez une ligne vide entre ceux-ci !